Cette épice pourrait-elle contribuer à guérir les vaisseaux sanguins endommagés ?

2
1886

https://french.mercola.com

En bref

  • Les données de l’Université de Californie à Riverside montrent que des nanoparticules magnétiques de curcumine dans l’hydrogel d’acide hyaluronique ont provoqué l’augmentation d’un puissant facteur angiogénique dans les tissus sains. Paradoxalement, la curcumine a supprimé la croissance cellulaire dans le tissu tumoral
  • Les scientifiques ont réussi à orienter le déplacement des nanoparticules à l’aide d’un aimant, ce qui suggère que la méthode peut être utilisée comme système de délivrance pour guérir des tissus blessés
  • La curcumine présente des avantages dans le contrôle de la douleur après la chirurgie et pour faciliter la récupération. Elle possède un effet thérapeutique avec les brûlures douloureuses et joue un rôle dans le traitement des douleurs pathologiques
  • L’épice a des effets neuroprotecteurs sur les yeux et le cerveau, avec la capacité de franchir la barrière hémato-encéphalique, avec un impact sur plusieurs maladies telles que la maladie d’Alzheimer, la maladie de Parkinson, les accidents vasculaires cérébraux, l’autisme, la dépression et la sclérose en plaques
  • La curcumine a des propriétés antioxydantes et anti-inflammatoires. L’inflammation peut être réduite grâce à des changements de mode de vie tels que l’optimisation des taux de vitamine D et d’oméga 3, un régime cétogène cyclique, la réduction de l’exposition aux EMF et la consommation d’aliments fermentés

Par le Dr. Mercola

Une étude publiée par l’Université de Californie à Riverside a révélé que la curcumine, un composé présent dans le curcuma, favorise la croissance des tissus vasculaires. Cette découverte est importante car elle pourrait éventuellement être utilisée pour aider à régénérer les tissus lésés ou à guérir les plaies chroniques.

La curcumine est un pigment polyphénolique extrait de la racine de curcuma qui est utilisé depuis des siècles dans les préparations médicinales, la cuisine et la coloration des aliments. La plante de curcuma appartient à la famille du gingembre et est originaire d’Asie du Sud-Est. C’est un rhizome qui est traditionnellement utilisé dans l’Ayurveda et d’autres systèmes médicaux indiens, ainsi que dans la médecine traditionnelle chinoise.

Le curcuma est connu pour avoir un effet dans la gestion des maladies inflammatoires et oxydatives telles que l’arthrite, l’hyperlipidémie, le syndrome métabolique et l’anxiété. Cependant, à elle seule, la curcumine est mal absorbée et rapidement métabolisée et éliminée. La biodisponibilité peut être améliorée de 2 000 % lorsqu’elle est consommée avec de la pipérine, le composant majeur du poivre noir.

Il existe également de plus en plus de preuves que la curcumine peut moduler plusieurs cibles moléculaires différentes qui peuvent avoir des activités anticancéreuses et neuroprotectrices. Il est important de faire attention lors de l’utilisation de compléments oraux avec d’autres médicaments, car ils peuvent avoir un impact sur la toxicité d’un large éventail de médicaments lorsqu’ils sont pris ensemble.

Curcumine : Suppression et génération de l’angiogenèse endothéliale

Comme l’ont indiqué des chercheurs de l’Université de Californie dans un communiqué de presse, la curcumine a démontré sa capacité à supprimer la croissance cellulaire dans les tumeurs malignes. Cette découverte concerne plusieurs types de cancer, tels que le cancer du poumon à petites cellules, le cancer du sein, le cancer du pancréas et le cancer de l’ovaire.

Une étude a examiné la solubilité et la stabilité de la curcumine dans l’eau et a émis l’hypothèse qu’elles pourraient être améliorées à l’aide de formulations sélectives basées sur la nanotechnologie. La recherche actuelle s’est appuyée sur des hydrogels d’acide hyaluronique, dont des études antérieures ont montré qu’ils étaient très stables, même après avoir été injectés à travers une fine aiguille clinique ou avoir subi une stérilisation.

De plus, ils ont montré une bonne biocompatibilité lors des tests en laboratoire. D’autres chercheurs caractérisent l’acide hyaluronique (AH) comme étant :

« … l’une des macromolécules les plus polyvalentes et les plus fascinantes de la Nature. Étant un composant essentiel de la matrice extracellulaire naturelle (MEC), l’AH joue un rôle important dans une variété de processus biologiques. »

Dans cette étude, les chercheurs ont synthétisé des nanoparticules magnétiques de curcumine qui furent ensuite dispersées dans un hydrogel d’acide hyaluronique. Initialement, les chercheurs ont testé la curcumine dans l’hydrogel contre des cultures de cellules souches et ont découvert qu’elle favorisait le facteur de croissance de l’endothélium vasculaire (VEGF) et la croissance des tissus vasculaires.

Il s’agit d’une découverte intéressante puisque le VEGF est un puissant facteur angiogénique régulé positivement dans les tumeurs, contribuant à la croissance tumorale. Cependant, comme cela a été démontré dans le passé, la curcumine a l’effet inverse dans les tumeurs malignes, où elle inhibe l’angiogenèse.

Les propriétés magnétiques des nanoparticules de curcumine dans l’étude présentée ont permis au scientifique d’orienter le déplacement des nanoparticules vers l’emplacement souhaité après avoir placé l’hydrogel de curcumine dans un tube derrière du tissu de porc frais, qui se comporte de la même manière que le tissu humain. Les chercheurs utilisent ensuite un aimant pour orienter le déplacement, ce qui suggère que la méthode peut être utilisée comme système de délivrance pour contribuer à la guérison des tissus blessés.

L’un des chercheurs a commenté le potentiel de ce système d’administration en expliquant : « Notre étude montre que la curcumine libérée à partir d’hydrogels magnétiques favorise la sécrétion de VEGF par les cellules, qui est l’un des facteurs de croissance les plus critiques pour améliorer la formation de nouveaux vaisseaux sanguins ». Les chercheurs conclurent :

« Le groupe HyA_CMNP (hydrogel d’acide hyaluronique, curcumine, nanoparticule magnétique) a également montré la sécrétion la plus élevée du facteur de croissance endothélial vasculaire avec la libération de curcumine in vitro. Dans l’ensemble, nos hydrogels magnétiques ont intégré les propriétés souhaitables de cytocompatibilité et d’angiogenèse avec le guidage magnétique, s’avérant ainsi prometteurs pour améliorer la régénération tissulaire. »

La curcumine présente des avantages après la chirurgie pour le contrôle de la douleur

La curcumine est également étudiée pour le contrôle de la douleur, y compris après une intervention chirurgicale. Une étude a examiné les résultats rapportés par les patients après une cholécystectomie laparoscopique lorsque les patients recevaient soit de la curcumine, soit un placebo et un analgésique de secours à leur sortie.

Malgré des problèmes de biodisponibilité, les patients prenant de la curcumine ont démontré de meilleurs scores moyens de douleur au cours des semaines 1 et 2 après la chirurgie et de meilleurs scores de fatigue au cours des trois premières semaines. Après la chirurgie, jusqu’à 30 % des patients peuvent continuer à ressentir une douleur aiguë persistante, malgré les progrès de l’anesthésie locale et du contrôle de la douleur.

Un modèle animal a démontré que l’utilisation de la curcumine pouvait réduire la perception de la douleur dans « l’inflammation induite par l’incision, la sensibilisation nociceptive, la douleur spontanée et les anomalies fonctionnelles de la marche ». Une deuxième étude sur l’animal a trouvé des résultats similaires, y compris le soulagement de la douleur de manière dose-dépendante et que le traitement à la curcumine facilitait la récupération.

En revanche, il est apparu que le traitement à la curcumine en préopératoire n’avait pas d’impact sur la douleur postopératoire et la récupération. La douleur causée par les brûlures est un autre domaine dans lequel la curcumine semble avoir un effet thérapeutique. Actuellement, les opioïdes, les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), les anticonvulsivants et les antidépresseurs sont la forme courante de médicaments utilisés pour contrôler la douleur.

Cependant, comme cela a été démontré au cours des dernières décennies avec une épidémie croissante de décès liés aux opioïdes et des listes d’effets secondaires dus aux antidépresseurs et aux AINS, ces médicaments peuvent avoir des effets secondaires graves. Les preuves suggèrent que la curcumine peut non seulement contribuer à contrôler la douleur, mais également améliorer la cicatrisation des plaies, d’autant plus que l’accent est mis sur le développement d’un système d’administration qui améliore la biodisponibilité.

Des travaux ont également démontré que la curcumine pouvait jouer un rôle efficace et potentiellement essentiel dans le traitement de la douleur pathologique. Ces états douloureux peuvent être déclenchés par des lésions nerveuses périphériques ou une inflammation et ils ont un faible historique de soulagement avec les options thérapeutiques actuelles.

L’épice contribue à la santé du cerveau et des yeux

Les maladies oculaires peuvent être très difficiles à gérer car elles peuvent affecter votre vue et sont parfois douloureuses. L’uvéite antérieure est une affection qui peut résulter d’un traumatisme oculaire ou qui est associée à d’autres problèmes de santé tels que la tuberculose, la polyarthrite rhumatoïde et les infections virales. Dans certains cas, il n’y a pas de cause sous-jacente évidente.

Dans une étude, des patients atteints d’uvéite antérieure chronique ont reçu une dose de 375 milligrammes de curcumine trois fois par jour pendant 12 semaines. Il y avait 32 patients qui ont terminé l’étude de 12 semaines, qui a montré que la curcumine était efficace pour réduire les symptômes et les récidives au cours des trois années suivantes.

En 2014, un article a indiqué que les études antérieures n’avaient montré aucune toxicité limitant la dose avec la curcumine lorsqu’elle était administrée jusqu’à 8 grammes par jour pendant 3 mois. Ils ont également remarqué que la curcumine avait montré des effets bénéfiques sur d’autres maladies oculaires, telles que le glaucome, la rétinopathie diabétique, le syndrome de l’œil sec et la dégénérescence maculaire liée à l’âge.

Les effets antioxydants de la curcumine ont démontré un effet neuroprotecteur au niveau de l’œil. Cet effet neuroprotecteur s’étend également au cerveau. Une étude sur l’animal a analysé l’effet que la curcumine peut avoir sur l’apprentissage et la mémoire spatiale chez des souris adultes et âgées.

Les chercheurs ont découvert que les animaux recevant de la curcumine avaient des performances significativement meilleures que ceux qui n’en recevaient pas. Ils pensent que les résultats montrent que la curcumine a contribué à atténuer les troubles cognitifs associés à une diminution de la prolifération des cellules cérébrales et de la différenciation des neuroblastes.

Plusieurs articles suggèrent qu’il existe de plus en plus de preuves que la curcumine pourrait jouer un rôle dans la prévention et le traitement d’autres maladies neurodégénératives, telles que la maladie d’Alzheimer, la maladie de Parkinson et les troubles de la mémoire sans démence. D’autres troubles cérébraux positivement impactés par l’administration de curcumine comprennent la sclérose en plaques, la maladie de Huntington, les accidents vasculaires cérébraux, l’autisme et la sclérose latérale amyotrophique (SLA).

La curcumine peut être bénéfique pour plusieurs troubles neuropsychiatriques

Les effets neuroprotecteurs sont liés au franchissement de la barrière hémato-encéphalique. C’est devenu de plus en plus important au cours des deux dernières années depuis le début de la pandémie. En 2019, 11 % des adultes ont déclaré avoir présenté des symptômes de dépression ou d’anxiété de janvier à juin 2019. Ce nombre a considérablement augmenté en janvier 2021 lorsque 41,1 % des adultes ont signalé des symptômes.

Selon l’Anxiety and Depression Association of America, les troubles anxieux sont l’une des maladies mentales les plus fréquentes et peuvent se développer à partir d’un ensemble complexe de facteurs de risque. Une méta-analyse de six essais cliniques à court terme contrôlés par placebo a montré que la curcumine « semble être sûre, bien tolérée et efficace chez les patients déprimés » et pourrait servir de « nouvel antidépresseur ».

De plus, trois des essais ont également signalé des effets anti-anxiété significatifs. Une deuxième étude portant sur 123 personnes diagnostiquées avec un trouble dépressif majeur a comparé trois groupes d’intervention de curcumine à un groupe placebo. Il a été découvert que les participants qui utilisaient la curcumine avaient connu des améliorations.

Les groupes de traitement ont reçu soit 250 mg, 500 mg ou 250 mg de curcumine avec 15 mg de safran. Fait intéressant, il n’y avait aucune différence d’efficacité entre les doses de 250 mg et de 500 mg, et la curcumine était la plus efficace dans la dépression atypique.

Une autre revue a évalué l’effet bénéfique de la curcumine sur plusieurs troubles psychiatriques. Les chercheurs ont écrit que l’influence de la curcumine sur plusieurs activités biologiques pourrait être responsable des résultats. De plus, bon nombre de ces activités biologiques « sont dérégulées dans plusieurs troubles neuropsychiatriques ».

Les chercheurs ont également suggéré que la curcumine a un potentiel en tant que traitement du trouble de stress post-traumatique (TSPT), du trouble bipolaire, des troubles psychotiques, de l’autisme et du trouble obsessionnel compulsif. L’un des mécanismes pouvant être à l’origine de ces effets biologiques est issu des propriétés anti-inflammatoires de la curcumine.

Les effets de la curcumine sur l’inflammation

L’inflammation chronique de faible intensité est une caractéristique et un facteur contributif dans de nombreuses maladies importantes et chroniques. Les auteurs d’une étude ont noté :

« Des biomarqueurs élevés de l’inflammation… ont été trouvés chez des patients déprimés, et l’administration de stimuli inflammatoires a été associée au développement de symptômes dépressifs.

Les données démontrent également que les cytokines inflammatoires peuvent interagir avec de multiples voies connues pour être impliquées dans le développement de la dépression, notamment le métabolisme de la monoamine, la fonction neuroendocrine, la plasticité synaptique et les neurocircuits pertinents dans la régulation de l’humeur… »

Je crois qu’il est préférable de contrôler l’inflammation en modifiant le mode de vie et en ne succombant pas au chant des sirènes de la promesse des grandes entreprises pharmaceutiques selon laquelle les médicaments résolvent tous vos problèmes de santé. Le problème avec cette approche est que la plupart des médicaments ont des effets secondaires, et votre médecin vous prescrira probablement plus de médicaments pour traiter les effets secondaires, qui à leur tour ont leurs propres effets secondaires.

Heureusement, vous n’avez pas besoin de médicaments pour combattre l’inflammation. L’un des moyens les plus efficaces de réduire votre réponse inflammatoire est de suivre un régime cétogène cyclique. Une autre stratégie importante consiste à optimiser les taux de vitamine D et d’oméga 3. Un autre facteur crucial consiste à réduire votre exposition aux EMF, ce que vous faites en laissant votre téléphone portable en mode avion à moins que vous ne l’utilisiez et en ne le tenant jamais contre votre oreille.

Les preuves démontrent également qu’il existe un lien significatif entre votre inflammation intestinale et votre cerveau spécifiquement lié au dysfonctionnement de l’axe intestin-cerveau. Ce problème est largement dû à des facteurs liés au mode de vie qui influencent votre microbiome intestinal. C’est l’une des raisons pour lesquelles le sucre est si préjudiciable à votre santé mentale car il déclenche une cascade de réactions chimiques qui favorisent l’inflammation chronique.

Vous pouvez améliorer votre santé intestinale en « réensemençant » régulièrement votre intestin avec des bactéries bénéfiques en utilisant des probiotiques et en nourrissant ces bactéries bénéfiques avec des prébiotiques. Si vous ne consommez pas d’aliments fermentés, il est logique de prendre un complément probiotique de haute qualité, ainsi que d’avoir beaucoup de fibres dans votre alimentation.

Sources et Références

2 Commentaires

  1. Merci Philippe et Louloute pour l’info. A titre personnel j’en utilise dans énormément de préparations !!! Encore merci pour tout ce que vous faites, vous êtes un duo d’enfer même si vous nous cacher Louloute la plupart du temps. Egoïste va on veut tirer toute la couverture à soi ??? Bien sûr ce n’est que de l’humour, humour Suisse, je sais c’est pas terrible.

Laisser un commentaire