Près de 90% de la population mondiale de dauphins anéantie par l’industrie de la pêche industrielle et de ses filets

1
1160

Green Queen, le 2 mars 2020, par Sally Ho

Traduction pour cogiito.com : PAJ

INTRODUCTION PAR COGIITO.COM

À cogiito.com, nous sommes particulièrement concernés par l’avenir de notre planète et de ses espèces, c’est pourquoi nous alertons depuis des années par nos articles, avant même l’existence de cogiito.com, de l’extermination des mammifères marins pris au piège des filets des groupes de pêche industrielle, qui, malgré des lois internationales, continuent a utiliser ces filets criminels qui emprisonnent avec des tonnes de plastique et assassinent dauphins et baleines.

Les humains n’ont aucun respect pour la faune marine, et la sacrifie sur l’autel du profit.

Nous, citoyens du monde, devons nous engager à ne plus consommer de Thon ni de fruits de mer comme vous le découvrirez dans cet article, nous avons conscience d’un tel sacrifice, mais si cela peut aider nos frères mammifères marins à continuer à vivre dans leur monde, ce n’est rien d’autre que de montrer notre respect pour la nature.

De plus, ces poissons qui nous sont vendus sont également gravement pollués par les métaux lourds ; au Canada par exemple, le ministère de la Santé conseille aux femmes enceintes et aux jeunes enfants de ne pas consommer de Thon à cause du niveau élevé de mercure dans sa chair, le saumon et tous les autres poissons gras sont également à éviter, et le saumon OGM est encore plus toxique et porteur de graves maladies pour l’homme.

Nous devrions interrompre toute forme de pêche durant 3 à 5 ans pour permettre à la mer de se régénérer et aux espèces de mammifères de repeupler leurs clans et familles, décimés par l’activité humaine.

Ces décisions doivent être prises aux plus haut niveau et cesser de favoriser les grands groupes de pêche industrielle qui pillent les mer et affament les peuples qui pèchent pour nourrir leur famille en respectant la nature et en ne prenant que ce qui est nécessaire.

Nous avons conscience de l’utopie réclamée ici, mais sans elle, la mer et ses espèces disparaitront totalement d’ici 2050 et l’espèce humaine l’accompagnera dans son déclin.

Ne laissons pas les industriels décider pour notre avenir, car ils nous annoncent la mort, et rien d’autre.

nous vivons une époque formi…Diable

cogiito.com

Philippe A. Jandrok

KJWT6C Dead Bottlenose dolphin, Tursiops truncatus, entangled on nylon ropes and lost fishing net. Nylon cables and nets lost or dumped at sea pose a

Une nouvelle étude [1]d’un groupe international de scientifiques a révélé que près de 90 % de la population mondiale de dauphins ont été tués à cause de l’industrie de la pêche.

Le nombre de dauphins capturés dans des filets de pêche au thon est si important qu’ils ne représentent peut-être guère plus de 13 % de leur nombre avant 1980.

Le Dr Putu Mustika de l’Université James Cook faisait partie d’un groupe international qui a examiné les prises des filets de thon (y compris les filets maillants dérivants) dans l’océan Indien. Le groupe était dirigé par le Dr Charles Anderson de l’organisation Manta Marine aux Maldives :

  • « Nous avons combiné les résultats de 10 programmes d’échantillonnage des prises accessoires entre 1981 et 2016 en Australie, au Sri Lanka, en Inde et au Pakistan pour estimer les taux de prises accessoires de cétacés (baleines, dauphins et marsouins) dans toutes les pêcheries de thon au filet maillant de l’océan Indien », a déclaré le Dr Mustika.

La baisse « alarmante » du nombre de dauphins est liée à l’utilisation de filets maillants illégaux qui sont largement utilisés par les entreprises de pêche du monde entier, la capture de dauphins et d’autres cétacés lors des prises poissons. Les chercheurs appellent à « des changements urgents et drastiques » dans les méthodes de pêche industrielle pour protéger les populations de dauphins, et les résultats renouvelés appellent à une refonte majeure de la nature non durable de la consommation de fruits de mer.

Une étude dirigée par le Dr Charles Anderson de l’organisation de conservation à but non lucratif Manta Marine [2]aux Maldives et rejoint par le Dr Putu Mustika et son équipe de l Université James Cook [3] dans le Queensland, en Australie, le groupe international de chercheurs a constaté que la population de dauphins ne peut être qu’à 13 % de ce que c’était en 1980.

  • « La baisse des taux de prises accessoires de cétacés, illustrée par ce que nous pouvons mesurer, suggère que les taux de mortalité actuels ne sont pas durables. Les estimations que nous avons développées montrent que l abondance moyenne des petits cétacés peut être actuellement de 13 % des niveaux de 1980 », ajoute le Dr Putu Mustika.

L’un des principaux responsables de la baisse intense du nombre de dauphins, selon les chercheurs, est l’augmentation de l’utilisation des filets maillants. Bien qu’ils soient déjà interdits par les Nations Unies, les filets maillants – des filets rectangulaires mesurant jusqu’à 30 kilomètres de long et 20 mètres de profondeur, imitant les parois verticales de l’océan – sont encore utilisés par de nombreuses sociétés de pêche dans plusieurs pays.

Ces filets massifs ont piégé des centaines de milliers de dauphins au fil des ans, et la lente diminution du nombre de captures de dauphins reflète que la population globale a été gravement menacée.

Requin capturé par des filets de pêche (Source : Brian J. Skerry / National Geographic / WWF)

Lire : 10 raisons pour lesquelles vous devriez reconsidérer la consommation de fruits de mer [4]

Selon les données officielles des pêcheries, plus de 4 millions de petits cétacés, dont des baleines, des dauphins et des marsouins, ont été capturées dans les opérations de pêche de l’océan Indien entre 1950 et 2018.

  • « Les filets maillants peuvent tuer des espèces menacées comme les dauphins et les dugongs. Nos espèces vulnérables ont besoin d’un sanctuaire. Nous devons supprimer définitivement les filets maillants de leurs habitats », a déclaré Tooni Mahto, militant de l Australian Marine Conservation Society (AMCS) [5], qui a publié une enquête distincte sur les prises accessoires de filets maillants en 2018. 

La perte dévastatrice d’espèces de dauphins est encore une autre conséquence de la demande de masse continue de fruits de mer pour la consommation humaine, qui accélère plus largement le déclin de la biodiversité des océans à des taux alarmants. 

Selon des estimations [6] récentes de scientifiques, nous approchons rapidement d’un avenir des océans sans poisson – à notre rythme actuel, d’ici 2050, les mers auront peu ou pas de fruits de mer disponibles pour la consommation. 

Dauphin capturé au filet maillant (Source : Getty Images)

Lire : 2020 est l’année où nous réalisons que les fruits de mer tels que nous les connaissons sont morts

Outre l’épuisement rapide des espèces de poissons chassés et les dommages causés à la faune marine capturée par les prises accessoires, l industrie des fruits de mer est également liée à la crise mondiale de la pollution plastique. Un des principaux contributeurs à notre océan plastique est la perte et l’abandon de « filets fantômes » jetés par les pêcheries, qui représentent une quantité étonnante de 640 000 tonnes de déchets dans l’océan [7].

Bien que la prise de conscience croissante de l’impact environnemental des fruits de mer ait inauguré des fruits de mer « d’élevage durable » ces dernières années, il est devenu de plus en plus clair que le poisson d’élevage n’est plus « respectueux de l’environnement » car, il consomme beaucoup de ressources, nécessitant 2-3 livres de petits poissons pour l’alimentation, et nécessitant d’énormes quantités d’antibiotiques pour éloigner les maladies et les parasites dans les fermes piscicoles fermées.

La dernière étude sur l’impact de l’industrie de la pêche sur les espèces de dauphins renouvelle non seulement un contrôle plus strict des opérations des entreprises pour sauver les animaux marins de l’extinction, mais une refonte majeure de la consommation traditionnelle de fruits de mer.


Image principale gracieuseté de Greenpeace.


[1] https://www.jcu.edu.au/news/releases/2020/february/study-indicates-alarming-fall-in-dolphin-numbers

[2] https://www.mantatrust.org/

[3] https://www.jcu.edu.au/

[4] https://www.greenqueen.com.hk/10-reasons-why-you-should-reconsider-eating-fish-seafood/

[5] https://www.marineconservation.org.au/

[6] https://www.nationalgeographic.com/animals/2006/11/seafood-biodiversity/

[7] https://www.scmp.com/news/hong-kong/health-environment/article/1981464/plague-ghost-nets-how-tonnes-dumped-fishing-debris

1 COMMENTAIRE

  1. L’Homme est consternant ! Il reste le seul être sur cette planète à détruire son propre milieu naturel
    Ce qui nous attend ? Regardez l’état de la planète dans le dessin animé WALL-E, Elysium et bien d’autres films, et ce sera bien mérité !

Laisser un commentaire