Accueil À la une Selon une étude, l’utilisation préventive de l’ivermectine a réduit la mortalité du...

Selon une étude, l’utilisation préventive de l’ivermectine a réduit la mortalité du COVID de 90 %

3

Une étude évaluée par des pairs publiée le mois dernier a révélé que l’utilisation prophylactique de l’ivermectine réduisait la mortalité par COVID de 90% parmi plus de 223 000 participants à l’étude dans une ville du sud du Brésil.

Par David Charbonneau, Ph. D.

https://childrenshealthdefense.org/defender/preventive-ivermectin-reduced-covid-mortality/?utm_source=salsa&eType=EmailBlastContent&eId=6d68a076-fda5-4725-ac9e-58b0d499c706

Une étude évaluée par des pairs publiée le mois dernier a révélé que l’utilisation prophylactique de l’ivermectine réduisait la mortalité par COVID de 90% parmi plus de 223 000 participants à l’étude dans une ville du sud du Brésil.

L’étude, publiée dans le Cureus Journal of Medical Science, a également révélé une réduction de 44% des cas de COVID parmi ceux qui ont pris le médicament réutilisé.

Entre le 7 juillet 2020 et le 2 décembre 2020, tous les résidents d’Itajaí se sont vu offrir de l’ivermectine . Environ 3,7% des utilisateurs d’ivermectine ont contracté le COVID pendant la période d’essai, contre 6,6% des résidents qui n’ont pas pris le médicament.

Sur la base des résultats, le Dr Flavio Cadegiani, l’un des principaux auteurs de l’étude, a déclaré : “L’ivermectine doit être considérée comme une option, en particulier pendant les épidémies”.

Le Dr Pierre Kory a déclaré à Epoch Times que les résultats de l’étude « devraient convaincre tout opposant. Ce qu’ils ont trouvé était stupéfiant.

Kory a dit :

«On pourrait penser que cela conduirait à des gros titres partout, Et pourtant, rien. 

Et ce n’est pas nouveau, cette censure de cette science et de ces preuves très efficaces autour des médicaments réutilisés. 

La censure, ce n’est pas nouveau, ça devient juste de plus en plus absurde. 

Et il faut que ça s’arrête. »

Kory a déclaré qu’il ne s’agit même pas d’ivermectine,

“il s’agit de la capture de nos agences de presse par l’industrie pharmaceutique et de la façon dont nos politiques visent toutes à supprimer et à éviter l’utilisation de médicaments réutilisés” en faveur de médicaments à haut rendement.

Comme c’est souvent le cas avec les études qui montrent que l’ivermectine est un traitement efficace contre le COVID, divers «vérificateurs des faits» ont rapidement écarté l’étude.

Un certain nombre de sources, dont Politifact ,

https://www.politifact.com/factchecks/2022/jan/28/blog-posting/study-brazil-ivermectin-covid-19-prevention-flawed/

ont cité un long fil de discussion sur Twitter d’un étudiant australien diplômé en épidémiologie, Gideon Meyerowitz-Katz, comme preuve que l’étude était “imparfaite”.

Un tweet a qualifié l’étude “d’exemple assez simple de recherche observationnelle que vous feriez sur des données médicales de routine”, mais a allégué que les contrôles des facteurs de confusion tels que la profession et les facteurs de risque étaient “plutôt inadéquats compte tenu de l’objectif”.

Cadegiani a qualifié la critique d’infondée, affirmant que les chercheurs contrôlaient “tous les facteurs pertinents”, y compris les comorbidités, l’âge, le sexe et la race.

Il a déclaré que l’incapacité des critiques “à se concentrer sur les données fournies par l’étude elle-même est… la preuve de l’extrême qualité de l’étude”.

“Pour nous, il s’agit de la meilleure étude observationnelle sur le COVID-19 à ce jour”, a conclu Cadegiani, “avec une puissance presque équivalente à un énorme essai clinique randomisé”.

Cadeigiani et ses collègues prévoient également de publier d’autres résultats sur les taux d’hospitalisation basés sur l’étude.

3 Commentaires

  1. L Ivermectine (interdite en France) a été énormément utilisée au Brésil dans les prisons, comme aussi les autres vermifuges depuis toujours (que soit pour les vers intestinaux ou pour les poux). Dans les prisons c est impossible de isoler ou maintenir un écart de 2 mètres entre les prisonniers. Et on n entend pas de cas de covid la bas. Il n y a pas!!! En plus, ça m étonne que les prisonniers utilisent de l alcool gel ou des masques. Évidemment que non!
    Merci M Jandrok

Laisser un commentaire Annuler la réponse.

Quitter la version mobile