REUTERS : L’Autriche suspend le lot de vaccin AstraZeneca COVID-19 après un décès…

0
1996

Les auteurs Michael Shields et Ludwig Burger ont publié un article au contenu qui prête à discussion.

Nous nous sommes autorisés à commenter cet article dans les passages non justifiés pour tenter de comprendre la situation. Notre rôle se borne à faire l’avocat du diable, afin de tirer l’écheveau de cette intrigue vaccinale.

https://www.reuters.com/article/us-health-coronavirus-austria-nurse/austria-suspends-astrazeneca-covid-19-vaccine-batch-after-death-idINKBN2AZ0AO

ZURICH (Reuters) – Les autorités autrichiennes ont suspendu les inoculations avec un lot de vaccin COVID-19 d’AstraZeneca par mesure de précaution tout en enquêtant sur le décès d’une personne et la maladie d’une autre après le vaccin, a annoncé dimanche une agence de santé.

“L’Office fédéral pour la sécurité des soins de santé (BASG) a reçu deux rapports dans le temps avec une vaccination du même lot de vaccin AstraZeneca dans la clinique de district de Zwettl” dans la province de Basse-Autriche, a-t-il déclaré.

Une femme de 49 ans est décédée des suites de graves troubles de la coagulation, tandis qu’une femme de 35 ans a développé une embolie pulmonaire et se rétablit, a-t-il déclaré. Une embolie pulmonaire est une maladie pulmonaire aiguë causée par un caillot de sang.

“Actuellement, il n’y a aucune preuve d’une relation causale avec la vaccination”, a déclaré BASG.

Le journal autrichien Niederoesterreichische Nachrichten ainsi que le radiodiffuseur ORF et l’agence de presse APA ont rapporté que les femmes étaient toutes deux infirmières travaillant à la clinique de Zwettl.

BASG a déclaré que la coagulation sanguine ne faisait pas partie des effets secondaires connus du vaccin. 

  • Sur ce point il semble que d’autres patients aient justement souffert de ce type d’embolie pulmonaire dans le monde, donc on ne peut pas prétendre que ce ne soit un cas isolé. (cogiito)

Elle poursuivait son enquête avec vigueur pour écarter complètement tout lien éventuel.

  • Là encore, dès qu’un accident survient après un vaccin, des officiels affirment que le vaccin n’y est pour rien et que c’est le fait du hasard, un hasard qui semble se répéter sur toute la planète, ce qui ne fait pas plus de ces accidents des hasards, mais des réactions. (cogiito)

«Par mesure de précaution, les stocks restants du lot de vaccins touchés ne sont plus distribués ni vaccinés», a-t-il ajouté.

  • Devrions-nous croire que pour deux patientes seulement, “un lot de vaccins touchés ne sont plus distribués”.
  • Tous les accidents ont-ils bien été répertoriés ?
  • Il est très rare que que pour deux accidents, un lot de vaccins soit retiré du circuit, il faut bien davantage de victimes pour que les laboratoires décident d’admettre une éventuel responsabilité.
  • Dans le cas présent, aucune responsabilité n’est reconnue, en revanche, un lot de vaccins est retiré?
  • Que cela veut-il dire en réalité ? (cogiito)

Voyons ce que déclare le porte-parole d’AstraZeneca :

«Il n’y a eu aucun événement indésirable grave confirmé associé au vaccin», ajoutant que tous les lots sont soumis à des contrôles de qualité stricts et rigoureux. Les essais et l’expérience du monde réel jusqu’à présent suggèrent que le vaccin est sûr et efficace et qu’il a été approuvé pour une utilisation dans plus de 50 pays, a-t-il déclaré.

  • Étrangement, en France, des accidents similaires ont eu lieu avec le même vaccin et le même personnel soignant, au point que certains hôpitaux ont également pris la décision d’interrompre toute vaccination de son personnel avec le vaccin d’AstraZeneca. 9 pays européens ont pris la même décision. (cogiito)

AstraZeneca a également déclaré qu’elle était en contact avec les autorités autrichiennes et qu’elle soutiendrait pleinement l’enquête.

Les régulateurs de l’Union européenne ont approuvé fin janvier le produit, affirmant qu’il était efficace et sûr à utiliser, tandis que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) à la mi-février a répertorié le produit pour une utilisation d’urgence.

  • La façon tendancieuse dont ce paragraphe est écrit, implique la sureté du vaccin par l’Union Européenne elle-même, comme une garantie, mais l’Union Européenne n’est pas un laboratoire ni un fabricant de vaccin à ce que je sache.
  • En réalité, l’Union Européenne n’a pas fait le moindre essai scientifique avec ce vaccin, alors, comment celle-ci pouvait-elle déclarer que le vaccin AstraZeneca était “efficace et sûr à utiliser” sur la base des informations qui lui ont été fournies, une pratique courante de la part des laboratoires.
  • un vaccin nécessite entre 5 à 10 ans de recherches et d’études, l’Union Européenne a-t-elle fait elle-même ces études sur les vaccins AstraZeneca, Pfizer et Moderna ?
  • L’union Européenne s’est contentée de valider sur le papier les documents du laboratoire AstraZeneca pour une utilisation d’urgence seulement.
  • Donc, l’Union Européenne se rend coupable de faire confiance aux laboratoires sans faire de recherches scientifiques elle-même, cela peut-il nous garantir l’efficacité d’un produit de santé comme l’affirme l’article de Reurers ? (cogiito)

Les effets indésirables observés dans les essais ont été de courte durée pour la plupart et les problèmes de coagulation sanguine n’ont pas été signalés.

  • Dans ce cas, pourquoi la direction de nombreux hôpitaux dans le monde a-t-elle cessé la vaccination de ce vaccin à son personnel ?(cogiito)

Une évaluation de l’innocuité par le régulateur allemand des vaccins de plus de 360 000 personnes ayant reçu le vaccin Astra dans le pays entre le lancement début février et le 26 février a conclu que les effets indésirables étaient conformes au profil de sécurité décrit dans les essais cliniques.

  • “a conclu que les effets indésirables étaient conformes au profil de sécurité décrit dans les essais cliniques.”
  • Donc, il semble tout à fait logique pour le laboratoire AstraZeneca, qu’il y ait des accidents vaccinaux, malgré la déclaration d’efficacité de plus de 90%.
  • Il semble que le nombre d’accidentés défie les statistiques prometteuses d’AstraZeneca, comme cela a été le cas pour Pfizer et Moderna.
  • Ces nouveaux vaccins seraient-ils dangereux ? (cogiito)

Reportage de Michael Shields à Zurich, Ludwig Burger à Francfort, édité par Louise Heavens

Nos normes: les principes de confiance de Thomson Reuters.

Laisser un commentaire