Pour ceux qui ont un problème avec la Cour Internationale de Justice de Common Law

9
12323

Un grand merci à mon ami Éric pour ces précisions nécessaires :

Pour ceux qui ont un problème avec la Cour Internationale de Justice de Common Law (ICLCJ) qu’on ne trouve plus sur internet à ce nom, voici quelques éléments pour votre compréhension.

L’année dernière on trouvait encore le site de l’ICLCJ à Bruxelles (International Common Law Court of Justice).

Apparemment, ils ont changé de nom et/ou de site.

Les infos sont désormais sur ce nouveau site :

https://commonlaw.earth/iclcj-verdict-and-sentence

et ici :

What is the International Common Law Court of Justice?

La Cour Internationale de Justice de la Common Law (CIJC) – Fondée en tant que Tribunal de Conscience des Citoyens le 15 septembre 2012 à Bruxelles.
Le droit naturel et coutumier permet l’établissement de cours de justice populaires lorsque les autorités juridiques et gouvernementales existantes sapent le droit et la justice, ou aident ceux qui le font. La Common Law est née historiquement pour défendre les libertés du peuple contre les tyrans, qu’ils soient religieux ou laïques, et a donc une compétence universelle lorsqu’elle est convoquée en tant que tribunal avec jury par plus de douze hommes et femmes dûment assermentés.
La Cour internationale de justice de common law (CIJC) a été créée en tant que branche juridique et judiciaire du Tribunal international pour les crimes contre l’Église et l’État (TICE), avec l’aide d’experts juridiques, de juges et de survivants de la terreur ecclésiastique et du génocide impérial dans plus d’une douzaine de pays. (www.itccs.org)
La première affaire inscrite au rôle de l’ITCCS a débuté le 6 novembre 2012 et portait sur le génocide délibéré d’enfants autochtones au Canada par le Vatican, la Couronne d’Angleterre et d’autres parties. Dans son verdict final du 25 février 2013, la Cour et ses cinquante-huit jurés citoyens assermentés ont réussi à mettre en accusation et à poursuivre trente défendeurs pour avoir perpétré ou dissimulé ce génocide. Parmi ces accusés figuraient le pape Benoît XVI, Joseph Ratzinger, l’ancien cardinal Tarcisio Bertone, Elizabeth Windsor, “reine d’Angleterre”, et le Premier ministre canadien Stephen Harper.
Après une présentation exhaustive des preuves des crimes commis par l’Église et l’État au Canada, et le refus des défendeurs de répondre ou de réfuter ces preuves, tous les défendeurs ont été reconnus coupables de conspiration criminelle et de génocide, et ont été condamnés par contumace à 25 ans de prison et à la confiscation de toutes les richesses et propriétés de leurs domaines et institutions. Des mandats d’arrêt citoyens ont été émis, et le 4 août 2013, le Vatican et la Couronne d’Angleterre ont été déclarés comme étant des organismes criminels transnationaux en vertu du droit international, et ont été légalement démantelés.
Les preuves complètes qui ont mis en accusation ces défendeurs et leurs institutions, ainsi que tous les documents judiciaires et les mandats, sont contenus dans le présent document :
https://www.youtube.com/watch?v=UvhfXAd08TE – Procédures judiciaires en Common Law – Génocide au Canada (première partie) – 1 hr. 46 mins.
https://www.youtube.com/watch?v=OPKFk_L7y9g – Common Law Court Proceedings – Genocide in Canada (Part Two) – 1 hr. 47 mins.
https://www.youtube.com/watch?v=ormOIlOi4Vc – Verdict final de la Cour et condamnation – 8 min. 30 secs.
https://www.youtube.com/watch?v=RBUd3UXt6fI – Autres témoignages clés de notre procès contre le génocide au Canada
La Cour internationale de justice de la Common Law poursuit d’autres affaires en 2014 et au-delà.
Pour contacter la Cour, écrivez à : itccsoffice@gmail.com , à l’attention de M. George Dufort, LL.B.
Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

voici la traduction de cette dernière page :

La Cour Internationale de Justice de la Common Law ( ICLCJ) – Fondée en tant que Tribunal de Conscience des Citoyens le 15 septembre 2012 à Bruxelles.

Le droit naturel et coutumier permet l’établissement de cours de justice populaires lorsque les autorités juridiques et gouvernementales existantes sapent le droit et la justice, ou aident ceux qui le font. La Common Law est née historiquement pour défendre les libertés du peuple contre les tyrans, qu’ils soient religieux ou laïques, et a donc une compétence universelle lorsqu’elle est convoquée en tant que tribunal avec jury par plus de douze hommes et femmes dûment assermentés.

La Cour Internationale de Justice de Common Law ( ICLCJ ) a été créée en tant que bras juridique et judiciaire du Tribunal International pour les Crimes d’Eglise et d’Etat ( ITCCS ), avec l’aide d’experts juridiques, de juges et de survivants de la terreur ecclésiastique et du génocide impérial dans plus d’une douzaine de pays. (www.itccs.org)

La première affaire inscrite au rôle de l’ITCCS a débuté le 6 novembre 2012 et portait sur le génocide délibéré d’enfants autochtones au Canada par le Vatican, la Couronne d’Angleterre et d’autres parties. Dans son verdict final du 25 février 2013, la Cour et ses cinquante-huit jurés citoyens assermentés ont réussi à mettre en accusation et à poursuivre trente défendeurs pour avoir perpétré ou dissimulé ce génocide. Parmi ces accusés figuraient le pape Benoît XVI, Joseph Ratzinger, l’ancien cardinal Tarcisio Bertone, Elizabeth Windsor, “reine d’Angleterre”, et le Premier ministre canadien Stephen Harper.

Après une présentation exhaustive des preuves de crimes commis par l’Église et l’État au Canada, et le refus des défendeurs de répondre ou de réfuter ces preuves, tous les défendeurs ont été reconnus coupables de conspiration criminelle et de génocide, et ont été condamnés par contumace à 25 ans de prison et à la confiscation de toutes les richesses et propriétés de leurs domaines et institutions. Des mandats d’arrêt citoyens ont été émis,

et le 4 août 2013, le Vatican et la Couronne d’Angleterre ont été déclarés comme étant des organismes criminels transnationaux en vertu du droit international, et ont été légalement démantelés.

9 Commentaires

    • C’est bien les condamnations, mais comment s’effectuent-elles ? Si des personnes sont condamnées mais continuent de vivre sans être embêtées, cela sert à quoi ? Les huissiers appliquent-ils les saisies ? Les policiers emmènent-ils les condamnés en prison ?

    • Oui, un grand merci à Eric. Ce serait bien que cette personne donne plus souvent de plus amples informations, car nous sommes perdus avec la common law court. Sur le net il y a très peu de renseignements à ce sujet. Ensuite il y a des personnes dans des vidéos qui disent que c’est de la foutaise et enfin lorsque j’ai écrit deux fois (en français) à la common law court pour avoir des renseignements sur la marche à suivre, je n’ai reçu aucune réponse.

      • Bonjour Cass et les autres.
        C’est vrai il n’y a que peu d’information en Français sur la CLC J’espère que Philippe et Giuseppe feront une nouvelle vidéo pour mieux nous éclairer.

  1. Effectivement la question est la capacité de cette cour à faire exécuter ses sentences. Sans cela, elle demeure stérile jusqu’à ce qu’elle soit dotée d’une instance lui permettant de faire exécuter ses jugements.

  2. Bonjour ,

    Peut etre ai-je mal lu ou compris ..?donc en 2013 la CLC a condamner les personnes suivantes : le pape Benoît XVI, Joseph Ratzinger, l’ancien cardinal Tarcisio Bertone, Elizabeth Windsor, “reine d’Angleterre”, et le Premier ministre canadien Stephen Harper.
    je vous le demande , a quoi sert de condamner si cela n’est pas suivi d’actes car manifestement en 2022 ces personnes jouissent toujours de la vie, de privileges et de pouvoir etc .
    je me demande si la CLC a laquelle je voulais adherer n’est pas en fait malgre elle le miroir aux allouettes.. car en fait l objectif n’est pas atteind. la preuve de son efficacité sera faite pour moi, lorsque les condamnes seront sous les verroux , morts ou ruinés pour l’instant ce n’est pas le cas rien ne transpire de ce cote là chez les lanceurs d’alertes et les TV dissidentes . si vous avez des infos elles sont les bienvenues
    Tina

Laisser un commentaire