Un DJ Australien rend public les horreurs des dommages causés par le vaccin covid… des jours atroces de douleur et de souffrance

9
4546

Vendredi 28 octobre 2022 par : Ethan Huff

Cet article peut contenir des déclarations qui reflètent l’opinion de l’auteur

https://citizens.news/670152.html

Un auteur-compositeur, concepteur sonore et disc-jockey (DJ) australien de renommée internationale pour son travail explique comment sa vie a été ruinée par la «vaccination» contre le coronavirus de Wuhan (Covid-19).

Le système médical et de santé australien m’a laissé tomber et détruit activement le droit de choisir un traitement et la relation médecin/patient – et ce qui est inquiétant, c’est qu’ils s’en prennent maintenant à vous aussi.

Tyson Illingworth, qui a récemment écrit un article invité pour le blog Substack du Dr Robert Malone, dit qu’il n’aurait jamais pu imaginer se retrouver en train de lutter pour vivre, tout cela à cause d’un vaccin que son gouvernement, de mèche avec Big Pharma, lui a dit qu’il était “sûr et efficace.”

Illingworth a pris la série d’injections Moderna à double dose, qui est fabriquée à partir de la technologie de l’ARN messager (ARNm) qui, nous le savons, modifie les gènes et modifie l’ADN. (En relation: Malone a récemment appelé le CDC pour avoir falsifié des données et commis une fraude scientifique majeure en approuvant des piqûres de covid.)

“Il est important de savoir que je suis une science fondée sur des preuves et que je pensais que le vaccin était sans danger pour moi”, écrit Illingworth. 

“Je croyais de tout mon cœur que je faisais ‘la bonne chose’ en me faisant vacciner.”

“J’avais une foi et une confiance totales dans les dirigeants et le système médical de mon pays (Australie) – jusqu’à ce que je subisse une grave réaction indésirable qui m’a laissé impuissant, paralysé et sans l’aide des médecins ou de mon gouvernement.”

Les employés de l’hôpital ont grossièrement nié les blessures du vaccin covid d’Illingworth; “il n’y a aucun moyen que ce soit le vaccin”, se sont-ils moqués

Illingworth vivait en Californie au moment où le covid est mystérieusement apparu, le poussant à rentrer chez lui en Australie. En octobre 2021, il a pris la première injection de Moderna, qui après seulement quelques jours a commencé à lui causer «une douleur lancinante insupportable et une paralysie des mains et des pieds».

Disponible sur cogiito.com

Après avoir contacté un chirurgien de la colonne vertébrale très respecté pour obtenir des conseils, Illingworth a appris qu’il avait clairement souffert d’une “défaillance neurologique catastrophique”, après quoi il a été transporté d’urgence à l’hôpital pour un séjour de deux semaines.

“J’étais incrédule et je suis devenu déprimé parce que je ne pouvais pas croire que le vaccin puisse me faire ça, surtout quand on nous a tous dit qu’il était sûr et efficace et que s’il y avait une réaction, ce serait mineur”, se lamente Illingworth.

Cela se transformait en une dispute majeure avec le personnel de l’hôpital sur la cause des dommages neurologiques d’Illingworth. 

Il a insisté, sur la base des conseils du chirurgien, sur le fait que son mal avait été causé par le vaccin mais le personnel de l’établissement médical s’est moqué de cette idée.

“Il n’y a aucun moyen que ce soit le vaccin”, a déclaré l’un d’eux avec un dégoût grossier.

Illingworth a pourtant essayé d’obtenir des réponses pour savoir s’il aurait ou non la capacité de marcher à nouveau, mais il n’a reçu aucune réponse claire parce que les membres du personnel étaient “perplexes”, dit-il, face à ce qu’ils voyaient.

“Ce fut une expérience surréaliste et solitaire d’apprendre à marcher à nouveau, je n’avais personne vers qui me tourner qui pouvait me comprendre et me donner des réponses”, écrit Illingworth.

Étonnamment, Illingworth a été conseillé par le neurologue de l’hôpital de recevoir une deuxième injection de Moderna après son départ parce que “si vous ne recevez pas la deuxième”, lui a-t-on dit, “la première sera redondante”.

Illingworth a obéi à cet ordre et s’est fait piquer une deuxième fois, ce qui lui a fait développer des symptômes encore pires . Il pouvait à peine bouger ; ses mains étaient en feu; et c’était une lutte majeure juste pour passer chaque jour à l’hopital.

Quelques mois plus tard, Illingworth doit à nouveau être transporté d’urgence à l’hôpital au milieu de la nuit parce qu’il a du mal à respirer et continue à avoir de la fièvre, des tremblements incontrôlables et d’autres symptômes inquiétants.

Une fois de plus, Illingworth a été maltraité et contraint à une “quarantaine” de deux semaines d’isolement où le personnel lui criait dessus et le traitait comme un déchet. Il a survécu, mais pas sans une neuropathie durable – assurez-vous de lire l’ histoire complète d’Illingworth de ses propres mots.

“Jamais dans mes rêves les plus fous, ou plus précisément dans mes cauchemars, je n’aurais imaginé me retrouver là où je suis aujourd’hui. Au lieu de partir en tournée et d’être interviewée pour mon dernier spectacle, titre ou album, je reçois quotidiennement des invitations des médias à parler de mon combat pour recouvrer la santé après avoir été blessée et paralysée par le vaccin Moderna. 

Il est important de savoir que je suis favorable à la science fondée sur des preuves et que je pensais que le vaccin était sans danger pour moi. Je croyais de tout cœur que je faisais “la bonne chose” en me faisant vacciner. J’avais une foi et une confiance totales dans les dirigeants et le système médical de mon pays (l’Australie) – jusqu’à ce que je subisse une réaction indésirable grave qui m’a laissée sans défense, paralysée, et sans aucune aide des médecins ou de mon gouvernement…

En janvier 2022, j’ai fini par attraper le COVID-19. Je me suis réveillée vers 3 h 50 du matin, haletant, craignant pour ma vie, j’ai appelé 000 et j’ai dit : ” si vous ne venez pas maintenant, je vais mourir “. Une ambulance est arrivée rapidement, et j’ai été emmené aux urgences. De là, on m’a emmenée dans un service de COVID où j’ai passé les deux semaines suivantes à lutter pour respirer, à combattre la fièvre, à trembler et à ramper pour aller aux toilettes sans aucune aide. Même si je appelais souvent à l’aide, j’entendais les infirmières rire et parler dans le couloir. Les heures passaient et quand je ne pouvais plus supporter la douleur, je marchais jusqu’à la porte de ma chambre, je l’ouvrais et j’étais immédiatement accueillie par un grand cri des infirmières : “FERMEZ LA PORTE DE F*******, VOUS ÊTES UN BIOHAZARD”. Ce n’est pas l’Australie que je connais, et cela m’a brisé le cœur de voir des infirmières et des médecins traiter des patients vulnérables de cette façon. Je n’étais pas le seul dans ce cas, ils ont abandonné tous ceux qui se trouvaient dans le service COVID.

Honnêtement, je ne sais pas comment j’ai survécu à ces deux semaines d’isolement. Je me souviens clairement avoir regardé par ma fenêtre un énorme palmier, chaque jour je le regardais bouger dans le vent, il était fort et inébranlable et pourtant, peu importe la force du vent, il restait ferme et résolu, quelque chose dans cet arbre me donnait une petite lueur d’espoir. Jour après jour, je me sentais plus faible et je pensais que j’allais mourir. J’ai appelé mes proches et, bien qu’ils m’aient soutenu, personne ne pouvait comprendre à quel point ma situation était devenue grave. 

Par miracle, je suis reconnaissant d’avoir survécu, mais la combinaison de ma blessure vaccinale et de l’infection par le COVID m’a entraînée dans un abîme sombre pendant un certain temps et tout ce que je sais, c’est que j’ai maintenant une dégénérescence permanente de ma moelle épinière. Je me réveille chaque jour à l’agonie et j’ai besoin de fortes doses d’analgésiques pour fonctionner correctement. Le système médical et sanitaire australien est prompt à démolir la réputation de toute personne qui remet en question les vaccins ou suggère d’autres médicaments sûrs.

En Australie, pendant le COVID, le droit d’un patient de choisir le traitement qui lui convient le mieux a été et est toujours refusé. Cependant, le système médical ferme volontairement les yeux sur la crise des opioïdes et l’augmentation continue de la dépendance et des décès…”

https://rwmalonemd.substack.com/p/vaccine-damaged-in-australia

 

Pour suivre les dernières nouvelles sur les vaccins contre la grippe Fauci, visitez ChemicalViolence.com .

Les sources de cet article incluent :

RWMaloneMD.substack.com

NaturalNews.com

Disponible sur cogiito.com
disponible sur cogiito.com

9 Commentaires

  1. Oui, nous avons eu,aussi, la même expérience pour mon époux, qui est mort, alors que le “personnel médical” m’affirmait qu’il était stabilisé et qu’il allait bientôt rentrer chez moi. Mensonge, abus de faiblesse, abus de pouvoir… Ce personnel me fait penser, malheureusement, à ces kapos, gardiens de camps de concentration, qui étaient plus durs que ceux qui leur avaient donné ces merveilleux postes. Il n’y a rien de nouveau sous le soleil, nous dit l’Ecclésiaste ; ce qui est, c’est ce qui a été, et c’est ce qui sera ! Sauf, qu’un jour tout le monde devra rendre compte de sa vie devant Dieu ; et là, pas de triche.
    Merci. Soyez bénis

    • Maranatha, c’est terrible pour vous et pour tant d’autres victimes de ces ordures ! Nos médecins sont maintenant des lâches, des assassins ! Plus jamais je ne leur ferai confiance, plus jamais ! Et comme vous dites, ils seront jugés devant leur Créateur et là, ils essayeront ENCORE de mentir, de se trouver des excuses mais…… l’enfer sera au cout du couloir ! En enfer, ils subiront ce qu’ils ont fait subir à toutes leurs victimes ETERNELLEMENT ! Je ne leur souhaite pas, je préfèrerai qu’ils retrouvent la raison, le courage et avouent tout, publiquement. Mais ça n’arrivera probablement jamais hélas. Que Dieu et notre Seigneur Jésus vous bénissent et que le cœur de notre Mère Marie vous soutienne dans votre dur combat. Merci pour votre témoignage. Courage, vous n’êtes pas seule, nous sommes plus nombreux qu’ils le prétendent et nous ne lâcherons jamais ! VIVE JESUS VIVE LE CHRIST NOTRE SEIGNEUR VIVE L’ETERNEL NOTRE DIEU

  2. oui Maranatha, ce que ces monstres vont subir quand ils “partiront” sera inégalable : ils ne savent pas qu’il y a la justice de Dieu et qu’ils auront une place de choix dans l’abime ou il y a des pleurs et grincements de dents pour l’éternité. Ce ne sont pas des êtres humains, mais des satanistes et, il faut avouer qu’ils sont de plus en plus nombreux et maléfiques.

  3. Déjà quand tu lis ”IL EST IMPORTANT DE SAVOIR QUE JE SUIS UNE SCIENCE FONDÉE SUR DES PREUVES ”
    C’est qu’il faut fuire ce gars.
    Pareil pour l’évolution,il y’a tellement de preuves enfin de fausses preuves comme quoi toutes les espèces ont évolué que c’en est ridicule,un pauvre singe coupé en deux,le haut et le bas a 4 km de distance et en plus ils nous font croire que des dinosaures quand ils mouraient ils allaient tous dans le même trou,bah oui ils se sont creusé une fosse pour mourir de dans,et grace a leurs intelligence aujourd’hui on a du pétrole Merci Denver le dino.
    Une petite question, combien de dinosaures faudrait au mètre carré pour faire 100 litres de pétrole ?

  4. Je ne vais pas polémiquer sur les odieux comportement des médecins et personnel soignant, mais suites aux désastreuses complications déclenchée après sa première injection, comment ce DJ a pu céder à la recommandation pour une seconde dose?!!!
    🙏Remerciements Philippe🙏 Amitiés à tous les deux.

Laisser un commentaire