Outre les morts fœtales, les bébés allaités meurent ou tombent malades à la suite des injections COVID de leur mère

6
5802

par Brian Shilhavy
Rédacteur, Health Impact News

HealthImpactNews.com

En avril de cette année, nous avons publié un commentaire vidéo de ReallyGraceful dans lequel elle rapportait que de nombreuses mères qui allaitaient leurs bébés voyaient leur lait maternel se tarir après avoir reçu une injection de COVID.

Alors que de plus en plus de données sont saisies dans le système gouvernemental de signalement des effets indésirables des vaccins (VAERS), nous voyons maintenant des cas où des bébés allaités souffrent de réactions indésirables aux injections de COVID que leurs mères prennent. Ces vaccins n’ont pas encore été autorisés pour les nourrissons, mais cette autorisation est attendue d’un jour à l’autre.

Celeste McGovern de LifeSite News a rapporté un cas où le bébé allaité est mort de caillots sanguins, un phénomène rarement observé chez les nourrissons, mais un effet secondaire courant chez les personnes qui prennent les injections de COVID, des caillots sanguins que le CDC déclare “rares” malgré les données du VAERS qui montrent plus de 10 000 cas de “thrombose”, dont 488 décès.

Le rapport VAERS ID 1532154 a apparemment été déposé par la mère, une femme de 36 ans vivant au Nouveau-Mexique :

Le 17 juillet, mon bébé est décédé.

J’avais allaité mon bébé de 6 semaines au moment où j’ai reçu le premier vaccin Pfizer le 4 juin 2021.

Il est devenu très malade avec une forte fièvre environ 2 semaines après avoir reçu le premier vaccin Pfizer le 21 juin. Il a été traité pendant deux semaines avec des antibiotiques par voie intraveineuse pour une supposée infection bactérienne.

Cependant, ils n’ont jamais trouvé de bactérie spécifique, et ont appelé son diagnostic septicémie à culture négative. À la fin de son séjour à l’hôpital, il a été testé positif au rhinovirus.

Après un traitement antibiotique de 14 jours, il est resté à la maison pendant une semaine, mais a présenté des symptômes étranges (paupière enflée, éruptions cutanées étranges, vomissements).

Je l’ai ramené à l’hôpital le 15 juillet, où il présentait ce qu’ils ont appelé une maladie de Kawasaki atypique.

Il est décédé peu après à cause de caillots dans ses artères gravement enflammées. Je suis curieuse de savoir si la protéine de pointe a pu passer dans le lait maternel et provoquer une réaction inflammatoire chez mon enfant.

On dit que la maladie de Kawasaki se présente de façon très similaire au syndrome inflammatoire multisystémique chez les enfants qu’on observe dans les infections post-Covid. (Mon bébé a également eu des circonstances de naissance inhabituelles, puisqu’il est né à 37 semaines, déclenchées par une appendicite maternelle).

Cependant, si l’on sait que les anticorps passent dans le lait maternel comme une bonne chose, alors pourquoi la protéine de pointe ne passerait-elle pas aussi dans le lait maternel et ne causerait-elle pas des problèmes ? (Source.)

J’ai effectué une recherche dans la base de données VAERS pour voir combien d’autres rapports ont été déposés concernant des mères qui allaitent leurs bébés, et j’ai trouvé 94 cas, dont un autre décès de nourrisson. (Source.)

L’autre décès de nourrisson allaité est le cas VAERS 1166062, qui mentionne le purpura thrombocytopénique thrombotique comme l’un des symptômes. Le purpura thrombocytopénique thrombotique est un trouble sanguin rare dans lequel des caillots de sang se forment dans de petits vaisseaux sanguins dans tout le corps.

La patiente a reçu la deuxième dose du vaccin Pfizer le 17 mars 2020 alors qu’elle était au travail. Le 18 mars 2020, son bébé de 5 mois allaité au sein a développé une éruption cutanée et, dans les 24 heures, il était inconsolable, refusait de s’alimenter et avait de la fièvre.

La patiente a amené le bébé aux urgences locales où des évaluations ont été effectuées, l’analyse de sang a révélé des enzymes hépatiques élevées. Le nourrisson a été hospitalisé mais son état a continué à décliner et il est décédé.

Diagnostic de PTT. Pas d’allergies connues. Pas de nouvelle exposition à part la vaccination de la mère la veille. (Source.)

Voici quelques autres cas dans VAERS où l’injection de COVID administrée à la mère qui allaite, a apparemment affecté le bébé.

Certains des cas de mères allaitantes ayant reçu l’injection de COVID font état d’une diminution de la montée de lait, de mastite, de thrombophlébite dans le sein, de menstruations abondantes malgré l’allaitement, etc.

Je n’inclus ici que certains des cas qui ont affecté le bébé qui était allaité, et qui n’ont PAS été vaccinés mais qui ont apparemment eu des effets secondaires en buvant le lait maternel de leurs mères qui ont été vaccinées.

Mère de 30 ans du Connecticut qui allaite son fils de 5 mois – Vomissements, diarrhée, éruption cutanée et hématurie

Cas VAERS 970309 : La patiente allaite son fils de 5 mois. Deux nuits après sa première dose de Moderna, il a eu de violents vomissements, de la diarrhée, une éruption cutanée et une hématurie (sang dans les urines).

Mère californienne de 36 ans qui allaite – urticaire

Cas VAERS 999040 (Pfizer) : Un fils allaité a eu de l’urticaire sévère pendant 5 jours.

Une mère californienne de 31 ans qui allaite son fils de 4 mois – Diarrhée

Cas VAERS 1070803 (Pfizer) : J’étais exclusivement allaitante au moment où j’ai reçu les deux doses. Mon fils de 4 mois a développé une diarrhée le 1er février et cela a duré 2 semaines. Les analyses de laboratoire/études des selles ont été négatives pour toute infection bactérienne ou virale.

Mère de 38 ans du New Jersey qui allaite et dont la fille a 3 mois – Éruption cutanée

Cas VAERS 1111787 (Pfizer) : J’allaite ma fille exclusivement. Elle est née le 9 décembre 2020. Elle a environ 3 mois. Elle a eu une éruption cutanée sur tout le corps.

Mère de 35 ans de l’Alaska qui allaite son enfant de 12 mois – Choc anaphylactique

Cas VAERS 1119088 (Pfizer) : La patiente a reçu le premier vaccin covid de la série vers 9 h 15… elle a allaité son enfant de 12 mois peu de temps après sans problème. Vers 12 h 15, le bébé est devenu difficile et a été allaité pendant environ 5 minutes avant que le bébé ne fasse de l’urticaire.

Le SAMU a été appelé et de l’épinéphrine/diphénhydramine a été administrée pour la toux/la respiration sifflante, vraisemblablement une anaphylaxie.

Les autres aliments consommés par le bébé le même jour comprenaient une banane, une barre Newton aux figues pour enfants, des pommes séchées, de la viande provenant d’un repas congelé et deux morceaux de céréales (nouveaux pour le bébé). L’urgence a nécessité 4 heures de surveillance mais aucune autre intervention médicale.

Nourrisson allaité en Alaska – Choc anaphylactique

Cas VAERS 1124474 (Pfizer) : LA MÈRE D’UN GARÇON DE 12 MOIS A REÇU LA PREMIÈRE DOSE DU VACCIN COVID-19 À 9H15 ; ELLE A ALLAITÉ SON FILS DE 12 MOIS 3 HEURES PLUS TARD ET PENDANT L’ALLAITEMENT, L’ENFANT A DÉVELOPPÉ UNE ANAPHYLAXIE AIGUË. POUR ÊTRE CLAIR : LA MÈRE A REÇU LE VACCIN ET L’ENFANT A EU LA RÉACTION.

Une mère californienne de 34 ans qui allaite son enfant de 11 semaines – diminution de l’appétit, vomissements.

Cas VAERS 1139952 (Moderna) : J’allaite exclusivement mon petit garçon de 11 semaines. Je n’ai aucun effet indésirable autre qu’une douleur au bras, mais dans les 24 heures, le bébé a perdu l’appétit et a vomi une fois jusqu’à présent.

Mère de 40 ans qui allaite son bébé d’un mois – Diarrhée pendant 36 heures.

Cas VAERS 1144429 (Pfizer) : J’allaite et le jour après avoir reçu le vaccin Pfizer-BioNTech COVID19 et avoir allaité ce jour-là, mon bébé d’un mois a eu de la diarrhée pendant environ 36 heures. Il n’y a pas eu d’autres changements dans son alimentation. Environ 14 heures avant la diarrhée, j’avais pris une dose de tylenol pour soulager les douleurs dues à la réaction au vaccin.

Mère de 29 ans du New Jersey qui allaite son enfant de 15 mois – Infection de l’oreille, fièvre.

Cas VAERS 1149144 (Moderna) : La patiente qui a reçu le vaccin était une mère qui allaitait. Son enfant de 15 mois a développé une infection de l’oreille, nécessitant des antibiotiques pour la première fois, dans les 72 heures suivant l’administration du vaccin.

Son enfant de 15 mois a développé une fièvre de 102,6 environ 6 jours après l’administration du vaccin. On lui a ensuite prescrit des antibiotiques 7 jours entiers après l’administration du vaccin à la mère.

Mère de 31 ans de l’Illinois qui allaite son fils de 10 mois – Fièvre persistante de 100 – 103 F.

Cas VAERS 1168528 (Moderna) : La patiente allaite son fils de 10 mois, et l’enfant a développé une fièvre persistante de 100 – 103 F. qui a commencé 12-24 heures après la vaccination et qui persiste encore au jour 4 après la vaccination.

Mère de 34 ans de l’Indiana qui allaite son fils – Éruption cutanée

Cas VAERS 1205906 (JANSSEN) : Fatigue vers 20 heures, suivie de frissons, d’une fièvre de 101,8, de sueurs (prises vers 12 h 30), de faiblesse, de douleurs articulaires et de nausées. La fièvre et les frissons ont duré environ 5 heures. Le jour suivant, j’étais faible dans mes mains et mes articulations étaient douloureuses. Je suis une mère qui allaite et mon fils a fait une éruption cutanée le jour suivant.

Mère de 30 ans de l’Indiana qui allaite son fils – L’éruption s’est propagée de l’estomac à tout le corps.

Cas VAERS 1229118 (Pfizer) : On m’a diagnostiqué un zona le 18-3-21. J’ai commencé à avoir une éruption cutanée le 15-3-21. On m’a prescrit un médicament que je viens de commencer. J’allaite et mon fils a développé une éruption cutanée le 15-3-21. L’éruption s’est étendue de son estomac à tout son corps.

L’éruption est devenue rouge vif et des bosses étaient visibles sur tout son corps. La rougeur a diminué à partir du 3-17-21. Il a été examiné par un médecin le 19 mars 21 et on lui a dit qu’il s’agissait d’une éruption virale probablement due au vaccin, mais qu’il n’y avait rien à faire.

Indiana, 28 ans, mère allaitante avec un fils de 9,5 mois – Fièvre, selles anormales

Cas VAERS 1242964 (Moderna) : J’allaite actuellement un bébé de sexe masculin âgé de 9 mois et demi au moment où j’ai reçu mon vaccin.

Cet après-midi-là, il a fait une sieste inhabituellement longue, a été inhabituellement grincheux et léthargique pendant la journée et, le soir, il avait une fièvre de 100,7 °F. Il a dormi toute la nuit (il n’a pas fait de sieste).

Il a dormi toute la nuit (en sautant sa tétée nocturne – cela ne s’est produit que trois fois depuis sa naissance, donc c’est très rare) et était encore grincheux, fatigué et somnolent le lendemain. Sa fièvre est tombée environ 30 heures après son apparition.

Depuis, ses couches mouillées et sales ont changé de façon significative : le nombre total de couches mouillées par jour a diminué et ses couches sales sont passées de selles semi-solides à des selles très humides, plus explosives et incroyablement granuleuses (cela fait maintenant une semaine et demie depuis ma dose). J’ai continué à allaiter pendant tout ce temps.

Mère de 37 ans du New Jersey qui allaite son bébé de 3 mois – Diarrhée

Cas VAERS 1258446 (Pfizer) : Un bébé de 3 mois, allaité au sein, a eu des selles molles pendant une semaine après avoir reçu la deuxième injection de Pfizer.

New York, 33 ans, mère allaitante avec un bébé – Vomissements projectiles

Cas VAERS 1262437 (Pfizer) : Un nourrisson allaité a développé des vomissements projectiles pendant des heures. Elle s’est rendue à un centre de soins d’urgence qui lui a dit que d’autres mères allaitantes s’y trouvaient avec des nourrissons malades présentant des symptômes similaires quelques jours après avoir été vaccinées.

Une mère de 27 ans de New York qui allaite son enfant de 8 semaines – Fièvre.

Cas VAERS 1275035 (Moderna) : Un bébé de 8 semaines allaité au sein a eu de la fièvre un jour après la vaccination de sa mère.

Mère de 25 ans en Floride qui allaite sa fille – Fièvre, diarrhée

Cas VAERS 1277155 (Moderna) : J’allaite et à 19h15, ma fille a commencé à avoir de la fièvre. Elle était chaude au toucher. La température de son front était de 99.7F.

Elle a depuis eu de la diarrhée et s’est montrée très collante et allaitante 24 heures sur 24. Toujours en cours à 7 h 11, le 1er mai 2021.

Mère de 35 ans qui allaite son enfant de 14 mois – Diarrhée

Cas VAERS 1298064 (Moderna) : J’allaite ma fille de 14 mois 3 fois par jour. Elle a eu une légère diarrhée et de légers maux d’estomac les 5/6 et 5/7. Aucun changement de régime alimentaire n’a été constaté. La diarrhée n’est pas courante chez elle.

Mère californienne de 30 ans qui allaite et dont la fille a 22 mois – Fièvre, irritabilité

Cas VAERS 1324020 (Pfizer) : Environ dix jours après le vaccin, j’ai commencé à avoir des crampes intenses et j’ai perdu un caillot de sang. Mon ventre se resserrait et j’ai commencé à ressentir une pression vers le bas. J’avais aussi des douleurs dans le dos. J’ai été examinée à l’hôpital, et ils n’ont rien trouvé d’anormal. J’étais enceinte de 23 semaines à l’époque. Je n’ai plus eu de crampes.

J’allaite également ma petite fille et elle était grincheuse et de mauvaise humeur après chaque dose du vaccin. Elle était vraiment irritable et avait une légère fièvre. Ma fille a 22 mois. Deuxième grossesse

Mère de 32 ans qui allaite son bébé de 7 semaines – Léthargique, augmentation des régurgitations.

Cas VAERS 1334516 (Pfizer) : Maux et frissons débutant 10 à 12 heures après la dose. Également un peu de faiblesse et de fatigue. A persisté pendant environ 24 heures. Traitement modéré avec de l’acétaminophène (500 mg toutes les 6 heures). La patiente allaite ; son bébé de 7 semaines était quelque peu léthargique et avait augmenté de façon significative la fréquence et le volume de ses régurgitations au cours de la même période de 24 heures, mais il ne semblait pas être mal à l’aise.

Mère de 31 ans en Caroline du Nord qui allaite son enfant de 2 mois

Caillot de sang, selles foncées.
Cas VAERS 1347789 (Pfizer) : Cette personne a un enfant de 2 mois et l’allaitait au moment de l’administration des deux vaccins Pfizer covid19.

Quatre jours après le premier vaccin, la personne a remarqué que le nourrisson avait des crachats semblables à des caillots teintés de sang, puis des selles foncées un jour plus tard.

Deux jours après le second vaccin, la mère a remarqué un écoulement du mamelon ressemblant à un caillot de sang (qui, selon la personne, ressemblait exactement au crachat teinté de sang remarqué chez le nourrisson).

Texas, 32 ans, mère allaitante avec un enfant de 4 semaines – Fièvre, congestion nasale, perte d’appétit.

Cas VAERS 1443445 (Pfizer) : Je suis actuellement en train d’allaiter. Mon fils, âgé de 4 semaines seulement, a eu 101 ? de fièvre vers minuit le 6/12/2021 et la fièvre ne voulait pas baisser même avec du Tylenol. Il avait également une congestion nasale et ne voulait pas manger. Il a été hospitalisé le jour même, mais on n’a pas trouvé d’origine à la fièvre, etc.

Texas, 37 ans, mère allaitante avec une fille de 10 mois – Urticaire sur le visage et le corps.

Cas VAERS 1592542 (Moderna) : Dix minutes après avoir reçu le vaccin, j’ai eu l’impression que j’allais m’évanouir. J’ai dû m’asseoir sur le sol de la pharmacie. Dans les heures qui ont suivi, j’ai ressenti une légère douleur thoracique, un mal de tête léger à modéré et des symptômes semblables à ceux de la grippe. De plus, la majeure partie du côté gauche de mon visage s’est engourdie comme une paralysie de Bell (front, joue, lèvres et langue à gauche). J’ai reçu le vaccin un mardi.

Mercredi et jeudi, mon bébé de 10 mois allaité au sein a commencé à avoir de l’urticaire sur le visage et le corps. Ses oreilles étaient rouges à l’extrémité

Le CDC continue d’affirmer que les caillots sanguins sont “rares” après les injections de COVID-19, et pourtant si les caillots sanguins chez les nourrissons sont déjà extrêmement rares sans que les mères qui allaitent reçoivent une injection de COVID-19, et voilà que nous avons maintenant plusieurs cas, dont deux décès, en un court laps de temps (environ 9 mois) dans un système (VAERS) dont nous savons qu’il est largement sous-déclaré puisque des pressions sont exercées sur les infirmières et les travailleurs de la santé pour qu’ils ne signalent PAS les effets indésirables du COVID-19 (source), alors il est criminel de ne pas le signaler au public et de ne pas avertir les femmes enceintes et allaitantes de ces dangers.

A titre de comparaison, j’ai recherché les réactions indésirables chez les mères allaitantes au cours des 5 années précédant les injections de COVID-19, et en 5 ans, seuls 5 cas ont été signalés au VAERS de réactions négatives de mères allaitantes chez leurs bébés, avec ZERO décès, après TOUS les vaccins non-COVID. (Source.)

https://medalerts.org/vaersdb/findfield.php?TABLE=ON&GROUP1=AGE&EVENTS=ON&SYMPTOMS=Breast+feeding+%2810006247%29&VAX_YEAR_LOW=2015&VAX_YEAR_HIGH=2020&VAX_MONTH_HIGH=11

Il y a aussi maintenant 1 490 morts fœtales enregistrées suite à des injections de COVID-19 chez des femmes enceintes pour les 9 derniers mois.

À titre de comparaison, j’ai recherché les décès fœtaux consécutifs à TOUS les vaccins pour les 5 dernières années avant que les injections de COVID ne soient autorisées en décembre 2020, et il y a eu un total de 398 décès fœtaux consécutifs à toutes les vaccinations pour les 5 dernières années (moins un mois – décembre 2020). (Source.)

Cela représente une moyenne de 7 décès par mois avant COVID, et 165 décès par mois après les injections de COVID. 25 fois plus de morts fœtales après les injections de COVID que de morts fœtales après tous les vaccins au cours des 5 dernières années.

Cela ressemble à un plan eugénique de réduction de la population, d’après les données gouvernementales du CDC.

Commentez cet article sur HealthImpactNews.com.

6 Commentaires

  1. Rien qu’à l’odeur de la sueur, les médecins savent si le patient se droguent, et tout le monde sait que de fumer pendant la grossesse profite aux bébés.
    Alors pas de quoi s’étonner du constat présent.

  2. Quelle horreur et pauvres nourrissons qui n’ont rien demandé et se retrouvent à la merci de ces inconscientes qui elles-mêmes se laissent avoir par ce système complètement détraqué et pervers

Laisser un commentaire