Les pommes de terre désormais classées « à haut risque » pour la contamination par les OGM

0
971
Photo via NPR

AltHealthWork, le 11 décembre 2018 par Nick Meyer 

Traduction pour cogiito.com : PAJ

Zibik

La volonté visant à créer un approvisionnement alimentaire plus sain et plus naturel a fait d’incroyables progrès ces dernières années : environ 83 % des ménages [1]achètent désormais une certaine forme de nourriture biologique, et la surface cultivée en cultures biologiques continue de croître.

Mais, malgré l’émergence de cette transformation vitale, l’alimentation génétiquement modifiée (et l’industrie créée en laboratoire en général) élargit également son champ d’action de nombreuses manières, menant une véritable course pour gagner le plus de parts de marchés que leurs concurrents en agriculture biologique ou raisonnée.

Les dernières années nous ont apporté une variété de tout, de la viande de Bill Gates créée en laboratoire[2] aux pommes OGM qui ne s’oxydent pas et qui ne brunissent , et peut-être même étrangement, des nuggets de poulet[3] cultivés en laboratoire fabriqué à partir les plumes des poulets eux-mêmes, qui devraient arriver dans les magasins plus tard au cours de l’année 2018.

L’une des plus grandes menaces liées aux OGM dans les denrées alimentaires est un animal bien différent, en particulier du fait qu’il est utilisé en quantités énormes dans tous les types d’aliments, des aliments préférés pour le petit-déjeuner aux produits d’accompagnement dans pratiquement tous les restaurants.

Et maintenant que la plus grande agence de certification des OGM du pays a enfin pris position sur le sujet, il est permis de dire que l’ère de la pomme de terre OGM est enfin arrivée.

POMMES DE TERRE OGM AMÉLIORÉES À « HAUT RISQUE » PAR UN PROJET SANS OGM

Rolf Dobberstein de Pixabay 

Avec son logo papillon bien connu qui figure sur les emballages d’aliments à travers les États-Unis, le projet « Sans OGM » est l’un des standards les plus reconnus pour les acheteurs d’aliments naturels.

Bien que le symbole ne signifie pas la même chose que biologique, c’est un moyen sûr de savoir si un aliment contient des ingrédients génétiquement modifiés fabriqués en laboratoire ou produits naturellement sur le terrain.

Les aliments génétiquement modifiés ne sont même pas étiquetés aux États-Unis, même s’ils ont récemment été interdits par près de 20 pays européens et continuent d’être rejetés à travers le monde. À bien des égards, le projet « non OGM » a compensé le manque d’étiquettes OGM.

Mais en ce qui concerne la réglementation de la pomme de terre OGM, nous sommes maintenant entrés dans le « Wild Wild West ».

Actuellement, la variété White Russet de Simplot Innate est la seule variété de pommes de terre génétiquement modifiée sur le marché, bien que deux autres types de pommes de terre génétiquement modifiées[4] aient été approuvés par la FDA malgré l’absence d’essais de sécurité à long terme. Des scientifiques de laboratoires ont modifié génétiquement les pommes de terre en utilisant de l’interférence ARNi, un processus qui « réduit au silence » des gènes particuliers dans les aliments, dans le cas présent pour masquer l’apparition des points noirs en surface.

Cela est problématique pour les clients à la recherche d’aliments frais, selon Megan Westgate, directrice exécutive du projet Sans OGM.

Image parДарья Яковлева de Pixabay
  • « Le brunissement est le moyen le plus visible de la nature de vous informer qu’un produit est en train de pourrir. Les OGM qui utilisent l’ARNi pour masquer les signes de contusions pourraient amener les consommateurs à ingérer sans le savoir un produit toxique malsain », a déclaré Megan Westgate.

Mais à présent, les consommateurs resteront dans l’ignorance, même si ce type d’édition de gènes a été associé à des « changements génétiques fréquents et importants » chez les individus, voire même au cancer, potentiellement [5]. Les effets sur les aliments et sur le vivant sont inconnus, mais encore une fois, les tests d’innocuité n’ont pas pris au sérieux ces risques et d’autres tous aussi inquiétants.

COMMENT ÉVITER LES POMMES DE TERRE CRISPR GÉNÉTIQUEMENT MODIFIÉES

Heureusement, les pommes de terre OGM CRISPR ne sont pas encore complètement intégrées, mais elles sont toujours considérées comme un élément « à haut risque » par le projet non-OGM, ce qui rend plus important d’éviter les pommes de terre conventionnelles par tous les moyens nécessaires et de soutenir l’agriculture biologique.

L’année dernière, il y avait environ 6 000 acres de pommes de terre OGM, mais des quantités beaucoup plus élevées devraient être cultivées en 2018.

On ne peut pas en dire assez : le moyen le plus sûr et le plus efficace d’éviter tout aliment ou produit contenant des OGM consiste à acheter des produits biologiques, en particulier auprès de producteurs locaux de confiance (important de nos jours, compte tenu du récent scandale de fraude en matière biologique signalé au cœur de l’Amérique [6] où des vendeurs de primeurs ont proposé de faux produits bio pour du bio à la vente, ajouté à cela, le scandale de la dilution de l’eau avec des produits toxiques continue sans être signalé, dans le monde entier.

Si vous mangez au restaurant, demandez-leur s’ils utilisent les pommes de terre White Russet de Simplot (OGM) et informez-vous sur l’évolution de la situation concernant les OGM.

Le projet « Sans OGM » indique également qu’il a désormais affecté deux assistants de recherche à plein temps au criblage d’ingrédients potentiels pour les OGM, afin de suivre l’évolution rapide du secteur de la biotechnologie.

Mais compte tenu de la vitesse à laquelle ces scientifiques travaillent pour modifier notre approvisionnement alimentaire, il est inévitable que certains aliments tombent entre les mailles du filet.

Veillez à soutenir votre régime alimentaire avec des médicaments et des aliments à base de plantes biologiques de haute qualité afin d’atténuer les dommages potentiels causés par ces aliments  – car, comme l’a montré la saga de la pomme de terre OGM, elle semble s’installer et progresser.


[1] https://www.environmentalleader.com/2018/12/global-demand-for-organic-products-drives-mainstreaming-ecovia-finds/

[2] https://althealthworks.com/14431/the-truth-about-lab-grown-meat-authoryelena/

[3] https://althealthworks.com/17516/lab-grown-chicken-nuggets-made-from-feathers-to-go-on-sale-by-years-end/

[4] https://althealthworks.com/12735/fda-approves-three-new-types-of-gmo-potatoes-heres-what-you-must-know-to-avoid-them/

[5] https://althealthworks.com/16582/breaking-new-research-links-crispr-gene-editing-to-unexpected-genetic-damageyelena/

[6] https://althealthworks.com/17442/three-nebraska-farmers-plead-guilty-in-interstate-multi-million-dollar-organic-fraud-scheme/

Laisser un commentaire