Panchamama

0
393

Le  16 octobre 2019, par : SG33

Reçois l’Amour de tes enfants qui veulent retrouver ton sein,
Tes enfants qui viennent se connecter ensemble pour retrouver le grand Un,
Eux qui ont conscience que nous sommes tout, et qu’à la fois nous ne sommes rien
Que l’on te doit tout, chère Maman, déjà Mère de nos anciens…

Nous avions vu, lors d’un premier article, que tous les peuples de la Terre se sont fait voler leur ancrage et dépossédés de leurs racines !

Vol des mémoires de l’humanité avec des bibliothèques qui brûlent (Alexandrie), des éléments archéologiques dissimulés (fouilles autour du Bassin d’Arcachon quand les poteries « gênantes » s’entassèrent dans les sous-sols du musée d’Aquitaine : il n’y a pas qu’au Vatican !), des tablettes d’argile volontairement détruites par des « chercheurs patentés responsables de chantiers de fouilles » (source : une amie docteur en archéologie) ou encore la négation et la transformation des textes anciens (manuscrits de Platon, de Nag Hamani…

Heureusement, il nous reste nos légendes !

Même cryptées, ce qui les rend incompréhensibles aux non-initiés, elles ont traversé les âges. Des Dames Blanches aux Dakinis, elles reflètent une autre réalité, celle qui dérange cette société patriarcale avide de sang et de morts. 

Nos antennes, notre ADN nous permettant de nous relier aux vibrations nourricières de la planète sont actuellement mis à mal par la nourriture, la vaccination, l’air, l’eau et les systèmes d’ondes tous azimuts qui font souffrir tant la Terre que les humains. Ainsi, les racines vibratoires « psychiques » imprégnant les lieux vont-elles devenir incompatibles avec notre ADN ce qui va nous transformer en feuille au vent dans le meilleur des cas, ou bien en Zombies. En effet, les endroits où nous fonctionnons le mieux sont ceux inscrits dans nos gènes par la loi du sang, de l’ethnie ou de la tribu. C’est de la biophysique et non un ensemble de considérations fumeuses. Pourquoi croyez-vous que les gouvernements mondiaux organisent avec tant de soins la migration des populations, d’une région à l’autre (politiques « aménagement du littoral » puis « campagnes vivantes » en France), d’un pays à l’autre (Erasmus pour l’Université est-ce un programme de harponnage de la pensée unique via la culture ?) et d’un continent à l’autre (crise des migrants).

Entre déracinements et métissages les hommes deviennent des créoles rejetés tant par les blancs, que par les noirs et même par les coulis indiens !

J’en ai eu l’exemple en vivant quelque temps aux Antilles, lorsque j’ai entretenu des rapports amicaux avec les autochtones, quels que soient les milieux socioculturels ; quant aux véritables Amérindiens peuplant ces îles à l’origine, ils ont été abominablement parqués, qui à Saint-Vincent, qui à la Dominique, et quelques autres se sont métissés sur le tard.

Et puis il y a les « modes » : cheveux courts, transgenres, etc. Relisez les légendes bibliques telles Samson et Dalila ou Sodome et Gomorrhe. Quant à moi, je vous expliquerai cela au niveau de la physique, mais entrons dans le vif du sujet.

2°. Vibrations nourricières de notre Terre-Mère :

Dans presque toutes les civilisations, notre planète, Gaïa, fut considérée comme notre Mère et élevée au rang de Déesse. Un des aspects de cette croyance se corrèle aux travaux d’un génie, Nicolas Tesla, qui a quitté ce monde dans un extrême dénuement, après que ses travaux aient été récupérés par le « FBI and Co. » à des fins obscures et aliénantes pour notre humanité. Cependant, d’autres scientifiques — non des scientistes inféodés aux pouvoirs en place — ont continué à investiguer sur les pistes qu’il avait tracées. Serait-ce un Effet Papillon ?

Dans un premier temps, nous exposerons les liens existant entre la planète Terre et les êtres humains par le biais des résonances électromagnétiques. Nous verrons ensuite comment leurs modifications naturelles ou induites agissent sur les maladies, tant physiques que psychiques.

Est-il de nos jours crédible et rationnel — Lumières obligent — de ne se référer qu’à la psychanalyse pour comprendre le dérèglement des comportements humains ? Souvenons-nous que le père fondateur de cette « science », Sigmund Freud, était un occultiste patenté issu d’une famille incestueuse (…) et membre de la secte dominante à l’image de Pasteur et de bien d’autres Prix Nobels… pas tous, je vous rassure. Compte tenu de nos connaissances actuelles, cette science n’est pas une référence ! Si Boris Cyrulnick se base sur l’éthologie, il fait un pas vers la véracité : qui n’a lu « Sous le signe du lien » ?  

Et la suite n’est pas plus brillante. La destruction programmée des différents peuples pourrait passer inaperçue, si nous ne restons pas vigilants, par l’ethnopsychiatrie de G. Devereux qui consiste à déprogrammer les individus (langue, culture…) et ensuite à les reprogrammer, « afin qu’ils s’adaptent n’importe où au niveau fonctionnement psychologique », en reniant leurs racines…

Voyez-vous les dégâts ? À décliner, bien évidemment sous de multiples aspects.

Quant à M. Foucault, déjà dans les années 1970 il soutenait la thèse du grand enfermement qui fait suite à son étude de la « Folie et déraison » au cours des siècles : nous y sommes, semble-t-il, arrivés, tant au niveau physique que subtil… Et l’État français de mettre en application la nouvelle Bible des psychiatres, le DMS 5, toute fraîche pondue par l’Oncle Sam. (Corinne « Exister en Liberté » en a fait une bonne démonstration). La déraison n’est pas chez les Humains, mais bien chez ceux qui les gouvernent, en toute illégitimité.

 Quelles vont être ces personnes « formées » et habilitées à donner les « premiers secours en santé mentale » ? Dérive sur dérive, formations orchestrées à l’image de celle des médecins qui durant leur cursus en restent aux méchantes bactéries et aux vilains virus assassins.

  • Quid des nanoparticules ? Pas au programme
  • Quid des pesticides et autres pollutions chimiques ? Ça n’existe pas ! Vive les normes !
  • Quid des ondes électromagnétiques ? vous pouvez répéter la question…
  • Quid de l’homéopathie ? On l’arrête, c’est placebo !

Alors nous pouvons reprendre ici nos esprits et avancer sur des bases sûres en criant :

Halte au feu !

Il est temps de faire front, de dénoncer ces « arnaques à la santé », si nous ne voulons pas retrouver notre descendance, réellement humaine, sous psychotropes ou camisole chimique, quand ce n’est pas un grillage du cerveau par ondes électromagnétiques pulsées (voir la Guerre du Golfe) ou simplement des êtres au cerveau pucé, tels les soldats de l’OTAN… (écoutez la chanson des brigandes, interdites de médias et discréditées comme secte…)

Dans quel but me demanderez-vous ? Celui d’anéantir toute évolution spirituelle et d’inféoder l’humanité au « côté obscur de la Force ». Mais ainsi que l’affirme maître Yoda dans Star Wars « la Force est avec Nous » soyez-en persuadés.

Quelques notions de base :

C’est en 1957 que le professeur O. W. Schumann (Université de Munich) découvre l’existence des « ondes transversales magnétiques terrestres », connues de nos jours sous la dénomination « d’ondes de Schumann » ou « résonance de Schumann ». C’est un phénomène atmosphérique naturel et permanent, qui se propage autour de la Terre sous forme d’une onde radioélectrique. 

Comment ça marche ?

Notre planète Terre est entourée d’une épaisse couche de particules ionisées (à charge électrique + ou —) appelée ionosphère. C’est un bouclier naturel, une zone tampon qui protège la Terre de l’entrée directe des vents solaires, des rayonnements cosmiques (…) et qui réfléchissent les ondes radio. Cette dernière strate atmosphérique est chargée positivement, tandis que la Terre est chargée négativement, ce qui forme un condensateur.

Lorsque Schumann calcula les fréquences de la résonance Terre/ionosphère, il repéra la principale onde permanente de 7,83 Hertz. Cette onde est coincée dans la cavité « Air » comprise entre la surface du sol de notre planète et sa ionosphère. Elle se répercute sans fin à cette même fréquence, car elle est constamment réactivée par l’activité des vents solaires, des orages et des rafales de photons à haute énergie qui caressent en permanence les plus hautes couches de l’atmosphère, l’électrisant progressivement et saturant la haute atmosphère de charges électriques qui constituent l’ionosphère. Toutefois, en fonction des saisons, des jours et des nuits, etc. la pression du souffle solaire (due à l’activité de l’astre) sur la haute atmosphère augmente ou diminue et l’épaisseur de l’ionosphère varie (Stéphane Cardinaux, « Résonance de Schumann et signaux rythmiques de la Terre »).

Liens entre la résonance de Schumann et les êtres vivants

De nombreux travaux, dont nous avons tiré les éléments principaux existent sur ce sujet. R. Miller a postulé que le champ magnétique entourant la Terre était comparable à un gel assez ferme. Quand nos corps se déplacent et vibrent, ces mouvements sont transmis à l’environnement et inversement. Ainsi, quand nous sommes debout sur le sol, donc « branchés à la Terre », nos corps agissent comme des vidanges pour le champ électrostatique et déforment les lignes de force.

Or, l’être humain possède son propre champ électrostatique autour de lui, les lignes de champ résultant des différentes réactions biochimiques du corps.

Ce bio champ, signature de chaque individu, nous couple au champ isoélectrique de la Terre : nous sommes en échanges permanents, ainsi que tous les êtres vivants de la planète.

Les ondes de Schumann vibrent à la même fréquence que certaines ondes cérébrales de l’être humain et des mammifères en général. L’étude des moines en état de méditation profonde (travaux de Haimsworth) montre des ondes et qui traversent le cerveau et, une entrée en résonance peut se produire entre l’être et la planète Terre ou… Gaïa. C’est une communication selon le langage primitif des fréquences (humains, animaux, plantes), souvenez-vous du film Avatar.

Les cinéastes ont leurs sources ! Tout cela signifie que la santé du vivant en général et celle des humains en particulier, sont intimement liées aux paramètres géophysiques par le biais de la résonance de Schumann.

Prenons l’exemple des cosmonautes : ils volent au-dessus de l’ionosphère et lorsqu’ils rentrent de mission, ils ont de graves problèmes de santé ; la Nasa a ainsi installé à bord des vaisseaux des générateurs d’ondes de Schumann artificielles.

Pixabay.com

Il en est de même pour une personne isolée dans un bunker : elle développe des problèmes de santé surtout au niveau cardiaque, et dès que l’on émet des vibrations de 7,8 Hz, les conditions se stabilisent.

Actuellement, la résonance de Schumann augmente dangereusement, ce qui est une menace pour la biosphère, la santé et l’avenir des espèces. Rappelons que tous les processus biologiques agissent en fonction des interactions des champs électromagnétiques : ils sont le lien entre le monde des formes et les schémas de résonance ; ils stockent les configurations et les modèles d’information, nous y reviendrons, car le pont qui relie les résonances du système solaire et les fréquences cérébrales, se situe dans l’hélice de l’ADN humain qui est structuré dans l’environnement terrestre.

Pixabay.com

Tout comme Schumann et Haimsworth, bien d’autres chercheurs, se sont rendu compte que la santé humaine était liée à des paramètres géophysiques par le biais des ELF (electric low frequency) naturelles.  Ainsi, le rythme du cerveau ne peut en aucune circonstance supporter une interférence importante de la part des signaux naturels ambiants. En effet, les fréquences cérébrales évoluant en réponse aux signaux reçus, ce qui est bien établi scientifiquement, leur variation peut affecter gravement la santé et le comportement humain. Certains effets commencent à être bien connus, mais dans la plupart des cas, la nature des stimuli ne permet pas l’identification exacte des effets provoqués, surtout si au milieu, s’insèrent des effets de stress (eux aussi provoqués : travail, vie urbaine, etc.). Il est prouvé que l’on obtient avec ces changements de signaux, des comportements asociaux, des troubles mentaux profonds, des états psychosomatiques et des perturbations neurologiques. Certains phénomènes des champs électromagnétiques ont pu être associés à une diminution de la résistance immunitaire et à la prolifération de cellules anormales.

Que du bonheur me direz-vous ? Attendez, le meilleur est à suivre !

Le champ isoélectrique de basses fréquences de la Terre, son champ magnétique et le champ électrostatique qui émane de nos corps sont étroitement imbriqués : nos rythmes internes interagissent avec les rythmes externes affectant notre équilibre, nos schémas REM, notre santé et notre concentration mentale. Les ondes de Schumann participent à la régulation de notre horloge biologique interne, agissant sur notre sommeil et nos rêves, les états d’éveil et les sécrétions hormonales avec les conséquences que l’on connait (travaux de F.J. Varela). Les rythmes et pulsations du cerveau reflètent les propriétés de résonnance de la cavité de Schumann qui fonctionne comme un régulateur d’ondes. Cette vibration naturelle n’est pas une valeur fixe, mais la moyenne entre les différences fréquences, de même que les EEG sont des lectures moyennes des ondes cérébrales (Itza Benton, 1977).

Matti Pitkanen

Un autre chercheur finlandais, Matti Pitkanen, a construit un modèle mettant en corrélation les phénomènes psychiques et le Temps sidéral (angle horaire du point vernal en un lieu terrestre déterminé). Il y implique le flux magnétique provenant du centre galactique combiné, avec un moindre niveau de bruit, au champ géomagnétique :

« Les micro-ondes et les ondes radio jouent un rôle important dans le bio contrôle, dans l’homéostasie et dans les interactions à distance ».

Pixabay.com

Encore une fois nous constatons que c’est un transfert d’énergie et d’informations qui est incrusté dans un champ magnétique : premiers pas vers une explication de certaines transes, guérisons, etc. Que pensez-vous à présent de la synchronisation par les tambours chamanes, les danses extatiques (Derviches tourneurs…), de l’inclinaison rythmique des pratiquants des religions juives ou musulmanes, des danses hindoues, des moudras et de certains mantras, etc. ?

Existerait-il un esprit de guérison plus étendu qui relirait les hommes à la nature, à Gaïa, au Cosmos dans une interconnexion dynamique corps-Esprit-Terre-Galaxie ?

Je vous renvoie aux travaux des anthropologues, mais attention à vos sources… Remarquons simplement au niveau de la physique, que tous les mammifères ont pour fréquence de leur hypothalamus : 7,8 Hertz.

Notons qu’actuellement nous recevons des ondes provenant d’étoiles situées à plus d’une centaine d’années-lumière de nous. Alors, quelles informations devrions-nous recevoir ? Que se passe-t-il ? Nous verrons les tentatives des dirigeants pour nous en couper.

Les laisserez-vous faire ? C’est de la responsabilité de chacun de nous.

Dès 1998, C.H. Anderson découvre le phénomène très courant des POS (son oscillatoire persistant). C’est un « son » généré à l’intérieur du corps, surtout lors d’une maladie ou d’une déshydratation, où il devient plus fort. Ce son ressemble à un bourdonnement d’insectes et reste lié au rythme a  de 10 Hz. Si la résonance de Schumann est des milliers de fois moins puissantes que le champ magnétique terrestre, il y a des milliers d’années, cette « voix de la planète » et lui étaient aussi forts, car moins dilués par la pollution électromagnétique et nos ancêtres pouvaient l’entendre. C’est en harmonie avec le « chant des étoiles » décrit dans de nombreuses Traditions. Tout est Harmonie. Les travaux du Pr Dutheil (Université de Poitiers) vous parleront ainsi de l’homme super lumineux.

Pixabay.com

Novak a montré que les sujets souffrant de troubles du sommeil ou de fibromyalgie ont un taux de magnétite dans le fluide de l’oreille interne, supérieur à la normale, les femmes ayant les taux les plus élevés sont plus sensibles aux influences d’énergie subtile. Ces perceptions peuvent également être effectuées directement par le cerveau.

Il existe cinq groupes de fréquences cérébrales liées à notre activité mentale 

Pixabay.com

–       Ondes d  de 0 à 4 Hz : ce sont les ondes les plus lentes, mais les plus hautes en amplitude ; elles se produisent quand la personne est en état de sommeil profond, sans rêve, ou dans la plus profonde méditation (études : Mind and Life) ; ces ondes suspendent la vie extérieure et apportent une paix profonde ; certaines fréquences de ces ondes déclenchent la production d’une hormone de croissance favorable à la guérison et à la régénération : on comprend pourquoi le sommeil profond est réparateur et essentiel au processus de guérison.

–       Ondes q  de 4 à 7 Hz : Elles se produisent le plus souvent dans le sommeil, dans les états de méditation profonde (corps endormi et esprit en éveil) ; cela permet l’accès aux souvenirs et à l’accès à la concentration mentale interne. Dans cet état, nous sommes en retrait du monde extérieur et plus concentré sur le paysage mental ; ces ondes sont liées au mystère ou à un état crépusculaire, au rêve éveillé ; le fait de méditer avec elles, augmente la créativité et diminue le stress, aiguise l’intuition et les dons de perception extra-sensorielle.

–       Ondes a de 7 à 12 Hz : elles peuvent induire un état de relaxation et de concentration mentale ; elles sont présentes dans le rêve et la méditation légère, les yeux fermés ; au fur et à mesure que davantage de neurones sont engagés dans cette fréquence, ces ondes circulent à travers tout le cortex, induisant la relaxation, mais pas la méditation ; avec elles nous commençons à accéder à la richesse créative qui se situe sous notre conscience éveillée ; c’est la porte qui ouvre sur des états de conscience profonds ; elles favorisent la coordination mentale globale, le calme, l’attention, la conscience intérieure ; ondes typiques du nourrisson ; lorsque vous faîtes l’huître devant votre téléviseur ou autre, vous êtes en ondes a.

–       Ondes b  de 12 à 25 Hz : elles correspondent à notre état normal lorsque l’attention est orientée vers les tâches cognitives et le monde extérieur ; rapide, l’activité de ce type d’ondes est activée quand nous sommes anxieux ou engagés dans la solution de problèmes, dans une prise de décision, le traitement de l’information, la concentration ou l’activité mentale ; pour certains chercheurs, la fréquence de 14 Hz serait la clef de la cognition. Plus on prend de l’âge et plus ces ondes de faible amplitude prédominent.

–       Ondes g  de 25 à 60 Hz : elles modulent la perception et la conscience et disparaissent lors d’une anesthésie ; elles correspondent au traitement de l’information provenant des différentes zones du cerveau et impliquent la mémoire, les facultés d’apprentissage, etc. .

Toutes ces études ont démontré depuis des décennies que l’homme est un complexe plus électromagnétique que chimique, à l’image de l’univers.

Il est donc sensible aux champs électromagnétiques naturels, mais aussi à ceux provoqués artificiellement. Nous sommes des émetteurs-récepteurs.

Dans « l’homme étoile », Yvon Combe dit très justement que l’existence de nos organes vitaux ne dépend pas des réactions biochimiques qui s’y passent par milliards chaque seconde, mais bien avant de devenir des molécules organiques douées de pouvoir de vie, les éléments simples qui composent ces molécules sont doués d’énergie polarisée, de forces rotatives orientées, de champs immatériels sensibles qui répondent à l’énergie de la pensée.

Le corps humain est rempli de bien d’autres choses qui sont non chimiques : énergies magnétiques, électriques, informationnelles, qui priment avec toute forme de vie organisée, ainsi que de la conscience d’être, et de la pensée humaine qui sont déjà là avant sa création (…)

Il y a une Harmonique entre la Terre et notre corps-Esprit, qui peut être considérée comme la voix de la planète. Un bon équilibre préside à la santé, à la concentration mentale, à nos sécrétions hormonales (liées aux états psychologiques) et surtout à notre éveil ou au « réveil des consciences » ainsi que l’a titré le docteur Jacqueline Bousquet, biophysicienne mise au placard par le Cnrs et éliminée comme tant de savants (armes psychotroniques ?) pour avoir été l’une des premières lanceuse d’alerte avec Sylvie Simon, Claire Sèverac et bien d’autres.

Rockin’ Squat — Amaru Ka (La Sagesse de La Terre)

Nous terminerons cet exposé par une note d’espoir, car il ne tient qu’à vous de faire bouger la situation actuelle.

Au début des années 2000, Arte a diffusé un documentaire sur : « Les ondes qui tuent et les ondes qui soignent ». Ainsi découvrons-nous une thérapie par ondes électromagnétiques dans la gamme des très hautes fréquences, accompagnant ou non des traitements médicamenteux, tout en étant principalement liés à l’homéopathie.

En cours depuis plus de trente ans en Russie, suite à de nombreux tests cliniques, ces techniques ont fait leurs preuves (disparition de l’arthrose, repousse fulgurante des os tout en empêchant les amputations de certains membres, etc.). À tel point qu’elles ont été adoptées en Suisse comme en Italie.

Que font les autres pays ?

Leurs dirigeants, peu sourcilleux, encaissent les dividendes des laboratoires tels Rhône-Mérieux (techniques Élisa pour de nombreux tests plus ou moins fiables), Big Pharma et autres. Alors, la mafia n’est-elle que sicilienne ?

C’est un autre débat, au lecteur de réfléchir en attendant la troisième partie de ce travail portant sur les ondes artificielles perturbatrices, d’origine « humaine ».

Laisser un commentaire