L’invention d’une épidémie

0
1375
Publié à l'origine sur www.quodlibet.it

Posté sur: Mardi 29 septembre 2020

Écrit par: Giorgio Agamben

Traduction pour cogiito.com : PAj

Face aux mesures d’urgence frénétiques, irrationnelles et totalement démotivées pour une supposée épidémie due au virus corona, il faut partir des déclarations du CNR, selon lesquelles non seulement

«il n’y a pas d’ épidémie de SRAS-CoV2 en Italie»,

cependant, «l’infection, d’après les données épidémiologiques disponibles aujourd’hui sur des dizaines de milliers de cas, entraîne des symptômes légers / modérés (une sorte de grippe) dans 80 à 90% des cas. Dans 10 à 15% des cas, une pneumonie peut se développer, dont l’évolution est cependant bénigne dans la majorité absolue. On estime que seuls 4% des patients nécessitent une hospitalisation en réanimation ».

Si telle est la situation réelle, pourquoi les médias et les autorités s’emploient à semer un climat de panique, provoquant un véritable état d’exception, avec de sérieuses limitations de déplacements et une suspension du fonctionnement normal des conditions de vie et de travail dans des régions entières?

Deux facteurs peuvent aider à expliquer ce comportement disproportionné. 

Tout d’abord, il y a une fois de plus la tendance croissante à utiliser l’état d’exception comme un paradigme normal de gouvernement. Le décret-loi immédiatement approuvé par le gouvernement « pour des raisons d’hygiène et de sécurité publique » se traduit par une véritable militarisation « des communes et des zones dans lesquelles au moins une personne est positive pour qui la source de transmission n’est pas connue ou en tout cas dans lequel il existe un cas non imputable à une personne provenant d’une zone déjà affectée par l’infection virale « . 

Une formule aussi vague et indéterminée permettra d’étendre rapidement l’état d’exception à toutes les régions, car il est presque impossible que d’autres cas ne se produisent pas ailleurs. Considérez les graves limitations de liberté prévues par le décret: 

a) interdiction d’expulsion de la municipalité ou de la zone touchée par toutes les personnes présentes dans tous les cas dans la municipalité ou la zone; 

b) interdiction d’accès à la commune ou à la zone concernée; 

c) la suspension d’événements ou d’initiatives de toute nature, d’événements et de toute forme de réunion dans un lieu public ou privé, y compris ceux à caractère culturel, récréatif, sportif ou religieux, même s’ils se tiennent dans des lieux fermés ouverts au public; 

d) la suspension des services éducatifs pour les enfants et les écoles de tous types et niveaux, ainsi que la fréquentation des activités scolaires et d’enseignement supérieur, à l’exception des activités d’enseignement à distance; 

e) suspension des services d’ouverture au public des musées et autres instituts et lieux culturels visés à l’article 101 du code du patrimoine culturel et du paysage, conformément au décret législatif no. 42, ainsi que l’efficacité des dispositions réglementaires relatives à l’accès libre et libre à ces institutions et lieux; 

f) suspension de tout voyage éducatif, tant en Italie qu’à l’étranger; g) suspension des procédures de faillite et des activités de la fonction publique, sans préjudice de la fourniture de services essentiels et d’utilité publique; 

h) l’application de la mesure de quarantaine avec une surveillance active parmi les personnes qui ont eu des contacts étroits avec des cas confirmés de maladies infectieuses répandues ainsi que l’efficacité des dispositions réglementaires sur l’accès libre et ouvert à ces institutions et lieux. sans préjudice de la fourniture de services essentiels et d’utilité publique; 

h) l’application de la mesure de quarantaine avec une surveillance active parmi les personnes qui ont eu des contacts étroits avec des cas confirmés de maladies infectieuses répandues ainsi que l’efficacité des dispositions réglementaires sur l’accès libre et ouvert à ces institutions et lieux. sans préjudice de la fourniture de services essentiels et d’utilité publique; 

h) l’application de la mesure de quarantaine avec une surveillance active parmi les personnes qui ont eu des contacts étroits avec des cas confirmés de maladies infectieuses répandues ainsi que l’efficacité des dispositions réglementaires sur l’accès libre et ouvert à ces institutions et lieux. 

La disproportion face à ce qui, selon le CNR, est une influence normale, pas très différente de celles qui se répètent chaque année, se démarque. Il semblerait qu’une fois le terrorisme épuisé comme cause de mesures exceptionnelles, l’invention d’une épidémie peut offrir le prétexte idéal pour les étendre au-delà de toutes les limites.

L’autre facteur, non moins inquiétant, est l’état de peur qui ces dernières années s’est manifestement répandu dans les consciences des individus et qui se traduit par un réel besoin d’états de panique collective, auxquels l’épidémie offre encore un tournant le prétexte idéal. Ainsi, dans un cercle vicieux pervers, la limitation de la liberté imposée par les gouvernements est acceptée au nom d’une volonté de sécurité qui a été induite par les mêmes gouvernements qui interviennent désormais pour la satisfaire.

26 février 2020

GiorgioAgamben

Giorgio Agamben est philosophe et écrivain. Son travail est traduit et commenté dans le monde entier. Avec le projet Homo sacer, il marque un tournant dans la pensée politique contemporaine. Parmi ses ouvrages publiés par Quodlibet: Où sommes-nous? L’épidémie comme politique  (2020),  Intellect of love  (avec Jean-Baptiste Brenet, 2020),  Homo sacer .  Edition complète  (2018),  Qu’est-ce que la philosophie?  (2016),  Gusto  (2015),  Idée de prose  (nouvelle édition augmentée, 2002-2013, 2020),  L’homme sans contenu  (1994, 2013),  Bartleby, la formule de la création  (avec Gilles Deleuze, 1993, 2012 ).

Avertissement : cet article n’est pas destiné à fournir des conseils médicaux, un diagnostic ou un traitement. Les opinions exprimées ici ne reflètent pas nécessairement celles de GreenMedInfo ou de son personnel.

Laisser un commentaire