LES «VACCINO-SCEPTIQUES» ou LES NOUVEAUX « CRISTEROS » partie I.

0
5113
Image par Angelo Esslinger de Pixabay

Cet article de Philippe A. Jandrok a été publié pour la première fois dans le N°105 du magazine “Top Secret” de Roch Sauquère, le 24 septembre 2019. Au regard de la crise COVID, l’auteur a souhaité le remanier et le publier sur son site afin de permettre aux lecteurs de cogiito.com l’accès à ces informations nécessaires et indispensables.

« C’est à l’heure du commencement qu’il faut tout particulièrement veiller à ce que les équilibres soient précis… »

Extrait du Manuel de Muad’Dib par la princesse Irulan. Frank Herbert, DUNE, livre premier (1965)

De 1926 à 1929 au Mexique, s’est déroulée une guerre civile dont on parle peu aujourd’hui, elle opposa la ferveur chrétienne du peuple mexicain au gouvernement militaire du Président Plutarco Elías Calles, athéiste, anticatholique et anticlérical, renforcé dès 1917 sur le modèle communiste à travers la constitution mexicaine, elle-même foncièrement anticléricale. La religion ne devait plus être l’opium du peuple comme l’affirmait Karl Marx dans son ouvrage, « Contribution à la critique de la philosophie du droit de Hegel » publié en 1844 :

  • « La religion est le soupir de la créature opprimée, la chaleur d’un monde sans cœur, comme elle est l’esprit de conditions sociales d’où l’esprit est exclu. Elle est l’opium du peuple… »

Cette religion est donc une idée bourgeoise, une forme d’aliénation par un ordre, elle est le paravent d’intentions dissimulées par le clergé pour s’enrichir, en prônant la pauvreté. C’est le symbole même de l’illusion qui profite inévitablement aux classes dominantes, une idée qui va tant conforter le peuple, qu’il se détache du pouvoir et en se rassurant que Dieu punira les mécréants, justifiant par là même, son triste sort dans une forme d’acceptation de sa propre soumission.

Or, le rôle historique des « cristéros » était de retrouver le monde spirituel que le pouvoir leur avait retiré de force, pour libérer enfin le Mexique de l’injustice dans laquelle il était plongé. « La guerre des Cristeros » illustre le combat pour la liberté d’être et de penser, la liberté de croire et de prier dans les églises du Mexique. Elle montre également la différence entre le clergé et le pénitent, entre la religion et la croyance, elle nous indique que les intérêts du Pouvoir sont systématiquement mis en avant en méprisant la force vive des enfants de Jésus Christ. Ce sera le dernier grand soulèvement paysan du Mexique moderne. Mais ce soulèvement est le même que nous vivons à propos des vaccins, nous, citoyens éveillés, nous nous retrouvons face à une dictature politico/scientifico/religieuse en matière vaccinale.

« Les vaccins, pour ou contre ? »

https://mobile.twitter.com/verity_france/status/1497670250648809472

Nous sommes désormais habitués à entendre avec la plus grande sincérité de la part du Ministère de la Santé et des médecins provaccinaux que les vaccins comptent parmi les actions de santé publique les plus efficaces et les plus sures pour prévenir les maladies graves et les décès, mais est-ce la vérité ?

Ce n’est pas tout à fait une vérité et déjà la moitié d’un mensonge, car les espoirs et les affirmations de succès annoncés par les laboratoires sur leurs vaccins, sont d’une part, rarement respectés, et d’autre part les accidents vaccinaux sont certainement plus nombreux que les bienfaits que promettent les vaccins.

Les bénéfices/risques ne seraient-ils pas trop importants pour justement prendre ces risques d’accidents qui peuvent être fatals ?

Le succès des vaccins n’est pas dû à leur prétendue efficacité scientifique, mais à la capacité des laboratoires de monopoliser l’espace médiatique et l’attention du public

tout en menant des campagnes agressives de communication en faveur des vaccins « sauveurs des maladies. »

Il est désormais prouvé scientifiquement qu’une personne vaccinée devient elle-même porteuse du virus contre lequel elle est vaccinée et donc elle devient un des principaux facteurs d’émission de ces virus, comme dans le cas de la grippe ou même de la rougeole, des oreillons… Comme il a été constaté que les épidémies de rougeole depuis 1963 sont dues pour 38 % à la rougeole vaccinale et non sauvage, comme dans le cas de l’épidémie de rougeole de Disneyland le 15 janvier 2015.

Mais je l’ai expliqué dans Pandora VI, il n’y avait déjà plus de décès dû à la rougeole avant la mise en circulation du premier vaccin contre la rougeole en 1963 en Angleterre.

À force d’analyser la situation de ces supposées épidémies, fort est de constater que les vaccins seraient éventuellement un facteur de diffusion de ces mêmes épidémies qu’ils sont censés protéger au point que l’OMS a clairement demandé aux laboratoires de cesser la commercialisation du vaccin contre la variole qui, non seulement renforçait la maladie, mais qui causait de nombreux accidents vaccinaux, faits que nous possédons depuis le XIXe siècle sans qu’aucune autorité sanitaire n’en tienne compte.

Aujourd’hui, certains médecins ont pris conscience de la réalité vaccinale et se demandent s’il ne serait plus simple de laisser les enfants attraper et développer ces maladies infantiles plutôt que de les vacciner systématiquement afin d’éviter non seulement de développer ces maladies, de les diffuser et de développer également des maladies auto-immunes, un autisme ou des cas de mort subite du nourrisson. Les vaccins ne sont pas uniquement porteurs de virus et de bactéries, mais ils sont également porteurs de tout un arsenal de produits chimiques et toxiques pouvant induire une quantité de maladies auto-immunes à vie.

De plus, retarder la rougeole avec la vaccination nécessite des rappels tous les trois ou cinq ans, ce qui implique une accumulation de produits chimiques et de mercure qui ne peut aller dans le sens de la bonne santé du sujet.

Ainsi, en reculant l’infection de la rougeole, les laboratoires repoussent l’inéluctable, c’est pourquoi des adolescents et des adultes développent une maladie infantile au moment où elle est la plus dangereuse pour eux.

La rougeole est une maladie infantile qui participe au nettoyage cellulaire et au renforcement du système immunitaire dans le corps du sujet, elle apporte également une quantité de protections contre des maladies d’adultes bien plus graves, comme le cancer (Voir Pandora VI).

En revanche, rien n’empêchera un vacciné de la rougeole de la contracter à nouveau et même de la développer en tant qu’adulte, surtout si son origine est vaccinale, car la rougeole vaccinale n’est pas la rougeole sauvage, mais une maladie approchante.

Les citoyens des années 2000 ont peu d’expérience avec des maladies dévastatrices comme la polio ou la diphtérie, mais ce ne sont peut-être pas les vaccinations qui les ont éradiquées. Les généralités que les vaccins sont responsables de leur déclin sont surfaites et plaisent à la propagande vaccinale, mais ce n’est pas nécessairement une vérité scientifique.

En fait, rien ne prouve en dehors des discours imposés par les laboratoires que les maladies seraient nécessairement évitables par la vaccination, alors que c’est justement une fausse vérité scientifique imposée et enseignée dans les facultés de médecine par les laboratoires eux-mêmes.

Nous en avons la preuve avec les vaccins anti-COVID, qui ne protègent ni n’empêchent le patient de développer un COVID, pire, le vaccin le provoque.

Le calendrier vaccinal fonctionne sur ce postulat de protection des épidémies sans tenir compte des contaminations des vaccins à virus vivants et même atténués. En dehors des vaccins, les épidémies se développent essentiellement dans les milieux où la saleté, le manque d’hygiène et d’alimentation fraiche, les carences en vitamines et en eau potable, ainsi qu’un affaiblissement des défenses immunitaires, prédominent.

C’est pourquoi les maladies frappent davantage les pays où ces règles d’hygiène sont manquantes.

Dans les sociétés modernes et occidentales, une grande partie des épidémies ont disparu grâce justement aux progrès de l’hygiène et à une alimentation régulière, ce qui est loin d’être le cas en Afrique, en Asie du Sud Est et dans toutes les zones de guerre. Dans ces mêmes sociétés où l’on a forcé la vaccination du COVID, il y a statistiquement le plus de cas de COVID, contrairement aux pays comme l’Afrique, peu vaccinée.

Il parait donc surfait d’insister à vacciner des populations et des enfants contre des agents pathogènes en les inoculant avec les vaccins obligatoires jusqu’à 24 vaccins avant leur deuxième anniversaire.

Nos enfants peuvent recevoir jusqu’à cinq injections à chaque visite, ce qui est énorme pour le système immunitaire de nos petits êtres.

La vaccination pourrait être évitée à ces enfants équilibrés, alimentés, qui ne manquent de rien et qui bénéficient de l’hygiène, cette habitude imposée depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale pour éviter les épidémies, le tout-à-l’égout, l’eau courante et “potable” à disposition. D’ailleurs, il est étonnant qu’aucune enquête officielle n’ait été réalisée pour savoir si les enfants vaccinés étaient en meilleure santé que les enfants non vaccinés, or, nous savons, car, des médecins indépendants l’ont constaté, que les enfants non vaccinés sont en meilleure santé que des enfants vaccinés, alors pourquoi vacciner de force nos enfants ?

« Tolérance zéro dans la critique vaccinale »

De plus, il a été fixé un niveau de tolérance zéro dans la critique vaccinale à travers les médias dans le monde, c’est un véritable coup monté par les plus grands industriels de la planète qui possèdent aujourd’hui les médias. Ainsi, pour l’homme averti, tout ce qui représente un lieu de passage entre deux réalités différentes est potentiellement dangereux, c’est pourquoi à notre époque, on a pris grand soin de fixer les limites de la science en rapport avec celles de l’industrie pour déterminer quelle science est bonne et quelle science est mauvaise.

Il a été établi par l’industrie que la science contrôlée par Big Pharma est la « meilleure »,

et la Science et les médecines naturelles sont désignées par celle-ci, comme archaïques et obsolètes.

Voilà comment chaque homme pénètre aujourd’hui dans le XXIe siècle avec ce postulat appliqué avec acharnement, voire avec haine de la part des défenseurs du scientisme médical qui ont instauré un désordre scientifique exceptionnel.

« Pandora, une source d’informations nécessaire »

Je travaille sur le sujet depuis de nombreuses années et j’ai publié à travers ma série Pandora, des articles et des témoignages scientifiques sur le terrible monde de la santé dans lequel nous sommes plongés. Les lecteurs habitués aux articles du magazine « Top Secret » et de ceux de cogiito.com comprendront rapidement les imbrications et les tromperies de l’empire pharmaceutique qui contrôle notre société à tous les niveaux. Cette vérité est pire que la fiction à partir du moment où l’on se retrouve soi-même victime des crimes en cours, commis avec la complicité de ceux qui contrôlent nos démocraties. Il est certain que si l’on n’est pas touché par la maladie, on ne s’y intéresse que très rarement et c’est un tort, car ce sont souvent ces personnes nonchalantes qui courent se faire vacciner contre la grippe ou contre la rougeole en craignant de les attraper, mais qui, le plus souvent, développent des pathologies auto-immunes après leurs vaccinations et qui ne comprennent pas ce qui leur arrive sans jamais faire le rapprochement avec leurs vaccins.

Le XXe et le XXIe siècle ont enregistré le pourcentage le plus élevé de maladies auto-immunes de toute l’histoire de l’humanité, c’est bien évidemment le fait du hasard, comme il est tout aussi hasardeux de constater l’explosion de cancers chez les enfants, leurs parents et leurs grands-parents. Pour un scientifique honnête, une telle augmentation de la maladie est impossible sans avoir été provoquée ; pour un médecin soumis au cartel pharmaceutique, c’est au contraire tout à fait normal et particulièrement rentable. Cet article va tenter de permettre au lecteur d’aborder « la science » sous un autre point de vue, avec détachement et logique scientifique. Ce cheminement permettra peut-être l’ouverture de certaines consciences sur une sinistre réalité qui se trame actuellement contre les intérêts humains.

« L’histoire au service de la vérité »

Comme je l’ai expliqué dans mon livre « La vérité vous affranchira[1] », Auschwitz situé en Pologne était composé de trois camps :

  1. Auschwitz I ou « Auschwitz Stammlager », camp de concentration, situé à Oswiecim.
  2. Auschwitz II ou « Auschwitz-Birkenau », camp d’extermination situé à Brzezinka, où étaient pratiquées les spires expériences médicales sur le vivant par entre autres, le non moins fameux Dr Mengele, protégé par les alliés après la guerre.
  3. Auschwitz III, ou « Auschwitz-Monowitz », camp de concentration sur le travail forcé situé à Monowitz, à quelques km d’Oswiecim[2]

Les camps d’Auschwitz étaient donc les plus grands camps de concentration et d’exterminations allemands de la Seconde Guerre mondiale.

Auschwitz II ou « Auschwitz – Birkenau » était le centre d’expérimentation des « cobayes » humains pour tester les nouveaux médicaments et les vaccins pharmaceutiques dangereux, travaillant en corrélation avec IG Farben qui était un cartel pharmaceutique puissant composé d’entreprises chimiques allemandes et de sociétés pharmaceutiques telles que BASF, Bayer et Hoechst. Après la guerre, IG Farben deviendra BAYER.

Les survivants des camps n’ont pas pu « poursuivre » le gouvernement nazi inhumain pour les odieuses expériences médicales menées sur eux sans consentement éclairé et en toute impunité,

cela devrait éveiller l’attention de certains lecteurs après deux ans de COVID-19.

En dehors des actes chirurgicaux sans la moindre anesthésie, dans les conditions les plus sordides, les plus épouvantables, la politique de vaccination forcée sur les Juifs, les homosexuels, les intellectuels, les communistes, les Tsiganes et tous les opposants nazis ainsi que les enfants, ces groupes pharmaceutiques se sont enrichis à milliards pendant, et après la guerre, grâce à ces expériences interdites sur les humains[3] qui leur ont permis de concevoir de nouveaux médicaments. Si nous devions parler en détail des actes commis dans ces camps de l’Allemagne nazie aujourd’hui, nous serions traités de conspirationnistes qui travestiraient l’histoire, mais dans les départements d’anatomopathologie de certains hôpitaux, les traces de ces horreurs subsistent et je les ai vues, mais elles sont interdites au public. L’horreur vécue par ces cobayes humains ressemble à s’y méprendre au traitement réservé aux animaux de laboratoire aujourd’hui, aucune considération, aucun respect de la dignité, rien que des objets vivants bons à subir les pires tourments, pour faire avancer la science.

Cela a-t-il vraiment changé ?

« La vaccination altère l’adn et le système immunitaire… »

Et que dire de la vaccination qui altère l’ADN et le système immunitaire. La vaccination qui divise les scientifiques du monde entier. La moitié ne jure que par elle et s’enrichit à milliards, et l’autre moitié met en garde la population en indiquant qu’elle est un culte scientiste qui pratique l’inquisition quotidienne contre tous ses opposants. Oser prétendre que l’on est contre la vaccination équivaut à une condamnation par la justice qui se rend incapable d’esprit critique et de science critique car, contrôlée par les laboratoires. Les parents se voient retirer leurs enfants sous prétexte de maltraitance s’ils refusent la vaccination obligatoire, encore une preuve de scientisme officiel, c’est la démonstration de la nouvelle inquisition non pas celle de Rome, mais celle de Big Pharma, soutenue par les autorités gouvernementales.

« Qui dirige qui ? »

Un empire privé qui contrôle le fonctionnement démocratique d’une nation ?

Autre exemple de dérive délirante, les patients qui refusent de subir une chimiothérapie sont soit chassés par leurs médecins qui refusent de les soigner en sachant pertinemment qu’ils ne pourront pas les guérir sur le long terme, soit, et c’est arrivé aux États-Unis, condamnés à suivre le protocole de chimiothérapie imposé par la justice, tout en sachant que la chimiothérapie rapporte plus de 60 000 dollars par jour et que le médecin prescripteur en touche la moitié, tout comme un pédiatre touche de la Croix bleue (Blue Cross, mutuelle privée américaine) 40 000 dollars par an pour chaque patient (enfant) qui reçoit chaque vaccin du calendrier vaccinal. Étrangement la médecine à défaut de ne plus être une vocation est devenue un véritable culte de la rentabilité accrue[4].

« Le vaccin HPV tue ! »

Ce vaccin défendu avec ferveur par les plus grands professeurs en médecine en France :

  • « Plus de 400 adolescents TUÉS par le vaccin HPV qui invalide et produit souvent une mort longue et douloureuse pour ses victimes. Pourquoi sommes-nous censurés lorsque nous en parlons, s’étonne le Dr Brian Hooker. Parce que l’industrie du vaccin est sans la moindre responsabilité face à ses patients et refuse que vous ou qui que ce soit sachiez à quel point son industrie est corrompue, malfaisante et criminelle, et les innombrables vies qu’elle détruit pour un profit obscène.

Les adultes sont la prochaine cible des mandats de vaccination avec les adolescents en tête. Si vous voulez une vérité inaltérée avant de ne plus pouvoir y accéder, regardez la série « Vaccines revealed »[5], une série gratuite en 9 épisodes qui met en vedette certains des plus grands spécialistes mondiaux des vaccins qui expliquent exactement pourquoi les vaccins ne sont ni surs ni efficaces. »

Dr Brian Hooker

« corruption des laboratoires ? »

L’industrie des vaccins s’acharne à dissimuler la vérité sur les ingrédients des vaccins obligatoires, en espérant que personne ne découvrira jamais la vérité que les vaccins sont fabriqués à partir de cellules rénales de singe vert d’Afrique, de tissu fœtal humain et de métaux lourds toxiques comme le mercure et l’aluminium (qui endommagent le cerveau)… Alors que « The Truth About Vaccines » dénonce les secrets vaccinaux, et l’industrie du vaccin s’approche progressivement de sa fin, de la fin d’un mensonge international.

« Les laboratoires producteurs de vaccins, condamnés »

  • « Merck a été accusé d’avoir fraudé dans ses essais d’innocuité du vaccin Gardasil© en utilisant un ingrédient neurotoxique contenu dans le Gardasil© en tant que placebo bioactif et en dissimulant une incidence de 2,3 % de maladies auto-immunes survenant dans les sept mois suivants la vaccination
  • On dit que le Gardasil© protège contre le cancer du col utérin, une maladie qui, aux États-Unis, a un taux de mortalité relativement faible de 1 sur 43 478 (2,3 sur 100 000).
  • Robert F. Kennedy, Jr. a révélé que les données de Merck montraient que Gardasil© augmentait le risque de décès de 370 %,
  • le risque de maladie auto-immune de 2,3 % et
  • le risque d’une maladie grave de 50 %.
  • Après commercialisation, les évènements indésirables rapportés au cours de l’utilisation du vaccin après l’octroi de la licence figurent sur la notice du vaccin Gardasil© et comprennent les troubles du système sanguin et lymphatique, l’embolie pulmonaire, la pancréatite, les maladies auto-immunes, les réactions anaphylactiques, les troubles musculo-squelettiques et conjonctifs, les troubles du système nerveux et plus encore.
  • L’utilisation par Merck d’un adjuvant neurotoxique en aluminium au lieu d’un placebo approprié dans ses essais d’innocuité rend effectivement ses essais d’innocuité nuls et non avenus, car l’ampleur réelle du préjudice ne peut être déterminée avec précision[6]. » Déclare le Dr Mercola sur son site dans un article dédié au HPV.

Comme le lecteur peut le constater, la précédente déclaration du Dr Brian Hooker biologiste et chimiste, n’est pas celle de l’auteur de cet article, mais bien celle d’un chercheur honnête et scrupuleux dont le fils a été rendu autiste suite à la vaccination du ROR et à une surdose de mercure contenu dans le vaccin. Enfin, toute personne qui apprécie la liberté doit comprendre le but de l’obligation vaccinale et des lois qui l’encadrent, faire des citoyens des esclaves soumis à l’autorité qui aura le droit de vie et de mort sur tous, riches et pauvres, enfin, surtout pauvres. C’est bien un fait réel qui se dessine sous nos yeux et l’inaction de chacun qui se demande quoi faire pour éviter ce plan :

« La destruction des libertés commence par l’obligation vaccinale »

  • « Exemptions des exigences de santé pour l’entrée à l’école ; suppression des dérogations aux examens médicaux d’entrée et aux exigences en matière d’immunisation à l’entrée à l’école pour des raisons religieuses ; exiger que le Board of Medicine et le Board of Osteopathic Medicine créent conjointement un comité de révision des exemptions médicales, etc. »

Voilà le nouveau projet de loi du Sénat de Floride parrainé par la démocrate Lauren Book intitulé SB 64 : Exemptions relatives aux exigences de santé[7] pour les écoles, qui supprime les exemptions religieuses pour les vaccinations à l’entrée à l’école dans l’État de Floride. Cette loi interfère inévitablement avec la relation médecin / patient sur ordre de l’État, et sera supervisée par le comité d’examen des exemptions médicales afin de déterminer la validité des exemptions médicales pour la vaccination.

La vaccination s’est imposée tel un dogme religieux sans même qu’il y ait le moindre contrôle scientifique de ces allégations d’utilité indispensable, soutenues par la corruption des officiels mis en place par les producteurs de vaccins.

  • « Les vaccins n’arrêtent pas la propagation des maladies, ils les activent au contraire en épuisant la capacité immunitaire de ceux auxquels on injecte des vaccins. Tout ce que nous sommes programmés à croire au sujet des vaccins est une perversion de la vérité. Cette vérité est diamétralement opposée à ce qui se passe réellement. Avec la censure massive qui s’installe partout sans relâche, c’est le moment de s’instruire sur le sujet de la vaccination ! » déclare le Dre Suzanne Humpfries.

« La résistance est un devoir »

Si les résistants de 39/45 s’étaient contentés de se dire « mais quoi faire » pour lutter contre l’occupant nazi, y aurait-il eu la moindre résistance en France ?

Notre devoir face au sacrifice de nos aïeux est de lutter contre ce programme d’extermination de masse qu’est la vaccination imposée, nous parlions précédemment d’Auschwitz, tout en critiquant les nazis et leurs monstrueuses actions, mais ils sont encore présents et continuent à agir contre les intérêts de la vie.

« Plus de barrières éthiques »

En ce moment aux États-Unis, l’alimentation industrielle et les vaccins toxiques ont franchi la frontière entre la morale et l’éthique, et les anciennes barrières éthiques concernant le respect fondamental de l’homme et de son humanité, sont bafoués au quotidien. Après l’Afrique, l’Asie du Sud-est, les États-Unis sont devenus pour les grandes compagnies pharmaceutiques, l’artère principale des pratiques vaccinales dangereuses auprès des enfants. Les États-Unis ont le nombre le plus élevé de décès d’enfants nouveau-nés, bien davantage que des pays en voie de développement, contrairement au Japon qui a interdit la vaccination du ROR et du Gardasil©, et qui a les statistiques les plus basses de décès d’enfants lié aux vaccinations au monde :

  • « Cependant, les Japonais vivent plus longtemps et en meilleure santé́ que les Américains, et les bébés nés aux États-Unis risquent deux fois plus de mourir en bas âge, que ceux nés au Japon qui n’impose aucune vaccination obligatoire aux nourrissons. Le taux de mortalité́ infantile aux États-Unis est le plus élevé́ du monde, dépassant même des pays en voie de développement, c’est vrai que la vaccination protège, je l’avais presque oublié. Le Japon a le taux de mortalité́ infantile le plus bas du monde après l’interdiction des vaccinations obligatoires, et il exhorte les autres pays à suivre cette disposition pour le bien des enfants de tous les pays… Les Japonais sont très conscients des dangers de la vaccination sur leurs enfants et s’opposent à l’utilisation de vaccins à doses multiples, tels que le ROR. Après un nombre record d’enfants développant des réactions indésirables, notamment une méningite, un autisme et même une mort subite du nourrisson, le gouvernement japonais a interdit le vaccin ROR contre la rougeole, les oreillons et la rubéole de son programme de vaccination, malgré́ l’opposition appuyée de l’empire vaccinal. Au Japon, ce n’est pas un crime de refuser le ROR, aux États-Unis et bientôt en France, c’en est presque un. Donc au Japon, les enfants développent la rougeole sauvage et ce n’est pas pour autant que le pays du soleil levant souffre d’épidémies de rougeole, contrairement aux États-Unis et à l’Europe, pays qui vaccinent à tout va. Comment est-ce possible ? Un pays sans ROR qui ne souffre pas d’épidémie et les États-Unis où 97 % de la population est vaccinée avec le ROR et le ROR-V II qui sont sujets aux épidémies de rougeole…[8] ? »

« Interdiction du Gardasil© au Japon pour raison de santé »

Le Gardasil© a également été interdit au Japon à cause des nombreux accidents consécutifs à sa vaccination. « La Dre Diane Harper qui a validé́ pour la FDA le premier Gardasil©, est depuis revenue sur sa position aux vues des dramatiques statistiques d’accidents vaccinaux, et particulièrement avec le Gardasil©. Les déclarations suivantes résument une autre réalité́ sur le Gardasil© ou le Cervarix© :

– « Prenez le Gardasil©, il faut bien mesurer l’étendue du scandale : tout le monde savait au moment de l’obtention de l’autorisation américaine de mise sur le marché́ que ce vaccin n’apporterait strictement rien ! [9]

Un autre médecin chercheur, et français cette fois-ci, déclare à propos du Gardasil© :

  • «… Le Gardasil© ne sert à̀ rien et on le paye une fortune ! Et tous les échelons décisionnaires le savent ! […] Quel que soit le vaccin, on peut trouver des cas de syndrome de Guillain-Barré, de paralysie des membres inférieurs, des scléroses en plaques induites, des encéphalites induites. […] Je prédis que le Gardasil© sera le plus grand scandale médical de tous les temps. Parce qu’à un moment on va prouver par A + B que ce vaccin, pour prouesse technique et scientifique qu’il soit, n’a aucun effet sur le cancer du col de l’utérus et que les très nombreux cas d’effets indésirables qui détruisent des vies, voire, tuent, ne sont là que pour le seul profit des laboratoires. […] Les intérêts financiers sont beaucoup trop importants pour que les médicaments soient retirés. »

Le Dr Bernard Dalbergue est l’auteur « d’Omerta sur les labos pharmaceutiques » chez Flammarion, celui-ci a travaillé́ vingt ans pour le laboratoire Merck, il n’a, à ce jour, pas encore été́ attaqué pour diffamation pour ses révélations par le laboratoire Merck. Encore un autre médecin, celui-ci persécuté́ pour ses révélations scientifiques exactes concernant le ROR, et qui aujourd’hui, déclare :

– « L’avenir de l’industrie pharmaceutique repose sur l’industrie vaccinale, ce qui explique le nombre d’attaques sur le développement de l’enfant qui grandit au quotidien, alors que nous n’avons même pas l’ombre de la base d’études de sécurité́ sur ces vaccins, nous avons donc vraiment besoin de prendre tout notre temps pour étudier cette question. »

Dr Andrew Wakefield,

« Les vaccins détruisent les enfants[10] »

« On ne contredit pas la science vaccinale »

Les ingrédients des vaccins comprennent, chacun le sait à présent, des neurotoxines et des agents cancérigènes, dont on sait qu’ils causent des réactions indésirables graves et parfois mortelles. Le public l’ignore, à cause de la politique agressive et commerciale des laboratoires sur l’absence de publications contradictoires ni de débats d’informations scientifiques et statistiques dans les médias sur les vaccins. Chacun pourra le constater lui-même, le ratio est de 99 % en faveur des vaccins dans les médias et de 1 % d’information contradictoire publiée essentiellement sur les réseaux sociaux, soit pratiquement aucune information ne filtre pouvant nuire à la politique vaccinale forcée.

D’après le journaliste S.D.Wells dans son ouvrage, « 25 amazing (and disturbing) facts about the hidden history of medecine » la plupart des vaccins ne sont pratiquement pas testés sur les humains pour lesquels ils sont destinés ou du moins, pas assez longtemps pour justifier de leur efficacité et les taux de succès sont strictement basés sur les résultats des tests en laboratoire sur les animaux et les déclarations des laboratoires producteurs ; c’est d’ailleurs un fait confirmé par la Dre Diane Harper qui a validé le premier Gardasil© moins de 20 mois après son premier essai clinique, alors qu’il faut au minimum 4 à 5 ans pour valider un vaccin. La pression du fabricant était donc très importante.

« Ce que contiennent les vaccins »

  • De nombreux vaccins contiennent du thimérosal, un agent de conservation à base de méthyle Mercure. Chacun sait que le mercure est extrêmement toxique pour le système nerveux central dès qu’il est injecté par intramusculaire, il va directement se loger dans le cerveau.

–          De nombreux vaccins contiennent des adjuvants chimiques comme le formaldéhyde (formol), le MF59 (huile de squalène) qui provoquent une inflammation du système nerveux central.

–        De nombreux vaccins contiennent des adjuvants chimiques comme le formaldéhyde et l’aluminium pouvant provoquer l’autisme et d’autres troubles neurologiques.

–          Les taux d’autisme ont doublé voire triplé au cours de la dernière décennie, voir pour cela les études de la Dr Stéphanie Seneff au Massachusetts Institute of Technology ou MIT, spécialiste des vaccinations et du glyphosate. Aux États-Unis, plus d’un enfant sur 50 reçoit un diagnostic de spectre autistique qui est le taux le plus élevé de toute l’histoire humaine.

–          On trouve également dans les vaccins[11] :

–        Gélatine de porc OGM

–        Sorbitol et autres stabilisants

–        Émulsifiants

–        Exhausteurs de goût

Antibiotiques[12] : la liste est trop longue pour être reproduite ici.

Les vaccins contiennent également :

–        Protéines d’œuf (ovalbumine)

–        Protéines de levure

–        Latex (dans l’emballage)

–        Formaldéhyde

–        Régulateurs d’acidité

–        Souches de cellules humaines, de cellules animales et d’OGM

–        Technologie d’ADN recombinant

–        Produits bovins

–        Sucre (saccharose)

–        Lactose (sucre de lait)

–        Mannitol

–        Le glycérol

–        Medium 199, une solution contenant des acides aminés (éléments constitutifs des protéines)

–        Le chlorhydrate d’arginine,

–        Le glutamate monosodique

–        Urée

« Explosion des maladies cardiaques, respiratoires, diabète… »

Que l’on ne s’étonne plus de l’explosion des allergies à certains antibiotiques ou autres produits alimentaires. Le vaccin contre la grippe H1N1 a considérablement accru les risques pour la santé des personnes âgées et des enfants. Le nombre de personnes souffrant de maladies cardiaques, de problèmes respiratoires et de diabète semble avoir explosé depuis les vaccinations obligatoires, d’après les déclarations de S.D. Wells.

  • Le principal groupe de scientifiques qui a convaincu L’Organisation Mondiale de la Santé et qui a fait passer la grippe H1N1 en « pandémie » avait des liens financiers avec les compagnies pharmaceutiques qui en ont profité pour s’enrichir en vendant leurs vaccins. L’Australie a interdit les vaccins antigrippaux chez les enfants à la suite de rapports faisant état de syncopes, et la Finlande a interdit les vaccins contre la grippe H1N1, après les avoir liés à la narcolepsie chez les enfants. L’injection de bactéries et de virus génétiquement modifiés comporte le risque de provoquer une tempête de cytokines dans le corps, ce qui est une réponse exagérée du système immunitaire face à un envahisseur hautement pathogène. Quand une cytokine se réveille dans les poumons, les liquides et les cellules immunitaires s’accumulent et finissent par obstruer les voies respiratoires, ce qui entraîne souvent la mort[13].

La vaccination, comme nous l’avons vu dans cette première partie, n’est qu’un aspect du drame qui nous est imposé de façon coercitive, non pas pour nous venir en aide, mais plutôt, pour nous affaiblir physiquement et biologiquement ; les preuves scientifiques existent et sont publiées pour part dans cet article et dans les livres de la série Pandora disponibles sur Amazon et cogiito.com. Cet article nous permet de prendre conscience que la société moderne qui nous a apporté tant de progrès, nous a trahis en nous mentant sur ces progrès qui nous sont imposés contre notre gré et contre toute logique scientifique. Nous verrons dans le prochain chapitre, la suite de cette aventure sur ce que l’on nous cache sur notre santé et celle de nos enfants.

Nous vivons une époque formi… diable !

Philippe A. Jandrok


[1] https://www.amazon.fr/v%C3%A9rit%C3%A9-vous-affranchira-conf%C3%A9rence-Devisement/dp/B09MYWVYLZ/ref=sr_1_1?crid=1697Q7X6TJPZP&keywords=la+v%C3%A9rit%C3%A9+vous+affranchira+2&qid=1645916026&sprefix=la+v%C3%A9rit%C3%A9+vous+affranchira%2Caps%2C137&sr=8-1

[2] http://d-d.natanson.pagesperso-orange.fr/3_auschwitz.htm

[3] http://www.holocaustresearchproject.org/economics/igfarben.html

[4] Le lecteur aura tous les détails dans mes ouvrages

[5]https://www.vaccinesrevealed.com/?fbclid=IwAR38Fir_q2nEBdlyznuS3j9rBUNMAVDoM7OSzFtb4hxxS7zo8SOS9dAvdJs&cookieUUID=f4b2ec59-3b05-4e6e-bf24-a70d7e88b448

[6] https://articles.mercola.com/sites/articles/archive/2019/06/22/gardasil-hpv-vaccine-hoax.aspx?fbclid=IwAR0jPUrAqvw_3XX7HsEG8V_Bo56ACbeDAP8epuri0_ouxhDDjIZIej3tZeA

[7] https://www.flsenate.gov/Session/Bill/2020/64

[8] Pandora VI, Sherlock et le mystère de Rou Geole, L’histoire d’un culte ! P. 406-407

https://vaccineimpact.com/2018/japan-has-the-lowest-infant- mortality-rate-following-ban-on-mandatory-vaccinations/

[9] Découvrez le risque. Christopher : Décédé́ à 14 ans après le vaccin an- ti-HPV . LearnTheRisk.org 16 août 2018.
ADEM . MedScienceResearch.com.
Yoneda M. Encéphalomyélite aiguë disséminée à la suite d’une immunisation avec des vaccins contre le papillomavirus humain . Société japonaise de médecine interne 2016. Food and Drug Administration. Notice de Gardasil . FDA.gov.

[10] http://bit.ly/2o0b5Cp

[11] http://vk.ovg.ox.ac.uk/vaccine-ingredients

[12] http://vk.ovg.ox.ac.uk/vaccine-ingredients#gelatine

[13] S.D.Wells « 25 amazing (and disturbing) facts about the hidden history of medecine »

Laisser un commentaire