ON TIRE À VUE !

1
1929
Patsasha de Pixabay

Satire d’une gouvernance ratée

Avertissement

Toute ressemblance avec des situations réelles ou des personnes existantes ou ayant existé serait le fait d’un hasard fortuit et bien involontaire de la part de l’auteur.

ON TIRE À VUE !

La France n’est-elle pas dirigée par une vérole qui contamine tout l’exécutif ?

Et cette vérole, est-elle en effet, la plus grande tueuse en série de l’histoire de la société politique française ?

N’est-elle pas représentée par un homme, si tant est que l’on puisse le qualifier ainsi, cet « homme » de mauvaise de foi et de mauvaise volonté, une sorte d’éruption cutanée soudaine dans le patrimoine politique français, fait de pustules et de vésicules nourries aux frais d’une princesse trans qui s’épuise sous les assauts de ces jouvenceaux et de ces pourceaux en marche vers le succès ?

Un président faussement élu, s’est installé grâce aux votes d’une fange populaire trahis, sous l’expression : « je suis la vérole des moines sodomites » ou « je suis comme la vérole sur le bas peuple », ou encore : « je suis un fait-chier informatique vérolé » par un joli ciel malveillant.

Il est à la fois, l’unique représentant de trois maladies mortelles et il se présente comme la grande vérole ou la syphilis, ou la petite France de la nation, il est également petite vérole qui se promène dans son slip kangourou qui n’a pas encore brulé dans les forêts d’eucalyptus, ou juste une variole qui colle à la peau ; parfois, il partage sa soupe à la varicelle, plat typiquement français ou « petite vérole volante » du verbe voler, piquer dans la caisse, piller le trésor public.

Cependant, lorsque l’on parle simplement de lui, sans qualificatif, c’est à la mort que l’on s’adresse, mais non, mais si Philis que l’on songerait habituellement, car l’homme est un assassin.

Contrairement à la logique que nous nous faisons de ce triste sire, la petite vérole est beaucoup plus grave que la grande qui se dissimule en fioles d’or dans les coffres de la Banque Rothschild, tout est une affaire de gros sous, c’est bien connu.

Bien que ces deux mondes n’aient strictement rien à voir, en apparence seulement, ils ont un lien historique très fort, la conquête de l’Élysée à travers un lobbying permanent de la part des grandes industries de l’énergie et de l’industrie pharmaceutique pour faire voter des lois sur les produits de santé, comme les vaccins par exemple.

Au moment où débute la conquête du Mcro de la présidence, celui-ci a amené volontairement les escrocs les plus aguerris et les mutualistes en tout genre, BlackRock et autres centres de profits, afin de ruiner les Français.

Mais, tout aussi volontairement, le peuple français sous la casaque jaune, fit au Mcro s’il vous plait, le cadeau empoisonné de la contestation citoyenne, lui rappelant que sa lâcheté ne suffisait plus à prouver qu’il n’était pas un homme, mais vulgaire esclave d’un pouvoir occulte bien décidé à ruiner la France et les Français. Ce soulèvement appelé « Gilet jaune », allait rapidement faire des ravages dans toute l’Europe.

Cependant, cette théorie de l’origine citoyenne de cette vérole dévoilée et révélée, est battue en brèche par des preuves tangibles que le gouvernement français tout entier est corrompu aux intérêts américains qui imposent leur fonctionnement financier pervers pour ruiner le peuple de France en mutualisant les retraites au risque de les voler comme cela est fréquent au pays de George Machingue Tonne, l’homme à la mâchoire d’os d’hippopotame et aux dents de bois. Mcro est un usurier qui travaille pour ruiner les pauvres et appliquer la méthode américaine à la France, mais depuis 2014, les pensions de retraite ne sont plus garanties aux États-Unis ? Comment se fait-ce ?

En décembre 2014, l’adoption d’une loi dite Multiemployer Pension Reform Act a permis aux organismes de retraite de diminuer leurs prestations à condition de démontrer un risque d’insolvabilité.

C’est donc exactement ce qu’a fait la CSPF, La caisse de retraite « Central States Pension Fund », qui gère les prestations de retraite pour les conducteurs de camions syndiqués « Teamster », en annonçant qu’elle deviendra officiellement insolvable en 2025 et que, d’ici là, elle sera contrainte de diminuer progressivement les versements à ses bénéficiaires à cause notamment de la crise financière mondiale.[1]

Voilà le véritable secret de la réforme des retraites en France, permettre à des escrocs de remplacer l’état, lui retirant la responsabilité du pillage des retraites.

Si ce sont des entreprises privées, elles naissent et meurent comme le petit peuple en hiver, et renaissent au printemps sous un autre patronyme pour recommencer à ruiner d’autres retraités et ainsi de suite. Les sociétés sont inscrites dans des paradis fiscaux, elles n’ont en dehors de leurs promesses de rendement, aucune responsabilité de solvabilité, pas comme l’État, et peuvent ruiner les retraités en les privant de leur dû en cas de crise financière qu’ils sont les premiers à créer. C’est le serpent qui se mord la queue que vient lécher avec bonheur la vérole.

En effet, pour rappel, les fonds de pension américains font fructifier l’argent de leurs adhérents sur les marchés financiers, et ils courent donc le risque de perdre tout ou partie des sommes investies, en cas de crise boursière par exemple.

Ring a bell ?

Cela ne rappelle pas quelque chose aux Gilets Jaunes et au peuple de ce pays, ce n’est pas tant l’âge de la retraite qui est en cause, c’est plutôt, qui va ou ne va pas payer les retraites ?

Il n’y a qu’une con sacrée vérole pour penser à un tel plan machiavélique, il n’y a qu’un traitre de la pire espèce pour imaginer une saloperie pareille pour ruiner les travailleurs de ce pays.

Ainsi, cette maladie vénérienne qui nous gouverne est appelée ainsi, car elle est supposée être un « cadeau » empoisonné de la Vénus de la finance, la Flouze. Désormais, nous savons que les hommes qui aiment l’argent, comme la vérole est textuellement transmise ; c’est une infection qui se transmet par les médias tous aussi vérolés les uns que les autres, car aux ordres de cette vérole de Mcro qui fait travailler les enfants pour rien et qui les jette en pâture à sa tribu de pédophiles élyséens.

  • « Élyse Élyse et Élysez moi » chantait Pierre Groscolas (Pierre Groscolas – Elise et moi (1975) ) et repris par la vérole Mcro pour accéder aux marches du palais déjà en sanglantées par ses pustules dégoutantes.

Il a bien évidemment une veille infirme à ses côtés, une infirmière dit-on, sèche comme le bambou d’un automne humide, qui l’avait violée à ses 16 ans, elle semblait émoustillée par cette jeunesse enfantine, et par le gout de ce jeune ingrat tu l’auras, qui deviendra à la force de ces nombreux coups de hanches, son maître sous sa coupe au bol. Pas de pot, ils sont encore ensemble, et lorsque la vérole se tape un effet be à la peau d’ébène, sa vielle se fait farcir aux morilles dans le même temps par toute l’Afrique, gare aux moriiiiiiii hiiiiiiiiii hiiiiiii llleuuuuuuuuu ! (Georges Brassens – Le Gorille -)

Ce vice patiné ne peut plus être dissimulé aux regards ahuris des Français qui n’en peuvent plus de se faire enfler par ces ans papa où t’es ?

Leur vérole est textuellement transmissible par les ondes et par le câble, c’est pour cela qu’il nous feront payer un nouvel impôt de redevance odieuse visuelle.

L’homme à la matraque à un chibre mou, c’est pourquoi il est aussi violent, sa frustration est telle qu’il se venge sur de plus puissants que lui, mais plus pauvres, à l’autre bout de la matraque de CRSSS. On ne parle plus de maladie vénérienne, on parle de maladie en marche vers la destruction du corps électoral et de la citoyenneté.

 jacqueline macou de Pixabay

La police antiémeute de ce pays, c’est la variole du pouvoir, que nous n’appellerons donc la petite vérole (Fucking Powpow en anglais), elle est devenue une maladie infectieuse d’origine virale et reste très contagieuse lors des manifestations ; elle est aujourd’hui responsable d’épidémies dramatiques de crânes fendus, de mains arrachées, d’yeux crevés, de poumons détruits au gaz de cyanure, et de cerveaux endommagés au LBD tiré évidemment à bout portant et au visage essentiellement. Il n’y a pas de raison, la vérole ne va pas permettre aux contestataires de continuer à résister à l’ordure.

On estime que cette vérole des tas de fiente gâtés, est la maladie qui a causé le plus de décès dans l’histoire de la manifestation en France, plus que la peste ou la grippe proportionnellement. Les patients qui survivent gardent des séquelles indélébiles et particulièrement disgracieuses, notamment au niveau du visage, que l’on décrit comme des gueules cassées par cette petite vérole, ou des membres arrachés.

Mais on doit en parler au passé, puisque le gouvernement considère que sa vérole en mauvaises compagnies n’a jamais commis d’actes de violence contre les citoyens de notre pays depuis les dernières manifestations observées fin 2019 et début 2020.

Dans ces conditions, on s’abstiendra de la description des différentes formes cliniques de la vérole gouvernementale, devenue désormais inutile en dehors de voter des lois contre le peuple et de l’assassiner à bout portant avec des LBD, comme nous l’avons déjà noté.

Avant cette découverte fondamentale, des tentatives d’escroquerie avaient été faites en inoculant volontairement le contenu des textes de loi à de sujets faiblement atteints par la vérité et par l’ancien président Glandouille plus amoureux de sa nouille que du peuple français.

Nous avions pu vérifier la véracité d’une croyance bien établie dans sa pratique nocturne, à  savoir que les filles de ferme se faisaient souvent prendre de farce par cette autre vérole, il semble que l’exercice du pouvoir favorise la volonté perverse de glisser sa nouille dans tous les trous de serrure de France et de Navarre. Cependant, cette vérole présentait souvent des pustules, dues à une maladie transmise par la mâche, une salade sauvage poussant en région numide, appelée « Tiremoilatige » en français, poussant entre les bouses de la vache qui se dit Vacca en latin, et cow en anglais, langue que ne parlait pas le président Glandouille au contraire de la vérole, Young Leader, qui parle couramment la langue de Shakespeare.

Voici comment notre vérole nationale procéda : Il eut cette audace de prélever du pus des pustules de son cervelet lourdement atteint par la perversion malsaine, et il les fit greffer à chaque membre mou de la police et de la gen-dramerie nationale disposé à se faire des manifestants, des contestataires, des personnes âgées, des femmes enceintes ou pas, des enfants à gazer également ou de vieilles femmes à leur fenêtre, jusqu’à des nourrissons ; et bien sûr, des journalistes et surtout, des indépendants.

La justice et la magistrature vendue au pouvoir obscène du souteneur Mcro s’accordèrent avec ces directives sans broncher. Tout cela réuni en un chapelet de pédocrapules qui avait carte blanche pour la destruction organisée de toute forme de contestation en France, le seul mot d’ordre :

  • Tous les moyens sont bons pour terroriser le peuple !
 Clker-Free-Vector-Images de Pixabay 

Le rôle de ce petit Napoléon de pacotille, pourfendeurs des libertés afin de rétablir l’esclavage des classes, se fit raconter l’histoire de la découverte de Glandouille, la grosse andouille, qui ruina la France avec brio.

Une sommité médicale française, le Dr Bvach L, dont le nom n’est malheureusement passé à la postérité que comme le concepteur de la bêtise sociale appliquée au monde des crétins.

Le Dr Bvach L est réputé être un chaud lapin, partisan d’une censure systématique de la population, afin d’éradiquer le fléau de l’intelligence et du bon sens. Il a même obtenu le soutien du pape, Pédo III de pâle estime, et ce, malgré la réticence d’une partie de l’intelligentsia française. Sur les conseils du bon Dr BvachL, Mcro de Pigalle avait fondé en 2017,  la Société pour l’extinction de la petite nation française par la propagation de la vérole, propagande en marche. Nous constatons qu’avec un tel personnage, les choses n’ont pas traîné !

Mcro avait dans sa petite tête de nain de foire, le projet fou d’envahir et de ruiner la France avec son projet contre les retraites et les augmentations systématiques du coût de la vie, mais il avait appris que ce pays était touché par une terrible épidémie d’éveil social.

Il prit donc la décision de faire vacciner avec ses pustules d’ADN contaminés, sa Grande Armée de CRSSS, avec des résultats mitigés. Une grande partie de cette armée fut invalidée par son vaccin, et des résultats inattendus provoquèrent une infection de connerie généralisée, motivée par une profonde violence des individus de la police réagissant favorablement à la greffe.

Mais, fidèle à ses convictions, il avait fait également vacciner son propre chien, « le pisseur noir », connu pour se soulager dans les salons de l’Élysée, ce qui amusait prodigieusement le jeune Mcro, qui se tapait la cuisse en éclatant d’un rire agricole, ce qui n’était pas pour déplaire à sa vieille squelettique, qui était bien plus grivoise après quelques cervoises ! Elle n’était pas « alsachienne » pour rien !

« Le pisseur noir » était un labrador croisé de la SPA qui mourut aussitôt après le vaccin de la pustule du Mcro, son maître de papier. Mcro somma la presse et exigea un entrefilet en première page :

« le chien présidentiel a succombé à une mort subite du nourri con, suite à la morsure d’un Gilet jaune échappé d’un cordon de police ; la pauvre bête n’était pas vaccinée contre la vérité et l’espoir ».

Depuis, il a rendu la vaccination obligatoire en France, car si cela pouvait tuer son « pisseur noir » et rendre folle sa police, cela pouvait également remplir le même office auprès du peuple contestataire. Entre malades mentaux on se comprend ou on se déchire.

La femme du président s’appelait Philis et elle avait comme son jeune époux sur la tête, une grosse vérole en plaque sous sa perruque blonde, elle sortait toute droite des Métamorphoses d’Ovide, on la nommait la bergère Siphylus. On notera en passant que sa personne changea de rang avec la présidence. « C’est l’humaniste, médecin et poète italien Girolamo Fracastoro qui l’utilisa le premier en 1530, dans un poème dans lequel il parle du “mal français” », ce mal qui touche tous les hommes qui fréquentent les femmes de mauvaise vie. 

La Philis aurait été importée par des marins espagnols qui avaient fait partie de l’équipage de Christophe Colomb, et qui participaient à une des campagnes militaires menées dans le royaume de Naples par le roi de France Charles VIII en 1494, c’est pourquoi elle était si vieille. Personne ne voulait de la paternité de cette femme vérolée, à qui l’on a donné, dans chaque nation concernée, le nom d’un adversaire : la malle de Naples pour les Français, et la malle française pour les Italiens, mais aussi les Allemands et les Anglais ( la french pox) ou encore les Polonais, la Kourva blonde. On le voit, les Français avaient plus d’ennemis que les autres et les ont toujours. Les Espagnols n’accusèrent personne, ils continuèrent à la fourrer

 Enfin des hommes ! s’écriait-elle, comme une Messaline en rut !

Jusqu’à ce que les connaissances sur cette femme s’affinent, le terme de si Philis était utilisé pour parler de toute maladie qui rend les hommes « vénère ».

On sait depuis 2018 que la Philis est due à une bactérie, le tréponème pâle (Treponema pallidum) qui a contaminé le Mcro en le rendant fou, irresponsable, pédophile et amateur d’ébène et de pain noir.

C’est une inflexion textuellement transmissible, la transmission se faisant soit par des rapports textuels non protégés (oro ou bucco-génital), en sifflant des paroles maléfiques dans le bignou breton ou dans les oreilles des citoyens contestataires, ce qui explique l’existence de cette pollution congénitale ou con j’ai trop bu.

Il fallait bien soigner les patients non contaminés, c’est pourquoi Mcro fit voter une loi pour les déporter dans des camps de redressement intellectuel, des camps Fema, rien à voir avec les femmes. On eut donc recours, et sans grand succès, aux sels de mercure, particulièrement toxiques, puis aux dérivés arsenicaux, à travers les vaccins pour leur griller le cerveau définitivement. Les psychiatres et psychologues en tout genre pouvaient enfin s’en donner à cœur joie.

L’avenir de la liberté en France était désormais fortement menacé par un mcro psychopathe et sa vieille acariâtre qui cherchait à s’enrichir en volant la caisse des pièces jaunes et en prétendant les remettre à des enfants que son odieux pou avait rendus malades avec sa politique vaccinale.

Les Français se demandaient bien ce qu’ils allaient devenir et ils avaient bien raison de se poser la question, car eux seuls pouvaient apporter la réponse à leurs interrogations.

Nous vivons une époque formi…Diable !

PAJ© pour cogiito.com


[1] https://www.loretlargent.info/argent/plus-de-250-000-routiers-americains-ruines-fonds-de-pension/17749/

1 COMMENTAIRE

  1. Mr Jandrok, macron comme on le sait n’est qu’une marionnette, donc c’est plus haut qu’il faut taper. Ce que je constate c’est que depuis l’arrivee de Mr Trump a la maison blanche, il a declare la guerre a cette cabale et ceci coincide avec l’arrivee de macron a l’Elysee donc cette cabale sait qu’elle n’en a pas pour tres longtemp et qu’elle se battra jusqu’au bout et si elle meurt elle enmennera avec elle le plus grand nombre de personnes, elle utilise ce « clown » pour piller et detruire la France.

Laisser un commentaire