Un professeur de Harvard, chercheur BU parmi 3 accusés de liens illégaux avec la Chine

0
16196

CBS Boston, le 28 janvier 2020

Traduction pour cogiito.com : PAJ

https://cbsloc.al/37DNv4Q

BOSTON (CBS) – Trois personnes liées à des universités et à un hôpital de la région de Boston ont été inculpées pour avoir menti sur leurs liens avec la République Populaire Chine ou qui ont tenté d’aider le gouvernement chinois. Parmi eux, le Dr Charles Lieber, président du département de chimie et de biologie chimique de l’Université de Harvard.

Les procureurs ont déclaré que le Dr Charles Lieber avait un contrat avec l’Institut de technologie de Wuhan. 

Il dirigeait également un groupe qui avait des contrats avec le ministère de la Défense et les National Institutes of Health.

Des agents fédéraux ont déclaré que Lieber avait menti sur ses liens avec la Chine lorsqu’il avait soumissionné pour ces contrats.

  • «Il semble que la Chine ait versé à Lieber des centaines de milliers de dollars au fil des ans pour son implication dans les entités chinoises et pour son travail de recherche sur les bénéfices chinois», a déclaré le procureur américain du Massachusetts, Andrew Lelling.

Lieber a été arrêté à son bureau de l’Université de Harvard, puis placé en congé administratif. Il ne pourra pas participer à ses fonctions d’enseignement ou de recherche, a indiqué l’université.

Un porte-parole de Harvard a publié une déclaration sur l’arrestation de Lieber :

  • Les accusations portées par le gouvernement américain contre le professeur Lieber sont extrêmement graves. Harvard coopère avec les autorités fédérales, y compris les National Institutes of Health, et entame son propre examen de l’inconduite présumée. Le professeur Lieber a été placé en congé administratif pour une durée indéterminée.
https://boston.cbslocal.com/wp-content/uploads/sites/3859903/2020/01/CharlesLieber.jpg?w=420
Dr Charles Lieber. (Crédit d’image: Université Harvard)

Le deuxième acte d’accusation est un ressortissant chinois qui travaillait comme chercheur à l’Université de Boston. Lelling a déclaré que Yanqing Ye est un lieutenant de l’armée chinoise, mais n’a pas révélé cela lors de la demande de visa américain. Ye est actuellement en Chine et n’a pas été arrêté.

« Une fouille à la frontière de ses appareils électroniques a montré que Ye avait fourni des informations à l’Armée de libération du peuple sur deux résidents américains possédant une expertise en robotique et en informatique », a déclaré Lelling.

L’université de Boston a déclaré que Ye avait quitté l’école en avril 2019 et qu’ils coopéraient pleinement à l’enquête.

Le troisième acte d’accusation est le ressortissant chinois Zaosong Zheng, [1] parrainé par Harvard et travaillant comme chercheur au Beth Israel Deaconess Medical Center. Il aurait été arrêté à l’aéroport de Logan en décembre alors qu’il tentait de faire passer du matériel biologique hors du pays.

Beth Israel Deaconess a publié sa propre déclaration :

  • Nous sommes profondément fiers de l’ampleur et de la profondeur de nos programmes de recherche. Tout effort visant à compromettre la recherche sape le travail acharné de nos professeurs et de notre personnel pour faire progresser les soins aux patients. Nous sommes reconnaissants de la diligence et du professionnalisme des forces de l’ordre fédérales dans cette affaire et coopérons pleinement à l’enquête en cours du gouvernement sur cette affaire.
  • « Boston est une cible particulièrement attractive pour ce type d’exploitation. Les universités, les instituts de recherche et les entreprises technologiques dans ce domaine doivent être sensibilisés à ce type de menace », a déclaré Lelling. 
  • « Ce n’est pas un accident ou une coïncidence. Il s’agit d’un petit échantillon de la campagne en cours de la Chine pour siphonner la technologie et le savoir-faire américains pour le gain chinois. »

[1] https://boston.cbslocal.com/2019/12/31/zaosong-zheng-china-cancer-research-smuggling-charge-boston-beth-israel-deaconess-medical-center/

Laisser un commentaire