Les vaccins COVID-19 sur les bébés provoquent : des lésions cérébrales, des convulsions et des éruptions cutanées qui sont des effets secondaires enregistrés dans le VAERS

5
5710

par Brian Shilhavy
Rédacteur en chef, Health Impact News

(https://healthimpactnews.com/2022/injecting-babies-with-covid-19-vaccines-brain-damage-seizures-rashes-recorded-side-effects-in-vaers/)

Nous découvrons en ce moment plus d’enregistrements d’effets secondaires des vaccins pédiatriques COVID-19 pour le groupe d’âge le plus récent autorisé par la FDA, les bébés et les tout-petits âgés de 6 mois à 4 ans. Cette tranche d’âge a été autorisée à se faire injecter les vaccins COVID-19 il y a moins d’un mois, le 17 juin.

Dans la dernière mise à jour de la base de données nationale du système de notification des événements indésirables liés aux vaccins (VAERS) vendredi dernier (8 juillet 2022), 123 nouveaux enregistrements ont été ajoutés à ce groupe d’âge, avec 137 cas désormais enregistrés depuis l’autorisation de la FDA. ( Source .)

Comme nous l’avons signalé le 6 juillet , lorsque les premiers cas ont commencé à apparaître dans le VAERS pour les bébés et les tout-petits, les hallucinations sont un effet secondaire très troublant dans ce groupe d’âge très jeune.

Avec ces 137 cas enregistrés au cours des dernières semaines, d’autres effets secondaires troublants, notamment des lésions cérébrales, des convulsions et des éruptions cutanées, apparaissent dans la base de données.

27 des 137 cas ont cité le « syndrome malin des neuroleptiques » comme effet secondaire.

La Cleveland Clinic définit le « syndrome malin des neuroleptiques » comme suit :

Le syndrome malin des neuroleptiques (SMN) est une réaction rare et potentiellement mortelle à l’utilisation de tout médicament neuroleptique. Les neuroleptiques, également connus sous le nom de médicaments antipsychotiques, traitent et gèrent les symptômes de nombreuses affections psychiatriques. ( Source .)

Je suis tenté d’écrire ma réaction émotionnelle à cette nouvelle, mais je veux que cela reste propre et classé G.

Quel genre de parent injecterait volontairement à son bébé quelque chose qui a la même « réaction rare et mortelle » que les médicaments antipsychotiques ? Pas étonnant que certains de ces bébés et bambins aient des hallucinations !

D’autres effets secondaires parmi ces 137 premiers cas enregistrés dans le VAERS pour les bébés et les tout-petits qui sont injectés avec les vaccins COVID-19 sont :

  • le choc anaphylactique,
  • la démence,
  • la dépression,
  • le lupus,
  • la pancréatite,
  • la colite,
  • le syndrome de Guillain-Barré,
  • l’encéphalite,
  • les convulsions,
  • la méningite,
  • et toutes sortes d’éruptions cutanées. ( Source .)

La raison la plus courante pour enregistrer un cas à soumettre au VAERS pour ce groupe d’âge est de loin «l’erreur de médicament», où le pharmacien ou le médecin a injecté au bébé la mauvaise dose, soit une dose pour adulte, soit une dose pour un enfant plus âgé.

Une telle incompétence flagrante parmi le personnel médical ne devrait pas nous surprendre, car la plupart des bons médecins éthiques ont démissionné ou ont été licenciés pour leur refus de recevoir un vaccin COVID-19, ou d’en injecter un à d’autres. 

Ceux qui restent sont soit des fanatiques des vaccins, soit pire, ils savent très bien que ces vaccins tuent et nuisent aux enfants, mais ils craignent plus de perdre leur emploi que de défendre ce qui est juste.

En lisant les comptes rendus de chacun de ces cas, il est clair que de nombreux tout-petits se battent pour résister à l’injection, mais s’il en résulte qu’ils ne reçoivent qu’une dose partielle du vaccin, ils se contentent de les injecter encore.

J’ai également noté dans plusieurs articles qu’au lieu de faire référence au «parent» de l’enfant, il est fait référence au «tuteur», ce qui suggère que certains de ces bébés et enfants en bas âge sont dans le système de placement familial, où leur les « tuteurs » n’ont d’autre choix que d’injecter leurs « enfants nourriciers » car l’enfant est techniquement pupille de l’État, et l’État a le droit d’administrer toute procédure médicale, même expérimentale, sans notification parentale .

S’il vous plaît, priez pour les enfants américains, car les États-Unis sont l’un des rares, sinon le seul, endroit au monde où des bébés aussi jeunes reçoivent ces injections toxiques .

Ceux qui participent à ce rituel satanique seront tenus pour responsables à un moment donné, et le juge de l’univers n’acceptera pas l’ignorance comme excuse, même si votre “pasteur”, ou l’infirmière ou le médecin de votre église, vous a dit que ces les vaccins sont « sûrs » et vous leur avez fait confiance.

Les églises chrétiennes sont l’un des endroits les plus dangereux pour les enfants aujourd’hui , car si vous refusez de vous soumettre à la pratique satanique de vacciner votre enfant, vous risquez d’être signalé au CPS et de voir votre enfant kidnappé médicalement où ils le retireront de votre domicile et le mettront dans une belle famille d’accueil «chrétienne» où ils recevront toutes les procédures médicales recommandées.

Sauvez ceux qui sont emmenés à la mort; Retenez ceux qui baissent les bras devant le massacre.

Si vous dites : « Mais nous n’en savions rien »,

celui qui pèse le cœur ne s’en aperçoit-il pas ? 

Celui qui garde ta vie ne le sait-il pas ? 

Ne rendra-t-il pas à chacun selon ce qu’il a fait ? 

(Proverbes 24:11-12)

5 Commentaires

  1. “…le juge de l’univers n’acceptera pas l’ignorance comme excuse…”
    C’est tout à fait exact, et pour deux raisons :
    1) Par erreur (par ignorance) sincère c’est moins grave, mais c’est grave quand même, et l’âme lors du jugement est de toutes façons soumise à cette faute.
    2) Dans la majorité des cas il n’y a pas d’ignorance sincère, seulement du déni. Quand je vois l’abjecte photo en haut de la page : après 2 ou 3 ans de ce qui s’est passé, quand des professionnels médicaux ont refusé de regarder l’évidence, et se racontent que ce qu’ils font à ce bébé est bien, ils ne font que se mentir à eux-mêmes. Ce sont des criminels, peu importe si ce sont des criminels qui s’ignorent (qui croient s’ignorer comme tel), ils en paieront le prix. Et le paieront cher.

  2. Merci de nous informer a chaque jour comme vous le faites Philippe Alexandre! Pour cet article que dire d’autre que, nous vivons toute qu’une époque!!!!

Laisser un commentaire