L’initiative de la Fondation Gates prétend « responsabiliser » les petits agriculteurs, mais elle va en fait, enrichir les entreprises

0
985

Gates Ag One est conçu pour accroître la dépendance des petits agriculteurs aux produits chimiques et à la technologie de pointe, ce qui rendra les agriculteurs et leurs communautés plus pauvres et aggravera le réchauffement climatique.

En janvier 2020, la Fondation Gates a lancé la société Bill and Melinda Gates Agricultural Innovations LLC, également connue sous le nom de « Gates Ag One« .

Gates Ag One a été conçue pour être une filiale de la Fondation Gates et doit être dirigée par Joe Cornelius, l’ancien directeur de la division Croissance et opportunités mondiales de la Fondation Gates (BMGF).

M. Cornelius est un ancien responsable du développement alimentaire, nutritionnel et technologique chez Bayer Crop Science et, dans les années 1990, il était directeur du développement international chez Monsanto.

Gates Ag One est saluée comme une nouvelle association à but non lucratif qui vise à « apporter des avancées scientifiques aux petits exploitants agricoles dont les rendements sont menacés par les effets du changement climatique » et à réduire les prétendus « écarts de productivité » présents en Afrique, en Asie et en Amérique latine. Elle travaillera avec l’équipe de développement agricole de la Fondation Gates et d’autres partenaires de différents secteurs pour « accélérer le développement des innovations » qui sont « nécessaires pour améliorer la productivité des cultures et aider les petits exploitants agricoles, dont la majorité sont des femmes, à s’adapter au changement climatique ».

L’objectif de Gates Ag One est de « donner aux petits exploitants agricoles les outils, les technologies et les ressources abordables et de qualité dont ils ont besoin pour sortir de la pauvreté ». Selon son document de création, « les rendements dans les exploitations agricoles de ces régions sont déjà bien inférieurs à ceux des agriculteurs du reste du monde, et le changement climatique rendra leurs cultures encore moins productives ».

Rodger Voorhies, actuel président de la division Global Growth & Opportunity de la Fondation Gates, a déclaré que Gates Ag One prévoit de travailler avec des partenaires des secteurs public et privé pour commercialiser « des semences et des caractères résistants et qui améliorent le rendement ». Il ajoute : « Nous devons accélérer l’accès aux types de produits et de services dont les personnes à faibles revenus et les petits exploitants agricoles ont besoin », en raison du temps nécessaire pour passer de l’invention au développement, aux essais en laboratoire, puis à la réglementation.

M. Voorhies explique : « Nous ne pensions pas que la recherche se dirigeait vers les cultures qui comptent le plus pour les petits exploitants dans un délai qui pourrait les atteindre… Mais finalement, la Fondation Gates n’a pas vu d’autre moyen de garantir que les découvertes initiales, telles que l’efficacité de l’utilisation de l’eau pour les cultures qui seront confrontées à des sécheresses et des inondations extrêmes, soient rendues accessibles et abordables pour les petits exploitants aussi rapidement que possible ». En bref, ils espèrent accélérer artificiellement le processus d’introduction des « nouvelles technologies » aux agriculteurs par le biais d’investissements accrus et de partenariats publics et privés tout en ayant une liberté totale dans leur modèle d’entreprise en tant qu’entité distincte de la Fondation Bill et Melinda Gates.

Laisser un commentaire