Michael Stipe (ex-chanteur de R.E.M) est de retour !

0
126

Le chanteur Michael Stipe, avait pris beaucoup de distance avec la musique depuis sa séparation avec le groupe R.E.M., il sort enfin son premier single solo !

« Your Capricious Soul », le nouveau single de M. Stipe sortie ce weekend du 5 octobre 2019, est musicalement étonnant, mais pas surprenant. Je m’explique : Tout d’abord, la traditionnelle section rythmique des 20 années de pop-rock de M. Stipe au sein de R.E.M. est tout simplement absente. Stipe avait déjà tenté le coup par le passé sur certaine balades, mais le couple basse-batterie était tout de même présent à un moment donnée de la chanson.

Donc cette fois on a droit à un morceau plutôt joyeux qui s’assoit sur une ligne de basse synthétique monochromatique qui évolue dans le temps. Mais prêtez-y attention et vous verrez, ou plutôt vous entendrez qu’il n’y a qu’une seule et même note, interrompu le temps de quelques mesure au milieu de la chanson (le pont, comme disent les musiciens).

Qu’est-ce qu’on a d’autre au programme ?

Un petit son de tambourin (manuel cette fois), qui rentre et sort de temps à autre, des cuivres qui viennent appuyer avec parcimonie la mélodie… et deux phrase musicale de trois accords au piano, saupoudrées avec délicatesse.

Tout est dans le chant

Servi par un texte simple mais dynamique qui divague entre croyance sociale et réalité existentielle, tout est dans la mélodie. Stipe revisite durant 3 minutes, d’une façon exemplaire, une simple ritournelle qui fait tout le charme de ce morceau, en s’interrompant d’une façon très abrupte qui nous donne l’impression que l’on a raté quelque chose… Alors on fait quoi ? on clique sur Replay bien sûr !

Étonnant, mais pas Surprenant !

Comme il le dis lui-même sur son site web, Michael Stipe a pris ses distance avec la musique depuis la fin de REM. Néanmoins, on l’a vu apparaître ici ou là depuis 2011, et notamment dans cet émouvant et presque dérangeant hommage à David Bowie en Avril 2016 à New York ou il interprétait ma chanson préférée de Bowie en compagnie de Karen Elson, « Ashes to ashes » :

Parlons musique d’abord

« Your Capricious Soul », le nouveau single de M. Stipe sortit le weekend du 5 octobre 2019, est musicalement étonnant, mais pas surprenant. Tout d’abord, la traditionnelle section rythmique des 20 années de pop-rock de M. Stipe au sein de R.E.M. est tout simplement absente. Stipe s’était déjà essayé à cet exercice sur certaines balades avec son groupe fétiche, mais le couple basse-batterie était malgré tout présent dans le morceau pour rappeler la signature de REM. À présent, il a pu, il peut se détacher de cette dépendance chimique et l’auditeur a droit à un morceau plutôt enjoué en équilibre sur une ligne de basse synthétique monochromatique qui évolue progressivement. Mais prêtez attention et vous verrez, ou plutôt vous entendrez qu’il n’y a qu’une seule et même note, interrompue le temps de quelques mesures au milieu de la chanson (le pont).

Qu’y a-t-il d’autre au programme ?

Une originale note de tambourin qui entre et sort de temps à autre, des cuivres qui viennent appuyer avec parcimonie la mélodie… et deux phrases musicales délicates de trois accords au piano.

Tout est dans le chant

Servi par un texte simple, mais dynamique qui divague entre croyance sociale et réalité existentielle, mais tout est dans la mélodie. Stipe revisite durant 3 minutes, d’une façon exemplaire, une simple ritournelle qui fait tout le charme de ce morceau, en s’interrompant d’une façon très abrupte qui nous donne l’impression que l’on a raté quelque chose… Alors on fait quoi ? On clique sur Replay, bien sûr !

Étonnant, mais pas Surprenant !

Comme il le dit lui-même sur son site web, Michael Stipe a pris ses distances avec la musique depuis la fin de REM.

Néanmoins, on l’a vu apparaître ici ou là depuis 2011, et notamment dans cet émouvant et presque dérangeant hommage à David Bowie en avril 2016 à New York ou il interprétait en compagnie de Karen Elson, « Ashes to ashes » (ma chanson préférée de Bowie !) dans une forme très solennelle, en murmurant presque le texte, accompagné uniquement pour l’occasion, d’un piano.

Ne serait-ce que par le look austère qu’il a adopté ces dernières années, avec une longue barbe blanche et des vêtements s’approchant du mystique religieux ? Ce nouveau single, plutôt rapide, détonne avec ses dernières apparitions sur la scène musicale. On s’attendait tous, et moi le premier, à quelque chose de lent, de larmoyant, voire… de lugubre.

Image result for michael stipe

Et pourtant, cette chanson n’est pas triste, son humeur est en accord avec son discours d’une forme de poésie pragmatique et terre à terre. Comme un prophète, il craint pour un avenir qui va trop vite, qui change trop vite, par notre faute. C’est d’ailleurs sans doute l’objet de la fin abrupte de ce morceau qui se termine par le mot « Fast ».

[…]
Yeah, the papers calling (les journaux racolent)
And the photos flashing (les cameras flashent)
And the fashion’s changing … Fast
(et la mode change… Vite)

FAST

Vite, trop vite, c’est ce que dénonce Michael Stipe : nous voulons, et nous allons trop vite ! La chanson s’interrompt trop vite, comme pour laisser la place à une autre nouveauté. Même le clip vidéo est tourné en une seule prise ; on ne prend plus le temps de terminer quoi que ce soit… avec regret.

Stipe, de l’engagement éparpillé à l’écologie

Je me souviens du premier album de R.E.M. que j’ai eu en main, c’était « Murmur ». J’étais jeune, j’aimais la musique, et parfois mon grand frère me prêtait ses disques… J’étais très intrigué par la pochette de cet album. Sur la photo, j’avais l’impression de distinguer une « Boombox », ces radios K7 stéréo portatives dans lesquels on devait mettre 8 grosses piles pour les transporter avec soi.

R.E.M. Murmur – 1983

Je ne sais toujours pas si cette photo nous montre un émetteur radio camouflé ou un récepteur abandonné sur lequel la nature aurait repris ses droits.

C’était en 1983, en France c’était « l’ouverture » des ondes FM, les radios libres pouvaient commencer à exister, et le premier titre de l’album « Murmur » s’appelle Radio Free Europe ! Un étonnant hasard… (ou pas). Je ne savais pas si Stipe nous parlait de la station de propagande Radio Free Europe montée en Europe et financée par les USA pour lutter le communisme, ou s’il prédisait que les radios libres allaient libérer les Européens.

Je me rappelle que je ne comprenais pas ce premier album de REM : C’était Rock, presque punk, mais il y avait un étrange arrière-gout de country-musique ! Encore une fois, j’étais jeune, et je croyais que toute la musique anglophone était anglaise…

Néanmoins, je passais des heures à traduire les paroles des chansons avec mon dictionnaire bilingue, parce qu’à cette époque il était fréquent que les paroles soient imprimées dans les pochettes des albums. Et j’avais bien compris que Michael Stipe « dénonçait »… mais je ne savais pas exactement quoi.

Presque dix ans et quelques albums plus tard, les Majors (les plus grandes maisons de disques) avaient eu le temps de s’accaparer les ondes FM. C’était la fin du son « Eighties » (années 80), et le début de la musique « boom-boom », la dance, qui initiera la « techno » et la « trans ».

Au milieu de ce chaos musical, on entendait parfois un titre tiré de l’album de R.E.M. « Out of time » (1991) qui porte bien son nom, et qui était diffusé sur toutes les ondes, et je redécouvrais le message de Michael Stipe, il chantait, un monde dysfonctionnel, j’avais grandi, et je comprenais.

Depuis, il n’a pas cessé…

Sans vouloir le froisser, conter les malaises du monde, c’est le fonds de commerce de Michael Stipe.

Avec ce nouveau single, il l’affiche haut et fort en s’associant avec le mouvement Extinction Rebellion.

Les bénéfices pour « Extinction Rebellion »

Sur son site web, Michael Stipe propose de télécharger son nouveau titre soit gratuitement, soit pour 77 centimes (ou plus). Tous les bénéfices seront versés pendant 1 an à l’association « Extinction Rebellion », le mouvement écolo qui place la désobéissance civile non violente au centre de son action. C’est justement ce lundi 7 octobre 2019, que débute l’année internationale de « Rébellion contre l’extinction du vivant » décrété par ce mouvement.

« XR », une lutte non violente

Plusieurs centaines de militants écologistes ont occupé durant 17 heures un centre commercial parisien entre samedi et dimanche dernier (5 et 6 octobre 2019) pour lancer une semaine d’action mondiale du mouvement « Extinction Rebellion (XR) », qui a pour mode opératoire, des actions radicales, mais non violentes.

Ségolène Royale, interrogée ce 7 octobre 2019 sur les militants qui revendiquent la désobéissance civile pour sauver la planète, a indiqué que ces formes de militantisme n’étaient « absolument pas » légitimes :

  •  « Il y a une instrumentalisation de l’écologie par ces groupes violents et il faut les réprimer très rapidement, parce que c’est une dégradation de l’image de l’écologie », a souligné l’ancienne ministre socialiste de l’Écologie, nommée ambassadrice des négociations sur les pôles Arctique et Antarctique par Emmanuel Macron.

Je souhaite un bon retour à Michael Stipe sur la scène musicale internationale et je suis impatient d’entendre la suite.

Laisser un commentaire