Une adolescente de 18 ans subit trois opérations du cerveau à cause de caillots sanguins après avoir reçu le vaccin de J&J

1
3343

PAR MEGAN REDSHAW

Une adolescente du Nevada a été plongé dans le coma, placé sous respirateur et a subi trois interventions chirurgicales au cerveau après avoir développé des caillots sanguins environ une semaine après avoir reçu le vaccin de Johnson & Johnson.

Selon le Las Vegas Review-Journal, une adolescente du Nevada qui a reçu le vaccin COVID de Johnson & Johnson (J&J) le 1er avril 2021 a subi trois opérations au cerveau pour réparer les caillots sanguins qu’elle a développés environ une semaine après avoir reçu le vaccin.

Selon Bret Johnson, porte-parole de la famille, après qu’Emma Burkey, 18 ans, ait souffert de crises d’épilepsie, les médecins l’ont placée dans un coma artificiel et sous respirateur. L’état de la lycéenne s’est amélioré, elle est maintenant éveillée et n’est plus sous respirateur, mais elle a toujours besoin d’un tube de trachéotomie, ce qui a réduit sa capacité à parler.

« Elle s’améliore lentement », a déclaré M. Johnson au Las Vegas Review-Journal. Le message que nous ont donné ses parents hier soir était « lentement, lentement, lentement« . Pendant un certain temps, sa situation et son état étaient totalement inconnus. Très effrayant et très incertain, honnêtement. »

Bien que la jeune Burkey ait subi une « lésion cérébrale massive« , ses parents sont « prudemment optimistes », a déclaré Johnson.

Emma Burkey a d’abord été soignée à l’hôpital dominicain St. Rose à Henderson avant d’être transportée par avion au centre médical universitaire de Loma Linda en Californie du Sud pour des soins spécialisés.

Selon Fox 5 Las Vegas, Burkey est l’une des six femmes dont le cas est en cours d’examen par les agences sanitaires américaines, qui ont mis en pause le vaccin la semaine dernière en invoquant des craintes de caillots sanguins.

Une déclaration des Centers for Disease Control and Prevention (CDC) a déclaré que Mme Burkey et d’autres femmes souffraient de maux de tête et de douleurs dorsales avant la découverte des caillots sanguins.

Le communiqué des CDC a également révélé que Mme Burkey avait reçu de l’héparine, un anticoagulant qui constitue généralement le traitement standard des caillots sanguins, mais qui, dans des cas comme celui de Mme Burkey, peut en fait aggraver la situation.

« Si quelqu’un se présente avec ce syndrome plutôt rare de thrombo-cytopénie thrombotique où il y a des thromboses, la façon la plus courante de le traiter serait de lui donner de l’héparine », a déclaré le Dr Anthony Fauci, conseiller médical en chef de la Maison Blanche, lors d’un point de presse le 13 avril. « Ce serait une erreur dans cette situation car cela pourrait être dangereux et aggraver la situation ».

Comme The Defender l’a rapporté le 16 avril, Children’s Health Defense a interrogé les données du Vaccine Adverse Events Reporting System (VAERS) du CDC pour trouver des événements associés à des troubles de la coagulation.

VAERS a produit un total de 795 rapports pour les trois vaccins du 14 décembre 2020 au 8 avril. Sur les 795 cas signalés, 400 rapports ont été attribués à Pfizer, 337 rapports à Moderna et 56 rapports associés à J&J.

La semaine dernière, les autorités sanitaires américaines ont recommandé une pause pour les vaccinations J&J pendant qu’elles enquêtent sur les rapports de ce qu’elles ont décrit comme des conditions de caillot « rares et graves ». Le comité consultatif des CDC sur les pratiques d’immunisation doit se réunir vendredi pour examiner s’il convient de reprendre les vaccinations avec le vaccin unidose de J&J et, le cas échéant, quelles recommandations ou restrictions d’utilisation doivent être mises en place.

L’Agence européenne des médicaments a déclaré mardi que son comité de sécurité avait recommandé l’ajout d’un avertissement concernant une maladie rare et grave de la coagulation sanguine aux informations sur le produit du vaccin de J&J. L’agence, qui supervise la réglementation des médicaments dans l’UE, a déclaré que les avantages du vaccin l’emportaient toujours sur les risques, mais a souligné que les gens devaient être conscients des symptômes de caillots sanguins rares afin de pouvoir être traités rapidement s’ils développent des symptômes.

1 COMMENTAIRE

  1. L’agence, qui supervise la réglementation des médicaments dans l’UE, a déclaré que les avantages du vaccin l’emportaient toujours sur les risques, mais a souligné que les gens devaient être conscients des symptômes de caillots sanguins rares afin de pouvoir être traités rapidement s’ils développent des symptômes.
    Comme a dit un député européen anglais lors d’une réunion  » si les gens savaient qui vous êtes réellement, demain; ils seraient dans la rue avec des fourches.

Laisser un commentaire