Une nouvelle étude suggère que les Radiations 5G seraient liées à une infection à co-ronavirus

6
4642
Coronavirus 5G Antenna 3D image

Posté sur GreenMedInfo, Mercredi 22 juillet 2020, rédigé par: Sayer Ji, fondateur. Cet article est protégé par les droits d’auteur de GreenMedInfo LLC, 2020

Traduction pour cogiito.com : PAJ

https://www.greenmedinfo.com/blog/5g-radiation-linked-coronavirus-infection-new-study-suggests?utm_campaign=Weekly%20Newsletter%3A%20July%2025%20%28UrwL5Z%29&utm_medium=email&utm_source=Daily%20Newsletter&_ke=eyJrbF9lbWFpbCI6ICJuYXR1cmVzYW50MTBAeWFob28uZnIiLCAia2xfY29tcGFueV9pZCI6ICJLMnZYQXkifQ%3D%3D

Un nouvel article publié dans le Journal of Biological Regulators & Homeostatic Agents, déclare qu’il pourrait y avoir une relation unique et causale liée entre l’exposition aux ondes millimétriques 5G et le coronavirus 

– une idée qui, bien que largement discutée au début de la crise mondiale du COVID, a finalement été rejetée comme «Théorie du complot» par les médias traditionnels et les représentants du gouvernement, entraînant une censure généralisée sur les plateformes de médias sociaux. 

La nouvelle étude intitulée « Technologie 5G et induction du coronavirus dans les cellules de la peau », rédigée par une collaboration internationale de scientifiques italiens, américains et russes, suggère que le rayonnement 5G pourrait être absorbé par des cellules dermatologiques qui agissent comme des antennes, transférant ainsi ses effets sur d’autres cellules, y compris l’activation de processus de biosynthèse à base d’ADN dans le noyau de la cellule, pouvant entraîner la synthèse de coronavirus dans des cellules biologiques. 

Les auteurs décrivent le fonctionnement comme suit : 

« L’ADN est construit à partir d’électrons et d’atomes chargés et À une structure semblable à un inducteur. 

Cette structure pourrait être divisée en inducteurs linéaires, toroïdaux et ronds. 

Les inducteurs interagissent avec les ondes électromagnétiques externes, se déplacent et produisent des ondes supplémentaires dans les cellules. Les formes de ces ondes sont similaires aux formes des bases hexagonales et pentagonales de leur source d’ADN.

Ces ondes produisent des trous dans les liquides à l’intérieur du noyau. Pour combler ces trous, des bases hexagonales et pentagonales supplémentaires sont produites. Ces bases pourraient se joindre les unes aux autres et former des structures de type virus telles que le coronavirus.

Pour produire ces virus au sein d’une cellule, il est nécessaire que la longueur d’onde des ondes externes soit plus courte que la taille de la cellule. Ainsi, les ondes millimétriques 5G pourraient être de bons candidats pour la construction de structures de type virus telles que les coronavirus (COVID-19) dans les cellules.

L’idée selon laquelle l’une des causes de maladie associées à la crise du coronavirus dérive d’une exposition aux rayonnements électromagnétiques non natifs, y compris des ondes millimétriques 5G, a été proposée par le Dr Thomas Cowan dans la présentation très controversée ci-dessous. Cela a été qualifié d’informations «fausses et nuisibles» sur une variété de médias sociaux et de plateformes de médias grand public mondiaux.

Selon Cowan, les ondes millimétriques 5G peuvent induire des dommages cellulaires qui entraînent l’excrétion du contenu cellulaire, qui comprend des acides nucléiques et des exosomes (nanoparticules de type virus produites dans les cellules en tant que formes naturelles de communication intercellulaire).

Ces débris, qu’il décrit dans le cadre de la détoxification des cellules endommagées («caca cellulaire»), peuvent être identifiés à tort comme des virus exogènes comme le coronavirus et peuvent entraîner des faux positifs sur les tests RT-PCR, qui sont notoirement inefficaces se distinguer des souches spécifiques de virus et les identifier avec certitude. 

Bien que cette idée diffère légèrement de celle proposée par les auteurs de l’étude, elles se chevauchent de manière significative. Dans les deux explications, le rayonnement associé à la 5G induit des changements cellulaires qui sont identifiés comme étant causés par le «virus COVID».

Il reste à déterminer s’il y a ou non une synthèse de novo des coronavirus à la suite de l’exposition aux rayonnements 5G, ou si les dommages à la cellule produisent ou non, des débris contenant le virus COVID comme l’acide nucléique. 

Mais dans les deux scénarios, ce qui est perçu comme une maladie COVID de l’extérieur peut en fait être le sous-produit de changements cellulaires résultant d’une exposition aux CEM et non une infection virale exogène, comme on le suppose généralement. 

Le Dr Andrew Kaufman a également exploré ce sujet et découvert que ce que l’establishment médical grand public mondial et les médias identifient comme «COVID-19» est probablement que nos propres exosomes sont sécrétés par des cellules saines ou endommagées.

Je recommande fortement de regarder sa présentation ci-dessous, et vous pouvez obtenir plus de présentations de ce type dans la section deux de QuestioningCovid.com , intitulée, Questionner la théorie des germes, la contagion et les tests viraux.

Mon point de vue, que j’explore dans la vidéo ci – dessous – « COVID-19 – s’agit-il vraiment d’un virus? » – est que les processus exosomaux à l’intérieur du corps et entre les corps qui simulent des processus infectieux, mais plutôt que d’être simplement un signe de pathologie et de morbidité et mortalité imminentes ils sont conçus pour soutenir la santé collective d’un groupe d’individus ou d’espèces, voire entre espèces.

Dans cette optique, ce que l’on entend généralement par infection et contagion est en fait une incompréhension superficielle d’un processus d’échange d’informations horizontales conçu pour faciliter une détoxification améliorée, la xénohormèse et l’activation des voies de résilience au sein d’une espèce, et est à l’origine même de ce qui est connue sous le nom d ‘«immunité collective». 

Ce dernier article ouvre de nouveau un sujet important qui a été pratiquement supprimé et censuré aujourd’hui, à savoir que les problèmes de santé associés à des infections telles que le coronavirus impliquent un large éventail de facteurs, y compris avant tout le rôle du soi-disant «bioterrain» de la cellule pour déterminer la susceptibilité à l’infection et à la maladie.

Les virus n’existent pas dans le vide et n’attaquent pas simplement les corps sans défense. Lorsque le terrain cellulaire est sain et résilient, les infections ont tendance à ne pas s’installer ou même à avoir des effets qui confèrent des avantages durables pour la santé.

De plus, la découverte du microbiome humain (et l’ensemble total de virus ou de composants de type viral du microbiome connu sous le nom de virome humain) révèle que la théorie classique des germes est en faillite, et que ce que nous pensions autrefois étaient des menaces virales invisibles. » Sont étonnamment similaires, sinon identiques, aux éléments endogènes de type viral dans nos cellules, connus sous le nom d’exosomes, et souvent ne peuvent être distingués d’eux.

Par exemple, l’utilisation généralisée des tests RT-PCR pour identifier le «COVID» peut simplement identifier le contenu viral ou exosomal de notre corps, et générer ainsi des «faux positifs», qui justifient la mise en œuvre continue d’approches allopathiques qui se traduisent par une iatrogène profonde, dommages corporels, faussement décrits comme «causés par le COVID». 

Je recommande vivement à ceux qui souhaitent comprendre la vraie nature des virus et leur rôle indispensable dans l’établissement de l’auto-tolérance immunologique, de l’homéostasie et, finalement, de la santé, de regarder la présentation du Dr Herbert Virgin, conférencier distingué des National Institutes of Health et expert en viromes :

En outre, vous pouvez en apprendre davantage sur la nouvelle biologie et son impact sur notre compréhension des maladies infectieuses en lisant : 

* Incidemment, la notion selon laquelle les méfaits du rayonnement 5G s’étendent au-delà de la surface de la peau, telle qu’elle est communément évoquée par l’industrie des télécommunications et ses futurs régulateurs, et que la peau humaine peut agir comme un récepteur de rayonnement 5G a été discutée dans un article publié. en 2018, intitulé « La peau humaine en tant que récepteur sous-THz – La 5G représente-t-elle un danger ou non?  » 

Sayer Ji est fondateur de  Greenmedinfo.com , critique au  International Journal of Human Nutrition and Functional Medicine , co-fondateur et PDG de Systome Biomed , vice-président du conseil d’administration de la  National Health Federation , membre du comité directeur du Global Non- Fondation OGM .Avertissement : cet article n’est pas destiné à fournir des conseils médicaux, un diagnostic ou un traitement. Les opinions exprimées ici ne reflètent pas nécessairement celles de GreenMedInfo ou de son personnel.

6 Commentaires

  1. Cette théorie n’a aucun sens. Des régions entières qui ont été fortement touchées par le COVID n’ont même pas la 5G. Parallèlement, des pays qui disposent de la 5G n’ont eu que très peu de cas ce qui montre bien qu’il n’y a aucun rapport de causalité.

    • Votre réponse n’est absolument pas documentée, et elle n’a aucun sens, cet article est très clair, sauf que vous ne voulez vraisemblablement par le voir. Nous en venons même à nous demander si vous l’avez lu. Donnez-nous des détails de vos déclarations, sinon, votre commentaire n’a pas la moindre valeur.

  2. Comme l a dit un scientifique ces ondes sont faite pour des objets pas pour ce qui est vivant.
    En Aquilla après le tremblement de terre,on leur a dit que la 5 G allait amener du travail, de plus il y a eu une campagne de vaccination .
    Wuhan aussi devait être une ville connectée.
    Ce que je peux dire d’autre, c’est que j ai une voisine qui a une tumeur aux cervicales , elle a poser la question a un médecin neurologue honnête qui lui a répondu, cest a cause des produits d’opération que vous avez subit, Irm, anesthésie etc..
    Et lui a dit ,surtout pas de wifi chez vous.

  3. Très bon article, on notera la classe des auteurs de l’article qui disent  » suggère  » . Ce qui est affolant c’est qu’il est probable qu’il y’est un lien entre 5G et coronavirus mais c’est une fois de plus une théorie du complot. Dormez bien mes amis, ILS veillent sur nous. Nos  » maîtres  » mondialistes ont un tel amour de l’humanité qu’ILS veulent vacciner l’humanité tout entière. On apprécie également qu’ILS ont tout fait pour nous débarrasser du Covid-19 avec une efficacité remarquable, avec une information impartiale et sans parti prit. ILS nous ont indiqués que Raoult était un imposteur gourou sur les bords dont les études n’ont aucunes valeurs scientifiques. ILS nous ont heureusement pour notre santé interdit de prendre de l’hydroxychloroquine car nous risquions la mort. ILS nous ont dit de ne pas porter de masques il y’a 3 mois
    car cela ne servait à rien. Aujourd’hui il faut porter absolument des masques sous peine de fortes amendes et de prison pour les plus récalcitrants. Vous savez, moi j’ai entièrement confiance en eux. On vit dans un monde formidiable…

  4. La théorie des exosomes est la seule qui tienne la route. Pourquoi ? Rappelez-vous les travaux d’Antoine Béchamp et des savants qui ont poursuivi sa tache sur le pléomorphisme des micro-organismes, comme Jules Tissot et bien d’autres. Selon eux, il n’existe aucun agent pathogène fourgant des maladies. Les maladies sont dues à des carences ou à des intoxications. Aujourd’hui, on sait que l’on peut rajouter les radicaux libres produits par les rayonnements électromagnétiques.

    Les exosomes sont des capsides d’ARN (comme les fameux rétrovirus bidons VIH), qui sont émises par les cellules quand l’organisme ressent un danger (le rayonnement de la 5G dans le cas du Covid19). Leur rôle consiste, semble-t-il, à harmoniser la réponses des cellules au danger, en s’échangeant des messages d’ARN.

    Seulement, les savants de Marseille de la médecine moderne les prennent (si ce sont des savants ignorants), ou les font passer (s’ils veulent se remplir la popoches) pour de dangereux virus à chasser d’urgence à coup de saloperies dangereuses.

    Bref, on vit dans un monde gouverné par des savants fous.

    • Vous y allez un peu fort avec Marseille. Ces gens tentent de soigner (et ils le font) contrairement à tous ces faux médecins qui déboulent sur les plateaux et qui ont des liens avec Big Pharma.
      Raoult lui même lors d’une de ses interviews réalisées par l’IHU a dit à demi mot que ce qu’on enseignait sur les virus était faux, que c’est plus compliqué que ça. Ils savent plein de choses évidemment mais la médecine de ce pays est vérouillée… car notre pays est sous contrôle des lobbies.

Laisser un commentaire