TEXTE DE LA CONFÉRENCE MUMBLE EN 2016 REVISITÉE 2020…

13
2326
Image par DarkWorkX de Pixabay

PARTIE 1

De 2016 à 2020…

« …ce que je voudrais vous faire comprendre par ces paroles, je ne puis guère l’exposer qu’en vous donnant tout d’abord une sorte d’aperçu historique sur une vaste période de l’évolution humaine… »

Rudolf Steiner, Zurich, 27 octobre 1919

À chaque fois que l’on me demande qui je suis, j’éprouve de grandes difficultés à répondre, car la question implique secrètement, qui je suis pour permettre à l’autre d’envisager et de comprendre dans son propre imaginaire ce que je suis vraiment ce qui expliquerait son omniscience à juger l’autre en bien ou en mal, et après quelques explications que je fournirais, il déclare :

  • Hum, je vois… je comprends

Il comprend, il envisage qui je suis, nous comprenons, nous envisageons tous qui est l’autre, cela nous permet de nous rassurer, car nous croyons savoir à qui nous avons à faire, mais le sait-on vraiment ?

Cette question implique également :

  • De quoi et comment vivez-vous ?

Car, il est d’une importance capitale de savoir que l’individu n’appartient pas à la race de ceux qui profite du système, c’est pourquoi il doit justifier d’une fonction préétablie par les codes socio et moraux de notre société

Si je posais cette question à un chat ou à un chien domestique que répondrait-il ?

Le chien, c’est celui que je connais le mieux, il vit tout simplement aux côtés de son maître qui pourvoit à son gite et à son couvert.

C’est à peu près ce que je pourrais répondre, que je suis une sorte d’humain qui apporte son soutien à l’humanité sans équivoque, quoiqu’il y ait mille et une façon d’apporter son aide à l’humanité, mais cela satisfait-il mon auditoire ? Il me semble que c’est le cas, nous avons tous à apporter notre pierre à l’édifice de la vie du monde, que cela soit un grain de sable ou un simple caillou, une participation tout infime soit elle permet à l’humanité de rayonner lorsque l’on est dans la bienveillance.

Je serais donc un animal doué d’intelligence, de plus d’intelligence vraisemblablement qu’un autre animal par le fait de l’hérédité ; un animal appelé être humain, pourtant, je vis plus comme un chien comme un humain, à la différence près que le chien dort plus de 80% de son temps, et qu’il mange à quatre pattes, alors que moi je ne dors pas ou très peu, je travaille à mon bureau et je mange assis à une table, je suis un pur produit de la civilisation humaine.

Ah, nous arrivons à la question qui tue, quel genre de travail fait cet animal étrange pour faire cette conférence ce soir sur le Mumble, cet étrange animal de compagnie, me demanderez-vous ? Parce qu’il ne doit pas être comme tout le monde pour intervenir ainsi devant un tel auditoire.

Il est vrai que vous ne me connaissez pas et que je ne vous connais pas, nous sommes séparés par le voile noir du théâtre d’ombres ou celui de la caverne de Platon.

Alors, tentons de résumer la vérité pour ne pas trop permettre à l’imaginaire de se l’imaginer. Mon travail a peu en commun avec celui du citoyen lambda, je ne travaille pas à l’usine, je ne suis pas fonctionnaire, je ne suis pas chef d’entreprise, je suis libre comme l’air, comme Diogène d’Appolonie en 700 avant J.-C., comment dirais-je, je fais de la spéculation philosophique, sans avoir un diplôme de philosophe, ou, je passe mon temps comme un moine à l’étude, mais quelle étude, celle de Dieu, me demanderez-vous, toutes les études, vous répondrais-je, car le secret de la vérité, si vérité il y a, se trouve dans la pluralité. Je lis, j’étudie la société des hommes, les sociétés animales qui ont beaucoup à nous apprendre, puis je m’en éloigne, je réfléchis, je m’implique dans la vie sociale en aidant les âmes en souffrance de diverses manières, j’écris des articles qui me viennent comme inspirés par des sommes d’informations diverses dont je fais la synthèse et que je publie désormais quelques années après cette conférence sur cogiito.com.

Mais, a-t-il des diplômes pour cela, allez-vous me demander, car dans notre société du paraitre, les titres comptent souvent plus que la qualité. Par exemple, un médecin diplômé peut très bien vendre son âme au diable et mentir pour Big Pharma et ses intérêts économiques, pourtant il possède un titre et nous lui faisons confiance, n’est-ce pas ? En fait, nous faisons confiance à un diplômé menteur parce qu’il nous a induits en erreur. Combien de philosophes des médias devons-nous subir subir parce qu’ils ont un diplôme de philosophie ? Est-ce un gage de qualité ? Combien d’entre eux ont attaqué sans la moindre honte le Professeur Raoult, le philosophe diplômé se prend pour un médecin, car il est diplômé de philosophie, est-ce désormais à cela que servent les diplômes, à s’auto glorifier, à s’attribuer des compétences que l’on a pas, et bien avec les médias poubelles qui nous crachent au visage des inepties à longueur de journée, il semble que cela soit le cas.

Parce que dans cette société, il faut nécessairement un métier, des diplômes sanctionnés par l’Université, la référence intellectuelle suprême.

Alors, oui, j’ai des diplômés, je suis pré-doctorant, ce qui implique que je n’ai jamais fini ma thèse d’état pour plusieurs raisons qu’il serait trop long d’énumérer ici.

Mais, si je vous en disais l’intitulé, vous me répondriez que celui-ci n’a rien à voir avec mes recherches et mes ouvrages actuels, ce qui est vrai, cela fait-il de moi un ignorant sans validité, comparée à un autre qui se prétend spécialiste et qui pourrait en savoir moins que moi dans mon domaine de recherche actuel ? Les philosophes se prennent bien pour des médecins, les journalistes comme cette maudite eau de boudin se prend également pour l’égal d’un professeur en médecine, et c’est moi que l’on critique, car ma spécialité universitaire n’a pas de rapport avec le sujet que je traite, vraiment, est-ce seulement sérieux ?

Un chef indien qui livre son savoir à son peuple avec sagesse, n’a pas de diplôme universitaire de philosophie, il est guerrier, chasseur, courageux, valeureux et juste un homme dans l’immensité du ciel et de la terre.

Mais un philosophe, dans notre société, se prend désormais pour philosophe dès que celui-ci a les cheveux en bataille et qu’il porte une chemise blanche immaculée et qu’il est reconnu comme tel par l’establishment ?

Tout cela, vous l’aurez compris, ne veut rien dire, et les diplômes des sciences humaines n’ont aucun sens, et ne prouvent absolument pas le savoir d’un individu, la preuve, désormais les diplômés des grandes écoles pourront, par validation d’acquis, devenir Doctorants dans la spécialité de leur choix ?

Mais une thèse d’état prend des années de recherches et ces gens-là deviendront doctes par un claquement de doigts, ne voyez-vous pas le ridicule de cette situation faite pour valider de faux diplômes de ministres pour leur donner une valeur intellectuelle et morale qu’ils n’ont pas et qu’ils n’auront jamais ?

Nous sommes bel et bien dans une société de la fourberie, de la manigance et de l’ignorance, conçues pour et par des ignorants, c’est pourquoi tout va de plus en plus mal dans notre société, car l’homme de la rue est souvent plus sensé que le doctorant sans même avoir fait d’études qui sont un masque à la compétence. La logique du peuple est souvent plus intelligente que celle des gouvernants qui agissent sans savoir, on donne des ministères à des produits de l’école socialiste, républicaine, FN, qui savent parler, mais qui prononcent des paroles vides, ce sont des Philistins, des sophistes, ni plus ni moins, des professionnels non pas de la compétence, mais de l’entourloupe, des voyous en costume, parasites sociaux qui pointent les autres du doigt, qui pointent le peuple comme étant le seul responsable de ses frasques, et il n’a pas complètement tort, puisque c’est le peuple qui l’a mis là où il est, le plus souvent, enfin, nous le fait-on croire.

Cette aberration va si loin que le diplôme devient une référence, alors qu’aux États-Unis, les diplômes s’achètent avant de s’obtenir, cela fait-il du diplômé un être de compétence ?

Oui, parfois, en effet c’est le cas, mais pas toujours et de moins en moins si la sanction se fait sur des bases du savoir qui est faux, comme je l’explique dans Pandora, mais nous y reviendrons plus tard, ou pas.

Serait-ce le diplôme qui fait l’homme, ou l’homme qui fait le diplôme ?

Dans le cas de M. Cambadélis par exemple, d’après Mediapart « En 1984, il n’a ni licence ni maîtrise, ni, a fortiori, de DEA » et en 1985, il obtient sa thèse de sociologie ? Sans commentaire.

On m’a souvent pris pour celui que je n’étais pas et je n’ai jamais rien fait pour cela, on prend parfois un médecin pour un chirurgien alors que c’est un boucher, on m’a attribué des qualités et des titres que je n’avais pas et que je n’ai pas davantage utilisés pour des raisons morales. Je suis ce que je suis, ni plus ni moins, je n’ai pas ce besoin de paraître quelqu’un d’autre, comme ceux qui ont besoin de reconnaissance pour des valeurs qu’ils ne possèdent pas en dehors de celles d’être des escrocs immoraux.

Très tôt, j’ai compris que l’école ou l’université des sciences humaines n’apprenait rien ou presque, et que si parfois l’élève en sait plus que son maître, il est justement sanctionné pour son savoir précoce, c’est souvent le cas en France, où la rigidité scolaire fait des abrutis à la pelle, et jette à la poubelle les génies et les élèves qui sortent du lot, car, incapable de les gérer. Il est vrai que donner à la bêtise le soin de gérer l’intelligence relève d’un absolu miracle.

C’est l’école des petits robots pour un monde robotisé.

À l’université, cela s’améliore un peu, parfois, les maîtres encouragent leurs poulains/esclaves à leur succéder, il ne faut surtout pas qu’ils soient meilleurs que leurs maîtres, c’est pourquoi l’enseignement est limité, non pas par le savoir, mais par l’intelligence du savoir, moins on est intelligent, mieux on réussit socialement :

– « Heureux les simples en esprit, car le royaume des cieux est à eux. » Matthieu 5:3-11

Or, ce n’est pas l’intelligence qui est encouragée dans notre pays, à l’inverse de l’Asie ou des pays de l’Est, c’est plutôt la médiocrité de la stagnation des petits chefs à l’image de ceux qui font les lois de ce pays, arrogance et incompétence sont les mamelles de cette France qui rayonnait jadis par la richesse de ses esprits, et cela se confirme par la faiblesse intellectuelle d’une grande partie de ses dirigeants politiques et médiatiques.

Où sont les Cocteau, Eluard, Prévert, Desnos, Queuneau… citez-moi un poète français contemporain connu en 2016 ?

Un grand écrivain à l’égal de Victor Hugo, Balzac, Lamartine… en 2016 ?

Un artiste peintre ?

Comment ce fait-il qu’en France au XIXe et XXe siècle nous ayons eu une telle pépinière de mouvements littéraires, musicaux, picturaux et artistiques et qu’au XXIe siècle, les galeristes font de l’art un produit commercial et assassinent celui-ci, oui, c’est aberrant, mais les galeristes ont assassiné l’art français depuis les années 1970, et les Américains nous ont envoyé d’excellents artistes dès les années 50 et depuis les années 80, à part les enfants de Warhol, Basquiat et Keith Haring, mais pas Mappelthorpe qui n’était pas un photographe de grand talent, mais il a profité de la vague en mourant comme les autres du SIDA, une belle signature et depuis, l’Amérique nous impose une médiocrité crasse, comme si la destruction de l’art français devait servir de tremplin à la misère artistique américaine en ce qui concerne l’art contemporain.

Les arts graphiques, la musique et le cinéma étant exclus de cette analyse, mais ils mériteraient un vrai débat que nous ne mènerons pas ce soir.

Il a fallu une gare pour exposer la peinture française de ces deux périodes, il faudra un simple appartement pour exposer l’art pictural du XXIe siècle qui est devenu aussi inutile que dénué d’âme.

Les galeristes et les gens de pouvoir ont fait cela en France, ils ont tué la culture, l’art se cache, car nul ne peut brider la création. L’Amérique à partir de ce qu’ils ont appelé le New Deal a tout fait pour se construire une culture et un art exclusivement américain, ils y sont parvenus. En France, après Malraux, le pilleur de tombeaux, nous avons méprisé l’art, les artistes, nous avons tué notre culture, l’art est aujourd’hui à l’image des supermarchés de fournitures d’art plastique qui coutent désormais tellement cher que les peintres ne peuvent plus peindre.

D’ailleurs, un investisseur préférera aujourd’hui investir dans un Van Gogh, un Picasso, un Caravage, plutôt que dans un artiste contemporain obscur qui fait des installations sans queue ni tête qui ne parlent qu’à lui et à des décideurs aussi petits bourgeois que lui qui n’y comprennent rien et qui font semblant de croire qu’ils accèdent à ce message caché d’un art corrompu et perverti par des financiers incultes et de faux savants qui pètent plus haut que leur cul.

L’ignorance est un pouvoir qui s’affirme avec arrogance et qui se dissimule derrière le masque de l’apparente connaissance, et il y a beaucoup d’arrogance chez nos décideurs, en tous les domaines.

Si vous le pouvez, citez-moi un poète de génie contemporain en 2016, un écrivain de génie, un peintre, un photographe, je parle de génie.

Comment, aucun ?

Pourquoi ?

Parce que le politique inculte a horreur de la culture et de l’intelligence, Sarkozy ou Hollande ou Macron seraient-ils cultivés ? L’ont-ils prouvé ?

Chacun sait qu’ils sont bouffis d’orgueil et d’ignorance, et que ces qualités n’ont jamais fait d’eux des érudits, ni des érudits des présidents, et ils sont la parfaite représentation de cette France inculte qu’ils ont entretenue en ce sens, à leur image, car, connaître l’histoire et la philosophie, ouvrir des portes spirituelles grâce à la poésie, représente un grand danger pour cette société qui méprise le savoir.

Une société de culture est une société d’ouverture et d’intelligence, une société de culture est une société d’avenir, la France a-t-elle encore un avenir ?

Nous vendons nos plus beaux monuments à des peuples du désert qui n’y entendent rien, aux Chinois dont la culture est diamétralement différente, mais qui, au moins, la respectent, même s’ils la commercialisent.

Laurent de Médicis au XVe siècle a continué le travail d’ouverture de son père, Cosme de Médicis, il a initié le temps des génies en Italie en développant les arts, encore aujourd’hui chacun connaît les noms de Michel-Ange, de Léonard, de Botticcelli, de Vérochhio, de Bruneleschi, de Cellini, de Donatello, de Bronzino et j’en passe, qui se souvient des grands peintres de l’époque Mitterrand, à part Gérard Garouste, les autres sont tombés dans l’oubli. Ni Hollande, ni Sarkozy et encore moins Valls n’instigueront le temps des génies en France, c’est peine perdue, parce qu’ils refusent de comprendre que l’art et la culture rapportent plus que de vendre Arcelor à Mittal ou Air France aux Saoudiens, mais pour comprendre cela, il faut une ouverture d’esprit que ces gens n’ont pas, et n’auront jamais, car ils sont le produit du capital et de la finance qui sont dans les mains des démons de notre terre qui décident pour eux, puis pour nous.

Les politiques détestent la liberté des universitaires qui permettent à leurs étudiants de réfléchir et qui ne sont pas dupes des fourberies des Scapins du pouvoir, c’est pourquoi ils brident la distribution du savoir par la médiocrité enseignante.

Depuis Giscard, tous les présidents de notre république, sans exception, ont voulu faire des réformes et supprimer l’enseignement de l’Histoire, la transformer n’a pas suffi, il ne faut plus permettre aux citoyens de faire un travail d’introspection historique pour comprendre le présent et l’avenir.

L’histoire n’est pas seulement écrite par les gagnants, elle est réécrite pour les gagnants et les protecteurs des plus grands mensonges de l’humanité.

Pour eux, il faut de toute évidence, contrôler l’humain, il faut laisser dormir l’esprit est-ce pour cela que les Américains ont conçu un vaccin qui rend idiot, juste assez pour permettre aux crétins d’obéir et de voter pour le bon candidat ?

Ah, si seulement M. Valls pouvait imposer cette vaccination de force au peuple français, il serait enfin satisfait et heureux.

La société des hommes, et chacun doit l’admettre, fabrique des spécialistes en tout, qui savent tellement tout dans un domaine qu’ils ne savent plus rien.

Un chercheur du CNRS a déclaré un jour dans une interview que le nombre Pi et le nombre d’or utilisé dans la construction des pyramides et des temples égyptiens était le fruit d’un pur hasard , lui et ses élèves doivent être les seuls à encore le croire aujourd’hui, un bel exemple de connaissance.

Il n’y a, d’ailleurs, rien de plus ennuyeux que de s’entretenir avec un spécialiste, qui au bout d’une heure a épuisé son sujet et le développe, le développe, le développe jusqu’à l’ennui, rassurez-vous, je ne suis pas de ceux-là et si je vous ennuie, je vous en prie, dîtes-le moi.

J’en profite pour citer Marguerite Yourcenar (1903-1987), écrivaine francophone et première grande dame à être nommée académicienne, à raison :

  • « Je condamne l’ignorance qui règne en ce moment dans les démocraties aussi bien que dans les régimes totalitaires. Cette ignorance est si forte, souvent si totale, qu’on la dirait voulue par le système, sinon par le régime.
  • J’ai souvent réfléchi à ce que pourrait être l’éducation de l’enfant. Je pense qu’il faudrait des études de base, très simples, où l’enfant apprendrait qu’il existe au sein de l’univers, sur une planète dont il devra plus tard ménager les ressources, qu’il dépend de l’air, de l’eau, de tous les êtres vivants, et que la moindre erreur ou la moindre violence risque de tout détruire…
  • On lui apprendrait assez du passé pour qu’il se sente relié aux hommes qui l’ont précédé, pour qu’il les admire là où ils méritent de l’être, sans s’en faire des idoles, non plus que du présent ou d’un hypothétique avenir. »

Si vous me demandez à présent ce que je sais en termes de connaissance, je répondais que je ne sais rien, car je suis toujours en apprentissage, et il n’existe aucun diplôme de la connaissance, ce que je sais, je l’ai acquis tout au long de ma brève existence et je suis toujours disposé à en apprendre davantage dans tous les domaines qui nous entourent, ce qui fait que je n’appartiens à aucune chapelle et que peut-être, j’en connais certaine.

Il y a quelques jours en promenant mes chiens, j’ai fait la rencontre d’un paysan à qui je demandais quelle était cette plante qui poussait entre deux rangées de noyers et qui ressemblait tant à des buissons d’arbre de petites lianes vertes, souples et entremêlées. Il me répondit le plus simplement du monde :

 – Des asperges

Ce qui était évident pour lui, ne l’était pas pour moi, car je ne savais pas que les asperges poussaient ainsi en buisson de lianes autour d’une longue tige qui ressemblait à bambou.

J’avais pour habitude de les voir recouvertes d’un plastique noir sur un monticule de terre, mais pas celles-ci, elles étaient jeunes, il fallait les laisser pousser, les broyer, les laisser pousser à nouveau… Une asperge à un rendement de 8 à 10 ans et nécessite un entretient particulier, à présent, lorsque je regarde une botte d’asperges, je m’interroge, quel âge a-t-elle, 5, peut-être 7 ou 8 ans, mon regard a changé et je me dis qu’il en a fallu des efforts pour qu’elle parvienne jusqu’à la table des consommateurs.

C’est cela la culture, le temps, l’acquisition des connaissances et des savoirs.

À présent, et c’est la partie désagréable de l’histoire, l’asperge est l’un des aliments qui stocke le plus de pesticides et de polluants atmosphériques. Une analyse d’urine après une bonne assiette d’asperge nous le prouverait aisément, mais il est désormais interdit en France de faire une recherche de métaux lourds dans les urines, sauf exception, comme il est interdit de collecter l’eau de pluie en Amérique, et pour cause, les traces de métaux lourds et de Roundup sont prédominantes et comme Monsanto a 50 conseillers auprès de M. Obama, vous imaginez la suite.

Posons-nous cette simple question :

– Si le pouvoir décide de priver le citoyen de cette information capitale pour sa santé, à quoi sert un ministère de la santé ? Oui, qui sert-il au juste ? Est-il en fait au service des lobbys ?

Si je devais à présent me présenter à vous, alors je prendrais l’illustration de l’Homme de Vitruve de Léonard de Vinci que vous connaissez tous, c’est le logo de l’entreprise Manpower. Celui-ci illustre la proportion parfaite de l’être humain. Ce dessin à la plume a été réalisé en 1492 par Léonard, la même année, Christophe Colomb qui cherchait les Indes découvrit une petite Ile dans le pacifique qui le mena à la plus grande découverte de l’empire occidental, celle de l’Amérique, découverte des siècles avant lui par les vikings et les rois africains bien après la Chine, peut-être même par les Égyptiens et les Chinois.  Et nous voilà partis dans un jeu flipper ou la boulle touchant un obstacle rebondit sur un autre, et encore un autre, jusqu’à l’infini. C’est cela la connaissance, rien n’est jamais acquis, tout est à découvrir, à redécouvrir.

Ainsi, comment parvenons-nous de Vitruve architecte romain du 1s av. J.-C., à Léonard de Vinci (1452-1519) génie de la Renaissance italienne à Christophe Colomb (1451-1506) italien également, à la découverte de l’Amérique, aux Vikings, aux Chinois, aux Africains, aux Égyptiens, aux Mayas, à Ica, aux cités perdues de la forêt mexicaine, aux civilisations reliées les unes aux autres, au génocide amérindien, aux pyramides d’Égypte, à la médecine, à l’origine de l’homme… Or, sachez qu’il n’y a pas de secrets, il n’y a que des évidences cachées.

Chacun sait que si le Christianisme est aujourd’hui une religion de paix, il était également la représentation de l’obscurantisme le plus sordide et assassin que l’on reproche à présent à l’Islam. Le Christianisme dans sa bienveillance a détruit tous les savoirs, dits primitifs qui ne venaient pas de Dieu, son Dieu, le sujet qui fâche par excellence dans les trois religions du Livre.

Or, nous sommes programmés par la Société pour apprendre le savoir officiel que celle-ci distribue, et qui est imposé comme la vérité absolue sans pouvoir le contester.

Un corpus de lois est même prévu pour juger et condamner ceux qui iraient contre cette vérité officielle absolue, non plus du christianisme, mais la vérité des laboratoires et de l’État, car l’État est une entité, mère protectrice ou castratrice, ou l’état ne serait en fait qu’une entreprise comme les autres ?

Une chose est certaine, aller aujourd’hui contre la vérité des États, contre la vérité des laboratoires et de leur fausse science, peut même mener à la mort.

Les témoins importants et les journalistes qui enquêtaient sur des faits troublants de l’attentat du « 11 septembre » ont tous disparu ou ont été éliminés dès les premières années de l’enquête, pourquoi ?

Coluche, Balavoine, accident ou assassinat, JFK…

Tous ceux qui osent remettre en question les théories officielles par ce qui est communément appelé, « théories du complot » qui se confirment systématiquement quelques années plus tard, sont menacés, soit par la justice, soit par le crime d’État maquillé le plus souvent en accident. On se demande de quoi l’état a peur si c’est juste une théorie.

Le journaliste d’extrême droite Emmanuel Ratier qui a écrit un livre à charge contre le Premier ministre, « Le vrai visage de Manuel Valls » est décédé d’une crise cardiaque le 15 aout 2015 chez lui, hasard, coïncidence ou vengeance ?

Le savoir et sa diffusion provoquent systématiquement des réactions épidermiques chez les puissants, c’est pourquoi ceux qui savent, sont d’abord traités par l’ironie et la calomnient pour détruire dans l’esprit de l’autre, l’image du sonneur d’alerte ou du diseur de vérité, c’est une méthode traditionnelle employée par le système.

Le démocrate Étienne Chouard est désormais qualifié d’extrême droite à cause d’une rencontre fortuite avec A. Soral, cela ne fait pas de lui un révisionniste pour autant, le philosophe Michel Onfray subit des attaques similaires parce qu’il n’est pas le philosophe du PS, qui est à la fois le Parti socialiste ou le parti d’une philosophie totalitaire proche du Nouvel Ordre Mondial, à chacun de faire le tri. Ne vous méprenez pas sur ces paroles, c’est le rôle de la philosophie d’interroger les occurrences linguistiques qui ont souvent plus de sens que nous l’imaginons, et même plus de sens historique, mais je ne vais pas me lancer dans un cours d’histoire du nazisme, nous avons mieux à faire que de continuer à croire que la vie, c’est « tout blanc/tout noir », la preuve nous avions cru que le PS était de gauche, nous découvrons avec beaucoup d’amertume qu’il est d’extrême droite comme il l’était à l’origine à l’entre deux guerres.

Après un tel constat, il n’existe qu’une seule et unique chose à faire, apprendre à désapprendre pour comprendre que le monde dans lequel nous vivons a été conçu par des êtres sans pitié qui imposent la domination d’une minorité de tout, sur tout, et principalement sur toutes les populations.

Mais comment apprendre à désapprendre si l’on ne sait pas que ce que l’on a appris est un mensonge ?

L’histoire est un outil qui nous sert de référence, cet outil a été transformé et manipulé pour que justement nous ne puissions pas reconstituer la vérité historique telle qu’elle est, car cela chamboulerait absolument tout ce que nous savons, tout ce que nous croyons savoir sur le monde et son origine.

Prenons l’exemple des extra-terrestres ; dans les années 1950, nous en étions terrorisés, la politique et les dirigeants voulaient que nous le soyons, les comics, les fictions montraient des êtres monstrueux et malveillants la plupart du temps, ces êtres étaient peut-être même des communistes. Puis en 1947, il y a eu Roswell au Nouveau-Mexique, avec le crash présumé d’un vaisseau ET ; depuis, tous les témoins, les personnes qui se disaient enlevées ou abductées, violées même… étaient systématiquement traitées par le déni, on a même affirmé que Mars était rouge et tout le monde le croit encore, alors que tous les astronomes amateurs savent que c’est faux. Aujourd’hui en 2016, la NASA confirme l’existence des extra-terrestres.

Hier, E.T. n’existait pas, malgré les occurrences, et aujourd’hui, il est déclaré existant, et même en famille, car il s’agirait de plusieurs espèces ?

Il semble que nous vivons dans une société de mensonges qui nous a programmés pour y croire et en faire une vérité qui arrange, c’est pourquoi, dès qu’un individu propose une autre version de la vérité, il est traité par l’ironie, par l’insulte, par la violence, d’abord verbale, puis physique. Le temps où Galilée était jugé par l’inquisition pour ses théories sur les astres est toujours actuel.

L’ironie de l’ignorant, détruit le savoir, ça, c’est une vérité universelle vérifiée au quotidien, à la TV, dans la rue, dans nos rapports humains et sociaux, ajoutés à cela, l’Ego de l’individu et nous obtenons l’obscurantisme des moines de la Sainte Inquisition espagnole.

Plus un ignorant a de l’Ego, plus il est obtus, plus il est violent et dans tous les sens du terme, il suffit de regarder l’ancien premier ministre Valls, les supporters des équipes de foot, les faux intellectuels, les politiques…

L’Ego est comme un programme implémenté dans la personnalité de chacun qui déclenche un mécanisme de défense dès que la contradiction fait jour.

La contradiction peut-être une simple vérité inacceptable, car, notre ignorance impose sa vérité absolue en refusant toutes les autres.

Un jour je discutais avec une voisine en lui disant que nous avions tous un ADN dit « poubelle » et que celui-ci était d’origine extra-terrestre, elle était croyante et me répondit que mon discours « n’ébranlera jamais sa foi. » Pourtant les représentations de soucoupes volantes ne manquent pas dans la peinture religieuse italienne du XVe et XVIe siècle.

La difficulté qui s’offre à nous à présent, nous qui sommes des chercheurs du conscient et de l’inconscient, c’est qu’il faut revoir tout ce que l’on nous a appris, car tout ou presque est faux, la science, l’histoire de notre origine, l’histoire sociale, politique et religieuse, enfin tout.

Si vous croyez encore que l’homme descend du singe demandez-vous pourquoi le singe n’a pas voulu devenir un homme ?

Je ne prétends pas que nous n’ayons rien en commun avec le singe, bien au contraire, les singes se montrent bien plus humains que les humains eux-mêmes.

Dès que l’on ne sait pas expliquer une vérité sensible, il s’agit de légendes et de fiction, c’est pourtant à partir des récits d’Homère que Schliemann a découvert la ville de Troie en 1871, il existe en Afrique des gouffres si anciens que des animaux des temps immémoriaux pourraient y vivre, nul n’est jamais revenu vivant de ces gouffres, la légende des géants n’en serait pas une, celle des sirènes non plus, le Smithsonian Museum à Washington DC aux États-Unis recèle de collections d’artefacts et de squelettes de géants nous en apportant la preuve, et pourtant tout cela n’existe pas selon la science et l’archéologie officielle, ce sont des secrets bien gardés.

Pourquoi tant de secrets, ceux-ci invalideraient-ils les religions du livre ?

Il y a quelques années, les savants disaient que le voyage spatial à la vitesse de la lumière était impossible, aujourd’hui en 2016, ils ont changé d’avis, une nouvelle vérité apparaît alors qu’elle était impossible hier.

C’est pourquoi la société a tant besoin d’experts, pour maintenir le mensonge à son apogée.

On dit de la mathématique, que c’est une science exacte et demain on réalisera que tous ces modèles sont faux par rapport aux vérités de l’univers, c’est sans doute pour cela que nous sommes si en retard à cause de notre orgueil de nous croire si supérieur en tout. L’écrivain de science-fiction Arthur C. Clark déclarait un jour que les guerres de religion firent reculer l’évolution humaine de près de 450 ans, je me demande de combien de siècles va nous faire reculer l’obscurantisme des laboratoires aujourd’hui.

L’anthroposophe Rudolf Steiner disait de l’humanité qui se réfère systématiquement à la science pour imposer sa vérité :

– « l’homme aride, prosaïque, philistin… et qui entraine les hommes aux superstitions matérialistes » et pour que « son incarnation remporte un succès maximum, Ahriman a le plus intérêt à ce que les hommes se perfectionnent dans la science » ?

Alors une question se pose que personne ne pose :

Qu’y a-t-il de si grave, de si universel, de si dangereux à connaître, qu’une caste au pouvoir s’acharne à le cacher à la majorité depuis la naissance du christianisme ?

Parce qu’avant le Christ, les dieux, les pouvoirs magiques, les bombes atomiques, enfin tout ce que l’on nous a appris à nier, cela ne posait aucun problème de conscience à l’humanité, au contraire, elle s’en nourrissait. Nous avons oublié d’où nous sommes issus, et d’où nous venons.

Oui bien sûr, j’ai bien dit « les bombes atomiques » dont on fait référence dans la Bhagavad-Gita, ou « chant du bienheureux » texte sacré fondamental de l’hindouisme du Ve siècle av. J.-C., mais qui daterait en fait de 5 000 ans, et qu’Openheimer, un des pères du projet Manhattan qui a créé la première bombe atomique, connaissait très bien, et c’était un savant de très haut niveau qui le savait et qui en parlait. Abraham en parle même dans la Bible en évoquant la destruction de Sodome et Gomorrhe.

Savez-vous d’où nous venons ? Connaissez-vous votre origine profonde ? Originelle ?

Nous sommes les enfants du cosmos, un pur produit des étoiles, et pas les enfants de la Terre dans sa notion cosmocentrique, nous avons été conçus, tous les textes bibliques, sumériens, babyloniens, les légendes Zoulous, aussi loin que le savoir connu nous mène, celui-ci nous ramène à cette conception artificielle et à l’image du créateur voyageur du cosmos, ou divinité parfaite.

Pas possible me direz-vous ?

Qu’en savez-vous, vous répondrais-je, y étiez-vous pour être aussi affirmatifs, ou répondez-vous à partir du carcan social, religieux et culturel qui vous a formaté ?

Ainsi, ce que l’on prouve par la négation n’est toujours pas une vérité, mais un postulat que nous imposons de facto, c’est un dogme sans la moindre mesure scientifique.

Peut-être devrions-nous apprendre à nier en nous toute forme de carcan socioculturel pour nous ouvrir à une nouvelle vérité, perturbante, certes, mais tellement enrichissante. Si l’homme embrasse l’univers avec sincérité, l’univers embrasse l’homme avec la même sincérité et l’homme peut se transformer et devenir comme son modèle avec les pouvoirs qui l’accompagnent.

Mais c’est que justement, notre société fait tout pour détruire en nous cette accessibilité au divin, par la destruction de notre glande pinéale par le fluor, l’aluminium, le mercure… nous sommes la pierre philosophale annihilée dans l’œuf par la société qui ne veut pas voir émerger en l’homme un dieu, c’est pourquoi l’homme est constamment brimé, c’est pourquoi les animaux acceptent d’être sacrifiés par celui-ci.

Cette vérité, nous pouvons y croire ou pas, l’accepter ou pas, libre à chacun, mais nous devons admettre que parmi toutes les espèces vivantes de cette planète, seul l’homme peut être considéré comme un virus, car il est la seule espèce qui détruit la vie complètement parce qu’il estime en avoir le droit ou simplement avoir raison de le faire et à défaut d’être un dieu il réussit très bien dans son rôle de diable.

Comment peut-on encore faire confiance à un tel fou furieux qui, pour son confort moral et personnel, décide d’éliminer, d’éradiquer des espèces vivantes depuis des siècles ?

On estime à 4,5 millions le nombre d’espèces animales massacrées inutilement dans les jeux du cirque de l’Empire romain, et l’homme moderne ne fait guère mieux.

Aujourd’hui, les massacres s’étendent aux humains eux-mêmes, au Congo qui se comporte en économie militarisée, 6 millions de personnes sont décédés assassinés, succombant au moindre virus, 4 millions de déplacés durant la guerre du Kivou en 1998, mais ce sont des pauvres, des africains, de simples paysans et tout le monde s’en fout, car l’Occident cherche à contrôler le Koltan et les conflits inter ethnique avec la montée en puissance de la surpopulation. En Syrie, tous les jours, des centaines de milliers de personnes sont assassinées également, mais ce sont des musulmans. Les Américains exterminent les musulmans en motivant d’autres musulmans sous prétexte qu’ils seraient responsables de l’attentat des Twin Towers, les musulmans massacres des humains soi-disant pour des raisons religieuses, tout cela est insensé, c’est une fabrication d’un esprit malfaisant, Zbigniew Brzezinski, l’âme noire d’Obama qui menace Poutine s’il continue, je le cite, « à bombarder son ISIS », son DAESH en Syrie.

  • « Michael Hayden, ex-patron de la CIA, vient d’affirmer qu’au moins deux États arabes qui « ont été mis en place en vertu des accords franco-britanniques Sykes-Piko de 1916, allaient disparaître bientôt de la carte du Moyen-Orient, dans un futur proche ». Faisant référence aux guerres qui frappent actuellement cette région, Hayden a déclaré : « Nous devons accepter la réalité ; l’Irak et la Syrie n’existent plus et l’expérience libanaise est aussi sur le point d’échouer. »

Regardez ce pauvre Liban aujourd’hui, jadis si merveilleusement beau. Quelle est cette folie, cette nation souveraine américaine qui déciderait d’elle-même d’éradiquer des nations entières, mais pour quelles raisons les envahisseurs décident-ils de détruire des êtres humains ?

La question reste en suspend face à l’horreur de ces génocides prémédités et à la complicité des gouvernants français et occidentaux dans ces actes de barbarie.

Pour en revenir à la création d’une espèce par la biologie, nous, humains sommes parvenus aujourd’hui à faire de même que le dieu créateur.

La biologie a fait tant de progrès, au point qu’une équipe de chercheurs coréens du Sooam Biotech Research Facility vient de recréer en 2016, un dinosaure du Jurassic de 150 millions d’années, un Allosaure pour être plus précis, qui est une sorte de T-Rex.

Oui, Jurassic Park n’est désormais plus seulement un film. Ils sont parvenus à extraire l’ADN d’un fossile préservé d’Allosaurus ; une fois restauré, l’ADN a été injecté à un œuf d’autruche fécondé. Le Dr Woo Suk Hwang, le professeur responsable du projet au LJMU déclare :

  • – « Les autruches ont énormément de traits en commun avec les dinosaures la microstructure de leur œuf et quasiment identique à celle d’un œuf d’Allosaurus, c’est pourquoi le clonage a parfaitement réussi. » Je vous laisse méditer sur ce point.

Nous, les êtres humains, sommes tous reliés comme les racines des arbres sont reliées entre-elles, se nourrissent et communiquent entres-elles, comme les humains sur le web.

Considérer l’arbre comme inanimé ce serait considérer l’homme comme inanimé, il y a autant de vie micro organique en lui que dans l’homme qui est son frère, c’est son moyen d’expression qui diffère. Considérer l’animal comme une bête est le propre de l’homme pour justifier les tortures les plus atroces qu’il commet sur lui, c’est considérer que son langage n’a pas de sens, alors que le nôtre serait supérieur, mais en quoi ?

Longtemps on a considéré les sourds comme des idiots parce qu’ils ne communiquaient pas comme les autres, par la voix et puis, l’Abbé de l’Épée au XVIIIe siècle, en observant des jumelles sourdes communiquer entre elles par un langage des signes improvisé, décida de créer une langue des signes et ouvra une véritable école pour sourds et mal entendant qui deviendra l’Institut national des jeunes sourds, aujourd’hui « Institut Saint-Jacques » à Paris.

 Enfin, le sourd n’était plus un idiot, il avait un langage humain, car avant cela, le sourd était comme un animal accompagnant le muet dans la farandole des fous, un crétin à peine meilleur qu’une bête. Les aveugles avaient cela en plus, qu’ils voyaient avec les yeux de l’âme et qu’ils étaient destinés à la poésie et à la musique, comme Homère, arts dans lesquels ils excellaient, c’est à cet endroit que nous mesurons que l’infirmité porte le génie à ses plus hautes sphères, alors pourquoi les sourds feraient exception ?

Le savoir caché date depuis toujours et cette guerre employée par ceux qui savent pour que les autres ne sachent pas, cette lutte, est toujours d’actualité.

La preuve, on met en prison les sonneurs d’alerte, comme on condamnait jadis au bûcher.

Les médecins qui se rebellent et qui refusent de soigner d’après les protocoles imposés par la sécu, imposée par les labos, ou même par l’État, premier esclave des labos, ceux qui refusent de vacciner… sont jugés et condamnés par leurs pairs, comme le professeur Joyeux, le Professeur Raoult, le professeur Perrone et bien d’autres grands médecins ostracisés par le système.

D’autres sont assassinés, comme actuellement aux USA où nombre de médecins holistiques sont tués ou meurent dans des situations plus qu’étranges, nous verrons pourquoi dans Pandora.

Le savoir est intimement lié à l’économie, ou plutôt, l’ignorance est le purin de l’économie, et il est si précieux à entretenir.

Toutes les grandes fortunes sont basées sur le mensonge, tous les lobbys sur la terreur, la destruction et le mensonge, toutes les guerres sont des prétextes aux pillages économiques et à la destruction des ethnies primitives qui possèdent un savoir que l’on ne veut pas voir émerger, et ce, depuis la nuit des temps. En effet peut-on vivre sans argent, ces ethnies l’ont fait et le font, et elles le vivent très bien.

La destruction de la forêt amazonienne entraine la disparition des espèces végétales et animales primordiales, entrainant avec elles, la destruction des ethnies les plus anciennes du globe.

Les laboratoires pharmaceutiques ont une grande part dans cette destruction et pour cause, la reproduction des molécules synthétiques pour se substituer à des plantes qui guérissent de tout est un marché prometteur, et en tuant le savoir antédiluvien des shamans, on tue la connaissance pour la finance.

La destruction de l’Amazonie est une destruction voulue et organisée pour détruire l’humanité sous prétexte de progrès, mais à long terme, lorsque tous les arbres et les hommes et les femmes de savoir auront disparu, il ne restera plus rien de l’humanité, l’ère des clones mutants OGM pourra enfin émerger.

Comble de l’ironie, le XXIe siècle signera la destruction de l’espèce humaine grâce à la technologie qui devait la faire progresser.

Mais qui organise cela, me demanderez-vous ?

Une société secrète aux ramifications tentaculaires et pourquoi secrète, parce qu’elle se cache, c’est cela une société secrète qui contrôle l’humanité et qui a constitué des milliers de micros sociétés secrètes qui font ce travail à sa place pour noyer le poisson.

À présent, si vous me demandiez de nommer cette principale société criminelle qui a le sang de l’humanité et des espèces végétales et animales sur les mains, j’en serais bien incapable, car, elle porte plusieurs noms, et combien même, je vous avoue que je ne tiens pas à la connaître, pas plus qu’à la déterminer avec exactitude. Moïse lui-même a été incapable de nommer Dieu, « l’Innomable », il ne l’a vu que sous une forme terrestre qu’il pouvait comprendre.

Si je comprends les mécanismes de cette société, je ne suis là que pour permettre à chacun d’entrevoir ma vision, rien de plus, je la partage avec mes frères humains, et, comme tout un chacun, je peux me tromper.

Ma mission, car j’ai une mission, est d’aider à comprendre, en donnant des clefs pour que chacun ouvre des portes et fasse son chemin, le reste ne dépend pas de moi.

  •  « Je comprends, je veux et j’appelle le mieux ; le mieux, quoique dénoncé par le proverbe, n’est pas ennemi du bien, car cela reviendrait à dire : le mieux est l’ami du mal. » Et je ne serais jamais l’ami du mal.

Voilà qui je suis et pourquoi j’ai fait Pandora I et II

Je vous remercie d’avoir bien voulu me lire.

13 Commentaires

  1. J’y suis…que le merveilleux se déclame…ayant sauté deux années,au primaire…je retrouvais la même lenteur au secondaire, que je quittais,dès l’age légal, 16 ans..2 mois avant la fin de ce cursus…Je pris donc ma vitesse de croisière..Bibliothèque de Montréal, Palais de justice,étudiant libre aux universités du Québec, de Montréal, Polytechnique..etc..ne voulant ni la reconnaissance, ni l’argent, ni la gloire, aucun intérêt..que de savoir et pouvoir répondre à mon prochain…c’est pourquoi je vous colle au basquette?? depuis 1ans ….Merci d’être ce que vous êtes…Denis…

  2. Bonsoir Philippe,

    La connaissance passe par la recherche et la curiosité… cela a l’air d’être une lapalissade, dit comme cela, mais en réalité, elle est singulière et personnelle, issue d’un cheminement tout aussi personnel et singulier, lui-même coloré par notre origine ethnique, sociale, et notre reliance à une mémoire collective, un peuple, son histoire, son legs.

    Au delà de tout cela, je pense que c’est l’âme qui insuffle au chercheur cette pugnacité à comprendre par le ou les biais qui s’enrichissent les uns les autres, pour défier et mettre en déroute cette enseignement global dont on fait tous l’objet dès le plus jeune âge, et qui une époustouflante manipulation, tant elle dure depuis la nuit des temps, si on la mesure à l’aulne de notre propre existence ici et maintenant.
    Certains s’en satisfont, sans même imaginer la remettre en cause, d’autres se disent que quelque chose cloche et tirent une ficelle qui en fait apparaître une autre et une autre… pour échafauder un réseaux de connaissances qui prennent sens, donnant corps à cette réalité étouffée de nos origines.
    Je ne serais jamais de ceux qui vous opposeront le droit fondamental à être qui vous êtes, un esprit libre, curieux, avide de découvertes et de compréhension, tant cela parle à mon âme. Le diplôme n’est qu’une étiquette de plus, un marquage, une catégorisation du bétail humain, qui doit être catalogué, cerné, identifié et dirigé.
    Peu de gens empruntent ce chemin ardu, car il n’est pas joyeux de découvrir une vérité douloureuse, et d’être conscient mais c’est tellement bénéfique pour notre âme. Car au-delà de notre vie terrestre menacée dans son intégrité, de notre esprit soumis à la manipulation, au delà de l’être sociétal, on peut se demander le but et l’intérêt, quand par ailleurs on considère que l’on a vécu d’autres vies, dont on revient amnésique???
    C’est cette recherche ultime qui concerne l’âme, l’ âme qui donne vie à notre temple-corps… et qui fait clairement apparaître le monde comme un immense théâtre dont nous serions les marionnettes.

    J’ai dit intérieurement bravo en vous lisant souligner la présence d’ovnis dans ces peintures de la Renaissance Italienne, qui avait à priori un statut d’objet cultuel, par la représentation religieuse au premier plan, mais dont le message pour le regardeur méticuleux concernait cette petite forme ovoïde, cernée de rayons lumineux là-bas, au fond du tableau dans cette perspective illusionniste grandement maîtrisée!!!
    Ce chemin est une quête personnelle, et combien il est difficile d’en partager les fruits avec des proches qui restent rétifs à ces réalités cachées.
    Longtemps j’ai pensé, que l’enfer était sur terre, puis en cheminant davantage, j’ai réalisé que ma croyance que l’au-delà était le lieu du repos s’est envolée, quand j’ai compris que nous étions manipulés jusque dans nos âmes.
    Alors oui, c’est un sacré défi, pour nous, en ces temps où tout se précipite, comme vous le décrivez dans votre article très dense, passant de la culture à la géopolitique, en passant par les lobbies pharmaceutiques, et l’art contemporain qui n’en finit pas d’être symptomatique d’un art perdu, dévoyé par le dieu argent, une éducation qui délite les cerveaux, enraye l’intelligence.
    Au passage, vous êtes dur quand même, vous jetez au panier Cy Twombly? Louise Bourgeois? Ils sont dans l’au-delà mais de grands artistes! Je les aime, moi!

    Je note votre subtilité à faire le point sur votre prétendue illégitimité à éclairer ceux qui vous écoutent ou vous lisent car je vois moi, le vrai prétexte à cet article: un « catalogue-rappel » dense de ce que votre esprit tâche de partager à vos frères humains en leur laissant le soin d’aller tricoter, tisser leur propre réflexion.

    Alors un grand merci à vous, frère humain, soyez heureux d’avoir choisi votre chemin et la voie de la connaissance libre, digne et noble!
    Vous êtes en accord- cela est certain- avec votre âme, et c’est cela qui vous porte et vous donne votre force!
    Tant pis pour les fâcheux, et chacun sa vitesse d’évolution.
    Continuez!!! Bavo!!!

    Cordialement,

    Leïla

    • Merci beaucoup pour ce merveilleux message d’amitié, quant à Cy Twombly et Louise Bourgeois, je vibre avec Delacroix et Chassériau, avec Titien, Tintoret et Giogione, avec Géricault et Rosetti, avec Piero della Francesca et Mantegna et tout le catalogue caravagesque, tous des peintres d’âme. La peinture américaine des années 50 et 70, Jasper Jones, Rothko, mais pas Pollock, enfin, il ya mille peintres qui provoquent en moi des émotions sublimes et très peu dans la seconde moitié du XXe s.

  3. Merci M. P. Jandrok
    L’éducation n’est pas l’élévation de la conscience, l’éducation est un formatage quand elle devient rigide et ne laisse pas d’autres approches de ce que peut être la vie dans toutes ses variantes. Oui un diplôme est une attestation à un formatage éducatif, du reste ceux qui font évoluer la conscience, le savoir, connaissance sont ceux qui ont osé aller à la découverte de l’inconnu, tel un enfant admiratif devant ses découvertes, Les précurseurs suivent leurs intuitions en résonance avec l’univers, en s’éloignant des concepts rigides éducatifs. L’éducation n’a pour intérêt qu’une méthodologie, un savoir qui ne deviendra connaissance qu’avec l’expérience.
    On voit aujourd’hui l’aberration de la manipulation-formatage de la pensée unique du n.o.m, étant si sure d’eux qu’ils en deviennent stupide, l’hypocrisie se dévoile au grand jour !
    Ceux qui se retranchent derrière une fonction, un titre, un diplôme sont ceux qui ne peuvent justifier de leurs bienveillances, car leurs positionnements sont à but unique rigide. Ainsi fonctionnent les dictatures de la pensée unique ! bien à vous

  4. Et dire qu’en voyant le titre de l’article j’ai failli passer à côté de ce merveilleux texte. La curiosité à du bon..

    Vous avez su retransmettre ce que bon nombre d’entre nous pensons. Combien de fois avons nous été méprisé parce que « pas de titre/diplôme »? Ou alors admiré en fonction de ceux-ci et non pas pour qui nous sommes dans l’âme ?

    Cette société tue l’estime de soi et ne nous encourage pas à être fiers de qui nous sommes sans qu’il soit question de statut professionnel, social etc..
    Il est plus qu important d’apprendre à nous aimer nous-même, sans attendre des autres qu’ils nous valorisent..

    « Seigneur je te loue de ce que je suis une créature merveilleuse »

    Toda Raba

  5. Bonsoir Mr Jandrok,

    C’est plutôt , à nous, vos lecteurs qui vous disons merci car vous lire est un pur plaisir !
    Je n’ai pu m’empercher de penser à mon grand papa et à maman en vous lisant car ils vous auraient adoré . J’en ai les larmes aux yeux.
    Merci.

  6. Bonjour, interpellée par votre absence sur Youtube, je me suis promenée sous cette tonnelle qui me tendait ses « branches » sinueuses, fortes et soudées. Je ne peut m’empêcher de penser à Séraphine allant chercher ses pigments dans la nature avec détermination et passion. Merci Belle journée, une pensée affectueuses pour le papa de Louloute….

Laisser un commentaire