Vendre son animal à un laboratoire : la mesure qui scandalise 30 Millions d’Amis… Ou comment envoyer son chien et son chat à la guillotine

3
1846

Ci-dessous Pétition à signer Non à l’élargissement des modalités de fourniture d’animaux aux laboratoires !

https://www.mesopinions.com/petition/animaux/elargissement-modalites-fourniture-animaux-aux-laboratoires/94051?fbclid=IwAR3rPE-a_J9Dp4_LLUWurNF5UQ3tdKeMSbsG_mIgYxnUo_bnDpIdlCTlKSs

https://www.ouest-france.fr/sciences/animaux/vendre-son-animal-a-un-laboratoire-la-mesure-qui-scandalise-30-millions-d-amis-6884006?fbclid=IwAR373jYmdEMGITWctIsBhYcHSPSs1OEYERv2gU9F16-UI-UP04DEK1CHfiw

Ouest-France Publié le 26/06/2020

L’association de protection des animaux dénonce l’adoption d’un décret en mars dernier, permettant de vendre son chat ou son chien à un laboratoire d’expérimentation. Une possibilité qui était réservée uniquement à des fournisseurs ou des élevages agréés.

30 Millions d’Amis @30millionsdamis

Quand L’État fait un bond en arrière… de plus de 30 ans ! C’est dans la discrétion la plus totale que le 17 mars dernier, le @gouvernementFR permettait à n’importe qui de vendre son #animal à un laboratoire. Inadmissible❗ #StopExperimentation https://www.30millionsdamis.fr/actualites/article/19445-decret-elargissant-la-provenance-des-animaux-de-laboratoire-la-porte-ouverte-au-pire/ … Décret élargissant la provenance des animaux de laboratoire : « La porte ouverte au pire » Les élevages de chiens de chasse, d’animaux de compagnie ou encore les particuliers peuvent désormais… vendre leurs animaux à des laboratoires ! Jusqu’à présent, les « cobayes » provenaient… 30millionsdamis.fr 1 566 Informations

Chiens de chasse et animaux vendus par leur maître pourront, eux aussi, subir l’enfer de l’expérimentation animale. ©Thomas Loire /Flickr

L’association 30 Millions d’Amis dénonce une nouvelle disposition de la loi française, validée par décret le 17 mars dernier, permettant de vendre son animal à un laboratoire. Une décision que l’association juge « inadmissible ».

« Alors que les Français vivaient leur tout premier jour de confinement, le 17 mars 2020, le gouvernement profitait du contexte de crise sanitaire pour passer – en toute discrétion – un décret « modifiant certaines dispositions relatives à la protection des animaux utilisés à des fins scientifiques »», dénonce 30 millions d’amis, dans un communiqué publié sur son site internet.

Jusqu’ici les animaux utilisés à des fins expérimentales et scientifiques ne pouvaient provenir que d’établissements spécialisés, tels que définis dans une directive européenne adoptée en 1986, et devaient avoir été élevés à cette fin.

« Retour en arrière »

Or le décret du 17 mars 2020 lève cette contrainte. « C’est la porte ouverte au pire ! Élevages de chiens de chasse, particuliers, n’importe qui peut vendre son animal à un laboratoire », regrette Christiane Laupie, secrétaire générale et fondatrice du Comité scientifique Pro Anima, partenaire de la Fondation 30 Millions d’Amis, citée dans le communiqué.

« Le gouvernement nous impose un retour en arrière de plus de 30 ans », s’indigne Reha Hutin, la présidente de la Fondation 30 Millions d’Amis, dans le même document. « Cela risque aussi d’encourager un énorme trafic de chiens volés à leur maître pour être revendus à des laboratoires, comme c’était le cas jadis », alerte-t-elle.

Selon l’association, le décret français contrevient à la directive européenne du 22 septembre 2010 relative « à la protection des animaux utilisés à des fins scientifiques » et destinée à harmoniser les pratiques aux seins de l’UE.

Moins de tests sur les animaux

30 Millions d’Amis rappelle son engagement en faveur du développement du test « Valitox », un programme de recherche toxicologique initié en 2007, que l’association a cofinancé. Ce test permet de déceler l’éventuelle toxicité aiguë d’une substance, sans utiliser d’animaux. Cette méthode est en cours de validation par le Centre Européen de Validation des Méthodes Alternatives.

« Les recherches sur l’animal ne sont licites que si elles « revêtent un caractère de stricte nécessité »», rappelle l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), se référant à la législation européenne. « Les chercheurs sont « résolus à limiter l’utilisation des animaux à des fins expérimentales avec pour finalité de remplacer cette utilisation partout où cela est possible. »

Ce décret risque d’entraîner un énorme trafic de chiens volés à leur maître « pour être revendus à des laboratoires, comme c’était le cas jadis », explique Reha Hutin, présidente de la Fondation.

Pour rappel, d’après un sondage réalisé par l’association en janvier 2020, 86% des Français souhaitent l’interdiction totale de toute expérimentation animale.

3 Commentaires

  1. Bonsoir, je suis au courant de ce décret immonde, étant impliquée de façon indépendante dans la Protection Animale. Je suis écoeurée.
    Il faudrait agir à la base, c’est à dire mettre en oeuvre des moyens de valider la capacité mentale intellectuelle et morale de détenir un animal chez soi, il y aurait ainsi moins de misère et de maltraitance et de cruauté dans le règne animal…
    Mais nous vivons dans une société malade où les animaux ont le statut juridique de mobilier…
    Bien à vous,
    Leïla

  2. le sataniste d’Attali est une pourriture: tout est commercial, le ventre des femmes, les organes, les enfants, les animaux… on est vraiment arrivé à la fin du monde. Que Dieu sauve les justes .

Laisser un commentaire