Les vaccins COVID-19 induisent une baisse d’anticorps contre le variant Omicron

1
2439
A nurse prepares a dose of the AstraZeneca vaccine against COVID-19 during the first day of the application of the third dose to people over 60 years-old at the Centro de Estudios Superiores Navales (CENCIS) in Mexico City, on December 7, 2021. (Photo by Pedro Pardo / AFP) (Photo by PEDRO PARDO/AFP via Getty Images)

PAR ZACHARY STIEBER 13 décembre 2021

https://www.theepochtimes.com/mkt_breakingnews/covid-19-vaccines-induce-lower-antibodies-against-omicron-variant-study_4154114.html?utm_source=newsnoe&utm_medium=email&utm_campaign=breaking-2021-12-13-4&mktids=2223b8e39af7e3c14b6e2bcce797e212&est=uJt3sgAecyjMhI34wQBn2BK6vbDekyNgqU4PVcIDWq3tJPMqaiu4ozZBbrJdUjlvaw%3D%3D

Un niveau plus faible d’anticorps contre le variant du virus Omicron est déclenché par les vaccins COVID-19, ont déclaré des chercheurs dans une nouvelle étude.

En utilisant des échantillons de sang de personnes ayant reçu deux doses du vaccin Oxford-AstraZeneca ou du vaccin Pfizer-BioNTech, les chercheurs de l’Université d’Oxford ont constaté “une baisse substantielle” des anticorps neutralisants, avec des preuves que certaines personnes n’en avaient pas.

“Cela entraînera probablement une augmentation des cas d’infection chez les personnes déjà infectées ou doublement vaccinées, ce qui pourrait provoquer une nouvelle vague d’infection”,

écrivent les auteurs dans l’étude préimprimée ci jointe.

Omicron est un variante du virus CCP (Parti communiste chinois), également connu sous le nom de SARS-CoV-2, qui est à l’origine du COVID-19.

Le variant a été découvert par des scientifiques en Afrique du Sud le mois dernier, et remonte au moins au mois d’octobre, selon le séquençage génomique de tests positifs.

Les premières études, dont celle de Pfizer et de son partenaire, indiquent que les régimes de primovaccination ont un effet nettement inférieur en termes de prévention des infections par le COVID-19.

“Bien que différentes méthodologies et différents types de sérums sélectionnés aient été utilisés, ces résultats montrent systématiquement une capacité de neutralisation réduite des sérums provenant de personnes vaccinées et des sérums de convalescents contre le virus Omicron par rapport aux autres variantes du SRAS-CoV-2”,

a déclaré le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies dans une récente note d’information.

Certaines recherches suggèrent qu’une dose de rappel peut restaurer une partie de la protection perdue, tandis que d’autres indiquent que l’immunité naturelle, ou la défense conférée par la guérison, n’est pas aussi bonne contre l’infection Omicron, bien que la baisse de protection n’ait pas été aussi prononcée.

Les niveaux d’anticorps sont la principale mesure de la protection contre l’infection.

Mais la protection contre la maladie grave est beaucoup plus importante, car de nombreux cas de COVID-19 sont détectés sans symptômes ou avec des symptômes légers.

L’Université d’Oxford a déclaré que leur étude ne montrait pas qu’Omicron avait un potentiel plus élevé de provoquer une maladie grave chez les vaccinés.

“Ces données sont importantes mais ne constituent qu’une partie du tableau. Elles ne portent que sur les anticorps neutralisants après la deuxième dose, mais ne nous renseignent pas sur l’immunité cellulaire, ce qui sera également testé à l’aide d’échantillons stockés dès que les tests seront disponibles”, a déclaré dans un communiqué Matthew Snape, professeur de pédiatrie et de vaccinologie à l’université et co-auteur de l’étude.

Les premières données indiquent qu’Omicron est plus transmissible que les souches précédentes, mais qu’il ne provoque pas de maladie plus grave. L’ensemble des données publiées jusqu’à présent indique qu’elle provoque en fait des cas plus légers en moyenne que la souche Delta, la souche dominante aux États-Unis.

Néanmoins, les experts affirment que des études supplémentaires sont nécessaires pour déterminer les aspects d’Omicron, et le premier décès lié au variant a été signalé au Royaume-Uni lundi. Il n’a pas été précisé si la personne avait été vaccinée ou non.

1 COMMENTAIRE

Laisser un commentaire