Selon un rapport, le cancer chez l’enfant est en grande partie dû à des facteurs environnementaux

4
1723

Par Jeremy Loffredo

Chez nos enfants aux États-Unis, le cancer est la principale cause de décès par maladie.

https://curesearch.org/Childhood-Cancer-Deaths-Per-Year

Dans le monde entier, le cancer est devenu si répandu et si dévastateur que certains utilisent l’expression “comme guérir le cancer” pour décrire quelque chose d’irréalisable ou de très compliqué.

https://www.prnewswire.com/news-releases/the-max-cure-foundation-announces-a-new-childhood-cancer-prevention-initiative-301122157.html

Pourtant, en septembre, une équipe de plus de 60 parties prenantes et dirigeants des secteurs de la santé, de la science, des affaires, de la politique et de la défense des droits a collaboré pour adopter une approche différente, peut-être moins tape-à-l’œil : prévenir le cancer, notamment en mettant fin à l’utilisation de produits chimiques toxiques. Sous l’égide de l’Initiative pour la prévention du cancer chez les enfants (Childhood Cancer Prevention Initiative, CCPI), cet ensemble d’organisations a publié un rapport examinant l’impact de différents produits chimiques cancérigènes et appelant à un “plan national” pour faire face à l’incidence croissante du cancer chez les enfants.

En 2020, on estime que 1 806 590 nouveaux cas de cancer seront diagnostiqués aux États-Unis et que 606 520 personnes mourront de cette maladie, dont 16 850 enfants et adolescents âgés de 0 à 19 ans qui seront diagnostiqués et 1 730 enfants qui mourront de cette maladie.

Les chercheurs estiment que seulement 10 % de tous les cancers infantiles sont dus à des facteurs héréditaires, ce qui signifie que la part du lion des cancers infantiles provient de facteurs environnementaux.

https://www.cancer.gov/types/childhood-cancers/child-adolescent-cancers-fact-sheet

Pour l’ICPE, cela signifie que 90 % de tous les cancers infantiles sont évitables.

https://www.cancer.gov/about-cancer/understanding/statistics

Les auteurs du rapport indiquent que les organisations caritatives et de recherche sur le cancer ne consacrent pas suffisamment de ressources à la prévention.

“La grande majorité du financement de la recherche sur le cancer infantile va à des études sur le traitement du cancer infantile et la survie, ce qui ne laisse qu’une petite partie pour le travail essentiel sur la prévention”, explique le rapport.

Le rapport de l’ICPE identifie les pesticides, la pollution atmosphérique liée au trafic et les peintures/solvants comme les trois groupes de produits chimiques à l’origine des types de cancer les plus courants chez les enfants.

Le rapport souligne que le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) de l’Organisation mondiale de la santé a inscrit plusieurs pesticides approuvés par l’Agence américaine de protection de l’environnement sur la liste des cancérogènes connus, probables ou possibles, y compris le glyphosate.

https://www.iarc.who.int/featured-news/media-centre-iarc-news-glyphosate/

Le rapport cite de multiples études qui indiquent des risques accrus de leucémie infantile et de cancer du cerveau en cas d’exposition aux pesticides résidentiels, y compris une étude récente montrant “un risque accru de leucémie infantile associé à des niveaux plus élevés de l’herbicide résidentiel chlorothalonil et peut-être alachlor, utilisé comme herbicide agricole”.

Il explique également qu’un enfant dont les parents travaillent dans le secteur agricole est plus susceptible d’avoir une tumeur au cerveau, en raison de son exposition aux pesticides agricoles.

https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/30268646/

Le CIRC a classé de nombreux polluants atmosphériques comme cancérigènes connus, probables ou possibles. L’ICPE décrit une étude démontrant que

https://www.nature.com/articles/s41467-019-11654-3

“la suie de la pollution atmosphérique, qui est un mélange de substances cancérigènes connues … peut traverser le placenta et exposer le fœtus en développement”.

Le rapport explique qu’une troisième catégorie, les peintures et les solvants, peut augmenter le risque de leucémie, de lymphome et de tumeur cérébrale chez l’enfant.

https://www.cancer.org/cancer/cancer-causes/benzene.html

Par exemple, le benzène est un produit chimique présent dans de nombreux solvants et une cause connue de leucémie. Le rapport de l’ICPE énumère de nombreuses études qui montrent que l’exposition d’une mère au benzène pendant la grossesse expose l’enfant à un risque élevé de leucémie infantile.

Les auteurs reconnaissent en outre que les enfants vivant à proximité d’installations industrielles ou agricoles, de grands axes de transport ou de sites de déchets dangereux présentent un risque plus élevé de maladies chroniques.

L’ICPE souligne également la nécessité de mener des recherches sur les plus de 85 000 produits chimiques manufacturés utilisés aujourd’hui aux États-Unis. “Les agents cancérigènes connus sont utilisés dans toute l’économie… mais des recherches récentes suggèrent que de nombreux produits chimiques, en plus de ceux qui sont connus pour être cancérigènes, peuvent contribuer au cancer”, peut-on lire dans le rapport. “Comme la plupart de ces produits chimiques n’ont jamais été testés pour leur sécurité ou leur toxicité, nous ne disposons pas d’une liste complète de ceux qui peuvent causer le cancer chez les enfants.”

En termes de solutions, l’ICPE souhaite que le secteur privé et le gouvernement travaillent ensemble vers ce qu’elle appelle un “objectif commun” consistant à “permettre à tous les enfants de s’épanouir.”

https://www.bloomberg.com/news/articles/2015-03-02/lumber-liquidators-sold-illegal-flooring-60-minutes-reports

Les auteurs poursuivent en affirmant qu’il existe un “argument commercial convaincant” pour mettre fin à la production de ces produits chimiques et autres. Ils citent les exemples de Lumber Liquidators, dont la valeur a baissé de 25 % après avoir été exposée pour avoir vendu des revêtements de sol contenant du formaldéhyde, et de Bayer, dont la valeur boursière a chuté de 44 % après qu’un procès a révélé que son désherbant Roundup à base de glyphosate provoquait des cancers.

https://fortune.com/2019/05/14/bayer-stock-monsanto-verdict/

“Les entreprises qui évitent d’apporter les changements nécessaires risquent de perdre des millions de dollars en frais juridiques à la suite de poursuites intentées par des consommateurs, et encore plus si un accident impliquant des produits chimiques préoccupants se produit et nuit aux employés et aux résidents locaux”, affirment les auteurs. Le CCPI considère que les entreprises qui produisent et utilisent des produits chimiques et des émissions dangereuses ne sont pas seulement le problème, mais aussi une “source potentielle de solutions”.

Les responsables politiques ont également un rôle à jouer. Le CCPI préconise des limites strictes tant sur les niveaux de pesticides dans les aliments que sur l’exposition à des facteurs environnementaux suspects.

Le CCPI recommande également aux législateurs américains de protéger les programmes de réglementation environnementale qui sont “attaqués”.

“Des efforts prioritaires devraient être déployés en faveur de la justice environnementale : rétablir les politiques qui protègent les communautés de couleur et les quartiers à faible revenu, qui sont touchés de manière disproportionnée par les activités polluantes”, peut-on lire dans le rapport.

Dans l’ensemble, le CCPI suggère que la voie à suivre comprend de vastes niveaux d’investissement dans une nouvelle économie sans produits chimiques, produits et technologies qui contribuent au cancer.

“Notre travail suggère que la prévention est possible, grâce à la recherche, à l’éducation, au développement de produits chimiques plus sûrs, à l’innovation commerciale et à des politiques publiques fortes. Mais l’ampleur des investissements dans ces domaines doit augmenter de façon spectaculaire”,

conclut le rapport.

Le CCPI considère son nouveau rapport comme un “premier pas” et une démonstration de l’engagement des 12 organisations à éliminer progressivement les produits chimiques cancérigènes et à trouver des alternatives plus sûres.

Signez pour recevoir gratuitement des nouvelles et des mises à jour de Robert F. Kennedy, Jr. et de la Children’s Health Defense, la CHD met en œuvre de nombreuses stratégies, y compris juridiques, dans le but de défendre la santé de nos enfants et d’obtenir justice pour ceux qui sont déjà blessés. Votre soutien est essentiel au succès de la mission de CHD.

4 Commentaires

  1. Cette analyse me semble incomplète, car je crois que le très grand nombre de vaccins administrés aux enfants est aussi une très grande source de cancer d’après mes recherches. Est-ce un oubli?

    • C’est également ce qui m’a troublé à la traduction de cet article, et ce doit être un fait exprès, pour ne pas être censuré et dévoiler tout de même de nombreux facteurs déclenchants de cancer.

  2. Le grand nombre de vaccins administrés aux enfants est aussi une source importante de cancers. On en parle pas dans cet article.

Laisser un commentaire