Chardon-Marie : De multiples bienfaits, mais pas une bonne plante dans le jardin

2
1883

EN BREF

  • La silymarine est le composé avec la bioactivité la plus élevée dans le chardon-Marie, et il contribue à réduire l’inflammation.
  • Le chardon-Marie protège le foie contre les poisons tels que l’alcool, les champignons tels que l’amanite phalloïde et la chimiothérapie.
  • Il est utilisé avec les vaches laitières pour augmenter la production de lait et s’est avéré contribuer à augmenter la lactation chez les mères allaitantes. Il possède également des propriétés antibactériennes et antivirales.
  • L’espèce envahissante à croissance rapide est toxique pour les animaux au pâturage. Cependant, les fleurs peuvent être récoltées pour les graines et utilisées dans les salades, les smoothies ou en infusion.

Par le Dr. Mercola

Le chardon-Marie (Silybum marianum) fait partie de la famille des astéracées et possède une grande fleur violette. Il est originaire de la région méditerranéenne. Après son introduction dans d’autres régions du monde, il s’est acclimaté en Amérique du Sud, en Amérique du Nord et en Australie du Sud.

Les plantes peuvent atteindre jusqu’à 1,5 m de haut et sont couvertes d’épines. Elles ont une longue histoire d’utilisation comme plante médicinale comestible. Le premier signalement du chardon-Marie fut fait par Dioscoride, qui pensait qu’il aidait en cas de morsure de serpent. Pline l’Ancien a écrit sur son utilisation comme soutien de la santé du foie.

Au cours des décennies suivantes, d’autres ont également écrit sur l’utilisation du chardon-Marie, notamment l’herboriste Nicholas Culpepper et les médecins de la fin du XIXe siècle Harvey Wickes Felter et John Uri Lloyd. Les Amérindiens utilisaient la plante pour traiter les affections cutanées et les furoncles. Les praticiens homéopathiques utilisent les graines pour traiter les affections hépatiques telles que la jaunisse, ainsi que les varices et les calculs biliaires.

En Allemagne, les médicaments à base de plantes sont utilisés et étudiés sous la direction de la Commission E de l’Institut fédéral allemand des médicaments et des dispositifs médicaux, souvent appelée Commission E allemande. Le groupe « la recommande [la silymarine] pour le traitement des problèmes hépatiques induits par les toxines et de la cirrhose du foie, et comme traitement de soutien en cas de maladies chroniques du foie ».

Les essentiels des bienfaits du chardon-Marie

Les plus importants composants bioactifs du chardon-Marie sont les flavonolignanes. Ces composés peuvent moduler les voies de signalisation cellulaire et réduire l’inflammation. Le composant actif du chardon-Marie est la silymarine, un groupe de flavonolignanes qui agissent ensemble et peuvent être isolés des graines.

La silymarine contient plusieurs composants, y compris des antioxydantset plusieurs autres avec des propriétés biologiques, qui sont extraits des graines. Ils comprennent les silybines A et B, l’isosilybine A et B, la silychristine (silichristine) et la silydiamine. Lorsqu’elles sont combinées, les silybines A et B sont dénommées silibinine.

Les termes chardon-Marie et silymarine sont utilisés de manière interchangeable, bien que cela soit techniquement inexact. Des études en laboratoire montrent que la silymarine peut stimuler la détoxification et la régénération des tissus hépatiques. En fait, l’effet de la silymarine sur le foie est si important que certains chercheurs l’ont qualifié de « médicament le plus potentiel pour traiter presque tous les types de maladie du foie ».

Le rôle de la silymarine dans le cancer

Le chardon-Marie stabilise les membranes cellulaires et inhibe la croissance de certains cancers. Dans certains cas, on a constaté qu’elle augmentait potentiellement l’efficacité de médicaments chimiothérapeutiques spécifiques tout en protégeant le foie. Sachant que ces médicaments peuvent également être toxiques pour le foie, trouver un moyen de protéger la fonction hépatique pendant la chimiothérapie peut contribuer à améliorer la santé d’un patient.

Les scientifiques ont également découvert que la silymarine peut contribuer à protéger le foie du stress oxydatif provoqué par les dérivés réactifs de l’oxygène et les cytokines. Dans une étude portant sur des enfants traités pour une leucémie aiguë lymphoblastique, les chercheurs ont divisé les participants en deux groupes. L’un a reçu de la silymarine en trois doses fractionnées pendant une semaine après chaque dose de méthotrexate, et le second a reçu un placebo.

Avant le début de l’étude, il n’y avait aucune différence significative dans la fonction hépatique et rénale des enfants. Après la chimiothérapie, le groupe recevant de la silymarine a montré une amélioration des fonctions hépatique et rénale.

La silibinine est un composant de la silymarine. Elle a démontré des effets significatifs contre une variété de tumeurs malignes. Dans une étude, elle a montré une capacité de réguler à la baisse deux voies pour supprimer la croissance des cellules cancéreuses.

Dans une autre étude en laboratoire, des cellules de carcinome du sein dépendant des œstrogènes furent cultivées et traitées avec de la silymarine, de la doxorubicine, ou une combinaison de doxorubicine et de silymarine. Les chercheurs ont découvert que la silymarine avait un effet synergique sur la doxorubicine, un agent chimiothérapeutique utilisé dans le cancer du sein.

Mais cela ne signifie pas que la silymarine doit être prise automatiquement en complément de tout traitement contre le cancer, car elle peut interagir négativement avec certains agents de chimiothérapie. Par exemple, comme la silymarine a des effets œstrogéniques, elle peut contrecarrer les inhibiteurs hormonaux administrés contre le cancer du sein hormono-réceptif. Donc, demandez toujours conseil auprès de votre médecin si vous souhaitez utiliser la silymarine en conjonction avec votre traitement contre le cancer.

Actuellement, il est possible d’acheter du chardon-Marie comme complément alimentaire. Cependant, Siteman Cancer Center avertit que la prise du complément peut présenter quelques effets secondaires indésirables. Par exemple, certains effets secondaires peuvent inclure l’anorexie, des troubles gastro-intestinaux et des nausées. Et, comme mentionné, soyez prudent avec les agents chimiothérapeutiques de la médecine occidentale.

Le chardon-Marie offre un soutien pour la santé et la réparation du foie

Dans des études en laboratoire et sur des modèles animaux, la silymarine a démontré sa capacité à prévenir ou à réduire les lésions hépatiques après une exposition à certaines toxines, notamment l’acétaminophène et l’Amanita phalloides, un type de champignon toxique. Cependant, dans les études sur l’humain qui portent sur les bienfaits du chardon-Marie pour votre foie, certaines données ne sont pas concluantes.

Par exemple, certaines études n’ont trouvé aucun bienfait pour soutenir l’utilisation du chardon-Marie en cas d’hépatite C chronique ou de maladie du foie gras non alcoolique (MFGNA). D’autre part, dans au moins une étude sur l’animal, les chercheurs ont combiné la taurine et la silymarine et ont découvert que, ensemble, elles pouvaient réduire efficacement aussi bien l’accumulation de lipides dans le foie que la résistance à l’insuline.

Et, l’activité antivirale est documentée avec l’utilisation intraveineuse de la silibinine contre l’hépatite C. Dans un rapport de cas d’une personne infectée à la fois par l’hépatite C et le VIH, deux semaines de silibinine administrée par voie intraveineuse ont éliminé à la fois l’hépatite C et le VIH.

Le Caspian Journal of Internal Medicine écrit également que la silymarine a un effet contre la stéatose hépatique non alcoolique (SHNA), une forme plus avancée de MFGNA. Elle peut également contribuer à soulager la cirrhose du foie et stimuler la fonction hépatique.

Les données publiées dans l’European Review for Medical and Pharmacological Sciences appuient la conclusion selon laquelle un traitement à la silymarine avec en plus de la vitamine E pourrait aider les patients atteints de MFGNA. L’équipe de l’étude a conclu :

« La silymarine peut être une option thérapeutique alternative valable notamment lorsque d’autres médicaments ne sont pas indiqués, ont échoué ou comme traitement complémentaire associé à d’autres programmes thérapeutiques. »

La silymarine est hépatoprotectrice contre certains poisons

La silymarine a démontré sa capacité à protéger le foie contre l’intoxication alcoolique aiguë (hépatotoxicité induite par l’alcool) dans une étude impliquant des animaux. Comme déjà mentionné, elle peut également offrir un peu d’espoir à ceux qui consomment accidentellement le champignon amanite phalloïde, également connue sous le nom de calice de la mort.

Pour vous donner une idée de la létalité de ce champignon, un seul peut tuer un adulte en bonne santé et ses composés sont extrêmement stables. Cela signifie que le trempage, la cuisson ou le séchage n’élimine pas le poison du champignon. Les symptômes commencent 6 à 16 heures après en avoir mangé, selon la quantité consommée et l’état de santé de la personne qui l’a ingéré.

Les symptômes commencent par des douleurs à l’estomac, des vomissements et une diarrhée qui se poursuivent pendant un à deux jours. Dans les deux à trois jours suivants, la personne donne l’impression de s’être rétablie. Vient ensuite la phase terminale, au cours de laquelle les douleurs à l’estomac, les vomissements et la diarrhée s’accompagnent de signes de lésions hépatiques, ce qui entraine ensuite la mort.

Mais, même ainsi, une revue dans Lancet Oncology suggère que la silymarine administrée par voie intraveineuse peut très bien vous sauver la vie si vous ingérez ce champignon :

« Un examen de plus de 2 000 patients exposés aux champignons amanites en Europe et en Amérique du Nord a suggéré que la silibinine en intraveineuse était la thérapie la plus efficace disponible contre cette toxine. »

Les autres bienfaits pour la santé du chardon-Marie

Le chardon-Marie peut également augmenter la production de lait chez les mères allaitantes. Dans le passé, la silymarine était utilisée pour améliorer la production de lait chez les vaches laitières. Chez les humains, un groupe de recherche a entrepris une étude pour évaluer l’effet qu’il peut avoir sur les femmes en post-partum. Cinquante femmes en bonne santé furent recrutées et elles ont reçu de la silymarine pendant 63 jours. À la fin de l’étude, les chercheurs ont découvert que leur production de lait avait augmenté de 85,94 %.

C’était beaucoup plus élevé que le groupe recevant le placebo, dont la production de lait a augmenté de 32,09 %. Aucune des participantes n’a abandonné pendant l’étude et aucune femme n’a signalé d’effets secondaires indésirables.

Le chardon-Marie combat également les bactéries : des données montrent qu’il peut inhiber la croissance bactérienne et la formation de biofilm. Dans une étude publiée dans le Journal of Clinical Immunology, les chercheurs ont évalué les effets de la silymarine et ils ont découvert qu’elle pouvait réduire la viabilité du biofilm et qu’elle avait une activité antibactérienne contre les souches bactériennes standard.

Les chercheurs pensent que les effets anti-inflammatoires du chardon-Marie peuvent être en partie dus à un processus en deux phases, similaire à celui utilisé par la curcumine et le gallate d’épigallocatéchine (EGCG), un antioxydant présent dans le thé vert. Dans la première phase, il y a une augmentation de l’expression des gènes associés au stress cellulaire. La deuxième phase implique une suppression plus longue de l’expression des gènes et une inhibition des voies de signalisation inflammatoire.

La silymarine peut également activer la protéine kinase activée par l’AMP (AMPK), une enzyme parfois appelée « interrupteur métabolique principal ». En effet, l’AMPK joue un rôle important dans la régulation du métabolisme.

La silymarine peut également inhiber la cible mammifère de la rapamycine (mTOR), ce qui est bénéfique puisque l’activation augmente votre risque de cancer. Historiquement, le chardon-Marie avait été utilisé pour traiter les individus qui avaient des problèmes de santé mentale. Récemment fut faite la découverte que la silymarine a des effets neuroprotecteurs et peut contribuer à lutter contre la perte de mémoire déclenchée par le stress oxydatif.

Les effets sur le système neurologique et la glycémie

Des modèles animaux sont utilisés pour tester les effets de la silymarine sur la maladie d’Alzheimer, la maladie de Parkinson et l’ischémie cérébrale. Dans chaque étude, les chercheurs ont découvert que les animaux de test bénéficiaient de l’utilisation de compléments pour réduire les effets de la maladie.

Malheureusement, il existe peu d’études, voire aucune, sur l’utilité de la silymarine contre d’autres maladies neurologiques telles que la maladie de Huntington, la sclérose latérale amyotrophique (SLA) et la sclérose en plaques.

Le composé a des effets connus sur la glycémie. Une prise quotidienne peut faire baisser le taux d’hémoglobine A1c, ce qui signifie que pour les personnes atteintes de diabète de type 2 et prenant de l’insuline, des précautions supplémentaires doivent être prises, car cela peut entraîner une baisse trop importante de votre glycémie.

Attention si vous plantez du chardon-Marie chez vous

Avant d’envisager de planter du chardon-Marie dans votre jardin, soyez averti(e) : c’est une mauvaise herbe très envahissante qui se propage rapidement. Cela ne vous dérange peut-être pas d’en avoir partout dans votre jardin, mais sachez qu’il ne respecte aucune limite. Cela signifie qu’il finira sans doute dans la cour de votre voisin.

Le chardon-Marie est également toxique pour le bétail. Alors ne le plantez pas à l’extérieur si vous avez des animaux qui paissent à proximité. Il s’adapte à la culture à peu près n’importe où, même dans un sol de mauvaise qualité. Idéalement, les graines doivent être plantées dans un espace ensoleillé. Dès que les fleurs commencent à sécher, elles sont prêtes à être récoltées.

Coupez les fleurs de la plante et placez-les dans un sac en papier. Placez le sac dans un endroit sec pour permettre aux capitules de sécher. Une fois que vous êtes certain que toute l’humidité a disparu, secouez le sac pour séparer les graines du capitule. Les graines se conservent mieux dans un récipient sec et hermétique. Ne les retirez du récipient que lorsque vous êtes prêt(e) à les utiliser.

Il existe plusieurs façons d’incorporer des graines de chardon-Marie dans votre alimentation. Elles peuvent être réduites en poudre dans un moulin à café et saupoudrées sur des salades, ajoutées à des smoothies ou à du jus cru.

Sources et Références


2 Commentaires

Laisser un commentaire