Les vaccins pour les nourrissons, une sale affaire à suivre…

1
1035
Image par Myriam Zilles de Pixabay

Il est courant de penser que tous les vaccins obligatoires administrés à nos enfants dont le système immunitaire et le système nerveux sont en développement peuvent éventuellement poser des problèmes et posent en effet des problèmes en provoquant un nombre incalculable d’accidents vaccinaux non reconnus par le gouvernement et surtout par les laboratoires producteurs des vaccins, même s’il est indiqué sur la notice des vaccins qu’ils peuvent provoquer

Image par Myriam Zilles de Pixabay
  • une encéphalite,
  • une mort subite du nourrisson,
  • un autisme

et d’autres troubles divers et varié, mais que personne ne s’inquiète tout va très bien Madame La Marquise, chantait Ray Ventura, tant qu’il ne s’agit pas de votre enfant.

En revanche, ce sont les mensonges des autorités qui nous inquiètent le plus.

Quand les autorités pros-vaccinales disent que des études de sécurité ont été faites alors que personne ne les a trouvées, où sont-elles, cela fait 30 ans que ces études ont été faites et pourtant aucun n’existe ?

C’est pourquoi Robert Kennedy Jr. offre des milliers de dollars à celui qui pourra démontrer qu’elles ont été faites et qu’elles prouvent que les vaccins ne représentent aucun danger.

Image par Andreas Wohlfahrt de Pixabay

Bien sûr, personne n’a pu produire aucune des preuves annoncées, d’où un procès retentissant, qui a prouvé que s’il avait été demandé à l’administration depuis 30 ans de mener des études spécifiques sur l’innocuité des vaccins, pas la moindre n’avait été réalisée, malgré des millions de dollars d’impôts prévus à cet effet, et à ce jour on ignore où est passé l’argent ?

Le vaccin contre la grippe n’a jamais été étudié chez les enfants ou les femmes enceintes et que s’il était administré à une femme enceinte, il était nécessaire de l’inscrire dans un registre.

De plus, sur le devant de la boîte du vaccin, il est indiqué de NE PAS donner aux enfants de moins de 5 ans !

Je pourrais continuer longtemps dans ces descriptions sordides et en pleine contradiction avec le discours scientiste des laboratoires et des pros vaccinaux.

Autre aberration, le vaccin contre l’hépatite B donné de force aux nourrissons avec les justifications abracadabrantesques du CDC.

Le CDC impose de donner aux bébés d’un jour ce vaccin alors que son utilité n’a jamais été démontrée.

Image par Clker-Free-Vector-Images de Pixabay

Ensuite il a été demandé au CDC s’il était sûr de donner ce vaccin avec d’autres, et sa réponse a été qu’il ne le savait pas.

Mais nous devrions admettre d’après les déclarations officielles que ce vaccin était généralement sûr comme les autres vaccins. Puis, lorsqu’on leur a demandé ce qu’il en était du « nouveau » gène qui avait muté après la vaccination forcée, ils ont déclaré :

  • « Nous supposons que c’est sans danger comme les autres vaccins ».

Le CDC a ensuite été interrogé sur les marqueurs cardiaques et auto-immuns observés dans leur étude interne auprès des enfants vaccinés et il a  reconnu qu’il avait observé ces marqueurs et qu’il allait les surveiller et déterminer en décembre 2020 s’il n’y avait pas de problème de cause à effet, mais en attendant, ces vaccins sont forcés à des bébés d’un jour.

Donc oui, il y a des préoccupations qui doivent être prises en compte concernant la sécurité des vaccins et je suis ravi que l’on s’en occupe enfin aux États-Unis, et quand en France ?

Avec une ministre de la Santé qui démissionne pour s’occuper de la mairie de Paris, ce gouvernement marche sur la tête.

Une ministre qui nous a bien caché que la nouvelle norme vaccinale obligatoire est la modification de l’ADN.

Le New York Times publiait le 15 mars 2015

  • « Protection Without a Vaccine » (protection sans vaccin), un article majeur qui illustre les nouveaux vaccins capables d’altérer directement l’ADN en modifiant la composition génétique du sujet vacciné. Or, le vaccin est prétendument fait pour protéger pas pour modifier la génétique des enfants et des adultes, là se trouve la première escroquerie, faire passer un produit de santé armé de gènes synthétiques pour modifier à son insu, l’espèce humaine ?

« En introduisant des gènes synthétiques [expérimentaux], dans les muscles des singes, les scientifiques réorganisent essentiellement les animaux pour qu’ils résistent aux maladies. »

« Le ciel est la limite », a déclaré Michael Farzan, immunologiste chez Scripps et auteur principal de la nouvelle étude. »

« Le premier essai humain basé sur cette stratégie — appelée immunoprophylaxie par transfert de gènes, ou T.I.G. — est en cours, et plusieurs nouveaux sont prévus. »  (C’était il y a presque cinq ans.)

« L’I.G.T. est tout à fait différente de la vaccination traditionnelle. Il s’agit plutôt d’une forme de thérapie génique. Les scientifiques isolent les gènes qui produisent de puissants anticorps contre certaines maladies et en synthétisent ensuite des versions artificielles. Les gènes sont placés dans des virus et injectés dans des tissus humains, généralement des muscles ».

  • « Les virus envahissent les cellules humaines avec leur charge d’ADN, et le gène synthétique est incorporé dans l’ADN du receveur. Si tout se passe bien, les nouveaux gènes ordonnent aux cellules de commencer à fabriquer de puissants anticorps ».

Notez à nouveau :

« le gène synthétique est incorporé dans le propre ADN du receveur. »

Altération de la composition génétique humaine.

Pas seulement une « visite », mais une Résidence permanente, et de quel droit ?

L’article du Times demande l’avis du Dr David Baltimore :

« Pourtant, le Dr Baltimore dit qu’il envisage que certaines personnes pourraient se méfier d’une stratégie de vaccination qui implique la modification de leur propre ADN, même si cela permet d’éviter une maladie potentiellement mortelle. »

Oui, certaines personnes pourraient être méfiantes. Si elles ont deux ou trois cellules cérébrales en fonctionnement. Il s’agit d’une roulette russe génétique avec un pistolet complètement chargé.

Image par colibri5 de Pixabay

Et les autres implications sont claires. Les vaccins peuvent être utilisés comme couverture pour l’injection de n’importe quel gène, dont le but réel est inattendu.

L’émergence de cette technologie à la mode Frankenstein s’accompagne d’un effort massif pour rendre obligatoires les vaccins, dans tous les domaines, pour les enfants comme pour les adultes. La pression et la propagande s’étendent à toute la planète.

La liberté et le droit de refuser les vaccins ont toujours été vitaux, et à la lumière de cet article, ils sont plus vitaux que jamais.

Qu’apporte la propagande sur une « épidémie inquiétante » ?

Vous aurez votre réponse et si elle ne vous vient pas immédiatement à l’esprit, relisez cet article.

Jon Rappoport

Nous vivons une époque Formi… Diable !

1 COMMENTAIRE

Laisser un commentaire