UNE SIMULATION INFORMATIQUE SUGGÈRE QUE 65 MILLIONS DE PERSONNES POURRAIENT MOURIR D’UN CORONAVIRUS CHINOIS

1
4642

Samedi 25 janvier 2020 par : Ethan Huff, The Lancet, ZeroHedge…

Traduction pour cogiito.com : PAJ

https://www.naturalnews.com/2020-01-25-computer-simulation-suggests-65-million-could-die-from-chinese-coronavirus.html

Tags: 2020, millions , Chine , coronavirus , décès , dépopulation , décès , épidémie , pandémie , simulation , propagande vaccinale

Image: La simulation informatique suggère que 65 millions de personnes pourraient mourir d'un coronavirus chinois

UNE ÉPIDÉMIE QUI S’INSTALLE POUR DURER…

Un groupe récent de cas de pneumonie à Wuhan, en Chine, a été causé par un nouveau bêtacoronavirus, le nouveau coronavirus 2019 (2019-nCoV).

Au 2 janvier 2020, 41 patients hospitalisés admis avaient été identifiés comme ayant une infection au nCoV 2019 confirmée en laboratoire. 

La plupart des patients infectés étaient pour 73% des hommes (30 sur 41) ; moins de la moitié, 32% souffraient de maladies sous-jacentes (13), dont le diabète 20%, soit huit en souffraient, l’hypertension15%, soit six patients et 15% pour les maladies cardiovasculaires six. 

L’âge médian des patients était de 49 ans (IQR 41,0-58,0). 

27 (66%) des 41 patients avaient été exposés au marché des fruits de mer de Huanan., dans un groupe familial découvert. 

Les symptômes courants au début de la maladie étaient 98% de fièvre soit 40 des 41 patients,

76% souffraient de la toux soit 31 patients,

44% souffraient de myalgie ou de fatigue, soit 18 patients

28% des symptômes les moins courants étaient la production d’expectorations, soit 11 patients sur 39,

8% souffraient de  céphalées 3 patients sur 38,

5% souffraient de  d’hémoptysie soit 2 sur 39 et

3% souffraient de diarrhée, soit 1 sur 38. 

55% souffraient de dyspnée, soit 22 sur 40 patients (délai médian entre le début de la maladie et la dyspnée 8,0 jours [IQR 5 · 0–13 · 0]). 26 (63%) des 41 patients avaient une lymphopénie. 

Les 41 patients ont eu une pneumonie avec des résultats anormaux au scanner thoracique. 

Les complications comprenaient le syndrome de détresse respiratoire aiguë (12 [29%]), l’ARNémie (six [15%]), une lésion cardiaque aiguë (cinq [12%]) et une infection secondaire (quatre [10%]). 13 (32%) patients ont été admis dans une unité de soins intensifs et six (15%) sont décédés. Comparés aux patients non en USI, les patients en USI avaient des taux plasmatiques plus élevés d’IL2, IL7, IL10, GSCF, IP10, MCP1, MIP1A et TNFα. 

13 (32%) patients ont été admis dans une unité de soins intensifs et six (15%) sont décédés. Comparés aux patients non en USI, les patients en USI avaient des taux plasmatiques plus élevés d’IL2, IL7, IL10, GSCF, IP10, MCP1, MIP1A et TNFα. 13 (32%) patients ont été admis dans une unité de soins intensifs et six (15%) sont décédés. Comparés aux patients non en USI, les patients en USI avaient des taux plasmatiques plus élevés d’IL2, IL7, IL10, GSCF, IP10, MCP1, MIP1A et TNFα. [1] Voilà en gros, les véritables symptômes des personnes atteintes par le coronavirus chinois actuellement

De sources sur le terrain à Taïwan, indiquent que des Chinois ont fui Wuhan alors que la pandémie y explosait, nous savons maintenant qu’au moins 300 000 citoyens de Wuhan ont fui la ville par la route alors que la quarantaine était mise en place à la hâte pour des voyages en train et pour rejoindre des aéroports.

Alors que le gouvernement local a commencé à annoncer son intention de bloquer les transports ferroviaires et aériens, les citoyens ont rapidement pris les routes pour quitter la ville, se rendant dans d’autres villes voisines où ils ont pu prendre des vols en provenance de Chine. Certains de ces citoyens se sont envolés pour Taïwan, où les liens familiaux entre la Chine et Taïwan remontent à plusieurs générations.

Cela signifie qu’il est presque certain qu’un grand nombre de résidents de Wuhan infectés par des coronavirus ont pu y échapper. 

Compte tenu de la période d’incubation d’environ 10 jours du virus, beaucoup de ces personnes ont déjà voyagé dans une longue liste de villes à travers le monde, visitant généralement des membres de la famille dans le cadre des célébrations du Nouvel An chinois qui se déroulent actuellement.

Nous ne saurons pas avant plusieurs jours si ces individus transmettaient par inadvertance le coronavirus à d’autres voyageurs. Dans le pire des cas, nous pouvons déjà avoir été infecté par des porteurs de coronavirus dans chaque grande ville du monde, se multipliant silencieusement pendant la phase d’incubation. Comme nous l’avons déjà signalé, certains porteurs de coronavirus ne présentent aucun symptôme de fièvre ou de détresse respiratoire, ce qui rend presque impossible pour les autorités sanitaires de les identifier parmi d’autres voyageurs.

Mike Adams [2]

Natural News ) Il y a quelques mois, un scientifique du Johns Hopkins Center for Health Security ajustement créé un modèle informatique cartographiant l’impact mondial potentiel d’une épidémie hypothétique de maladie presque exactement comme celui qui se produit actuellement avec le coronavirus chinois ( 2019-nCoV). Ce que le scientifique Éric Toner a déterminé, c’est que jusqu’à 65 millions de personnes pourraient finir par mourir de ce type de maladie [3] dans un laps de temps relativement court.

Eric Toner, qui se cache derrière ce modèle informatique, a prédit que ce nombre considérable de décès se produirait probablement « dans les 18 mois » suivant les premiers cas d’infection connus d’après sa simulation a indiqué que presque « tous les pays du monde » auraient le virus après 6 mois. 

Au cours des six premiers mois, « tous les pays du monde » seront atteints par la maladie – ou du moins par une forme quelconque, étant donné que le coronavirus est en constante mutation.

  • « Je pense depuis longtemps que le virus le plus susceptible de provoquer une nouvelle pandémie qui  serait un coronavirus », a déclaré Éric Toner avant la flambée actuelle de coronavirus qui est maintenant largement signalée.
  • « Nous ne savons pas encore à quel point c’est contagieux « , a-t-il ajouté. « Nous savons qu’il se transmet de personne à personne, mais nous ne savons pas dans quelle mesure. Et la première impression initiale est que c’est beaucoup moins dure que le SRAS. C’est donc rassurant. D’un autre côté, il peut être plus transmissible que le SRAS, du moins en milieu communautaire. »

Son analyse a utilisé un virus fictif appelé CAPS, qui serait résistant à tout vaccin moderne et serait plus mortel que le SRAS. La simulation a impliqué un virus originaire des fermes porcines du Brésil. L’épidémie a commencé petit, avec des agriculteurs qui ont présenté des symptômes, avant de se propager dans des zones surpeuplées et pauvres. 

La simulation a également montré que les vols étaient annulés et les réservations de voyages en baisse de 45%, car les gens diffusaient de fausses informations sur les réseaux sociaux. Elle a également déclenché une crise financière dans le monde entier, le PIB mondial chutant de 11% et les marchés boursiers tombant de 20% à 40%. [4]

La simulation de toner a également montré que les vols étaient annulés, les réservations de voyages chutaient de près de la moitié et les gens diffusaient de fausses informations sur les réseaux sociaux sur la progression de la maladie. 

Tout cela, et plus encore, a finalement déclenché une crise financière mondiale dans le modèle, le produit intérieur brut (PIB) mondial ayant chuté de 11% et les marchés boursiers ayant chuté de 20 à 40%.

Dans les délais prévus, les prévisions de Toner incluaient des avertissements urgents concernant l’accélération de la production de nouveaux vaccins dans cette nouvelle «ère d’épidémies»

Image par LuAnn Hunt de Pixabay

Il a conclu:

« Si nous pouvions faire en sorte que nous puissions avoir un vaccin dans quelques mois plutôt que des années ou des décennies, ce serait un changement de jeu. Mais ce n’est pas seulement l’identification de vaccins potentiels. Nous devons réfléchir davantage à la façon dont ils sont fabriqués à l’échelle mondiale et distribués et administrés aux gens. »

«Cela fait partie du monde dans lequel nous vivons maintenant. Nous sommes à une époque d’épidémies. »

Pendant ce temps, les «autorités sanitaires» ici aux États-Unis continuent de rassurer le public américain qu’il n’y a absolument rien à craindre concernant l’épidémie actuelle de coronavirus qui est signalée, même si plusieurs cas confirmés en sont actuellement signalés dans l’État de Washington, au Texas, Illinois et ailleurs.

Bien sûr, ici aux États-Unis, le CDC nous assure  que nous n’avons rien à craindre …

  • « Nous ne voulons pas que le public américain soit inquiet à ce sujet, car leur risque est faible », explique Anthony Fauci, directeur de l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses. « D’un autre côté, nous prenons cela très au sérieux et traitons très étroitement avec les autorités chinoises. »

Au moment où le nombre d’infections à coronavirus atteindra des milliers de suejts, a prédit Toner, des impacts économiques majeurs se feront sentir dans le monde entier . C’est pourquoi il veut voir la production de nouveaux vaccins accélérée, ce qui semble être l’impulsion réelle derrière presque toutes les peurs de maladies modernes.

Il est à noter que Cette simulation, a été financé par la Fondation Bill et MElinda Gates, fondation très impliquée dans les lois d’obligation vaccinale, la recherche sur les virus pandémiques, la production et la commercialisation des nouveaux vaccins à travers le monde.

Serait-ce également pour cette raison qu’Éric Toner « veut voir la production de nouveaux vaccins accélérée ? »

Pour suivre les dernières nouvelles sur les coronavirus, assurez-vous de consulter Outbreak.news

Les sources de cet article incluent:

ZeroHedge.com

NaturalNews.com

The Lancet

Cogiito.com


[1] https://www.thelancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736(20)30183-5/fulltext

[2] https://www.naturalnews.com/2020-01-25-hundreds-of-thousands-of-chinese-fled-wuhan-by-road-as-quarantine.html

[3] https://www.zerohedge.com/health/coronavirus-pandemic-simulation-run-3-months-ago-predicts-65-million-people-could-die

[4] https://www.zerohedge.com/health/coronavirus-pandemic-simulation-run-3-months-ago-predicts-65-million-people-could-die

1 COMMENTAIRE

  1. Une carte active pour ceux que cela intéressent : https://gisanddata.maps.arcgis.com/apps/opsdashboard/index.html#/bda7594740fd40299423467b48e9ecf6

    Article du Point en 2017 : https://www.lepoint.fr/monde/epidemies-nouvelle-etape-pour-le-premier-laboratoire-p4-chinois-23-02-2017-2106936_24.php

     » L’objectif est de pouvoir traiter des situations hautement pathogènes, c’est-à-dire à haut risque de contamination, dans les meilleures conditions  »

    Traiter vraiment ??? ou diffuser ? SIC mystère

Laisser un commentaire