Ces vaches qui produisent du lait humain, oui, c’est aujourd’hui possible, mais est-ce vraiment une bonne nouvelle ?

0
662

GMOs REVEALED, le 5 octobre 2019

Traduction pour cogiito.com : PAJ

Ce sujet peut sembler de la science-fiction, mais ce n’est pas le cas : En Chine, un troupeau de 300 vaches laitières a été génétiquement modifié pour produire du lait humain. Oui, vous ne rêvez pas, du lait humain.

Ces vaches sont tout ce qu’il y a de plus vraies, toutes les 300 modifiées génétiquement. Et même si vous ne pourrez pas acheter du lait humain ou du lait de vache humanisé au marché du coin aux États-Unis avant au moins quelques années, ce produit et d’autres produits similaires apparaîtront sans aucun doute sur les étals des magasins dans un avenir proche.

Comment est-ce arrivé ?

La Chine qui a des lois beaucoup plus souples en matière d’expérimentation génétique et qui, en tant que pays, est beaucoup plus enthousiaste à l’égard des modifications génétiques, travaille sur ce projet depuis un certain temps. En fait, cette nouvelle a fait les manchettes pour la première fois en 2011. Depuis, l’Argentine a également créé des vaches génétiquement modifiées qui produisent un lait humanisé similaire au lait humain.

Les vaches modifiées ont des gènes humains dans leur ADN, ce qui fait que le lait qu’elles produisent contient du lysozyme, une enzyme que le lait humain contient en quantités bien supérieures à celles des vaches ou des chèvres. Cette protéine importante aide à établir le microbiome intestinal d’un nourrisson — une étape importante dans le développement d’un bon système digestif, d’un système immunitaire et d’une bonne santé générale. En quantités moindres, le lait génétiquement modifié contient de la lactoferrine et de l’alpha-lactalbumine, des protéines qui aident à la réponse immunitaire.

Pour créer ces vaches, les scientifiques chinois ont modifié un seul gène humain dans l’ADN de la vache et l’ont inséré dans des embryons de vache (en Argentine, 2 gènes humains ont été ajoutés plutôt qu’un). Les vaches ressemblent à des vaches ordinaires, mais produisent du lait modifié.

Pixabay.com

Un troupeau de 300 vaches peut sembler impressionnant, mais le projet n’est ni sûr ni sain pour les vaches. Sur 42 veaux génétiquement modifiés nés, seulement 26 d’entre eux ont survécu — dix sont morts peu après la naissance et six autres sont morts avant l’âge de six mois. Le processus de clonage et de modification génétique des animaux est risqué et entraîne de nombreux mort-nés ou décès prématurés chez ces veaux OGM. On ne comprend pas exactement pourquoi les animaux clonés et modifiés meurent souvent, mais le bon sens suggère qu’il est tout simplement déconseillé de mêler des gènes d’espèces différentes, surtout lorsqu’une de ces espèces est humaine.

Aucune recherche à long terme sur les vaches humaines génétiquement modifiées n’a été menée, et aucune étude n’a été faite sur le lait et l’effet que sa consommation pourrait avoir sur les humains.

Il y a certainement un énorme problème aujourd’hui avec les bébés qui n’ont pas assez de lait maternel, ou les bébés qui n’ont pas assez de protéines appropriées en raison de la fragile santé maternelle, ou les bébés qui sont élevés avec une préparation pour nourrissons qui contient principalement du sirop de maïs. Les effets secondaires graves qui surviennent lorsque le microbiome intestinal d’un nourrisson n’est pas bien développé peuvent entraîner des années de mauvaise santé à l’âge adulte, ainsi que des problèmes psychologiques à long terme. Qu’y a-t-il donc de mal à essayer de créer un produit qui aide les nourrissons à développer le bon type de bactéries dans leur intestin ?

Il serait bon d’y réfléchir : la raison pour laquelle nous connaissons actuellement tant de problèmes de santé liés aux microbes intestinaux est que nous avons déjà suffisamment altéré la nature pour causer le déséquilibre en premier lieu. Les OGM comme le maïs Bt et le soja résistant au Roundup ont joué un grand rôle dans la destruction des bactéries bénéfiques qui devraient assurer le bon fonctionnement de notre tube digestif, ce qui a entraîné une génération marquée par le syndrome de l’intestin qui fuit[1], des troubles auto-immuns, des allergies alimentaires et des troubles neurologiques. La surconsommation d’antibiotiques est également à blâmer, tant ceux qui sont prescrits que ceux qui se trouvent dans le lait de vache et les herbicides[2]. Notre sol a été imbibé de glyphosate qui tue les bactéries à tel point que nous n’obtenons plus les bactéries saines sur lesquelles notre corps est conçu pour gérer les produits alimentaires, et les mères qui ont été élevées avec notre régime moderne d’aliments stérilisés et contenant des OGM sont déficientes en ces bactéries vitales qui transmettent malgré elles, cette carence à leurs enfants.

Pixabay.com

Il serait logique de revenir en arrière et de régler les problèmes qui se sont développés dans notre chaîne alimentaire en raison de Big Agro, Big Pharma et Monsanto, mais au lieu de cela, de nouveaux problèmes sont créés. Il est à la fois arrogant et irresponsable de supposer que nous pouvons réparer le désastre créé par les OGM en prenant des mesures qui vont encore plus loin sur la voie enchevêtrée de la modification génétique… et cela entraînera presque certainement des problèmes encore plus graves à l’avenir.

Je vous souhaite bonne chance…

L’équipe de GMOs REVEALED


[1] https://www.healthywomen.org/content/blog-entry/10-signs-you-have-leaky-gut%E2%80%94and-how-heal-it

[2] https://patents.google.com/patent/US7771736B2/en

Laisser un commentaire