Une loi de l’état de Virginie (SB104) autorise les enfants à décider si oui ou non ils acceptent les vaccins à l’insu et sans l’autorisation de leurs parents

0
2709
little girl is afraid of vaccination. Doctor with a syringe and a scared child

Vaccine Impact, le 1er Janvier  2020

Traduction pour cogiito.com : PAJ

Virginie : OPPOSE SB104 : « Enfants mineurs consentant à la vaccination sans le consentement ou la notification des parents » par le Centre national d’information sur les vaccins

INTRODUCTION PAR COGIITO.COM

Nous avons ici un article d’une grande importance en matière de violation de nos droits fondamentaux, des droits fondamentaux des parents autant aux États-Unis concernant les vaccins, qu’en France, concernant les droits sexuels et le consentement éclairé des enfants face à leurs bourreaux pédophiles protégés par la justice de notre pays.

On met en prison des Gilets Jaunes, mais pas des pédophiles que tout accuse au grand désespoir des parents et des victimes.

Dans le monde, des victimes qui tuent leurs tortionnaires, sont condamnées sans la moindre circonstance atténuante ; la victime n’a qu’un seul droit : celui de souffrir en silence et d’accepter son horrible sort.

C’est à la justice de juger et de condamner, pas à la victime de viols répétés, de se faire justice elle-même, mais si la justice est injuste, que reste-t-il à la victime ?

Les victimes rescapées des camps de concentration n’ont-elles jamais obtenu justice ? Combien de nazis ont échappé à la justice, combien ont fait carrière dans la police, dans l’administration, ont été ex-filtrés vers les États-Unis ou en Russie pour la recherche scientifique ?

L’injustice est souvent du côté des coupables, ce qui devrait cesser dans une société idéale, mais justement, nous ne sommes pas dans une société idéale, la preuve, pour imposer la vaccination, les laboratoires corrompent l’appareil administratif pour leur permettre de continuer à forcer un produit de santé, non pas pour la santé, mais bien pour un enrichissement financier.

D’où est venue une idée aussi perverse de soustraire les parents dans une décision de santé ?

Dans une société mondiale où le QI des êtres humains est de plus en plus bas à cause de tous les poisons neurotoxiques se trouvant dans les vaccins, comment des enfants pourront-ils décider si oui ou non, ils peuvent être vaccinés sans le consentement de leurs parents ?

L’enfant n’appartient plus aux parents, il appartient à l’État et aux laboratoires pharmaceutiques qui en font, qui en feront, ce qu’ils veulent.

Parents êtes-vous décidés à accepter d’abandonner vos propres enfants à la fausse science, au culte religieux de la vaccination ? Ce qui se passe aux États-Unis viendra inévitablement en France.

Nous vivons une époque formi… Diable !

Votre action est nécessaire pour aider à arrêter une facture pré-déposée le 08/12/2019. La sénatrice Barbara Favola [1] est la patronne de ce projet de loi.

SB104 [2]ajouterait modifier et rejouer l’article 54.1-2969 [3]du Code de Virginie, relatif aux vaccinations / immunisations ; les mineurs ; pouvoir de consentir. Le projet de loi permettrait aux médecins ou autres travailleurs médicaux [4] d’administrer les vaccins recommandés par les Centers for Disease Control des États-Unis (CDC) à un enfant mineur après avoir obtenu le « consentement » de l’enfant mineur et avoir déterminé que l’enfant a la capacité de comprendre les risques et les avantages associés aux vaccins au même niveau de compréhension qu’un adulte.

La SB104 fait légalement un enfant mineur comme un adulte dans le but de refuser à ses parents ou à son tuteur légal l’accès aux dossiers médicaux de l’enfant qui contiennent des informations sur les vaccins que l’enfant a reçus.

La session législative de Virginie se déroule très rapidement et votre action immédiate et une surveillance étroite de ce mauvais projet de loi sont d’une importance vitale.

ACTION NÉCESSAIRE 

Contactez votre sénateur et délégué d’État et demandez-lui respectueusement de S’OPPOSER à la SB 104 lors de la session législative de 2020. (voir les raisons de s’opposer ci-dessous)

Dès que possible, prévoyez une réunion en personne avec le sénateur et le délégué de votre État pour leur dire à quel point il est important pour vous que votre droit fondamental de prendre des décisions concernant l’éducation, l’éducation et les soins de votre enfant ne soit pas supprimé.

Assister à des événements où vos législateurs peuvent parler ou présenter et exprimer vos préoccupations. Suivez vos législateurs sur les médias sociaux afin de savoir quand et où ils assisteront et prendront la parole pendant l’intérim afin que vous puissiez y assister et avoir la possibilité de fournir plus d’informations et de poser des questions.

Aussi, appelez et envoyez un courriel à vos législateurs et demandez-leur de S’OPPOSER AU SB104. Le contact personnel est plus efficace, mais il est également important que vos législateurs reçoivent autant d’appels téléphoniques et de courriels de leurs électeurs que possible.

Coordonnées législatives : vous pouvez vous connecter au NVIC Advocacy Portal , cliquer sur l’onglet « State Teams » puis sur « My State », et vos élus sont automatiquement affichés sur le côté droit de la page. Vous pouvez cliquer sur leur nom pour afficher les informations de contact et les comptes de médias sociaux que vous pouvez suivre.

Contactez la sénatrice Barbara Favola et demandez-lui respectueusement de retirer SB104.

Connectez-vous souvent au NVIC Advocacy Portal pour vérifier les mises à jour. Nous examinons les factures et faisons des mises à jour quotidiennement. Les projets de loi peuvent changer plusieurs fois au cours du processus législatif et vos visites, appels et e-mails en temps opportun adressés aux législateurs appropriés sont essentiels à ce processus.

  • Veuillez transmettre toutes les réponses législatives que vous recevez à nos directeurs de Virginie à [email protected].
  • Veuillez transmettre cet e-mail à votre famille et à vos amis et leur demander de s’inscrire au NVIC Advocacy Portal à l’ adresse http://NVICAdvocacy.org et de partager leurs préoccupations avec leurs législateurs. Si vous souhaitez partager cette alerte sur les réseaux sociaux, accédez aux notes sur la page Facebook du National Vaccine Information Center et partagez-la à partir de là.

RAISONS DE S’OPPOSER AU SB104 :

La Virginie se classe au 6e rang parmi tous les États en ce qui concerne les taux élevés de couverture vaccinale pour les enfants. (1) Il n’y a aucune justification factuelle pour l’État de Virginie de suspendre les droits parentaux et d’administrer des vaccins aux mineurs sans le consentement des parents.

Les taux de vaccination en Virginie sont élevés et continuent d’augmenter. À l’automne 2018, 96,3% des enfants de la maternelle et de la 6e année se conformaient pleinement aux vaccinations.

(2) Au cours de l’année scolaire 2018/2019, 97,6% des enfants avaient plus d’une dose de ROR contre 93,4% en 1995.

( 3) Au cours de l’année scolaire 2018/2019, 98% des enfants de la maternelle ont reçu les 5 doses de DTaP. (4)

Le SB104 élimine le droit fondamental reconnu depuis longtemps aux parents aux États-Unis de prendre des décisions médicales pour les enfants mineurs qui comportent des risques importants pour la santé ou le bien-être d’un enfant. 

Cette Loi :

  • Permet aux médecins ou autres travailleurs médicaux d’administrer des vaccins à un enfant mineur sans obtenir au préalable le consentement volontaire et éclairé des parents ou du tuteur légal de l’enfant
  • accorde à un enfant mineur le droit légal de prendre la décision de recevoir un vaccin sans le consentement ou la notification du parent ou du tuteur légal et
  • accorde à un enfant mineur le droit légal de refuser de divulguer les dossiers médicaux personnels liés à la vaccination à un tiers, y compris les parents de l’enfant.

Les vaccins sont des produits pharmaceutiques commerciaux, qui comportent un risque de blessure ou de mort qui peut être plus important pour certaines personnes. Les enfants mineurs ignorent souvent leurs propres antécédents médicaux ou antécédents familiaux de réactions au vaccin ou d’autres problèmes de santé qui peuvent augmenter les risques de vaccination pour certaines personnes.

La SB104 accorde aux médecins et au personnel médical le pouvoir illimité d’administrer des vaccins à des enfants mineurs de tout âge après avoir déterminé personnellement qu’un enfant mineur a la capacité mentale et la maturité sociale nécessaires pour comprendre pleinement les avantages et les risques de recevoir une ou plusieurs vaccinations.

Cependant, le défaut le plus flagrant de ce projet de loi est qu’il fait l’hypothèse dangereuse et non scientifique que le cerveau d’un enfant mineur est suffisamment développé pour prendre une décision rationnelle concernant la prise de risques.

skalekar1992 de Pixabay 

Une étude de 2017 examinant les mécanismes neuroscientifiques qui sous-tendent les capacités de prise de décision médicale d’un mineur a révélé que, par exemple, des changements importants se produisent dans le cerveau des adolescents qui sont associés au traitement des récompenses et des risques, à l’autorégulation et à l’effet des pairs sur la prise de décision. 

  • « Même si l’identification des risques est mature à la fin de l’adolescence, la façon dont les personnes de cet âge géreront les risques diffère de celle des adultes. »

Un adolescent peut être intellectuellement mature, mais il peut manquer de maturité émotionnelle et sociale et « se retrouver dans des situations précaires et risquées et leur comportement n’est souvent pas conforme à leurs capacités. »(5)

La SB104 permet aux mineurs de prendre une décision majeure impliquant des risques pour la santé associés à un produit pharmaceutique à l’insu ou sans le consentement de leurs parents, malgré le fait que les enfants sont connus depuis longtemps pour faire des choix impulsifs qu’ils regrettent souvent plus tard en faveur de petites récompenses et à court terme. Les adolescents sont particulièrement vulnérables à la pression des pairs et aux campagnes de commercialisation de produits et pourraient être particulièrement sensibles à la persuasion des autorités lorsqu’il existe des offres de cartes-cadeaux gratuites, de sodas ou de glaces en échange d’un « consentement » (6) (7).

Plus importants encore, les parents connaissent l’histoire de la santé et des soins médicaux d’un enfant depuis sa naissance.

Daniela Dimitrova de Pixabay 

Cette connaissance directe du développement mental, émotionnel, psychologique et physique d’un enfant, des allergies et des réactions aux aliments, aux médicaments sur ordonnance et aux vaccins est un élément essentiel lorsque les parents évaluent les avantages et les risques de la vaccination pour un enfant individuel au cours du processus de prise de décision concernant le vaccin. 

Retirer le parent du processus de prise de décision concernant un vaccin pour un enfant et le remettre aux médecins et aux responsables de la santé publique, qui n’ont aucune responsabilité légale ni obligation de rendre compte de ce qui arrive à l’enfant après l’administration des vaccins, est une violation du droit fondamental des parents d’exercer leur consentement éclairé à la prise de risques médicaux au nom des enfants mineurs.

Un projet de loi qui fait légalement des enfants mineurs des adultes dans le but de refuser aux parents et aux tuteurs légaux l’accès aux dossiers médicaux d’un enfant qui contiennent des informations sur les vaccins que l’enfant a reçus est une prescription pour les mauvais traitements infligés par l’État aux enfants et à leurs parents. 

Comment un parent peut-il protéger un enfant ayant des antécédents de réaction au vaccin ou surveiller efficacement un enfant pour détecter les signes et symptômes d’une réaction au vaccin mettant sa vie en danger si le parent n’a aucune idée que l’enfant a reçu un ou plusieurs vaccins?

La SB104 contredit les codes de Virginie qui ont établi et reconnut que les parents ont le droit fondamental de prendre des décisions concernant l’éducation, l’éducation et la garde de leurs enfants.

(8) Le projet de loi va à l’encontre des codes de Virginie qui reconnaissent l’importance de la notification et du consentement des parents y compris des dispositions de retrait lorsque des matières sensibles sont enseignées ou que des informations personnelles sont collectées à l’école. (9) (10) (11) (12)

La SB104 va à l’encontre du principe de longue date de la Nation selon lequel les parents ont le droit fondamental d’élever leurs enfants sans ingérence néfaste indue de l’État, comme énoncé dans de nombreuses décisions de la Cour suprême des États-Unis[5]

La Cour suprême a conclu que, « profondément enracinée dans l’histoire et la tradition de notre nation, est la conviction que le rôle parental implique une importante autorité sur ses enfants. En effet, “l’interprétation constitutionnelle a toujours reconnu que la prétention des parents à l’autorité dans leur propre ménage pour diriger l’éducation de leurs enfants est fondamentale dans la structure de notre société.” (13)

La SB104 accorde aux médecins et aux travailleurs médicaux le pouvoir de traiter les enfants mineurs comme des adultes, qui ont été autorisés à prendre leurs propres décisions importantes en matière de soins de santé, contrairement à la reconnaissance légale de longue date selon laquelle un État a le droit d’empêcher les mineurs de prendre des décisions importantes sans le consentement des parents parce que les mineurs n’ont pas la capacité et l’expérience nécessaires pour faire des choix éclairés et mûrs. La Cour suprême a déclaré :

  • La Cour a jugé que les États pouvaient valablement limiter la liberté des enfants de choisir par eux-mêmes en faisant des choix importants et affirmatifs aux conséquences potentiellement graves. Ces décisions sont fondées sur la reconnaissance que, pendant les années de formation de l’enfance et de l’adolescence, les mineurs manquent souvent d’expérience, de perspective et de jugement pour reconnaître et éviter les choix qui pourraient leur être préjudiciables. Ginsberg c. New York, 390 US 629 (1968), illustre bien l’inquiétude de la Cour quant à l’incapacité des enfants à faire des choix mûrs, car les droits du premier amendement concernés sont des exemples clairs de libertés de choix protégées par la Constitution.” (14)

L’engagement de Virginia à protéger les mineurs de la responsabilité de prendre des décisions complexes en matière d’avantages et de risques, ce qui peut avoir des effets importants sur leur santé et leur avenir, est attesté par des lois qui interdisent aux mineurs de se faire tatouer ou percer le corps sans que leurs parents ou tuteurs légaux ne soient présents ou de l’achat de produits du tabac et de la vape jusqu’à l’âge de 21 ans. (15) Ces lois sont en place parce que le Commonwealth reconnaît que les mineurs n’ont pas nécessairement la capacité mentale et la maturité pour prendre des décisions qui sont dans leur meilleur intérêt à long terme.

La reconnaissance par la Virginie que les mineurs n’ont pas la capacité mentale et la maturité nécessaires pour prendre des décisions importantes est également étayée par le code VA accordant le droit de vote aux personnes qualifiées uniquement à partir de 18 ans. (16)

Michal Jarmoluk de Pixabay 

Dans le cadre du SB104 , il est probable que les enfants pourraient recevoir des vaccins dans les dispensaires scolaires. La Cour suprême de New York a jugé que même lorsque l’objectif de l’État d’empêcher la propagation et la transmission d’une maladie était “louable”, les droits constitutionnels des parents étaient violés lorsqu’un programme scolaire qui ne comportait pas de disposition de retrait des parents était, “clairement service de santé pour la prévention des maladies qui nécessitent le consentement des parents.”(17) Il s’ensuit que le fait de permettre aux mineurs de recevoir des vaccins à l’école sans le consentement des parents, y compris une clause d’exclusion, violerait les droits constitutionnels des parents.

La loi SB104 obligerait les médecins et autres administrateurs de vaccins à violer l’obligation de diligence envers les membres de la famille des patients ayant reçu un vaccin viral ou bactérien parce que le médecin ou le personnel médical n’aurait pas la possibilité ni même le droit légal d’informer les membres de la famille des risques et précautions associées aux vaccins. (18)

La loi SB104 donne aux individus juridiquement non responsables le pouvoir de persuader les enfants mineurs de se faire vacciner à l’insu ou sans le consentement de leurs parents. Les médecins et le personnel médical ne devraient jamais être en mesure de contraindre des enfants mineurs impressionnables à donner leur “consentement” à l’utilisation d’un produit pharmaceutique ou d’une procédure médicale qui pourrait causer des blessures ou la mort sans la connaissance et le consentement des parents. Si une réaction vaccinale indésirable se produisait, les parents seraient seuls à s’occuper physiquement, émotionnellement et financièrement d’un enfant handicapé ou souffrant d’une maladie chronique.

Lorsque la National Childhood Vaccine Injury Act de 1986 a été adoptée, le Congrès n’a jamais envisagé qu’un enfant mineur prenne la décision de se faire lui-même vacciner.

La loi stipule clairement qu’avant l’administration de certains vaccins (19), un fournisseur de soins de santé doit remettre une copie du matériel d’information sur les vaccins du CDC au “parent ou représentant légal (20) de tout enfant à qui le fournisseur a l’intention” pour administrer un tel vaccin, ou à tout adulte (21) à qui le fournisseur a l’intention d’administrer un tel vaccin. »

Aamir Mohd Khan de Pixabay 

Il n’y a aucune disposition dans la loi qui autorise un fournisseur de soins de santé à remettre à un enfant mineur les documents de déclaration d’information sur le vaccin (VIS) pour le but de consentir, à l’insu ou sans le consentement des parents, à l’administration de vaccins.

Les vaccins sont des produits pharmaceutiques qui comportent un risque de blessure ou de décès et l’Institut de médecine, Académie nationale des sciences, a reconnu en 2012 qu’il existe une sensibilité individuelle à la réaction aux vaccins et à leur préjudice et que les médecins ne peuvent pas prédire de manière fiable qui sera blessé par vaccination :

  • « Les recherches épidémiologiques et mécaniques suggèrent que la plupart des individus qui subissent une réaction indésirable aux vaccins ont une sensibilité préexistante. Ces prédispositions peuvent exister pour un certain nombre de raisons – variantes génétiques (dans l’ADN humain ou du microbiome), expositions environnementales, comportements, maladie intermédiaire ou stade de développement, pour n’en nommer que quelques-unes – qui peuvent toutes interagir… Certaines de ces réactions indésirables sont spécifiques au vaccin en question, tandis que d’autres ne le sont peut-être pas. Certaines de ces prédispositions peuvent être détectables avant l’administration du vaccin ; d’autres, du moins avec la technologie et la pratique actuelles, ne le sont pas. » (22)

La loi de 1986 a créé un programme fédéral d’indemnisation des victimes de vaccins (VICP) pour les enfants blessés par les vaccins recommandés par les CDC, et le VICP a octroyé plus de 4 milliards de dollars aux victimes du vaccin depuis 1988, bien que deux des trois plaignants blessés par le vaccin soient refoulés sans aide financière. soutien. Le National Childhood Vaccine Injury Act de 1986 accordait une protection partielle aux fabricants de vaccins pédiatriques recommandés par les CDC. Un amendement à la loi de 1987 a conféré une protection contre la responsabilité des médecins et autres travailleurs médicaux administrant des vaccins et, en 2011, la décision de la Cour suprême des États-Unis Russell Bruesewitz et al c. Wyeth et al éliminé efficacement toute responsabilité civile pour les blessures et les décès dus aux vaccins par les fabricants de vaccins, même lorsqu’une entreprise de vaccination aurait pu rendre un vaccin moins susceptible de provoquer des blessures ou la mort.

En consentant de recevoir un vaccin recommandé par le gouvernement fédéral, un enfant mineur accepte de renoncer à ses droits légaux de déposer une réclamation pour blessure auprès d’un tribunal civil fédéral ou d’État, même si l’enfant souffre d’une lésion cérébrale ou d’un autre problème de santé permanent dû au vaccin.

Un enfant mineur ne peut pas comprendre pleinement les termes de la Loi sur les blessures par vaccin, y compris le délai de prescription de 3 ans pour déposer une réclamation pour blessure de vaccin auprès du Programme d’indemnisation des blessures par vaccin

free stock photos from www.picjumbo.com de Pixabay 

Le tableau des blessures liées aux vaccins de la Loi énumère certaines blessures qui ne peuvent être admissibles à une indemnisation que si elles surviennent dans les 30 jours suivant la vaccination. Les mineurs seraient seuls responsables d’obtenir la confirmation et la documentation qu’ils ont une blessure sur ce tableau dans les 30 jours suivant la vaccination et de nombreux mineurs ne peuvent pas se rendre chez le médecin ou à l’hôpital.

Les mineurs n’auraient même pas à dire à leurs parents qu’ils ont reçus un vaccin, de sorte que leurs parents peuvent ne pas savoir pourquoi un enfant est blessé ou malade, empêchant l’enfant mineur de recevoir des soins médicaux appropriés et en temps opportun.

Il est également beaucoup moins probable que les réactions vaccinales soient reconnues et documentées par un enfant et déposées auprès du Système de déclaration des événements indésirables des vaccins (VAERS).

L’état de Virginie n’autorise pas les mineurs à se représenter devant les tribunaux, mais en vertu de la loi VA SB104 , les mineurs seraient tenus pour seuls responsables du dépôt d’une réclamation auprès du Programme d’indemnisation des victimes de vaccins. (23) La Virginie ne reconnaît pas la « doctrine du mineur mature » qui permet à un mineur de plus de 14 ou 15 ans que le tribunal juge « mineur majeur » comme ayant le droit de refuser des soins ou des traitements médicaux (24).

Il est clair que l’intention de la SB104 est de donner le pouvoir aux médecins, aux travailleurs médicaux et aux responsables de la santé de l’État de persuader le plus d’enfants mineurs possible de consentir à recevoir tous les vaccins recommandés par le gouvernement fédéral, que cela soit dans l’intérêt de chaque enfant ou le parent ou le tuteur légal de l’enfant a donné son consentement éclairé à la vaccination.

Il n’y a aucune urgence de santé publique justifiant que l’État outrepasse le droit légal et humain d’un parent de prendre une décision éclairée sur les avantages et les risques de la vaccination au nom de ses enfants mineurs.

La SB104 est une tentative flagrante du Commonwealth de dépouiller les parents de leur droit légal de prendre des décisions éclairées sur la vaccination de leurs enfants mineurs et de remettre ce droit aux médecins et aux travailleurs médicaux, qui n’ont aucune responsabilité ni obligation de rendre compte de ce qui arrive à l’enfant après la vaccination. SB104 est une violation du droit constitutionnel des parents d’élever leurs enfants sans ingérence indue de l’État.

Lisez l’article complet sur la publication Facebook de NVIC.

Notes de bas de page :

(1) Classement américain de la santé. Santé des femmes et des enfants. 2019.

(2) Virginia Department of Health. Résultats des rapports SIS. 2019.

(3) CDC. Rapport de couverture vaccinale contre la rougeole, les oreillons et la rubéole (ROR) de 2017. 11 octobre 2018.

(4) CDC. Couverture vaccinale avec certains vaccins et taux d’exemption parmi les enfants de la maternelle aux États-Unis, année scolaire 2018-2019. Rapport hebdomadaire sur la morbidité et la mortalité. 18 octobre 2018.

(5) Grootens-Wiegers, Petronella, Hein, Irma M. et al . Prise de décision médicale chez l’enfant et l’adolescent : aspects développementaux et neuroscientifiques . NCBI . 8 mai 2017.

(6) Ibid.

(7) Steinberg, Laurence. Une perspective des neurosciences sociales sur la prise de risques chez les adolescents. NCBI. 27 mai 2008.

(8) § 1-240.1. « Droits des parents : un parent a le droit fondamental de prendre des décisions concernant l’éducation, l’éducation et la garde de l’enfant du parent. »

(9) § 22.1-207.1. Éducation à la vie familiale.

(10) § 22.1-207.2. Droit des parents de revoir certains documents ; résumés distribués.

(11) § 22.1-207.2 : 1. Matériel de lutte contre l’intimidation ou la prévention du suicide ; droit parental de révision.

(12) § 22.1 à 79.3. Politiques concernant certaines activités.

(13) Bellotti c.Baird , 443 US 622 (1979) citant Ginsberg c.New York , 390 US 629 (1968).

(14) Ibid.

(15) Howard, Jacqueline. Les États-Unis relèvent l’âge légal pour acheter des cigarettes, vapes à 21 ans . CNN . 20 décembre 2019.

(16) § 18.2 à 371.3. Tatouage ou perçage corporel de mineurs.

(17) Affaire Alfonso c. Fernandez, 195 AD2d 46, 59 (NY App. Div. 1993).

(18) Tenuto c.Lederle Labs , 90 NY2d 606 (NY 1997).

(19) Diphtérie, tétanos, coqueluche, rougeole, oreillons, rubéole, polio, hépatite A, hépatite B, Haemophilus influenzae type b (Hib), grippe, conjugué pneumococcique, méningocoque, rotavirus, papillomavirus humain (HPV) ou varicelle (varicelle) ).

(20) Le « représentant légal » est défini comme un parent ou une autre personne qualifiée en vertu de la législation de l’État pour consentir à la vaccination d’un enfant mineur ou d’un adulte incompétent.

(21) Dans le cas d’un adulte incompétent, les visas pertinents doivent être fournis au représentant légal de la personne. Si l’adulte incompétent vit dans un établissement de soins de longue durée, tous les VIS pertinents peuvent être fournis au moment de l’admission, ou au moment du consentement si plus tard que l’admission, plutôt qu’avant chaque vaccination.

(22) Comité de l’Institut de médecine chargé d’examiner les effets indésirables des vaccins. Évaluation des mécanismes biologiques des effets indésirables : sensibilité accrue . Chapitre 3 (p. 82). Washington, DC The National Academies Press 2012.

(23) § 8.01-271.1. Signature des actes de procédure, motions et autres documents ; mouvements oraux ; les sanctions.

(24) Snyder, Kevin E. MD, West, Rebecca W. JD et al. Consentement éclairé par un médecin . Centre des sciences de la santé de l’Université de Virginie, 2013.

Cordialement,

NVIC Advocacy Team
National Vaccine Information Center
http://NVIC.org et http://NVICAdvocacy.org
https://nvicadvocacy.org/members/Members/ContactUs.aspx

Le Centre national d’information sur les vaccins (NVIC) travaille avec diligence pour préparer et diffuser nos alertes d’action de plaidoyer législatif et les documents à l’appui. Nous demandons aux organisations et aux membres du public de transmettre nos alertes dans leur forme d’origine afin d’assurer une messagerie cohérente et précise et une action efficace. Veuillez reconnaître NVIC en tant qu’initiateur de ce travail lors de la transmission aux membres du public et aux organisations partageant les mêmes idées. Pour recevoir des alertes immédiatement, inscrivez-vous sur http://NVICAdvocacy.org , un site Web dédié à cette seule fin et fourni en tant que service public gratuit par NVIC.


[1] https://barbarafavola.org/

[2] https://legiscan.com/VA/text/SB104/2020

[3] https://law.lis.virginia.gov/vacode/54.1-2969/

[4] https://law.lis.virginia.gov/vacode/title54.1/chapter34/section54.1-3401/

[5] https://hslda.org/content/docs/nche/000000/00000075.asp

Laisser un commentaire