KATICA ILLÉNYI – Once Upon a Time in the West – Theremin…

1
1129

https://www.franceinter.fr

Djubaka nous fait découvir le thérémine, l’un des plus anciens instruments de musique électronique, inventé en 1920 par le Russe Lev Sergueïevitch Termen, connu aujourd’hui sous le nom de Léon Theremine.

 Lev Sergueievitch Termen (Leon Theremine) (1896-1993) inventeur du thérémine

Lev Sergueievitch Termen (Leon Theremine) (1896-1993) inventeur du thérémine © AFP

Mon bref passage parmi vous consiste donc à vous faire entendre des instruments peu conventionnels. D’aucuns ici les appellent les instruments qui énervent ou instruments qui font perdre de l’audimat. Ce sont des gens de peu de fantaisie, qui n’ont pas le goût de l’aventure. 

C’est un instrument audacieux, extrêmement dur à jouer. Le thérémine, c’est un boîtier avec deux antennes. Vous modulez le volume avec une des antennes et vous produisez la note avec l’autre, donc on ne touche pas l’instrument. On fabrique les notes avec des mouvements dans l’air. Votre corps est immobile, à l’exception de vos bras qui déclenchent ce son.

Ce son, vous l’avez souvent entendu sans savoir d’où il venait. 

L’invention du thérémine

En 1919, l’inventeur Lev Thérémine, plus connu maintenant sous le nom de Léon Thérémine est un fondu de musique et de physique qui invente, juste après la Révolution russe, le premier instrument de musique électronique. Il lui donne son nom. 

En 1922, il fait une présentation au camarade Lénine, qui trouve ça absolument génial et qui passe une commande de 600 exemplaires. Il va en distribuer partout en URSS et le camarade Lénine prend des leçons. Il se dit que Léon Thérémine va faire une promo internationale et ce sera bien pour son pays. Donc il l’envoie propager la bonne parole. 

La tournée s’arrête aux États-Unis. Le génial inventeur pose ses valoches et en échange, il devient aussi quand même un espion à la solde de son pays d’origine. 

À New York, il ouvre une école, il fait la star et en 1938, il disparaît complètement. 

On pense qu’il est mort. En fait, ce sont les services secrets russes qui l’ont enlevé et qui se disent que ce garçon doit avoir de la ressource vu ce qu’il a inventé. Il se retrouve dans un laboratoire qu’on appelle une “charachka”. C’est une sorte de prison pour scientifique. Vous êtes là pour fabriquer des gadgets. Alors lui, il invente le premier micro-espion à distance qu’on appelle le “Bourane” en Russie, mais aussi le “Seal” aux Etats-Unis, et qui va servir aux Russes à espionner les ambassades présentes sur leur sol. 

C’est un succès. Thérémine réhabilité sort de taule, mais il se fera discret. 

Par chance, pendant son séjour à New York. Il avait une super élève, Clara Roquemaure. C’est une violoniste classique. Elle a travaillé à perfectionner l’instrument. 

Ce qui est frappant en tant qu’auditeur, c’est l’impression qu’on peut avoir d’entendre une voix humaine, la proximité avec la voix humaine. Clara Roquemaure va influencer tout le monde dans la pop, dans le rock ,de Led Zeppelin, aux Beach Boy, à Caetano Veloso. J’en passe et des meilleurs : tout le monde va en faire usage. 

Mais c’est quand même dans le cinéma et dans la science fiction que le thérémine est un instrument roi, comme dans ce générique de Star Trek.

1 COMMENTAIRE

Laisser un commentaire