EN BREF

Par le Dr. Mercola

Vos émotions, y compris l’anxiété et la dépression, partagent une relation étroite avec votre état de santé général. Une étude publiée en juillet 2022 a révélé que les étudiants universitaires ayant recours à une supplémentation en vitamine B6 à forte dose ont connu une réduction de l’anxiété et une tendance à moins de dépression. Le besoin de stratégies pour réduire le risque d’anxiété et de dépression a considérablement augmenté, car de plus en plus de personnes ont signalé des problèmes émotionnels pendant la pandémie de COVID.

Ce besoin ne se dissipera probablement pas car le COVID-19 n’est sans doute pas la dernière pandémie au cours des mois et des années à venir. Le développement de stratégies pour améliorer la résilience est une étape importante pour la protection de votre santé et celle de votre famille.

En plus de l’anxiété et de la dépression qui affectent votre productivité, votre créativité et votre joie de vivre, les émotions sont également liées à votre état de santé général. La colère, l’anxiété et la dépression sont des « prédicteurs d’une plus grande morbidité et mortalité par maladie ». Bien que ces émotions puissent avoir un impact sur votre système immunitaire, les personnes stressées ou anxieuses peuvent également ne pas prendre de bonnes décisions concernant leur santé.

Il existe un lien de bidirectionnalité entre émotion et maladie. En d’autres termes, votre santé émotionnelle influence la capacité de votre organisme à résister à la maladie, et la maladie a un impact significatif sur votre santé émotionnelle. L’anxiété et la dépression peuvent créer un stress chronique qui provoque un déséquilibre de vos hormones et de la chimie de votre cerveau.

Par exemple, l’Asthma and Allergy Foundation of America remarque un lien évident entre l’asthme, l’anxiété et la dépression, et celui-ci est également associé à un mauvais contrôle de l’asthme. Les données de l’étude présentée offrent une approche pour protéger votre santé émotionnelle.

La vitamine B6 contribue à la réduction de la dépression et de l’anxiété

L’étude en double aveugle a engagé 478 étudiants sur une période de cinq ans. Les participants ont reçu l’une des trois options suivantes : un comprimé placebo de lactose, un comprimé de 1 000 microgrammes (µg) de vitamine B12 ou un comprimé de 100 milligrammes (mg) de vitamine B6 pendant un mois.

Les chercheurs ont utilisé plusieurs questionnaires pour évaluer les symptômes d’anxiété et de dépression, ainsi que des tests visuels spécifiques qui ont montré des preuves d’interactions inhibitrices gabaergiques. Dans un communiqué de presse, David Field, scientifique principal à l’Université de Reading, a expliqué :

« Le fonctionnement du cerveau repose sur un équilibre délicat entre les neurones excitateurs qui véhiculent l’information et les neurones inhibiteurs qui empêchent l’emballement de l’activité.

Des théories récentes associent les troubles de l’humeur et certaines autres affections neuropsychiatriques à une perturbation de cet équilibre, souvent dans le sens d’une augmentation des niveaux d’activité cérébrale. »

L’acide gamma-aminobutyrique (GABA) est une molécule connue pour inhiber l’influx nerveux dans le cerveau et ainsi réduire l’excitabilité. La vitamine B6 est une coenzyme dans la production de GABA et dans d’autres voies qui contribuent à réduire l’excitabilité neuronale, telle que l’activité co-enzymatique, dans la production de sérotonine et de dopamine.

Les participants ont consommé de la vitamine B6 ou B12 à une dose 50 fois plus élevée que la dose quotidienne recommandée. Cependant, comme l’ont souligné les chercheurs, des preuves récentes démontrent que, bien que le taux optimal de vitamine B n’ait pas été établi, il « dépasse certainement l’apport journalier recommandé (AJR) et de nombreuses personnes présentent une carence limite ».

Malgré cela, les chercheurs ont reconnu qu’ils n’avaient pas effectué d’analyse de sérum sanguin de référence ou post-test sur les participants. Selon leur opinion, les mesures auraient indiqué si les participants étaient conformes ou si les compléments augmentaient le taux de vitamines sériques.

Cependant, cela aurait également indiqué si les participants étaient carencés lorsqu’ils ont commencé l’intervention. Charger l’organisme avec plus d’une substance que nécessaire peut parfois se retourner contre vous car, pour une santé optimale, de nombreuses substances doivent être en équilibre.

Les résultats des tests chez les participants qui ont pris de la vitamine B6 ont indiqué que leur taux de GABA avait augmenté. David Field a remarqué que, bien qu’il existe des aliments contenant de la vitamine B6, l’essai semblait indiquer qu’une supplémentation était nécessaire pour atteindre le taux souhaité de GABA. Il a remarqué que la vitamine B6 avait un effet inférieur à ce que l’on aurait avec des médicaments. Cependant, il estime que :

« … les interventions basées sur la nutrition produisent beaucoup moins d’effets secondaires désagréables que les médicaments, et donc à l’avenir, les individus pourraient les préférer. Pour en faire un choix réaliste, des études supplémentaires sont nécessaires pour identifier d’autres interventions basées sur la nutrition qui profitent au bien-être mental, permettant à différentes interventions diététiques d’être combinées à l’avenir pour fournir de meilleurs résultats. »

Les chercheurs ont découvert que la supplémentation en B6 produisait également une tendance à la baisse du taux de dépression, et la supplémentation en B12 contribuait également à réduire l’anxiété. Les chercheurs pensent qu’il existait des raisons potentielles pour que la vitamine B6 montre un effet positif sur l’anxiété, mais seulement une tendance sur la dépression, et suggèrent que de futures études apporteront une solution à ces problèmes.

L’anxiété et l’inflammation sont interconnectées

Au cours de mon entretien avec le Dr David Hanscom, nous avons discuté des stratégies qu’il a développées pour prévenir et survivre au COVID-19 qui se concentrent sur le renforcement de la fonction immunitaire en réduisant le stress et l’anxiété. Au cours de l’entretien, il a discuté des recommandations spécifiques qu’il applique pour atteindre cet objectif.

Les données de la recherche associent le rôle que joue l’inflammation dans les troubles liés à l’anxiété, y compris la relation bidirectionnelle entre les taux de marqueurs inflammatoires et l’anxiété. La neuroimagerie démontre que l’inflammation affecte les zones du cerveau qui réduisent la motivation et augmentent l’anxiété. Une relation similaire a été trouvée chez les personnes atteintes de trouble dépressif majeur.

Le stress chronique peut induire une inflammation systémique qui s’est avérée avoir des effets neurotoxiques directs et indirects. Des études de neuroimagerie chez des personnes souffrant de trouble panique ou de trouble anxieux généralisé (TAG) démontrent des modifications dans la structure, la connectivité et la fonctionnalité du cerveau.

L’étude présentée n’est pas la première fois que des scientifiques suggèrent la nutrition comme traitement de l’anxiété. Malgré la prévalence de la maladie et la tentative des grandes entreprises pharmaceutiques d’y remédier à l’aide de médicaments, les patients ne parviennent souvent pas à une disparition complète des symptômes.

La vitamine B6 peut également jouer un rôle important dans la réduction de la gravité du COVID-19 en impactant le processus inflammatoire. L’un des facteurs qui rend cette maladie si dangereuse pour les personnes souffrant de troubles médicaux sous-jacents est sa capacité à suractiver le système immunitaire et donc à déclencher une tempête de cytokines et/ou de bradykinine. Le Dr Uma Naidoo, experte en nutrition à la Faculté de médecine de Harvard, explique que :

« Dans un système immunitaire mal régulé, la tempête de cytokines dans l’organisme induite par le COVID y provoque de nombreuses inflammations dans l’organisme, comme si de petites grenades étaient lancées. C’est ce qui cause les pires résultats et la mort avec le COVID.

Il s’ensuit que tout ce qui améliore le fonctionnement du système immunitaire et diminue les chances qu’une personne infectée subisse une tempête de cytokines catastrophique peut améliorer l’issue des cas de COVID-19 et diminuer le taux de mortalité global. Par conséquent, il est tout à fait possible que la supplémentation en vitamine B puisse contribuer à prévenir les pires résultats du COVID. »

Un faible taux de magnésium peut déclencher la dépression et l’anxiété

Le magnésium est le quatrième élément le plus abondant dans votre corps et l’un des sept macrominéraux essentiels sans lesquels nous ne pouvons pas vivre. Bien que le cerveau ne représente que 2 % de votre poids corporel, il utilise près de 20 % de votre apport en oxygène. Le magnésium facilite le traitement dans le réseau neuronal et sert à maintenir la barrière hémato-encéphalique en bonne santé.

Les données montrent également qu’il est essentiel pour l’apprentissage, la concentration et la mémoire, et soutient la plasticité du cerveau, autrement dit sa capacité à s’adapter aux défis. Le magnésium a un effet si puissant sur la dépression et l’anxiété que Psychology Today l’appelle la « pilule de refroidissement originale ».

Les chercheurs ont démontré que le magnésium a un effet bénéfique sur la perception subjective de l’anxiété d’un individu et que le magnésium est efficace dans le traitement de la dépression légère à modérée chez les adultes sans qu’il soit nécessaire de surveiller la toxicité.

Environ 50 % des adultes américains ne reçoivent pas la quantité moyenne estimée en magnésium chaque jour, à savoir 400 mg. En fait, la majorité n’en consomment que 250 mg par jour. Cela signifie qu’un pourcentage substantiel de la population est probablement carencé et pourrait bénéficier d’une supplémentation.

Sur la base du taux sérique de magnésium, jusqu’à 30 % de la population est carencée et jusqu’à 84 % de certaines populations sont carencées lorsqu’elles sont testées avec le test de charge de magnésium IV standard. En plus d’un faible apport, un niveau élevé de stress peut également entraîner une carence en augmentant la quantité de magnésium excrété dans l’urine.

C’est un cercle vicieux car une carence en magnésium améliore la réponse au stress et la réponse au stress augmente la quantité de magnésium excrété par votre corps. Des études sur l’animal démontrent que les régimes pauvres en magnésium entraînent un comportement associé à l’anxiété et qu’une supplémentation en L-thréonate de magnésium pourrait réduire l’anxiété.

Le magnésium et la vitamine B6 sont une combinaison supérieure

Le magnésium et la vitamine B6 agissent encore mieux lorsqu’ils sont combinés. L’importance de cela a été soulignée dans une étude de 2018 publiée dans la revue PLOS ONE. Lorsque ces deux nutriments sont pris ensemble, des études sur l’animal démontrent qu’ils ont un effet complémentaire sur la réduction du stress.

L’étude était un essai de phase IV, en double aveugle, qui a recruté des adultes en bonne santé qui avaient un score supérieur à 18 sur les échelles de dépression et d’anxiété et un taux sérique de magnésium compris entre 0,45 nanomole par litre (mmol/l) et 0,85 mmol/l. Les participants furent randomisés pour recevoir soit :

Les chercheurs ont observé les changements dans le score de l’échelle de stress et tout événement indésirable. Selon les auteurs, les adultes ayant un score de stress égal ou supérieur à 25 ont présenté une amélioration de 24 % supérieure avec le duo magnésium (vitamine B6 par rapport au magnésium uniquement à la semaine 8).

Ceux qui ont pris du magnésium et de la vitamine B6 en association ont également connu moins d’effets secondaires : 12,1 % de ceux qui ont pris du magnésium et de la vitamine B6 contre 17,4 % de ceux qui ont pris du magnésium n’avaient subi qu’une forme d’événement indésirable. Comme l’ont noté les auteurs :

« Ces résultats suggèrent que la supplémentation orale en Mg atténue le stress chez les adultes en bonne santé présentant une faible magnésémie et que l’ajout de vitamine B6 au Mg n’était pas supérieur à la supplémentation en Mg seule. En ce qui concerne les sujets souffrant de stress sévère / extrêmement sévère, cette étude apporte un soutien clinique pour un plus grand bénéfice du Mg associé à la vitamine B6. »

Deux autres options pour réduire le stress et l’anxiété

Deux outils plus efficaces contre l’anxiété sont les techniques de libération émotionnelle (TLE) et l’ashwagandha. La TLE est une technique de psychologie énergétique qui réduit l’anxiété en corrigeant les courts-circuits bioélectriques qui provoquent les réactions de votre organisme, sans effets indésirables.

Pour l’essentiel, la TLE contribue à « reprogrammer » vos circuits et agit sur les facteurs de stress réels et imaginaires. Elle est basée sur les mêmes méridiens énergétiques utilisés en acupuncture traditionnelle depuis plus de 5 000 ans pour traiter les maux physiques et émotionnels. Cependant, il n’y a pas d’aiguilles invasives et vous pouvez la pratiquer n’importe où, à tout moment.

En 2019, elle a été déclarée « méthode thérapeutique d’auto-assistance fondée sur des preuves et plus de 100 études démontrent son efficacité ». Cela peut augmenter considérablement votre expérience d’émotions positives telles que l’espoir et le plaisir, et diminuer les états émotionnels négatifs, y compris l’anxiété. Elle est particulièrement puissante contre le stress et l’anxiété car elle cible spécifiquement votre amygdale, une région de votre cerveau qui contribue à décider si quelque chose est une menace.

Vous pouvez apprendre les bases de la TLE par vous-même. Mais si vous ou votre enfant souffrez d’un trouble anxieux grave, je vous recommande fortement de consulter un praticien TLE qualifié. Pour les problèmes graves ou complexes, ils sont formés pour vous guider tout au long du processus, car il faut généralement des années de formation pour développer les compétences nécessaires pour exploiter et soulager les problèmes profonds et importants.

Vous pouvez apprendre les mécanismes et les bases dans le tutoriel TLE qui peut également vous aider à apprécier ses nombreuses applications pour des choses telles que les fringales, les céphalées de tension et le stress.

Une deuxième option est l’ashwagandha, une plante adaptogène. Elle est utilisée dans l’ancienne médecine ayurvédique et chinoise depuis des milliers d’années. La plante aide votre organisme à s’adapter au stress en équilibrant votre système immunitaire, votre métabolisme et vos systèmes hormonaux. Comme l’a indiqué une revue médicale :

« Des études indiquent que l’ashwagandha possède des propriétés anti-inflammatoires, antitumorales, antistress, antioxydantes, immunomodulatrices, hémopoïétiques et rajeunissantes. Elle semble également exercer une influence positive sur les systèmes endocrinien, cardio-pulmonaire et nerveux central… Des études de toxicité révèlent que l’ashwagandha semble être un composé sûr. »

L’ashwagandha peut donner un coup de pouce à votre exercice matinal. Toutefois, lorsqu’elle est prise avant le coucher, elle peut vous aider à passer une bonne nuit de sommeil. Elle est également capable de réguler « intelligemment » à la hausse ou à la baisse votre cortisol surrénalien selon les besoins, ce qui en fait un complément précieux contre le stress et l’anxiété.

Sources et Références