Un médecin canadien avoue en direct comment les injections du vaccin Moderna anti-COVID ont tué et handicapé de façon permanente des autochtones de sa communauté.

2
40861

Commentaires de Brian Shilhavy
Rédacteur en chef, Health Impact News

Charles Hoffe est médecin depuis 28 ans dans la petite ville rurale de Lytton, en Colombie-Britannique (Canada). La ville est composée de nombreux groupes autochtones des « Premières nations ».

Lorsque le Dr Hoffe a reçu 900 doses du COVID-19 expérimental de Moderna, il a administré les doses à ceux qui le souhaitaient par le biais de la clinique médicale de Lytton.

Il a choisi de ne pas s’injecter lui-même.

Le Dr Hoffe rapporte que le résultat de l’injection de 900 personnes au sein de la communauté autochtone des Premières Nations a été que deux personnes ont subi un choc anaphylactique, une personne est décédée et plusieurs autres ont souffert de ce qui semble être des handicaps permanents.

Il déclare que l’une de ses patientes souffre tellement qu’elle préfère la mort à la vie.

En revanche, personne dans la communauté n’est décédé ou n’a souffert d’un handicap permanent à cause du virus COVID-19 au cours de l’année écoulée.

Le Dr Hoffe a signalé ces effets indésirables par courrier électronique au personnel médical de sa communauté responsable du déploiement des injections de Moderna, qui comprenait des pharmaciens, des infirmières et des médecins de sa région, soit environ 18 personnes au total, selon lui.

Dans son courriel, il exprimait sa vive inquiétude quant aux effets secondaires qu’il constatait et demandait s’il ne fallait pas interrompre les injections pendant un certain temps.

Il rapporte que, dans les 48 heures, il a reçu une réprimande très sévère de ses supérieurs de l’Interior Health Authority, l’accusant de provoquer une « hésitation à se faire vacciner » et qu’ils allaient le dénoncer au BC College of Physicians and Surgeons.

Ils lui ont interdit de dire quoi que ce soit de négatif sur les vaccins Moderna en lui imposant de se taire.

Le Dr Hoffe explique qu’il s’agit d’une méthode d’intimidation utilisée contre d’autres médecins qui ont trop peur de s’exprimer, car le College of Physicians and Surgeons a le pouvoir de mettre fin à la carrière des médecins ou de leur infliger de lourdes amendes.

La semaine suivante, alors qu’il continuait à voir de plus en plus d’accidents, il s’est mis en colère à cause de l’interdiction de parler. On lui a dit que s’il avait des inquiétudes au sujet des injections, il devait contacter le médecin hygiéniste responsable du déploiement de Moderna.

C’est ce qu’il a fait, mais comme il n’a pas reçu de réponse, il a décidé d’écrire une lettre ouverte directement au Dr Bonnie Henry, médecin hygiéniste de la province de la Colombie-Britannique, en défiant directement l’ordre de bâillon qui lui avait été imposé puisqu’il l’a rendu public.

Voici une copie du contenu de la lettre :

Dr Charles D. Hoffe, BSc, MB, BCh, LMCC
Clinique médicale de Lytton
Lytton BC V0K 1Z0

5 avril 2021

Dr Bonnie Henry
Agent de santé provincial de la Colombie-Britannique
Ministère de la Santé
1515, rue Blanchard
Victoria, BC, V8W 3C9

Chère Dr. Henry,

La première dose du vaccin Moderna a maintenant été administrée à certains de mes patients de la communauté de Lytton, en Colombie-Britannique. Cela a commencé avec les membres des Premières Nations de notre communauté à la mi-janvier 2021. 900 doses ont maintenant été administrées.

J’ai été assez alarmé par le taux élevé d’effets secondaires graves de ce nouveau traitement.
Sur ce nombre relativement faible de personnes vaccinées jusqu’à présent, nous avons eu :

De nombreuses réactions allergiques,

  • avec deux cas d’anaphylaxie
  • Une mort subite (présumée) induite par le vaccin, chez un patient de 72 ans souffrant de BPCO. Ce patient s’est plaint d’être plus essoufflé en permanence après avoir reçu le vaccin, et est décédé de façon très soudaine et inattendue le 24e jour après le vaccin. Il n’avait pas d’antécédents de maladie cardiovasculaire).
  • Trois personnes présentant des déficits neurologiques permanents et invalidants, avec des douleurs chroniques associées, persistant pendant plus de 10 semaines après leur premier vaccin. Ces déficits neurologiques comprennent :
  • des vertiges continus et invalidants,
  • une faiblesse neuromusculaire généralisée ou localisée, avec ou sans perte sensorielle.
  • La douleur chronique chez ces patients est soit généralisée, soit régionale, avec ou sans maux de tête.


En résumé, dans notre petite communauté de Lytton, en Colombie-Britannique, nous avons une personne décédée et trois personnes qui semblent devoir être handicapées de façon permanente, après avoir reçu leur première dose du vaccin Moderna. L’âge des personnes touchées varie de 38 à 82 ans.

J’ai donc quelques questions et commentaires :

Ces effets secondaires à long terme sont-ils considérés comme normaux et acceptables pour une thérapie de modification génétique ? À en juger par les rapports médicaux du monde entier, notre expérience à Lytton n’est pas inhabituelle.

Avez-vous une idée des processus pathologiques qui ont pu être initiés pour produire ces symptômes neurologiques permanents ?

Avez-vous des suggestions sur la façon dont je devrais traiter la faiblesse neurologique induite par le vaccin, les vertiges, la perte sensorielle et les syndromes de douleur chronique chez ces personnes, ou devraient-elles simplement être envoyées chez un neurologue ?

Je prévois que beaucoup d’autres suivront, à mesure que le vaccin sera déployé. Ce n’était que la première phase et la première dose.

En contraste frappant avec les effets délétères de ce vaccin dans notre communauté, nous n’avons pas eu à fournir de soins médicaux, quels qu’ils soient, à une personne atteinte du Covid-19.

Donc, selon notre expérience limitée, ce vaccin est clairement plus dangereux que le Covid-19.

sous titré en Français, merci à DS FrSub : https://odysee.com/@DS_FrSub:a/Charles_Hoffe:f

Je suis conscient que toute thérapie médicale a un rapport risque-bénéfice, et qu’une maladie grave appelle une médecine grave. Mais nous savons maintenant que le taux de guérison du Covid-19, est similaire à celui de la grippe saisonnière, dans toutes les catégories d’âge. De plus, il est bien connu que les effets secondaires d’une seconde injection sont bien pires que ceux de la première. Le pire est donc encore à venir.

Il convient de souligner que ces personnes n’étaient pas malades et traitées pour une maladie dévastatrice. Il s’agissait de personnes auparavant en bonne santé, à qui l’on a proposé une thérapie expérimentale, aux effets secondaires à long terme inconnus, pour les protéger contre une maladie dont le taux de mortalité est le même que celui de la grippe.

Malheureusement, leur vie a été ruinée

Il est normalement considéré comme un principe fondamental de l’éthique médicale d’interrompre un essai clinique si un préjudice important est démontré par le traitement à l’étude.

Ma dernière question est donc la suivante :

  • Est-il médicalement éthique de poursuivre le déploiement de ce vaccin, compte tenu de la gravité de ces effets secondaires qui altèrent la vie, après seulement la première injection ?
  • À Lytton, en Colombie-Britannique, nous avons une incidence d’un cas sur 225 d’effets secondaires graves qui changent la vie, suite à cette thérapie expérimentale de modification génétique.

J’ai également remarqué que ces effets secondaires induits par les vaccins ne sont presque jamais signalés par les responsables de la distribution des vaccins. Je suis conscient qu’il s’agit d’un problème fréquent avec les vaccins en général et que les effets secondaires tardifs des vaccins sont parfois qualifiés de « coïncidences », la causalité étant souvent difficile à prouver.

Cependant, étant donné qu’il s’agit d’un traitement expérimental, sans données de sécurité à long terme, je pense que cette question devrait également être abordée.

En outre, j’ai remarqué que le formulaire provincial de déclaration des blessures liées aux vaccins, qui a été clairement conçu pour les vaccins conventionnels, ne comporte même pas d’espace pour signaler les blessures liées aux vaccins de la nature et de la gravité que nous constatons avec cette nouvelle thérapie ARNm.

Il est maintenant évident, grâce à des preuves médicales provenant du monde entier, que les profils d’effets secondaires des diverses thérapies de modification génétique contre le Covid-19 ont été largement sous-estimés par leurs fabricants, qui étaient impatients de prouver leur sécurité.

Je vous remercie de l’attention que vous porterez à cette question de santé publique d’une urgence cruciale.

Je vous prie d’agréer, Madame, Monsieur, l’expression de mes sentiments distingués,

Dr Charles Hoffe

L’IH (Interior Health) a répondu à sa lettre publiquement et elle a été publiée dans le Ashcroft Cache Creek Journal, alors qu’ils essayaient de  » limiter les dégâts  » et d’attaquer le Dr Hoffe.

L’IH affirme que les vaccins COVID-19 sont sûrs malgré les affirmations du médecin de Lytton et affirme que le médecin fait des déclarations non fondées sur les effets secondaires graves du vaccin Moderna.

par BARBARA RODEN

Interior Health (IH) rassure les résidents de Lytton et de la région sur l’innocuité des vaccins COVID-19, après qu’un médecin de cette communauté ait partagé une lettre dans laquelle il affirmait que le décès d’un résident de Lytton était lié au vaccin Moderna.

Dans une lettre adressée à l’agente de santé provinciale, la Dre Bonnie Henry, le 5 avril, le Dr Charles Hoffe a affirmé qu’il y avait eu de  » nombreuses  » réactions allergiques – dont deux cas d’anaphylaxie – chez des personnes de Lytton et de la région qui avaient reçu le vaccin Moderna. Il a également affirmé que trois personnes présentaient des déficits neurologiques « continus et invalidants ».

Hoffe a également affirmé que le décès d’un patient de 72 ans souffrant de BPCO, 24 jours après que l’homme ait été vacciné, était « présumé » être induit par le vaccin. Le médecin n’a produit aucun élément prouvant que l’un de ces événements était dû au vaccin.

« Cela a été un défi pour nous de mener une enquête approfondie et de prendre les rapports au sérieux », a déclaré le Dr Carol Fenton, médecin hygiéniste de l’IH. Dans une déclaration écrite publiée le 14 avril, Mme Fenton affirme qu' »il n’y a pas eu de décès ou d’effets indésirables durables liés aux vaccins Moderna/Pfizer, ou à tout vaccin COVID-19, à Lytton, Interior Health ou en Colombie-Britannique à l’heure actuelle« .

La déclaration ajoute qu’IH sait sans équivoque que les vaccins sont plus sûrs que le COVID-19 lui-même, et qu’il a été démontré que les vaccins sont sûrs et efficaces à tous les niveaux des essais cliniques.

« Il existe un processus détaillé d’examen de tous les effets indésirables suivant les vaccinations, et tous les événements graves sont enregistrés et signalés au niveau provincial et national afin de surveiller les signaux de sécurité qui pourraient être manqués au niveau local. D’après les informations dont nous disposons sur le déploiement du vaccin jusqu’à présent, les vaccins COVID-19 sont très sûrs. »

Fenton explique au Journal que même s’il y aura toujours des variations entre les praticiens médicaux, lorsqu’il s’agit de l’innocuité des vaccins, il est important de regarder les rapports fondés sur le consensus de ceux qui sont formés dans le domaine.

« Ces personnes sont les experts des experts », dit-elle. « Je peux répondre à la plupart des questions sur les vaccins, mais je ne me considère pas comme un expert en vaccins. Les décisions et les analyses sont définies par des personnes ayant les compétences et l’expertise nécessaires pour analyser les informations dont nous disposons. »

Les cliniques de vaccination gérées par l’IH ont des vaccinateurs formés sur place pour surveiller et répondre aux réactions allergiques et anaphylactiques, qui sont rares, mais peuvent se produire avec n’importe quel vaccin ou médicament.

« La sécurité des habitants des nations Lytton, Nlaka’pamux et Northern St’at’imc et de toutes les communautés est la priorité absolue, et nous recommandons à tous les individus de se faire vacciner lorsqu’ils sont admissibles », indique le communiqué.

En gros, c’est la même chose que ce que nous voyons dans le reste du monde lorsque des médecins honnêtes se manifestent et rapportent la vérité.

Les autorités sanitaires mentent. Pas de science, pas de statistiques, juste un appel à l’autorité. « Nous savons de quoi nous parlons, mais pas ce médecin ».

Une animatrice de talk-show locale et indépendante au Canada, Laura-Lynn Tyler Thompson, a retrouvé et interviewé le Dr Hoffe. L’émission originale dure une heure et se trouve sur sa page Facebook, ainsi que sur sa chaîne Bitchute.

Nous avons extrait l’interview de 30 minutes avec le Dr Hoffe, et elle est sur notre chaîne Rumble, et sera également sur notre chaîne Bitchute.

Le Dr Hoffe a servi les membres de sa communauté pendant 28 ans, et il avait une excellente réputation auprès de ses patients, avec des avis en ligne élogieux.

On rapporte aujourd’hui sur certains sites de médias sociaux que ses patients sont informés qu’il n’est plus disponible pour les rencontrer.

Commentez cet article sur HealthImpactNews.com.

2 Commentaires

  1. Si certains envisagent de se picouser après avoir lu cet article ils auront bien mérité leur souffrance et leur mort, pour les autres c’est déjà trop tard !

  2. Ces thérapies expérimentales sont de véritables poisons. Le simple bon sens devrait pousser les populations à s’interroger. Merci aux véritables médecins trop peu nombreux qui ne participent pas à cette forfaiture.

Laisser un commentaire