Les symptômes courants de la pancréatite chez les chats…

0
707

https://healthypets.mercola.com/sites/healthypets/archive/2020/11/03/feline-pancreatitis.aspx?cid_source=petsnl&cid_medium=email&cid_content=art1HL&cid=20201103Z2&mid=DM699723&rid=1002151003

Analyse par le Dr Karen Shaw Becker / Le 3 Novembre 2020

Traduction pour Cogiito.com: Pascale.B

Votre mangeur paresseux et pointilleux souffre-t-il de pancréatite?

Histoire en un coup d’œil

  • Le pancréas a deux compartiments fonctionnels – le pancréas endocrinien et le pancréas exocrine, la maladie féline la plus courante du pancréas exocrine est la pancréatite
  • La pancréatite est une inflammation du pancréas qui provoque un dysfonctionnement de l’organe, les causes profondes ne sont pas bien comprises et considérées comme «idiopathiques», mais les vétérinaires en médecine fonctionnelle conviennent que les régimes biologiquement inappropriés sont un facteur contributif important
  • Les symptômes courants de la pancréatite chez les chats sont la léthargie et le manque d’appétit, le traitement consiste à soutenir le patient pendant la phase de crise de la maladie et à prendre des mesures pour prévenir de futures poussées
  • Une autre maladie du pancréas exocrine est l’insuffisance pancréatique exocrine (EPI) qui se caractérise par une diminution ou un manque d’enzymes digestives produites par le pancréas, entraînant un manque de nourriture
  • La perte de poids et les selles molles sont les principaux symptômes du PEV, qui est une maladie potentiellement mortelle; une majorité de chats atteints du trouble répondent bien à une supplémentation en enzymes digestives

Au cas où vous vous êtes déjà demandé ce que fait le pancréas ou pourquoi c’est si important, la vétérinaire Joan Capuzzi dans son article « Quand les choses tournent mal dans le pancréas félin » le décrit ainsi:

« Le pancréas est essentiellement un sac d’enzymes et d’hormones. Les composés puissants qu’il libère fonctionnent comme des activateurs clés nécessaires à la vie. La maladie survient lorsque le pancréas devient trop zélé ou, alternativement, se relâche. » 1

Le pancréas de votre chat peut mal fonctionner de plusieurs façons, mais comme les symptômes sont souvent subtils, non spécifiques et «à l’improviste», les troubles de cet organe très important peuvent être difficiles à diagnostiquer.

Les deux compartiments du pancréas

Pancréas endocrinien – Le pancréas endocrinien contient des cellules qui produisent des composés tels que l’insuline, le glucagon et la somatostatine et les libère dans la circulation sanguine. Chez les chats la principale maladie du pancréas endocrinien est le diabète.

Pour une discussion approfondie sur le diabète félin, y compris mes réflexions sur ses causes principales et les deux choses que vous pouvez faire pour aider votre chat à éviter cette terrible maladie, lisez Deux façons d’aider à prévenir l’épidémie de diabète félin .

Pixabay

Pancréas exocrine – Le pancréas exocrine contient des cellules qui produisent et libèrent des précurseurs enzymatiques, qui se mélangent aux protéases pancréatiques dans la lumière intestinale et se transforment en enzymes digestives (par exemple, amylase, protéase et lipase).

Le pancréas exocrine produit également du bicarbonate qui neutralise l’acide gastrique et d’autres substances, ce qui favorise l’absorption de la cobalamine (vitamine B12). La maladie la plus courante du pancréas exocrine est la pancréatite .

Aujourd’hui, je vais discuter de la pancréatite et d’une autre maladie beaucoup moins courante du pancréas exocrine qui est souvent le résultat d’une pancréatite – l’ insuffisance pancréatique exocrine .

Symptômes de la pancréatite et causes potentielles

La pancréatite est une inflammation du pancréas qui peut perturber ses fonctions normales et provoquer également d’autres symptômes. Un pancréas enflammé est un problème grave car, comme je viens de le mentionner, cet organe remplit deux fonctions vitales dans le corps de votre chat.

crédit photo Véronique.R

Premièrement, il produit des hormones – insuline et glucagon – qui équilibrent la glycémie. Numéro deux, il produit des enzymes digestives telles que l’amylase, la lipase et les protéases qui permettent au corps d’utiliser les glucides, les graisses et les protéines pour produire de l’énergie.

L’un des mystères persistants de la pancréatite est que la gravité de l’inflammation peut aller de très légère à mortelle. On estime qu’entre 65% et 70% des chats présentent des signes de pancréatite à l’autopsie. 2 ne sont pas tous les chats sont morts d’un problème avec le pancréas ce qui laisse croire l’organe est prédisposé à des blessures et des dommages secondaires à d’ autres maladies.

Contrairement aux chiens atteints de pancréatite qui ont généralement des vomissements et des douleurs abdominales, les symptômes chez les chats sont parfois si légers qu’ils ne sont pas perceptibles. Les signes les plus courants sont la léthargie et le manque d’appétit, mais comme les chats dorment naturellement beaucoup et que beaucoup sont des mangeurs capricieux, ces signes sont souvent confondus avec un comportement félin normal.

Parfois, les chats montreront des signes d’un abdomen sensible, des vomissements et même de la fièvre, mais ils ont tendance à être l’exception. C’est pourquoi une bonne règle de base si vous êtes un gardien de chat est de prendre rendez-vous avec votre vétérinaire si vous remarquez des changements dans le poids, l’appétit, la soif, l’élimination ou le comportement de votre animal. Un tel changement est un signe que quelque chose se passe probablement à l’intérieur du corps et nécessite une enquête.

Un autre casse-tête entourant la pancréatite féline est sa cause. Dans un petit pourcentage de chats, la maladie a ses racines dans un traumatisme au pancréas, une infection virale ou parasitaire, ou une exposition à une toxine comme les organophosphorés que l’on trouve généralement dans les pesticides. Dans certains cas, l’indiscrétion alimentaire en est la cause. Par exemple, le chat de mon frère a renversé une bouteille d’huile d’olive et il a tout léché provoquant une pancréatite aiguë.

Crédit photo Catherine.E

Certains médicaments sont connus pour déclencher une pancréatite, notamment le phénobarbital, la prednisone et d’autres glucocorticoïdes , ainsi que les diurétiques. Mais avec tout cela dit, d’après mon expérience, la plupart des chats qui développent une pancréatite chronique ou récurrente n’ont pas de déclencheur identifiable. Leurs propriétaires ne peuvent pas identifier un événement qui a provoqué la colère du pancréas, il est donc défini comme «idiopathique» ou survenant pour des raisons inconnues.

La plupart des vétérinaires en médecine fonctionnelle, moi y compris, ne seraient pas d’accord. De nombreux chats souffrent d’inflammation gastro-intestinale subclinique chronique (GI) et un nombre égal de chats souffrent d’une maladie gastro-intestinale manifeste sous forme d’entérite de bas grade, de gastrite, de colite ou de maladie inflammatoire de l’intestin (MII). Les chats ont beaucoup de problèmes gastro-intestinaux, et le coupable tourne autour de la nourriture.

Cliquez ici pour en savoir plus

Carnivores ou carbivores? Le rôle de la nourriture pour chats dans la pancréatite

Les chats sont des compagnons humains depuis des milliers d’années. Pendant la plupart de ce temps, nous leur avons permis de faire ce qu’ils font: chasser de petites proies. Au cours des cent dernières années, nous les avons ramenés à temps plein (pour les garder en sécurité) et les avons brusquement passés du régime naturel qu’ils ont consommé depuis toujours à un régime exclusif d’aliments hautement raffinés avec un profil de macronutriments entièrement différent. que leur alimentation naturelle.

Crédit photo Catherine.E

La vraie viande fraîche a été remplacée par des régimes ultra-transformés à base de farine de viande fondue, de maïs, de soja et d’autres céréales. Les organes riches en nutriments ont été remplacés par des vitamines et des minéraux synthétiques, ajoutés aux formules en grande quantité pour remplacer le grand nombre de nutriments perdus au cours des multiples processus à haute température que les ingrédients alimentaires pour chats subissent du champ au sac de nourriture.

Ces aliments ne ressemblent en rien au régime évolutif d’un chat, en termes de forme ou de fonction. En moins d’un siècle, nous avons demandé à la machinerie métabolique des chats d’évoluer à la vitesse de la lumière, suffisamment pour traiter complètement et efficacement des aliments complètement étrangers, et devinez quoi?

Ils ont échoué. Le résultat final a été une foule de nouvelles maladies liées au régime alimentaire observées au cours des 75 dernières années, telles que la cardiomyopathie, les rétinopathies nutritionnelles, l’obésité, le diabète, les maladies rénales, l’hyperthyroïdie, la cystite, les MII, le mégacôlon, le mégaœsophage et oui, la pancréatite et EPI.

Certaines de ces maladies sont multifactorielles. Les chats vivant à l’intérieur, incapables de prendre des décisions ou des choix indépendants, partageant la vie avec des humains stressés dans un environnement perpétuellement stressant exacerbent l’inflammation de la vessie. Notre monde toxique s’est infiltré dans les aliments pour chats, les liant à des perturbateurs endocriniens chimiques qui ont provoqué la montée en flèche de l’hyperthyroïdie féline.

Mais nous ne pouvons pas nier le fait que ce que nous nourrissons nos chats, en particulier les croquettes n’est pas biologiquement approprié. Créer la nourriture ultime pour nos compagnons félins a un coût: leur santé.

En termes d’alimentation, les chats ne sont pas très différents des humains au cours des cent dernières années. La recherche montre qu’environ 60% des calories quotidiennes des Américains proviennent de la malbouffe ultra-transformée. Cela a également affecté négativement notre santé avec la même liste de maladies liées à l’alimentation qui affectent nos chats.

La différence est que nous pouvons faire différents choix alimentaires, mais nos chats sont pris en otage par tout système de philosophie alimentaire que leurs propriétaires prescrivent. Ils ne peuvent pas choisir de manger des aliments qui correspondent mieux à leur physiologie, à moins que leurs tuteurs ne soient d’accord (ou qu’ils puissent attraper la souris dans la maison).

Lorsqu’ils ont le choix, les recherches montrent que les chats d’intérieur choisissent 10% de glucides en plus que les chats sauvages (probablement parce qu’ils en sont devenus friands, tout comme nous). Sans surprise, les guépards captifs choisissent également de ne pas consommer de glucides et choisissent des profils de macronutriments similaires à ceux des chats sauvages domestiques.

sources de calories préférées

Lorsqu’ils sont autorisés à choisir leurs sources de calories, les chats choisissent d’abord les protéines, puis les lipides, et les glucides traînent à moins de 15%. La plupart des vétérinaires félins de médecine fonctionnelle et intégrative recommandent d’utiliser ces gammes de macronutriments comme guide pour ce à quoi nous devrions nous efforcer lorsque nous tentons de réduire le stress métabolique chez nos patients félins.

Comparez ces chiffres à n’importe quelle formulation d’aliments pour chats. Certaines entreprises, comme Science Diet, listent la quantité de glucides dans leurs formules (merci, Science Diet ): 31,7% dans une formule d’entretien pour adultes (mauvais, mais pas le pire, car d’autres entreprises arrivent à plus de 40% ).

Les chats n’ont besoin d’aucun glucide. Si plus de 30% de leur régime alimentaire est constitué de sucre métaboliquement inutile, il est probable que cela seul contribuera à diverses conséquences évitables sur la santé au fil du temps. Plus important encore, cette quantité de glucides compense la quantité de protéines essentielles nécessaires pour que les félins soient en bonne santé. La plupart des chats sont trop gras et sous-alimentés et non par leur choix.

formulation de nourriture pour chat

D’autres entreprises rendent plus difficile la découverte de nombreux glucides dans leur alimentation. Je vous recommande de calculer la quantité d’amidon que vous donnez à votre chat pour avoir une idée du stress métabolique de son alimentation pour son corps.

Sur le côté du sac, vous verrez l’analyse garantie. Ajoutez les protéines, les graisses, les fibres, l’humidité et les cendres (estimez 6% si ce n’est pas répertorié) et soustrayez de 100 et vous aurez la quantité d’amidon dans votre nourriture sèche pour chat. Je recommande de nourrir un régime contenant moins de 15% de glucides pour minimiser le stress nutritionnel (il existe de nombreuses autres sources de stress pour votre chat et la nourriture ne devrait pas en faire partie!).

Plus nous nourrissons de glucides, plus leur pancréas doit travailler dur. Les glucides sont de l’amidon et l’amidon se décompose en sucre. Le pancréas doit produire d’énormes quantités d’insuline pour équilibrer l’état hyperglycémique constant qui résulte d’une alimentation riche en amidon, en particulier chez les chats nourris gratuitement qui ont accès à de la nourriture toute la journée et la nuit. Si le pancréas ne peut pas suivre le rythme, le corps stockera l’excès d’énergie sous forme de graisse (conduisant à l’obésité) et / ou deviendra insensible à l’insuline (diabète).

La nourriture fraîche, le régime ancestral d’un chat est préchargée avec d’abondantes enzymes digestives présentes dans le tube digestif et le tissu pancréatique de sa proie. Ces enzymes sont transmises dans la chaîne alimentaire pour aider à la digestion et à l’assimilation. Les enzymes sont très sensibles à la chaleur et sont inactivées au-dessus de 150 degrés.

Les ingrédients des croquettes ont été chauffés en moyenne 4 fois bien au-dessus de 300 degrés, rendant la nourriture complètement dépourvue de phytonutriments, d’antioxydants d’origine alimentaire, de polyphénols et d’enzymes (et chargée d’ AGE cancérigènes et toxiques pour les reins ). Cela signifie que votre chat doit produire toutes les enzymes nécessaires pour traiter sa nourriture étrangère, et dans des proportions nettement anormales.

Crédit photo Véronqiue.R

Le pancréas félin doit sécréter de la protéase et de la lipase pour digérer un régime évolutif de viande fraîche. L’amylase (l’enzyme nécessaire pour traiter les glucides) n’a pas été nécessaire en grande quantité, au fil du temps, car les chats n’ont pas consommé de quantités notables d’amidon.

Jusqu’à maintenant. Au cours des cent dernières années, nous avons essentiellement converti les chats de carnivores en carbivores et leur sécrétion d’amylase n’a pas rattrapé le flot d’amidon que nous forçons leur corps à métaboliser. Le résultat final? Carence enzymatique (pancréatite).

Sans enzymes pancréatiques adéquates, le corps de votre chat ne peut pas digérer sa nourriture. Le maïs, le blé, le riz, le soja, le quinoa, les légumineuses, le tapioca, les pommes de terre et tout autre  » glucide du jour  » que l’industrie des aliments ultra-transformés pour animaux de compagnie vante comme le prochain meilleur ingrédient ne sera pas digéré, créant des troubles gastro-intestinaux et bien plus encore.

Oui, les vomissements, la diarrhée et la constipation sont des indices que votre chat a des problèmes digestifs, mais le plus souvent, il en résulte une inflammation chronique de l’intestin grêle. La dysbiose ( intestin qui fuit ) entraîne des problèmes systémiques progressifs affectant tous les aspects du bien-être général d’un chat. Une inflammation à long terme a été associée au lymphome GI félin.

Diagnostic et options de traitement

Étant donné que de nombreux chats ne présentent pas de symptômes manifestes de pancréatite et que bon nombre de leurs symptômes sont associés à plusieurs autres maladies félines, un certain nombre de tests diagnostiques sont généralement nécessaires pour parvenir à un diagnostic confirmé.

Ceux-ci peuvent inclure un examen physique, une formule sanguine complète (CBC) et un panel de chimie du sang pour inclure les niveaux d’enzymes pancréatiques, l’analyse d’urine, les rayons X, l’échographie et la biopsie. Les biopsies du pancréas ne sont cependant pas recommandées, car elles ont tendance à déclencher une inflammation et peuvent aggraver une mauvaise situation.

J’ai trouvé que les tests gastro-intestinaux fonctionnels étaient très bénéfiques pour diagnostiquer la maldigestion et la malabsorption sous-jacentes dans les cas de pancréatite chronique. S’attaquer aux intestins d’un chat peut faire une énorme différence. Le but du diagnostic et du traitement est une approche non invasive.

Le test le plus précis pour la pancréatite chez le chat est le test d’immunoréactivité à la lipase pancréatique féline (fPLI). C’est également le meilleur test à utiliser une fois que votre animal a été traité pour s’assurer que la maladie est vraiment résolue.

Le traitement de la pancréatite féline commence par amener le patient à traverser la phase de crise de la maladie. Si votre chat est anorexique, cela signifie généralement l’hospitaliser afin qu’il puisse recevoir des liquides intraveineux (IV) et des médicaments de soutien jusqu’à ce que la crise disparaisse.

Une fois qu’elle est stabilisée, l’une des meilleures choses que vous puissiez faire pour éviter une autre poussée est de compléter son alimentation avec des enzymes digestives. Je recommande des enzymes supplémentaires même pour les chats qui consomment des aliments frais.

En effet, nous ne sommes pas en mesure de fournir à nos animaux de compagnie tous les morceaux et parties trouvés dans des proies entières qui fournissent naturellement un soutien pancréatique à base de nourriture (systèmes glandulaires et gastro-intestinaux d’une proie, y compris le pancréas frais entier, la bile et les bactéries bénéfiques). Les enzymes digestives peuvent aider à «combler les lacunes» de ces tissus manquants dans les régimes félins. C’est une étape vitale pour de nombreux chats lorsqu’il s’agit de prévenir de futurs épisodes.

Je vous recommande également d’offrir à votre chat un probiotique de haute qualité et de le faire passer à un nouveau régime protéiné riche en humidité, sans glucides et sans céréales (d’abord en conserve, puis doucement cuit, puis idéalement cru) pour réduire le risque de futurs épisodes de pancréatite. Moins sa nourriture est traitée thermiquement, plus les enzymes d’origine naturelle seront présentes.

Je trouve également que la pancréatrophine standard et le soutien du corps entier félin sont très bénéfiques. Toutes ces suggestions doivent être mises en place au moment opportun, lorsque votre chat est stable. Votre vétérinaire félin intégratif vous aidera à passer à un régime moins stressant métaboliquement et à ajouter les bons suppléments, basés sur des analyses de sang.

Malheureusement, si une stratégie complète de prévention des suppléments et un changement de régime alimentaire ne sont pas institués, la pancréatite se reproduit souvent. Mais cela ne devrait pas être si surprenant: si vous ne changez rien, tous les déclencheurs qui ont déclenché l’épisode initial continueront à déclencher des épisodes en cours, généralement avec des résultats en série plus mauvais, comme les cicatrices du pancréas et les fibroses.

C’est une maladie grave et évolutive qui peut entraîner des complications comme le diabète, la lipidose hépatique (stéatose hépatique), des troubles hémorragiques et de la coagulation et même des lésions cérébrales. C’est aussi une condition douloureuse. Si votre chat a eu un épisode de pancréatite, cela devrait suffire à vous réveiller pour que vous instituiez une refonte de son mode de vie afin d’éviter de futurs épisodes.

Insuffisance pancréatique exocrine (EPI)

L’insuffisance pancréatique exocrine (EPI), également appelée insuffisance pancréatique et syndrome de mal digestion, était initialement considérée comme rare chez les chats; Cependant, de nouvelles recherches suggèrent que les vétérinaires devraient examiner de plus près le PEV comme une cause potentielle de diarrhée et de perte de poids chronique chez les chatons. Pas choquant, étant donné ce que nous venons de couvrir dans les informations sur la pancréatite.

Pour passer en revue, les enzymes produites dans le pancréas exocrine comprennent l’amylase, qui décompose les amidons; la lipase, qui décompose les graisses; et la trypsine et la chymotrypsine, qui décomposent les protéines. Les actions de ces enzymes sont cruciales pour le processus digestif. Ils permettent aux nutriments de l’alimentation d’être absorbés par les cellules de l’intestin, où ils passent dans la circulation sanguine et sont transportés dans tout le corps pour être utilisés par les tissus.

Cat, Gueule De Bois, Rouge, Maquereau
Pixabay

Lorsque votre chat mange, le pancréas reçoit un signal pour libérer des enzymes digestives qui se propagent dans l’intestin grêle via le canal pancréatique (les glandes exocrines sécrètent leurs produits dans les canaux, tandis que les glandes endocrines sécrètent leurs produits directement dans la circulation sanguine). Une fois qu’ils atteignent le centre de l’intestin, les enzymes se mettent au travail en décomposant les particules alimentaires.

L’insuffisance pancréatique exocrine signifie qu’il y a une diminution ou un manque d’enzymes digestives produites par le pancréas. Chez les chats atteints de ce trouble, les protéines, les amidons et les graisses de l’alimentation ne sont pas suffisamment décomposés pour être absorbés par la paroi intestinale. Cela signifie que les nutriments ne peuvent pas entrer dans la circulation sanguine pour nourrir les tissus du corps.

Une grande partie de la nourriture consommée reste non digérée dans le tractus gastro-intestinal et laisse finalement le corps dans les matières fécales. S’ils ne sont pas traités, les chats atteints d’EPI peuvent littéralement mourir de faim malgré la quantité qu’ils consomment.

Causes, symptômes, diagnostic et options de traitement

Le PEV peut avoir plusieurs causes potentielles, mais la plus fréquente chez le chat est la pancréatite. Comme nous l’avons déjà mentionné, lorsque le pancréas ne peut pas répondre à la demande enzymatique, il en résulte une inflammation (pancréatite). Cela signifie que l’organe ne peut pas faire son travail et sécrète suffisamment d’enzymes pour la digestion des aliments. Rarement, il existe d’autres causes, telles que les infestations parasitaires ainsi que le cancer.

Avec l’EPI, les cellules acineuses du chat ne parviennent pas à produire des quantités adéquates de tous les composants digestifs, ce qui entraîne une malabsorption et une digestion qui créent des symptômes visibles. Une étude rétrospective publiée en 2016 a évalué le PEV félin chez 150 chats et a noté ce qui suit: 3

L’âge moyen des chats atteints était de 8 ansLes hommes représentaient 59%; femmes, 41%
L’état corporel moyen était mauvaisParmi les chats pour lesquels les niveaux de cobalamine (vitamine B12) ont été mesurés, 77% étaient déficients et beaucoup n’avaient aucun niveau détectable; pour les chats qui ont fait tester les concentrations d’acide folique, 47% ont montré une augmentation
Chez 91% des chats, la perte de poids était le principal symptôme; 62% avaient des selles molles; 50% avaient une mauvaise coiffure; 45% avaient une perte d’appétit; 42% avaient un appétit accru; la dépression était présente dans 40%Près de 60% des chats avaient des maladies concomitantes, notamment une maladie inflammatoire de l’intestin (MII), le diabète, la pancréatite et la lipidose hépatique

Le test d’immunoréactivité de type trypsine féline (fTLI) est considéré comme un diagnostic de l’EPI. Avant la disponibilité de la fTLI, le diagnostic était plus délicat et impliquait de prendre un historique des symptômes et d’effectuer des tests répétés de digestion fécale.

Pixabay

Parmi les chats de l’étude de 2016, 68% ont reçu une supplémentation en enzymes pancréatiques. Parmi ceux-ci, 66% ont présenté une bonne réponse, 24% une réponse partielle et 10% une mauvaise réponse au traitement.

En cas de faibles taux de cobalamine, une supplémentation sous-cutanée (sous la peau) pendant plusieurs semaines est souvent nécessaire pour aider à résoudre les symptômes gastro-intestinaux. Cela peut sauver des vies, alors ne sautez pas cette étape.

Le PEV peut être associé à une petite dysbiose intestinale (également appelée petite prolifération bactérienne intestinale ou SIBO), en particulier en présence de faibles taux de vitamine B12 et de folates élevés. La correction des ratios de macronutriments alimentaires rééquilibrera le microbiome dans cette situation.

Les propriétaires de chats et en particulier les vétérinaires devraient envisager des tests de fTLI, de cobalamine et de folate pour les chatons avec une perte de poids inexpliquée ou une diarrhée chronique , quel que soit l’âge de l’animal. Ces tests pourraient éventuellement éliminer la nécessité de procédures de diagnostic plus coûteuses et invasives.

Le PEV doit également être considéré comme une affection concomitante possible chez les chats diabétiques dont la glycémie est bien contrôlée mais qui ont une perte de poids et / ou de la diarrhée. Bien sûr, appliquez toutes les suggestions diététiques et de suppléments que j’ai faites pour la pancréatite aux chatons du PEV, car ils sont intimement liés. Les deux tournent autour des lacunes flagrantes des régimes ultra-transformés, riches en amidon et biologiquement inappropriés.

Sources and References

Laisser un commentaire