Jeudi 07 juillet 2022 par : Ethan Huff

Cet article peut contenir des déclarations qui reflètent l’opinion de l’auteur

https://citizens.news/635758.html

La raison pour laquelle le “vaccin” de Pfizer contre le coronavirus de Wuhan (Covid-19) a été déclaré “sûr et efficace” par la Food and Drug Administration (FDA) américaine est que Pfizer a menti sur les résultats de ses essais cliniques.

Pfizer Classified Almost All Severe Adverse Events During COVID Vaccine Trials ‘Not Related to Shots’

Les documents relatifs aux essais cliniques de Pfizer, qui ont commencé à être publiés le 1er juin par la FDA dans le cadre d’un procès et d’un calendrier de divulgation ordonné par le tribunal, révèlent que la société a classé presque tous les événements indésirables graves qui se sont produits comme n’étant “pas liés aux injections”.

La pile de documents de 80 000 pages de Pfizer comprend un vaste ensemble de formulaires de rapport de cas (CRF) provenant des essais de phase 3 de la société, qui ont été menés en divers endroits des États-Unis.

“Les CRF inclus dans les documents de ce mois-ci contiennent des explications souvent vagues des symptômes spécifiques ressentis par les participants aux essais”,

écrit Michael Nevradakis, PhD, pour The Defender, un projet de Children’s Health Defense (CHD).

“Ils révèlent également une tendance à classer presque tous les événements indésirables – et en particulier les événements indésirables graves (EIG) – comme étant ‘non liés’ au vaccin.”

Tout comme ils l’ont fait avec le covid, les décès dus aux vaccins ont été attribués à tout sauf aux vaccins eux-mêmes.

Dans un cas, une femme d’une cinquantaine d’années qui avait participé à un essai clinique de Pfizer au Sterling Research Group de Cincinnati, dans l’Ohio, est décédée d’un infarctus du myocarde apparent le 4 novembre 2020, après avoir reçu deux injections deux mois auparavant.

“Le patient avait des antécédents médicaux de maladie pulmonaire obstructive chronique, d’hypertension, d’hypothyroïdie, d’arthrose des genoux et de troubles de l’attention”, expliquent les rapports.

disponible sur la boutique de cogiito.com en échange d’un don

“Son décès a été répertorié comme “non lié” au vaccin, et a été attribué à la place à une “maladie cardiovasculaire hypertensive”.”

Une autre femme d’à peu près le même âge, également de Cincinnati, est décédée d’un arrêt cardiaque le 21 octobre 2020, après avoir été vaccinée dans les mois précédents. Son décès a été classé comme “non lié” aux injections car il est “survenu 2 mois après la dernière prise de l’agent étudié”.

Un homme d’une soixantaine d’années ayant participé à un essai du groupe de recherche Ventavia, basé au Texas, s’est fait piquer en août 2020 et est décédé en novembre 2020 d’un infarctus du myocarde apparent. Sa mort a été attribuée à l’échec d’un “stent cardiaque” et à une pneumonie due à une “infection” non divulguée.

https://naturalnews.com/2021-11-03-whistleblower-pfizer-falsified-data-flawed-covid-trials.html

Une adolescente entièrement injectée qui a reçu un diagnostic de thrombose veineuse profonde du membre inférieur droit le 15 novembre 2020, a été hospitalisée pour son état “grave” et est décédée plus tard, mais Pfizer a indiqué que la cause du décès était une “fracture”.

Un homme d’environ 70 ans qui a été piqué à peu près au même moment et qui a rapidement développé des adhérences abdominales, une altération de l’état mental et une insuffisance respiratoire hypoxique aiguë est décédé plus tard d’une insuffisance cardiaque congestive. Pfizer a attribué son décès à une “intervention chirurgicale antérieure”.

Un autre homme de Boston, à peu près du même âge, a reçu les deux injections de Pfizer et a développé une pneumonie et un œdème périphérique. Il est ensuite décédé après avoir été hospitalisé pour une pneumonie, mais Pfizer a attribué son décès à une “neuropathie existante”.

“Pendant son hospitalisation pour pneumonie, sa tension artérielle a été mesurée jusqu’à 179/72, avec une fréquence cardiaque atteignant 105 battements par minute et un niveau de saturation en oxygène qui est tombé à 92,0”,

écrit Nevradakis.

“Au total, il a eu trois visites aux urgences pendant la période d’observation”.

La liste est longue : les patients meurent les uns après les autres des suites des injections, mais ne sont pas classés comme tels dans les résultats des essais de Pfizer.

C’est ce qu’on appelle de la fraude, et c’est ce à quoi Pfizer s’est livré pour participer à l’opération Warp Speed et en tirer profit.

“Les gens comprennent-ils maintenant pourquoi cette information n’était pas censée être publiée pendant 70 ans ?”

a écrit un lecteur de The Defender. “Ils ont essayé d’enterrer cela… Après 70 ans, tous ceux qui avaient pris le ‘clot-shot’ seraient morts”.

Les dernières nouvelles concernant les vaccins antigrippaux de Fauci peuvent être consultées à l’adresse suivante ChemicalViolence.com.

Sources :

ChildrensHealthDefense.org

NaturalNews.com