Paracétamol, Ibuprofène et Aspirine devraient très bientôt passer derrière le comptoir des pharmacies

0
122
Anti-inflamatoires

Le paracétamol, « le médicament le plus couramment prescrit et utilisé, comme antalgique (antidouleur) ou antipyrétique (anti-fièvre) chez les adultes et les enfants » (ANSE), a vu sa consommation augmenter nettement ces dernières années.

En juillet dernier, un communiqué de l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament annonçait qu’elle demandait aux laboratoires concernés de faire figurer des messages d’alerte sur les boites des médicaments contenant du paracétamol.

Paracétamol 1

Aujourd’hui, c’est une mesure de sécurité supplémentaire qui est demandée par l’ANSE qui souhaite que les antidouleurs et les anti-fièvres les plus utilisés en automédication chez les adultes et les enfants ne soient plus distribués en « accès libre », afin de limiter les risques liés à un mauvais usage de ces produits vendus sans ordonnance.

C’est ainsi que les médicaments contenant du paracétamol (Doliprane, Efferalgan, etc.), ainsi que certains anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) : ceux à base d’ibuprofène (comme le Nurofen ou l’Advil) et l’aspirine devraient très rapidement passer derrière le comptoir des pharmaciens « renforçant ainsi son rôle de conseil auprès des patients — ANSE ».

Un mauvais usage comporte des risques. Pris à des doses trop élevées, le paracétamol peut provoquer de graves lésions du foie, qui peuvent nécessiter une greffe, voire être mortelles.

De leur côté, les AINS (anti-inflammatoires non stéroïdiens à base d’ibuprofène) « sont notamment susceptibles d’être à l’origine de complications rénales, de complications infectieuses graves et sont toxiques pour le fœtus en cas d’exposition à partir du début du 6e mois de grossesse », poursuit l’ANSM. Cette nouvelle mesure de sécurité devrait entrer en vigueur dès janvier 2020, si la procédure contradictoire qui est en cours auprès des laboratoires concernés (afin qu’ils exposent leur position) ne met pas de bâtons dans les roues de l’ANSE.

Laisser un commentaire