Les tests COVID sont-ils un moyen d’infecter ou d’implanter subrepticement des personnes avec un virus ?

2
4582
Les tests COVID avec des écouvillons nasaux de 15 cm (6 pouces) sont-ils un moyen d'infecter secrètement ou d'implanter des personnes ayant un accès direct au cerveau ?

Maintenant que le public commence à prendre conscience du fait que les personnes qui dirigent la réponse au COVID sont des Meurtriers de masse responsables de millions de décès dus à la censure des informations vitales de milliers de médecins qui traitent les patients du COVID avec un taux de réussite de 100 %, il est temps de commencer à remettre en question TOUT ce qu’ils demandent au public de respecter.

Quelles sont leurs véritables motivations, puisqu’ils n’accordent manifestement PAS de valeur à la vie humaine ?

Makia Freeman, de The Freedom Articles, a publié un article très intéressant la semaine dernière, qui soulève de sérieuses questions sur les tests PCR, dont nous avons déjà signalé qu’ils ne sont pas fiables, et pourquoi les cotons-tiges doivent être si longs ? :

Nous devons nous demander si ces tests COVID sont en fait un moyen intelligent d’accéder secrètement à l’intérieur de notre corps, en particulier à notre cerveau.

Les écouvillons nasaux utilisés (appelés nasopharyngien ou oropharyngien) sont incroyablement longs (environ 15 cm), ce qui signifie qu’ils atteignent l’arrière de notre gorge. Y a-t-il une raison médicale pour laquelle les écouvillons doivent être de cette longueur ?

En anatomie humaine, la plaque cribriforme est un os médian important qui fait partie à la fois du crâne et du nez et qui transmet les nerfs olfactifs qui portent l’odorat.

C’est une partie du corps très délicate et fragile.

Pourquoi diable les tests COVID contiennent-ils un tampon (un bâtonnet rembourré) qui peut percer et piquer cet os délicat ?

Serait-ce parce que la plaque cribriforme permet d’accéder au cerveau ?

Ces tests COVID pourraient-ils être utilisés pour infecter subrepticement des personnes (avec un agent pathogène), administrer le vaccin (qu’ils prétendent être encore en développement) ou même implanter des personnes (avec des nanotechnologies telles que les puces électroniques) ?

J’ai demandé à un médecin à la retraite connu de Health Impact News ce que Makia disait ici concernant la nécessité de longs cotons-tiges pénétrant aussi loin dans le corps, et ce médecin a répondu :

Il n’y a pas de raison valable de tamponner le naso-pharynx si profondément qu’il provoque des douleurs et des blessures à l’extrême arrière et à la voûte du nez. Les microorganismes présents sont répartis dans tout le nez et la gorge.

Ils sont censés être facilement transmis par un éternuement, d’où le « besoin » de masques… Vous n’avez pas besoin d’aller les chercher. Vous pourriez même vous moucher dans un tissu et cela constituerait un échantillon suffisant pour la culture.

Il y a quelque chose de très suspect dans ces tests COVID.

Les tests COVID sont-ils un moyen d’infecter ou d’implanter subrepticement des personnes ?

En anatomie humaine, la plaque cribriforme est un os médian important qui fait partie à la fois du crâne et du nez et qui transmet les nerfs olfactifs qui portent l’odorat.

C’est une partie du corps très délicate et fragile. Pourquoi diable les tests COVID contiennent-ils un tampon (un bâtonnet rembourré) qui peut percer et piquer cet os délicat ?

Serait-ce parce que la plaque cribriforme permet d’accéder au cerveau ?

Jim Stone y a récemment fait allusion dans un article intitulé « Le test Coronavirus n’est pas crédible et est probablement destiné à l’accès clandestin au cerveau« , reproduit sur ce site :

Ils prétendent que le virus détruit le système nerveux d’un grand pourcentage de personnes, laissant des problèmes neurologiques et des lésions cérébrales durables. Mais je voudrais demander :

Est-ce vraiment un virus qui fait cela, ou les tests font-ils cela ?

Les gens, le coronavirus se teste lui-même, dans de nombreux cas, (il y a différents types) mais dans de nombreux cas, c’est évidemment lui qui cause les dommages au cerveau.

C’est facile à expliquer :

Beaucoup de tests (tous ceux qui utilisent le « swab » incroyablement long) prennent leurs échantillons sur la plaque cribriforme, qui est un os d’un millimètre d’épaisseur situé au sommet de la cavité nasale et qui est perforé de nombreux trous qui vont directement dans la cavité cérébrale.

Ces trous sont le passage de vos nerfs olfactifs, et ils sont nombreux (l’os est semblable à un écran grossier).

Si vous vouliez saboter quelqu’un en lui implantant un virus cérébral clandestin, une nanotechnologie, ou en lui implantant une puce, ce serait l’endroit idéal pour le faire car un médecin pourrait peut-être faire sortir une puce mais les individus ne pourraient certainement pas le faire sans perforer cet os très fin (qui n’est même pas vraiment un os, il s’agit d’environ la moitié d’un nerf) et toute personne qui tenterait de faire une extraction à partir de là finirait probablement par se suicider.

Tous les produits chimiques, virus, nanotechnologies ou autres qu’ils voulaient y mettre auront un accès immédiat au cerveau et vous pouvez oublier de le sortir, une fois qu’il est dedans, il est dedans.

Il serait littéralement placé directement sur le cerveau, et y entrerait directement.

Les gens se plaignent que les tests sont atrocement douloureux et que la douleur dure des jours. Pour quelle raison les tests devraient-ils toucher la partie du corps humain la plus accessible au cerveau ?

Est-ce que ceux ces tests sont vraiment des tests ?

Les tests d’ADN se font avec un simple prélèvement buccal, et il est ridicule de penser que n’importe quel test de virus – alors qu’on est censé pouvoir le propager par la toux – ne serait pas le même.

Il y a quelque chose qui cloche avec ces tests.

Ils doivent être faux (ou du moins ceux qui permettent de prélever un échantillon de la région du cerveau). Il n’est pas étonnant qu’ils fassent mal pendant des jours et

que ce soit la raison pour laquelle les gens perdent définitivement l’odorat, c’est probablement parce que les nerfs olfactifs sont touchés par ce prélèvement.

LE SENS COMMUN

Je parie que vous ne saviez pas à quel point ce test est vraiment désagréable. Évitez le test à tout prix.

OK, j’ai regardé cet article il y a quelques jours, et je l’avais rejeté à l’époque… Je ne pouvais pas imaginer que ces monstres utilisaient leurs méthodes barbares de « test PCR » pour DOMMAGER notre cerveau….. L’éthique mise à part, je ne pouvais pas voir que même ces créatures immondes s’abaissaient à un niveau aussi horrible….

Mais une fois de plus, nous avons affaire à des monstres sans conscience humaine, n’est-ce pas ?

Voici une autre citation du même site (mais celle-ci n’est pas de Jim Stone) :

« … ils ont effectué les « tests » en insérant un tampon de 15 cm de long dans CHAQUE narine jusqu’à ce qu’il atteigne l’arrière de leurs voies nasales. Ensuite, les testeurs ont tourné les écouvillons pendant environ 10-15 secondes dans chaque narine…. Ils ont ensuite retiré les écouvillons et les ont insérés dans les tubes à essai pour les envoyer aux laboratoires pour « analyse » ….

Honnêtement, j’ai dû m’arrêter et réfléchir pour le moment…

Pourquoi diable auraient-ils dû insérer un si long écouvillon jusqu’à l’arrière des voies nasales ?

Et ensuite, tordre les tampons sur ce palais à l’arrière des voies nasales contre les tissus mous me semble également très barbare !

Ce mouvement à lui seul causerait-il des dommages à ce palais et pourrait-il créer un scénario bien PIRE que ce que ce « virus » ferait ?

Et tous les gens à qui j’ai parlé m’ont dit qu’ils avaient des « maux de tête » et, dans certains cas, une sensation de nausée et de fortes douleurs aux sinus qui suivaient….

Comme j’ai toujours souffert de maux de tête au niveau des sinus et que j’ai eu de telles douleurs dans le dos de mes propres cavités nasales pendant des années, je sais ce qu’ils vivent……

Et tout cela pour obtenir un « échantillon » d’ARN de ce supposé virus pour vérifier que quelqu’un est positif ?

Encore une fois, cela me semble assez barbare, et il y aurait des moyens beaucoup plus simples d’obtenir des échantillons de tissus plutôt que d’endommager éventuellement l’arrière de nos cavités nasales ».

Il y a quelque chose de très suspect dans ces tests COVID.

Nous devons au moins nous rappeler que des lots de tests COVID se sont avérés contaminés, parfois par le coronavirus lui-même (par exemple aux États-Unis et au Royaume-Uni) – bien que les vérificateurs des faits affirment que le « virus » ne pourrait pas se propager ou infecter des personnes, ce qui rendrait les résultats des tests inefficaces.

Étant donné l’objectif du NWO (Nouvel ordre mondial) d’une population entièrement micropucée, je ne mettrais pas en doute les conspirateurs du NWO pour mener une méthode aussi horrible et clandestine d’implantation de personnes à leur insu sous le couvert de les aider.

Pointer un pistolet laser sur votre tête affaiblit-il votre glande pinéale ?

Médecin portant un masque chirurgical de protection à l’aide d’un thermomètre frontal infrarouge (pistolet thermomètre) pour vérifier la température corporelle des symptômes viraux de l’équipe commerciale en attente dans une ligne

En ce qui concerne les interventions médicales invasives, avant même d’en arriver aux vaccins et aux nanopuces, ou même aux tests nasopharyngés, qu’en est-il des pistolets laser à température ?

Vous pourriez avoir la malchance de vivre dans une région où les entreprises effectuent désormais des examens thermiques en pointant un pistolet sur votre front.

Au-delà des conséquences médicales, c’est un conditionnement flagrant et dégoûtant pour habituer les gens à avoir un pistolet pointé sur leur tête.

Pensez à ce que nous permettons si nous acceptons cette nouvelle norme où des dispositifs ressemblant à des armes à feu sont couramment pointés sur nos têtes.

Pediatrician or nurse checks baby boy’s body temperature using infrared forehead thermometer (thermometer gun) for illness symptom

Pensez au mal énorme que nous faisons aux enfants si nous leur permettons de s’y habituer.

Cette vidéo intéressante explique comment le rayon infrarouge du pistolet peut endommager la glande pinéale, la porte d’entrée vers les domaines énergétiques supérieurs et la conscience. L’homme dans cette vidéo cite une infirmière australienne :

  • Je suis vraiment inquiet … sommes-nous désensibilisés pour être ciblés sur la tête et causer également des problèmes de santé potentiels en dirigeant un rayon infrarouge vers la glande pinéale ?

Je suis allé dans un centre commercial et les gens faisaient la queue pour faire prendre leur température par un employé qui n’était manifestement pas un médecin et qui n’avait pas été correctement formé sur la manière d’effectuer correctement cette procédure.

Beaucoup ont été choqués lorsque mon tour est venu et j’ai pris l’arme qui était dirigée vers mon front et je l’ai redirigée vers mon poignet.

J’ai parlé doucement mais fermement et j’ai dit à cet employé qu’un thermomètre infrarouge ne devait jamais être pointé sur le front de quelqu’un, surtout pas sur les bébés et les jeunes enfants.

En outre, il faut savoir comment lire correctement la température de quelqu’un, c’est-à-dire que placer un thermomètre sur le poignet ou le pli du coude est beaucoup plus précis et beaucoup moins nocif.

J’ai été très troublé de voir des enfants s’habituer à voir un objet en forme de fusil pointé sur leur front et sans aucune réaction négative des adultes, comme si cela était normal et acceptable.

En tant que professionnel médical, je refuse de viser directement la glande pinéale qui est située au centre du front, avec un rayon infrarouge.

Cependant, la plupart des gens acceptent de passer par là plusieurs fois par jour ! Nos glandes pinéales doivent être protégées car c’est crucial pour notre santé actuelle et future.

Un thermomètre infrarouge standard absorbe les infrarouges mais ne les émet pas, donc de ce point de vue, ils sont sans danger. Le problème de la sécurité vient des thermomètres laser, qui émettent un faisceau de lumière pour mettre en évidence la zone de l’objet évalué afin d’en assurer la précision.

Ce faisceau est classé comme un laser de classe II qui émet une lumière visible inférieure à un milliwatt et peut être vendu comme « pointeur » utilisé pour attirer l’attention sur des informations sur des tableaux intelligents ou des tableaux blancs lors de conférences. Bien qu’ils soient généralement considérés comme sûrs, ils peuvent endommager la rétine si vous fixez le faisceau.

Les lasers produisent un faisceau de lumière intense qui peut provoquer des radiations laser sous forme de dommages thermiques aux tissus. Les dangers augmentent à mesure que l’on se rapproche du laser, plus le risque de blessure est grave ».

Dernières réflexions

Le but de ce poste particulier est de sensibiliser et de poser des questions.

Cet article n’a pas les réponses à la question de savoir ce que contiennent réellement ces tests COVID et s’ils sont conçus avec une arrière-pensée.

Il faut espérer que ces questions initiales inciteront les gens à poursuivre leurs recherches ou, à tout le moins, les encourageront à être très sceptiques quant à la possibilité de passer ces tests sans hésitation.

Il doit être clair à présent que rien de l’opération Coronavirus n’est bénin, pas même les tests. Chaque aspect de ce programme doit être soigneusement examiné.

Se soumettre au test lui-même est un acquiescement tacite au fait que le test fonctionne et qu’il est nécessaire pour la santé et la sécurité publiques – deux éléments qui sont manifestement faux.

Lire l’article complet sur The Freedom Articles.

2 Commentaires

  1. Au boulot, ils voulaient prendre notre température; j’ai répondu par même pas en rêve.
    Quand je livre et que des clients envoient des mails en disant qu’il est inadmissible que je n’ai pas de masque; je répond rien à foutre.
    Simple et efficace, suffit de le faire.

  2. Philippe je tiens a vous alerter, qu’un internaute israélien s’est procuré plusieurs écouvillons et les a fait passe au microscope électronique. il a remarque que les écouvillons en package vert, contiennent des morceaux métalliques dans le coton. A quoi servent ces fragments? volontairement blesser la personne? Si d’autres internautes peuvent se procurer ces écouvillons en France et les analyser.

Laisser un commentaire