Merck a manipulé la science sur le médicament Vioxx… pas seulement.

0
313

CENTRE POUR LA SCIENCE ET LA DÉMOCRATIE

https://www.ucsusa.org/manipulating-science-about-drug-vioxx

traduction pour COGIITO : Philippe A. Jandrok

Les scientifiques du géant pharmaceutique Merck ont ​​biaisé les résultats des essais cliniques en faveur du médicament contre l’arthrite, le Vioxx, afin de dissimuler les preuves selon lesquelles le médicament augmentait le risque de crise cardiaque chez les patients. 

Pour augmenter les chances d’approbation par la FDA de son médicament anti-inflammatoire et anti-arthritique Vioxx, le géant pharmaceutique Merck a utilisé des méthodologies erronées et biaisées en faveur de résultats prédéterminés pour exagérer les effets positifs du médicament. Des documents internes rendus publics au cours d’un litige, ont révélé qu’une équipe marketing de Merck avait mis au point une stratégie appelée ADVANTAGE (évaluation des différences entre le Vioxx et le naproxène afin de déterminer la tolérance et l’efficacité de l’appareil gastro-intestinal) afin de fausser les résultats des essais cliniques en faveur du médicament. Dans le cadre de cette stratégie, les scientifiques ont manipulé le plan de l’essai en comparant le médicament au naproxen, un analgésique vendu sous des noms de marque tels qu’Aleve, plutôt qu’à un placebo.

Les scientifiques ont souligné les résultats selon lesquels le naproxène diminuait le risque de crise cardiaque de 80% et minimisaient les résultats montrant que Vioxx augmentait le risque de crise cardiaque de 400%. 

Cette présentation trompeuse donnait l’impression que le naproxène protégeait les patients contre les crises cardiaques et que Vioxx n’avait l’air risqué que par comparaison. En fait, il a depuis été démontré que le Vioxx augmentait considérablement le risque cardiovasculaire, ce qui a conduit Merck à retirer le produit du marché en 2004.

La manipulation de la science autour du Vioxx par Merck comprenait également un modèle d’écriture fantomatique d’articles scientifiques. Des documents internes révèlent que dans 16 des 20 articles faisant état d’essais cliniques du Vioxx, un employé de Merck figurait initialement en tant qu’auteur principal du premier projet. Sur les versions publiées, un universitaire externe était répertorié comme auteur principal. Dans un avant-projet d’une étude de recherche sur Vioxx auquel aucun nom extérieur important n’était encore attaché, les responsables de Merck ont ​​indiqué l’auteur principal uniquement comme « auteur externe ? ».

Il a également été découvert qu’un scientifique de Merck avait effacé la preuve de trois crises cardiaques chez des patients, un ensemble de données retiré des résultats présentés.

Malheureusement, la manipulation des données par Merck – et l’approbation du Vioxx par la FDA en 1999 – a entraîné des milliers de décès prématurés évitables et 100 000 crises cardiaques. 

Le Dr David Graham, directeur associé du département Science et médecine du Bureau de la sécurité des médicaments de la FDA, a déclaré devant le Comité des finances du Sénat en 2004 que le fait que la FDA n’ait pas rappelé le Vioxx plus tôt avait entraîné jusqu’à 55 000 décès prématurés par crise cardiaque et accident vasculaire cérébral, appelant cela l’équivalent de « deux à quatre gros porteurs » s’écraser chaque semaine pendant cinq ans. Même des années après l’arrêt du médicament, les patients sous Vioxx continuent de subir des complications.

Laisser un commentaire