21 Effets secondaires de la chimiothérapie que tout le monde devrait connaître

0
705

I had Cancer, le 23 juin 2016 | CindyLupica | Survivante d’une tumeur trophoblastique gestationnelle

Traduction pour Cogiito.com : PAJ

https://www.ihadcancer.com/h3-blog/06-23-2016/21-chemo-side-effects-everyone-should-know-about

Note du Traducteur :

À cogiito.com et à travers mes ouvrages Pandora, j’ai pu constater d’après les déclarations et les publications des scientifiques, l’échec de la chimiothérapie qui ne fonctionnerait que dans 4 % des cas, 750 000 personnes meurent du cancer chaque année, mais plus de 19 millions, 825 mille et 562 personnes sont mortes de la chimiothérapie dans le monde depuis les années 2 000, soit presque deux millions de personnes par an jusqu’en 2019.

Alors, pourquoi publier un tel article d’une patiente soignée par chimiothérapie qui s’en est sortie, mais qui n’est pas tirée d’affaire pour autant, car elle ne connait pas, pour le moment, son espérance de vie après son traitement, 5 ans, 10 ans, 15 ans ?

uniquement disponibles sur Amazon

Cindy Lupica nous livre malgré tout le témoignage sincère de son expérience de cancéreuse, et souhaite l’offrir à d’autres personnes malades du cancer. J’ai personnellement trouvé, lors de cette lecture, des éléments extrêmement intéressants qui pourront permettre aux patients de comprendre leur situation face à la maladie et face au traitement imposé, c’est pourquoi, j’ai jugé nécessaire de traduire ce texte qui pourra, j’en suis certain, aider les personnes concernées par le cancer et la chimiothérapie.

Nous vivons une époque formi… Diable !

Bonne lecture

Cogiito.com


Lorsque vous entendez le mot chimio, quels sont les premiers effets secondaires qui vous viennent à l’esprit ? 

Les plus connus sont la perte de cheveux et les nausées accompagnées de vomissements. Mais s’agit-il de tous les effets secondaires de la chimiothérapie ? Pas du tout ! Toute personne qui l’a personnellement vécue, ainsi que les soignants, connaît de première main la méchanceté et la profondeur des effets secondaires de la chimio.

J’ai appris cela lorsque je prenais un cocktail agressif composé de 5 agents, connu sous le nom de ema-co, pour le choriocarcinome du cancer du placenta après une grossesse complète. Selon le type de chimiothérapie, la longueur et l’intensité, certaines peuvent varier d’une personne à l’autre, mais ci-dessous, j’ai rédigé une liste des effets indésirables pour lesquels vous souhaiteriez peut-être vous préparer, en fonction de mon expérience :

 Avertissement :

— La liste ci-dessous a été compilée à partir de mes expériences et de celles d’autres personnes que je connais et à qui j’ai parlé de ces effets secondaires. Tout le monde est différent. S’il vous plaît, consulter votre médecin si vous ressentez l’un des effets secondaires ci-dessous et demandez conseil à un professionnel de santé pour compléter ceux que j’ai inclus ci-dessous. Cet article est destiné à vous aider à vous préparer . Ce n’est pas une liste exhaustive.

1. Perte de cheveux

Pixabay.com

Oui, nous connaissons tous celui-ci, mais ce que beaucoup de gens ignorent, c’est que nous parlons des cheveux, des cheveux, des poils, des poils aux bras, des poils sur les orteils, tous partis. Cela fait du bien de ne pas avoir à se raser, surtout quand on est neutropénique ! C’est l’un des effets secondaires les plus difficiles [1]pour de nombreuses femmes.

Conseils : 

  • Prévention de la peur : Il est important, en particulier auprès des jeunes enfants, de prendre des mesures de prévention de la peur, car il leur est difficile de saisir la réalité. Nous avons rasé mes cheveux pour le plaisir de nos 4 mois. Mes 5 enfants ont pleuré en voyant mes cils et les poils de mes sourcils tomber. C’est un sujet sensible pour les enfants.
  • Protection de la tête :
  • La protection de la tête est également cruciale pour l’exposition du cuir chevelu à des éléments naturels tels que le soleil pour les coups de soleil et le vent pour la peau gercée.
  • Re-croissance Douleur : 
  • La Re-croissance peut être douloureuse, le saviez-vous ? Oui ! Les follicules pileux sont sensibles à tout contact, même la taie d’oreiller, provoquant une douleur jusqu’à ce que la racine ait atteint une certaine longueur. N’oubliez pas que les cheveux peuvent également repousser d’une couleur, d’une texture et d’un type différents, tels que bouclés ou raides, contrairement à ce que vous aviez naturellement, tous issus de la chimio. Ma couleur a changé, mais est finalement revenue à sa couleur naturelle. Certains ont même connu de nouveaux types de cheveux ou plus gris.

2. Nausées et vomissements

C’est le deuxième effet secondaire et, pour beaucoup, le plus inconfortable. Les traitements actuels incluent les derniers médicaments anti-nausée/pré-chimiothérapie tel que le Zofran ou la prométhazine, ainsi que des médicaments anti-anxiété supplémentaires tels que le lorazépam pour plus de confort. Ces médicaments anti-anxiété ont vraiment fait une différence pour moi. Une fois que j’ai refusé de les prendre dans le cadre de mes médicaments en pré-chimiothérapie, j’ai rapidement constaté que la nausée était bien pire et que je faisais face à des vomissements. J’étais tellement mal à l’aise et j’ai rapidement demandé la commande de pré-chimio de retour !

Conseils : 

— Être détendu pendant le traitement chimio est important et peut faire une grande différence dans les nausées et les vomissements. C’est l’une des raisons pour lesquelles des médicaments anti-anxiété sont ajoutés. Ces médicaments doivent être pris 24 heures sur 24 après une perfusion pour obtenir tous les avantages possibles. Vous voudrez peut-être aussi éviter les aliments gras, épicés et acides, car ils ne font qu’aggraver la muqueuse de l’estomac, ce qui augmente l’inconfort, ainsi que d’autres techniques de lutte contre les nausées. [2]

3. Déshydratation 

Pixabay.com

— L’hydratation est d’une importance vitale pour que votre corps absorbe la toxicité tout en la rinçant. Certaines chimiothérapies comme le méthotrexate, par exemple, peuvent endommager le foie et les reins. Une bonne hydratation aide donc à rincer ces organes. Être hydraté contribue également à la stabilité, à l’équilibre et à la santé en général. 

Conseils :

— Assurez-vous que chaque perfusion, en clinique interne et externe, inclut des médicaments pré-chimio et une hydratation. Buvez de l’eau en permanence, même toute la nuit, comme je devais le faire. Ayez toujours un verre d’eau rempli avec vous, partout où vous allez !

 4. Neuropathie 

Pixabay.com

—  Un autre effet connu et commun. Des agents chimiothérapeutiques tels que la vincristine et le taxol agissent sur les nerfs délicats, provoquant des douleurs, des picotements, une perte de sensibilité, des brûlures, des picotements, etc., en particulier au niveau des pieds, des orteils, des doigts et même du bout de la langue ! Cela rend encore plus difficile la réalisation ou l’achèvement des tâches quotidiennes, ce qui a une incidence sur le mode de vie. Je souffre toujours de cela, même si cela semble guérir mieux avec le temps. 

Conseils :

Certains patients se retrouvent avec des gants pour éviter la « douleur au toucher ». De nombreuses personnes se tournent également vers les thérapies physiques et professionnelles, ainsi que vers l’acupuncture. [3]Dès que vous commencez à en faire l’expérience, informez votre médecin. Votre équipe pourra peut-être adapter votre plan de traitement pour éviter une aggravation de vos symptômes. Évitez de toucher et de manipuler des choses qui aggravent vos nerfs.

5. Neutropenic & Neupagen/Neulasta

La plupart des gens associent les patients cancéreux à des masques et à des têtes chauves. Il y a une raison pour laquelle cette image est tellement enracinée dans nos esprits. La chimiothérapie détruit non seulement les cellules cancéreuses, mais également tous les globules blancs, réduisant ainsi, voire supprimant le système immunitaire du patient, ce qui augmente considérablement le risque d’infection. Ceci s’appelle la neutropénie. Une simple coupe d’ongle, une éraflure ou une toux peuvent être mortelles. Certains patients choisissent de rester complètement à l’écart du monde, y compris des amis et de la famille, jusqu’à ce que le nombre de globules rouges soit rétabli, comme je le devais. J’étais neutropénique toutes les deux semaines, après chaque traitement de chimiothérapie en milieu hospitalier, il était donc essentiel de rester à l’écart des gens, en particulier avec mon nouveau-né.

Conseils :

  • Les aliments crus ne doivent PAS être consommés au cours de cette étape, car les agents pathogènes et les germes peuvent être cachés dans une carotte ou une pomme crue. La plupart ne le savent pas ! 
  • Saviez-vous qu’il existe des cas de décès dus à cette maladie et non au cancer lui-même ? 
  • Oui, mais heureusement, avec les dernières recherches médicales, les patients atteints de cancer ont un médicament tel que Neupagen ou Neulasta qui reconstruit le nombre de globules blancs et permet à leur chimiothérapie de se poursuivre sans délai ou peu de temps. Les inconvénients ? Non seulement c’est un médicament très coûteux, mais il provoque une douleur osseuse extrême, car il utilise la moelle osseuse pour aider à la reconstruction des globules blancs.
  • Incitez les visiteurs, même les membres de leur famille, à porter des masques et à se désinfecter les mains.
  • Évitez tout contact physique avec les visiteurs pour éviter le passage de germes de vêtements et de peau à peau.

6. L’Anémie

Pixabay.com

  La chimio détruit également les globules rouges, provoquant une anémie. Cela vient avec battement de cœur rapide et dur, des palpitations cardiaques, un essoufflement, des vertiges à l’effort et de la fatigue chronique. Des transfusions sanguines sont données pour permettre au patient de poursuivre son traitement de chimiothérapie. Les dangers ici sont également trop risqués pour continuer sans une transfusion nécessaire. Les suppléments de fer ne fonctionnaient pas pour moi. Je me suis trouvé dans le besoin de prendre deux transfusions sanguines. Avant chacune, j’avais du mal à me lever du lit.

Conseils :

  • Si vous commencez à ressentir l’un de ces symptômes, informez votre équipe de soins de santé que les examens de laboratoires exposeront généralement le nombre de globules rouges faible. Pour vous aider à gérer l’anémie, veillez à avoir une alimentation bien équilibrée, à boire beaucoup de liquide et à vous reposer suffisamment. Informez vos proches de ce que vous vivez afin qu’ils puissent se préparer à vos vertiges (par exemple, lorsque vous vous levez d’une position assise) .

 7. Ménopause prématurée ou complète/infertilité 

Pixabay.com

— Ceci s’applique aux hommes et aux femmes de tout âge. À peu près tous les agents de chimiothérapie détruisent les glandes reproductrices et, en fonction de la personne, de l’âge, de la chimiothérapie, de la puissance de la chimio et de la durée de la chimio, il s’agit d’un véritable jeu de devinettes, du moins pour un certain temps. Cela décourage les plus jeunes survivants et ceux qui souhaitent encore des enfants. Les femmes qui font face à la ménopause prématurée[4] sont confrontées à une étape naturelle de la vie à un stade plus précoce. L’avantage est que tout le monde ne devient pas définitivement stérile, et certains se sont tournés vers l’adoption. Je suis moi-même aux prises avec la ménopause prématurée, comme beaucoup d’autres femmes que je connais.

Conseils : 

— Connaissez vos options de fertilité avant de commencer le traitement. Discutez avec votre médecin [5]du coût et du processus de congélation de vos œufs et pesez à l’avance tous les choix possibles. 

8. Douleur osseuse/perte de densité osseuse 

Pixabay.com

— Ceci est ma plus grande plainte personnelle. Douleur osseuse[6] provient d’une perte de densité osseuse (calcium et vitamine D), de lésions nerveuses et de boosters de globules blancs tels que le Neulasta. La douleur osseuse peut également provenir d’une métastase d’un cancer d’origine ou d’un cancer secondaire du traitement par chimiothérapie. Certains patients souffrent même d’ostéoporose à la suite de lésions osseuses. Mon médecin m’a prescrit une ordonnance pour la vitamine D et le calcium afin de restaurer et de prévenir davantage de pertes pour la santé des os.

Conseils :

  • Il est important de contrôler la douleur osseuse aux fins d’entretien, de prévention et de restauration.
  • Le yoga en douceur, le Pilates et la natation sont un excellent entraînement pour renforcer le corps.
  • Prenez toutes les ordonnances comme prescrites.
  • Mangez des aliments riches en calcium tels que le chou frisé, le curcuma, les champignons, etc.

9. Dommages au cœur/aux organes

Pixabay.com

Ces organes comprennent également les poumons, le foie et les reins. Certaines chimiothérapies sont si puissantes (comme la mienne) que les patients sont contrôlés après quelques cycles seulement.

Conseils : 

Assurez-vous de procéder à des vérifications de routine pour vérifier si des dégâts ont déjà été causés. Votre équipe de soin les publiera au fur et à mesure. 

10. Perte auditive 

Pixabay.com

Certains problèmes auditifs comprennent les acouphènes — une sonnerie constante, un rugissement, un sifflement ou un bourdonnement de l’oreille. Cela peut rendre difficiles le sommeil et la concentration. Le mien vient de commencer, en moyenne quelques fois par semaine. J’ai remarqué peu de temps après la chimiothérapie que le ton de mes oreilles se dégradait. 

Conseils :

Découvrez ce qui aggrave les acouphènes — parmi les déclencheurs possibles, figurent les boissons contenant de la caféine, l’alcool, l’aspiration et le sel. Pensez également aux appareils auditifs, qui peuvent aider à rendre les sons plus clairs. 

11. Perte de vision 

Pixabay.com

J’ai remarqué que ma vue était floue [7]et atténuée après ma première visite d’hôpital chez ema-co. Certaines personnes souffrent également de cataractes, de syndrome de sécheresse oculaire et de démangeaisons oculaires. 

Conseils :

en cas de perte de vision, envisagez de porter des lunettes de vue ou d’autres options proposées par votre médecin. Certaines pommades peuvent également aider à soulager le syndrome de sécheresse oculaire/démangeaisons oculaires. 

12. Dommages aux dents/plaies à la bouche

— Les dégâts causés à l’émail des dents et aux racines constituent également un effet secondaire et sont mal connus. Certains patients ont eu des dents déchaussées, des dents cassées, des trous dans les dents et des reculs de gencives. La chimiothérapie peut endommager toute la bouche, des dents aux racines et des gencives aux plaies buccales. Les ulcères buccaux sont non seulement douloureux, mais peuvent également causer une infection grave lorsque le patient est neutropénique. Même avec des soins bucco-dentaires supplémentaires, ces problèmes peuvent survenir et être un problème persistant. J’ai eu une bataille légère avec des plaies dans la bouche.

Conseils :

En cas de dommages aux dents, demandez à votre médecin si un traitement au fluorure est nécessaire pendant et après les traitements par irradiation. De plus, pour prévenir les infections et les caries, consultez votre dentiste au début de votre traitement. Demander un bain de bouche biotine. Il peut également être utile de garder une tasse d’eau la nuit à portée de main pour que, chaque soir, vous vous réveillez en sirotant une gorgée pour garder vos dents humides. 

13. Lésions nerveuses

— Des lésions nerveuses peuvent survenir à la suite d’un cathéter. Un grand nombre de patients doivent recevoir l’une ou l’autre perfusion, principalement en raison de petites veines. La chimiothérapie peut littéralement brûler la peau et les veines, de sorte que l’une ou l’autre est insérée pour éviter des Dommages nerveux[9]
cela peut se produire dans les deux cas, mais le Piccline peut le provoquer de la poitrine jusqu’aux orteils, comme le mien l’a fait. Les formulaires de consentement sont signés pour accepter ces effets possibles. Les infections et les caillots sanguins sont très probables s’ils ne sont pas soignés correctement par le patient.

Conseils : 

— Évitez les projections d’eau (douches, salles de bain complètes) ainsi que les fortes utilisations de ce bras et ce côté du corps blessé pour éviter les irritations et le glissement de l’appareil. Chaque semaine ou chaque perfusion, un oncologue doit nettoyer et changer les pansements. 

14. Diarrhée extrême 

— Cela peut être un problème réel allant de la perte de poids supplémentaire aux plaies cutanées et des larmes dues à la déshydratation. La diarrhée[10] était une grande préoccupation. Quand j’ai commencé le méthotrexate avec l’étoposide et la dactomycine, j’ai immédiatement fait face après la première perfusion. 

Conseils :

Les soins de la peau sont d’une importance vitale pour le maintien des soins et la prévention des infections. Les bains de siège chaud sont également bénéfiques. Un homme m’a dit de manger 1/2 banane par jour. Cela semblait fonctionner et s’estompait lentement. 

15. Perte de poids/Gain 

Pixabay.com

— Ceci est un acte d’équilibre parce que la chimiothérapie vous fait perdre du poids à cause de la nausée et de la perte d’appétit, tandis que les stéroïdes pré-chimio donnés vous aident à retrouver ce que vous avez perdu. Cela peut être un avantage pour ceux qui peuvent se permettre de perdre du poids, négatif pour ceux qui entrent en chimio déjà minces, éprouvent le contraire pour les stéroïdes. Comme je venais juste d’avoir un bébé, j’avais un peu de poids pour mon bébé, mais je mangeais des aliments riches en calories pour justement m’aider à conserver un peu de poids. Le poids peut changer et changer de semaine en semaine, à travers le cycle de la chimiothérapie. C’est la raison pour laquelle chaque patient est pesé avant chaque perfusion, car les fluctuations peuvent affecter la force de la chimiothérapie.

Conseil : 

— Votre oncologue surveille votre poids et le contrôle avant chaque perfusion, mais vous devriez tout de même garder un œil sur vous dans votre maison avec une balance et noter ce que vous ressentez. Demandez l’aide d’un nutritionniste en oncologie ou en hôpital pour établir un plan de poids et de repas en fonction de vos besoins et de votre traitement. 

16. Maux de tête/mâchoire importants

Pixabay.com

Cela peut être très douloureux ! Certains ont même dit que les analgésiques les plus durs ne dissipaient pas complètement la douleur. Je les recevais après chaque cycle de consultation externe et cela durait environ 5 jours.

Conseils :

J’ai évité la lumière et les bruits forts. J’ai aussi massé ma mâchoire et frottant profondément le cuir chevelu. La plupart du temps, je devais prendre un médicament contre la douleur pour l’insertion de l’aiguille dans le cathéter et ainsi réduire la douleur. 

17. Perte/Changement de goût/odeur 

Pixabay.com

Mon odorat était très fort. Je pouvais sentir l’odeur persistante de la lasagne de la cafétéria traversant les couloirs. Je me suis précipité pour fermer ma porte avant que la situation ne s’aggrave parce que cela me faisait vomir, littéralement. J’ai aussi perdu le goût de la plupart des aliments. Cela s’est dissipé quelques mois après la chimio et maintenant j’adore les pois ! Qui aurait pu savoir ?

Conseils : 

  • évitez les odeurs qui tournent l’estomac pour prévenir les nausées et les vomissements. Préparez-vous à être déçu du goût de certains aliments tout en explorant de nouveaux goûts favoris après la fin de la chimiothérapie. Vous serez surpris ! 

18. Dépendance à l’anxiété/stéroïdes 

— Oui, c’est vrai. Les patients qui reçoivent une chimiothérapie hebdomadaire, voire bimensuelle, reçoivent ces médicaments pré-chimiothérapiques plus souvent que d’autres avec des traitements différés. Les patients qui ont besoin de médicaments contre l’anxiété pour faciliter leur chimiothérapie risquent également de souffrir d’une certaine dépendance. Cela devient un cercle vicieux, même sans que le patient le sache ! 

Conseils :

  • Soyez conscient de cette possibilité, car cela pourrait très bien vous arriver sans même que vous vous en rendiez compte. Parlez à votre médecin de tout symptôme de dépendance et des moyens de vous en libérer. Je me suis tourné vers les huiles essentielles pour l’anxiété, la foi et la prière. 

19. Cerveau chimio 

Pixabay.com

— Il s’agit d’un terme plus récent défini comme suit : « Perte de mémoire, en particulier à court terme, due à la chimiothérapie ». Cerveau de chimiothérapie de plus en plus accepté comme un effet secondaire réel, alors que de plus en plus de survivants commencent à en parler. Certains le décrivent comme un brouillard cérébral ou une difficulté à rester concentré sur une chose en particulier. Certaines sont affectées par l’efficacité du multitâche ou par le manque de rapidité. Bien que des études soient en cours sur ce sujet, certains suggèrent que cela disparaît dans les 2 ans suivant la chimiothérapie; certains spéculent autrement. Le cerveau chimio peut souvent se sentir aux premiers stades de la maladie d’Alzheimer ou à un stade de folie, en particulier chez les patients cancéreux plus jeunes, bien que l’acceptation soit souvent observée. Je souffre encore de cette situation, principalement à court terme parfois et le multitâche signifie que je manque quelques-uns d’entre eux.

Conseils :

— Pratiquez des exercices cérébraux, comme des énigmes et des quiz. Déplacez votre corps avec des exercices et des pratiques telles que le yoga. Suivre les détails de vos problèmes de mémoire. Obtenez une bonne quantité de sommeil. N’essayez pas de faire plusieurs choses à la fois, concentrez-vous sur une chose à la fois. Partagez cet article pour que vos proches comprennent vraiment :

N’oublions pas les « autres » effets secondaires…

Tout ne concerne pas les effets secondaires physiques. La guérison comprend non seulement l’aspect physique, mais également l’aspect mental, émotionnel, spirituel et même sexuel, en particulier ceux atteints de cancers gynécologiques. Aucun prix ne peut être mis sur le temps et l’individualité que chacun a besoin de guérir. La patience de la vertu est souvent apprise en cours de route. 

20. Stress financier 

Pixabay.com

— Certaines personnes doivent parcourir des heures et des kilomètres pour se soigner. Certains traitements comprennent des séjours en hôpital. Mon traitement consistait en une hospitalisation de 3 à 4 jours toutes les deux semaines, suivie d’une hospitalisation en ambulatoire entre 2 heures et un trajet. Cela a de quoi épuiser et le traitement est cher[11]. même si votre mutuelle assume les frais. Il y a les frais de repas, co-financé, frais de déplacement, frais de garde d’enfants et frais de temps inestimables. Tout s’additionne. Mon église a fourni des repas à ma famille par le biais de leur groupe de femmes après que celles-ci aient été d’une aide inestimable pour nous.

Conseils : 

— Planifier à l’avance vous aidera à identifier les domaines dans lesquels vous pouvez réduire les coûts. Est-ce que beaucoup de gens proposent de vous préparer à dîner ? N’ayez pas peur d’accepter ces offres et même de les ajuster. Peut-être que vous n’avez pas besoin de dîner parce que vous voyagez constamment, mais vous pourriez utiliser des déjeuners préparés pour votre déjeuner. Soyez ouvert sur ce dont, vous avez besoin de la part de ceux qui offrent leur aide. Cherchez des amis, des membres de votre famille, des membres d’église, d’autres membres de l’assistance au cancer, en ligne ou dans votre communauté.

21. Montagnes russes émotionnelles

Pixabay.com

— Par où commencer ? De la peur de la récurrence à la culpabilité des survivants, en passant par l’anxiété et plus encore, les séquelles émotionnelles du cancer peuvent vous faire sentir comme si vous étiez vraiment sur des montagnes russes.

Conseils : 

— Parlez de ce que vous vivez et connectez-vous avec d’autres personnes qui peuvent comprendre et vous aider tout au long du processus. Acceptez le fait que vous avez le droit de ressentir des émotions et d’exprimer votre point de vue à vos proches. Le fait que le traitement est terminé ne signifie pas que le cancer est terminé.

Cette liste n’est que la pointe visible de l’iceberg en ce qui concerne tout ce que le cancer fait à l’esprit, au corps et à l’âme. Je voulais compiler mes expériences dans l’espoir qu’une personne récemment diagnostiquée puisse la découvrir et lire, du point de vue du survivant et dans une langue que nous pouvons tous comprendre, ce que vous pouvez avoir devant vous. Je sais que certaines de ces choses peuvent être effrayantes et accablantes, mais la meilleure chose à faire est d’essayer de contrôler ce qui s’en vient, en vous armant des connaissances, des ressources et des personnes qui peuvent vraiment aider.


[1]  https://www.ihadcancer.com/h3-blog/03-03-2015/your-hair-does-not-define-you

[2] https://www.ihadcancer.com/h3-blog/03-16-2016/tips-for-relieving-the-dreaded-nausea-from-chemo

[3] https://www.ihadcancer.com/discussions/kim_fredericks/146668

[4] https://www.ihadcancer.com/h3-blog/06-27-2014/dealing-with-menopause-and-infertility-at-23-years-old

[5] https://www.ihadcancer.com/h3-blog/11-04-2015/5-questions-i-wish-my-patients-would-ask-me

[6] https://www.ihadcancer.com/discussions/gwen712/90843

[7] https://www.ihadcancer.com/discussions/annettej/145366

[8] https://www.ihadcancer.com/h3-blog/03-30-2016/3-tips-to-help-ease-mouth-sores-from-chemo

[9] https://www.ihadcancer.com/discussions/felicia_cowick/90720

[10] https://www.ihadcancer.com/discussions/kitty01106/95524

[11] https://www.ihadcancer.com/h3-blog/12-05-2014/how-to-save-money-during-and-after-cancer

Laisser un commentaire