Augmentation de 4 250% des décès fœtaux après un vaccin antigrippal aux femmes enceintes !

0
3827

Health Impact News, le 20 septembre 2019, par : Christina England 
vactruth.com

Traduction pour cogiito.com : PAJ

La documentation envoyée par la Coalition nationale des femmes organisées (NCOW) indique qu’entre 2009 et 2010, les vaccinations grippales combinées chargées de mercure ont augmenté de 4 250% le nombre de décès de fœtus déclarés par le système de vaccination (VAERS) chez les femmes enceintes. 

Eileen Dannemann, directrice de NCOW, a clairement indiqué que, même si ces chiffres étaient connus des Centers for Disease Control (CDC), le vaccin antigrippal à souches multiples et inactivé contenant du mercure (thimérosal) a de nouveau été recommandé aux femmes enceintes en tant que vaccin sûr cette saison.

Outragée par le mépris total des CDC pour la vie humaine,

Mme Dannemann a accusé les CDC de « faute intentionnelle« , affirmant qu’ils sont responsables de la mort de milliers de bébés à naître. 

Elle a déclaré que le CDC avait délibérément induit en erreur les obstétriciens et les gynécologues du pays et avait collaboré avec l’ American Journal of Obstetrics and Gynecology (AJOG) pour induire le public en erreur en annonçant le vaccin antigrippal comme un vaccin sûr pour les femmes enceintes alors qu’elles savaient parfaitement qu’il était une hausse massive de la mortalité fœtale.

Dans une lettre au Dr Joseph Mercola, Mme Dannemann a écrit :

« Non seulement les CDC n’ont pas révélé la flambée des rapports de décès fœtaux en temps réel pendant la saison pandémique de 2009 afin de réduire les pertes fœtales, mais nous avons également documenté par transcription la Dre Marie McCormick, présidente de l’Évaluation des risques pour la sécurité des vaccins. Groupe de travail (VSRAWG) le 3 septembre 2010, démentant tout événement indésirable chez la population enceinte pendant la saison pandémique de 2009. » [1]

CACHER LA PREUVE DE LA VIE OU DE LA MORT

Comme le vaccin pandémique H1N1 n’avait jamais été testé sur la population enceinte et pour atténuer les craintes liées aux risques inconnus, la Dre Marie McCormick du CDC a été utilisée pour suivre tous les événements indésirables survenus pendant la saison pandémique de 2009, y compris les événements indésirables chez les femmes enceintes. Le Dr McCormick était responsable de l’envoi de rapports mensuels au secrétaire des Services de santé et des services sociaux (HHS), mentionnant tout événement indésirable suspect.

Selon Mme Dannemann, le NCOW n’a pas pu accéder à ces rapports mensuels. Après avoir envoyé une demande au CDC en vertu de la loi sur la liberté d’information, on lui a dit qu’elle pourrait devoir attendre 36 mois pour avoir accès aux rapports publics qui devraient être publiés.

La lettre Mercola continue :

« Le Comité consultatif sur les vaccins infantiles (CDV) et le CDC ont été confrontés aux données VAERS de NCOW le 3 septembre 2010 à Washington, puis à nouveau par téléconférence le 10 septembre, puis à Atlanta en Géorgie le 28 octobre 2010. Les 3 et 10 septembre ,la Dre Marie McCormick a clairement nié l’existence d’événements indésirables pour les femmes enceintes résultant du vaccin antigrippal de 2009 ».

LA VERSION DU MÉDECIN DE CONCEAL AND CARRY

Le 28 octobre 2010, pour souligner son point, le NCOW a demandé à M. René Tocco de présenter ses données au siège du CDC à Atlanta, en Géorgie. Le Dr Shimabakuru du CDC a présenté un exposé sur les importants effets indésirables du vaccin anti-H1N1, tels que les cas de syndrome de Guillain-Barré, qui semblent avoir augmenté de 3%, le qualifiant de signal insignifiant.

Aucune mention n’a été faite sur les événements indésirables liés aux femmes enceintes. Malheureusement pour le Dr Shimabakuru, ses tentatives visant à dissimuler ces informations au public ont échoué quand il a été mis au défi par un membre du public qui lui demandait si le vaccin avait provoqué des effets indésirables pendant la grossesse. Acculé, il a regardé à contrecœur dans son sac et a présenté timidement une diapositive corroborant les données du NCOW, confirmant que le CDC était au courant de la flambée du nombre de décès fœtaux à l’automne 2010 [2].

Alors, pourquoi le Dr Shimabkauru avait-il une diapositive contenant des preuves compromettantes dans son sac ? 

Pourquoi a-t-il décidé de cacher la diapositive ? 

Certes, s’il avait préparé une diapositive décrivant ces données cruciales, il aurait été logique de l’inclure dans sa présentation. Après tout, une augmentation de 4 250% des décès fœtaux est bien plus significative qu’une augmentation de 3% du syndrome de Guillain-Barré.

Mme Dannemann pense que l’existence de cette diapositive, ainsi que son omission dans sa présentation :

confirme que le CDC était au courant de la flambée des décès fœtaux à l’automne 2010 et tentait par tous les moyens de ne pas la rendre publique.

En présentant un catalogue d’événements, Mme Dannemann pense que les opérations de dissimulation continuelles de la CDC mettent gravement en péril la vie des femmes enceintes et de leurs enfants à naître. Elle a maintenu :

« Poursuivre le programme de vaccination sans informer le public ou les praticiens de la santé des données entrantes relatives à la fausse couche / mort-naissance de VAERS était clairement une décision utile. Les CDC, conscients de l’arrivée de leurs rapports de réactions indésirables liées à la vaccination, ont clairement décidé de laisser les obstétriciens poursuivre, à leur insu, le meurtre et les dommages subis par le futur enfant afin que le CDC recommande de ne pas vacciner les femmes enceintes à double dose. »

COLLABORATION ET CORRUPTION

Malgré la preuve que le CDC était au courant de l’augmentation de 4 250% des déclarations de décès fœtaux en 2009/2010, afin de garantir la poursuite du programme de vaccination des femmes enceintes, le CDC a publié une étude publiée par AJOG dans la base de données AJOG par le Dr Pedro Moro du CDC. à l’automne 2010.

L’étude indiquait qu’il n’y avait eu que 23 fausses couches causées par le vaccin unique contre la grippe en 19 ans entre 1990 et 2009, soit une moyenne de 1,2 fausses couches par an. Cette étude a constitué la base d’une campagne publicitaire mondiale du CDC selon laquelle le vaccin antigrippal était sans danger pour les femmes enceintes en excluant délibérément et de manière stratégique les données de 2009 sur la pandémie, qui étaient disponibles. Mme Dannemann a déclaré:

«Le CDC et l’AJOG étaient tous deux parfaitement conscients du fait que les médecins et le public attendaient les résultats du vaccin non testé contre le H1N1 de 2009 sur les femmes enceintes, alors que le CDC était au sommet de la conviction que le CDC était au sommet. de recueillir les éventuels effets indésirables du vaccin en créant le groupe de travail sur l’évaluation des risques liés à la sécurité des vaccins présidé par la Dre Marie Mc Cormick (VSRAWG). « 

Mme Dannemann a déclaré qu’en intégrant les données de la saison grippale 2008/2009 mais en excluant les données disponibles de 2009 pour la saison grippale 2009/2010 dans l’étude publiée dans AJOG, le Dr Moro a pu donner l’impression que la saison pandémique 2009/2010 était couverte dans les données, ce qui n’était, bien sûr, pas le cas dans la réalité. Mme Dannemann pense qu’il s’agissait d’un acte délibéré de sa part car il était au courant du pic de mortalité fœtale dans les données de 2009/2010 au moment de la préparation de l’étude et avait délibérément exclu les données de 2009 sur la pandémie pour masquer ce fait.

À l’automne 2010, juste à temps pour la nouvelle saison grippale, les médias du monde entier ont rendu public le AJOG, CDC / Dr. L’étude de Moro prouve de façon catégorique que le vaccin antigrippal est sans danger pour les femmes enceintes. Les documents de NCOW prouvent en même temps que les conseils largement diffusés que toutes les femmes enceintes avaient besoin du vaccin combiné contre la grippe, le CDC était occupé à organiser dix organisations à but non lucratif, pour signer une lettre conjointe invitant les obstétriciens et les gynécologues à continuer de vacciner leurs patientes enceintes. .

La Marche des dix sous [3] est l’une des organisations qui a signé la lettre. Elle a exhorté les prestataires de soins de santé à recommander le vaccin antigrippal aux femmes enceintes et à celles qui s’attendent à devenir enceintes. Ils ont écrit la recommandation suivante à tous les professionnels de la santé:

« Les conseils d’un prestataire de soins de santé jouent un rôle important dans la décision d’une femme enceinte et post-partum de se faire vacciner contre la grippe saisonnière. L’Académie américaine des médecins de famille (AAFP), l’Académie américaine des pédiatres (AAP), le Collège américain des infirmières sages-femmes (ACNM), le Collège américain des obstétriciens et gynécologues (The College), l’American Medical Association (AMA), l’American Nurses Association (AMA), ANA), l’American Pharmacists Association (APhA), l’Association de la santé des femmes, des infirmières obstétricales et néonatales (AWHONN), La Marche des dix sous et les Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC) sollicitent votre aide pour inciter vos patientes enceintes à les faire vacciner contre la grippe saisonnière.

Le Comité consultatif sur les pratiques d’immunisation (ACIP) recommande aux femmes enceintes et en post-partum de recevoir le vaccin contre la grippe saisonnière cette année, même si elles ont reçu le vaccin contre la grippe H1N1 ou la grippe saisonnière l’année dernière. La méconnaissance des avantages de la vaccination et les préoccupations liées à la sécurité vaccinale sont des obstacles courants à la vaccination antigrippale des femmes enceintes et des femmes en post-partum. »

Les représentants des dix organisations ont signé la lettre.

Ce que le CDC a omis de dire aux mères enceintes :

Cette année, le 27 septembre 2012, la Revue de toxicologie humaine et environnementale (HET) a publié l’étude du Dr Gary Goldman qui confirme les données de NCOW, soit une augmentation de 4 250% du nombre de fausses couches et de mortinatalités déclarés à VAERS pendant la saison de grippe 2009/2010. . [4] L’étude souligne un fait étonnant que personne n’avait vu jusqu’à la publication de l’étude Goldman dans HET: le CDC avait recommandé la double administration de la population gravide avec le vaccin contre la grippe saisonnière au mercure et le vaccin non testé H1N1 avec le mercure. .

Dans son résumé, Goldman a déclaré:

« Le but de cette étude était de comparer le nombre de rapports d’avortements spontanés et de décès fœtaux et de naissance liés à un vaccin antigrippal inactivé dans la base de données du Système de déclaration des événements indésirables (VAERS) au cours de trois saisons consécutives de la grippe commençant en 2008/2009 et d’évaluer le rapport relatif, rapports de décès fœtaux associés à la saison 2009/2010 à deux vaccins ».

Les faits exposés par le Dr Goldman sont extrêmement troublants. Il souligne le fait que l’innocuité et l’efficacité du virus A-H1N1 n’avaient jamais été établies chez la femme enceinte et que l’association de deux vaccins antigrippaux différents n’avait jamais été testée chez la femme enceinte.

Ce qui est encore plus inquiétant est le fait que les inserts de vaccin A-H1N1 des différents fabricants contiennent cet avertissement :

« On ne sait pas si ces vaccins peuvent causer des dommages au fœtus lorsqu’il est administré aux femmes enceintes ou qui peuvent affecter la capacité de reproduction » 

Le Dr Goldman a également souligné que le fœtus en développement est indirectement exposé au mercure lorsque les vaccins contenant du thimérosal sont administrés à une femme enceinte. Il a présenté une étude rédigée par AR Gasset, M. Itoi, Y. Ischii et RM Ramer, qui ont examiné les réactions après la vaccination de lapins avec du mercure radioactif contenant du thimérosal. Goldman a déclaré qu’entre une heure et six heures après l’injection, le taux de mercure radioactif dans le sang avait chuté de plus de 75%. 

Cependant, de deux heures après l’injection à six heures après l’injection, les niveaux de radioactivité dans le cerveau, le foie et les reins du fœtus ont considérablement augmenté .

Le Dr Goldman a conclu que, comme les taux de fausse couche signalés au système de déclaration des effets indésirables des vaccins (VAERS) pour le vaccin antigrippal unique étaient relativement faibles, les prestataires de soins de santé ont développé un faux sentiment de sécurité quant à la sécurité des vaccins antigrippaux administrés pendant la grossesse. 

Le Dr Goldman a expliqué que :

  • « ce n’est pas parce qu’un seul vaccin a été testé et considéré comme relativement sûr que vacciner les femmes enceintes avec deux vaccins ou plus contenant du Thimerosal sera sans danger pour elles-mêmes ou leur bébé. » 

Dans l’ensemble, Goldman est fermement convaincu que le système VAERS sous-estime grossièrement les taux réels de fausse couche et d’autres événements indésirables survenus dans la population américaine. 

Selon une étude menée par l’ancien commissaire de la FDA, le Dr David A. Kessler, moins d’un dixième des effets indésirables réels sont rapportés au VAERS, avec un taux de signalement de 1% pour les effets indésirables graves, y compris le décès. [5]

Comme on l’a vu dans l’étude Goldman, avec le retour à un seul vaccin antigrippal, les déclarations de pertes fœtales liées au vaccin antigrippal sont revenues à un niveau nettement inférieur à celles signalées dans les deux doses élevées de grippe durant la saison 2009/2010. Cependant, des pertes fœtales liées au vaccin antigrippal plus élevé que le vaccin de fond ont été signalées àVAERS.

En outre, l’étude du Dr Goldman recommande de surveiller les bébés ayant survécu à la double dose mortelle in utero :

« En outre, en raison de l’ordre d’augmentation de taux de magnitude rapport fœtal perte, de 6,8 rapports de pertes fœtales par million de femmes enceintes vaccinées en dose unique saison 2008/2009-77,8 dans les deux doses saison 2009-2010, plus des études à long terme sont nécessaires pour évaluer les résultats indésirables chez les enfants survivants . Des recherches supplémentaires sur les facteurs de risque synergiques potentiels associés à l’administration de vaccins contenant du thimérosal sont justifiées, et l’association exposition-effet devrait être vérifiée dans le cadre d’autres études toxicologiques et cas-témoins. ” (Non souligné dans l’original)

Outre les décès fœtaux, l’initiative des CDC visant à augmenter l’absorption des vaccins chez les femmes enceintes continue d’alimenter les niveaux croissants de développement neurologique, de développement, d’anomalies comportementales et de maladies chroniques chez les enfants survivants. En raison de l’omission des déclarations de décès fœtaux, le CDC réussit à augmenter l’absorption et le nombre de vaccins auprès de la population de femmes enceintes. Le Comité consultatif sur les pratiques en matière d’immunisation (ACIP) recommande désormais non seulement le vaccin antigrippal (avec du mercure), mais également le vaccin Tdap.

CONCLUSION

Les travaux de NCOW et du Dr Goldman ont prouvé que des vies potentielles étaient en train d’être détruites avant même qu’elles soient assez âgés pour pouvoir respirer la première fois. Les fœtus en développement qui ont la chance de survivre à l’assaut des vaccins actuellement recommandés aux femmes enceintes doivent ensuite jouer à la roulette russe dès le jour de leur naissance, car leurs parents attentionnés ont suivi les conseils donnés par des professionnels délibérément égarés.

Eileen Dannemann et son équipe ont prouvé, par leur travail remarquable, que tant les citoyens que les professionnels se font manipuler et se laissent tromper par les organisations créées par le gouvernement pour mette en place nos programmes de vaccination. À mon avis, il s’agit d’un génocide et plus tôt les gens se rendront compte que tous les vaccins comportent un élément de risque et plus tôt ils commenceront à rechercher les dangers par eux-mêmes, plus vite ces expériences insensées se termineront.

Références

  1. transcription fficial Dr Marie McCormick de CDC refuse les fausses couches, le 3 septembre 2010 ACCV. Voir page 37.
  2. Surveillance de la sécurité du vaccin antigrippal (diapositive 20). 
    Le Dr Tom Shimabukuro, du CDC, confirme les données de la NCOW, le 28 octobre 2010, ACIP
  3. Lettre de March of Dimes, incluse dans cet article.
  4. Dr Gary Goldman Comparaison des déclarations de pertes fœtales VAERS au cours de trois saisons grippales consécutives: une toxicité fœtale synergique at-elle été associée à la saison 2009/2010 à deux vaccins? http://het.sagepub.com/content/early/2012/09/12/096060327112455067.abstract?rss=1 (résumé uniquement)
  5. Kessler, DA Le groupe de travail. Natanblut, S. Kennedy, D. Lazar, E. Rheinstein, P. et al. Présentation de MedWatch: une nouvelle approche pour signaler les effets indésirables et les problèmes de produit liés aux médicaments et aux appareils. JAMA 1993 2 juin. 269 (21): 2765-2768.

Lire l’article complet et commenter ici:  http://vactruth.com/2012/11/23/flu-shot-spikes-fetal-death/

Vaccins contre la grippe et l’influenza: 
ce qui se passe dans cette aiguille – DVD

Ce site est uniquement destiné à l’information. En fournissant les informations contenues dans ce document, nous ne diagnostiquons, traitons, soignons, atténuons ni empêchons aucun type de maladie ou de problème de santé. Avant de commencer tout type de schéma thérapeutique naturel, intégratif ou conventionnel, il est conseillé de demander conseil à un professionnel de la santé agréé.

Laisser un commentaire