Contaminants liés aux vaccins, nanotechnologies et cancer

0
2078

PUBLIÉ PAR : VAXXTERADMIN2 le 07 février 2017 par le Dr Sherri Tenpenny, DO, AOBNMM, ABIHM

Traduction pour cogiito.com : PAJ

Au cours des 17 dernières années, j’ai lu des centaines d’articles de revues médicales sur les problèmes associés aux vaccins. J’ai écrit et parlé des contaminants du vaccin

 – virus errants, aluminium, mercure, polysorbate 80, cellules animales, etc. 

Je me suis souvent demandé :

  •  « Qu’est-ce qui passe par cette aiguille? »

Cet article intitulé « Nouvelles enquêtes de contrôle de la qualité des vaccins: micro et nano contamination », publié le 23 janvier 2017 dans la revue évaluée par des pairs, l’ International Journal of Vaccines & Vaccination,[1]  m’a totalement sidéré.

Voici un instantané de cet article incontournable en texte intégral [2]:

  • « Une équipe de scientifiques en Italie a décidé d’examiner des lots de vaccins, à la recherche de contaminants ne figurant pas à la liste des ingrédients. 44 types de vaccins  fabriqués en Italie et en France ont été analysés à l’aide d’un microscope à balayage électronique. Cette méthode a été choisie parce que la matière peut être séparée en débris organiques (appelés agrégats) ou en débris inorganiques (appelés grappes). Les particules identifiées ont été comptées trois fois par trois opérateurs différents, avec un taux d’erreur inférieur à 10%. Ils ont trouvé des contaminants inorganiques dans chacun d’entre eux. 

La présence de particules fines et nanométriques, composées de produits chimiques inorganiques, de métaux et d’éléments combinés dont la présence est  inexplicable. 

Les particules sont des corps étrangers et peuvent provoquer une réaction inflammatoire chronique car elles ne peuvent pas être dégradées. 

Les petites nanoparticules peuvent pénétrer dans les noyaux des cellules et interagir avec l’ADN cellulaire.

Les particules inorganiques  ne sont ni biocompatibles ni biodégradables , ce  qui signifie qu’elles sont biopersistantes . Ils peuvent induire des effets immédiats ou peuvent être différés longtemps  après l’administration. 

L’identification de l’aluminium et du NaCl est évidente car ils sont couramment utilisés dans les vaccins et sont des composants déclarés, mais les  autres matériaux ne sont pas censés figurer dans les vaccins ni dans aucun autre médicament injectable.

Dans la plupart des cas, les combinaisons détectées sont très étranges. Ils n’ont aucune utilisation technique, ne peuvent être trouvés dans aucun manuel matériel et ressemblent à une forme aléatoire, par exemple lorsque les déchets sont brûlés. En tout état de cause, quelle que soit leur origine, ils ne doivent être présents dans aucun des produits injectables, encore moins dans les vaccins administrés aux nourrissons. 

Sensationnel !

Alors que l’article entier était troublant, j’ai trouvé ce petit paragraphe très frappant :

Feligen , le seul vaccin vétérinaire testé, s’est révélé être le seul échantillon exempt de contamination inorganique , tandis que Allergoid  génère une couche de sels inorganiques [aluminium] si épaisse qu’elle ne permet pas de détecter d’autres contaminants particulaires.

Pourquoi un vaccin utilisé pour les allergies (Allergoid) serait-il  chargé avec de l’aluminium, connu pour causer des allergies [3]?

Pourquoi un vaccin pour chats n’aurait-il pas de contaminants , alors que les vaccins destinés aux humains sont  chargés  de particules toxiques?

Si ces contaminants vaccinaux sont dus à une fabrication laborieuse, le vaccin animal devrait être contaminé avec les mêmes éléments, notamment

le titane

le tungstène

l’acier inoxydable

le chrome

le nickel

l’aluminium

le fer

et une très longue liste de composés combinés, tels que

SiAlSBaFe ( silicium + aluminium + soufre + baryum + fer), une particule trouvée dans le vaccin antigrippal européen, Agrippal et

AlSiMgTiMnCrFe (aluminium + silicium + magnésium + titane + manganèse + chrome + fer), une particule trouvée à Repevax, un des nombreux DTaP européens vaccins.

Sur une note de côté, Repevax est un vaccin dangereux. En plus de la grande particule nommée ci-dessus, le vaccin contient des anatoxines diphtérique et tétanique, des antigènes 4 en 1 de la coqueluche et trois virus de la polio. Le vaccin est produit dans des cellules VERO de singes verts africains. 

Il contient des résidus de :

Formaldéhyde

Glutaraldéhyde

Treptomycine

Néomycine

polymyxine B et de sérum bovin,

tous utilisés au cours du processus de fabrication. Pour faire bonne mesure, on utilise 1,5 mg de phosphate d’aluminium en tant qu’adjuvant et en présence de polysorbate 80 et de phénoxyéthanol comme excipients. Son utilisation est approuvée chez les enfants âgés de 3 ans et plus, les adolescents et les adultes. 

Voudriez-vous que cela soit injecté dans votre corps ou dans le corps de votre enfant?

Tableau 1. Résumé des types de nanoparticules trouvés dans 44 vaccins testés

Ag argent Ni Nickel
Al Aluminium P Phosphore
Au Or Pb Conduire
Ba Baryum Pt Platine
Bi Bismuth S Soufre
Br Brome Si Silicium
Cl Chlore Sn Étain
Cr Chrome Ti Titane
Cu Cuivre V Vanadium
Fe Le fer W Tungstène
K Potassium Zn Zinc
Mg Magnésium Zr Zirconium

Qu’en est-il de ces métaux?

Selon l’article intitulé « Toxicité et cancérogénicité des métaux essentiels et non essentiels »[4], les particules de métal identifiées dans ces vaccins pourraient causer des dommages graves. En voici trois :

  • Nickel:
    • Les études de transformation cellulaire in vitro ont fourni des preuves assez concluantes que le nickel peut être cancérogène pour l’homme et les animaux. (p. 34)
    • un puissant inducteur de lésions de l’ADN, des sites de dommages dans l’appariement des bases ou la structure de l’ADN. (p. 35)
  • Chrome
    • les effets cancérigènes et mutagènes du chrome sont incontestables (p. 15)
  • Plomb
    • Les enfants peuvent développer des problèmes de SNC lorsqu’ils sont exposés au plomb inorganique
    • Le plomb ne pénètre pas dans le SNC des adultes aussi facilement que les enfants, mais le système nerveux périphérique des adultes est affecté par le plomb, ce qui entraîne des neuropathies motrices périphériques (p. 16).

J’ai longtemps cru que les produits chimiques ou les virus – ou autre chose – des vaccins contribuaient au spectre des lésions cérébrales observées chez les enfants et les adultes. Le lobe frontal du cerveau, la zone située derrière le front, exprime l’ empathie . Si cette zone est endommagée, un trouble de la personnalité peut survenir où une personne ne peut plus apprécier ou comprendre les émotions d’une autre. Sans compassion, ils peuvent intentionnellement nuire à autrui sans regret.

Voyons-nous cela aujourd’hui dans notre société, chez beaucoup de nos jeunes ? 

La vaccination à la naissance avec le vaccin contre l’hépatite B a commencé en 1991… il y a 26 ans. Le calendrier de vaccination a été mis en place à partir d’aujourd’hui et aujourd’hui, les enfants sont soumis à 50 doses de 14 vaccins avant l’âge de 6 ans et à 69 doses de 16 vaccins avant l’âge de 18 ans.

Aux États-Unis, le nombre d’étudiants sous antidépresseurs a explosé entre les années 1990 et 2005. Les estimations varient, mais on a estimé que jusqu’à 50% de tous les étudiants vus dans les centres de santé pour étudiants reçoivent une ordonnance. [5] La violence sur les campus universitaires a connu une croissance exponentielle. Une femme sur cinq et un homme sur 16 sont agressés sexuellement sur un campus. Le viol est le crime le plus sous-déclaré ; 63% des agressions sexuelles ne sont pas signalées à la police .[6]

Les contaminants inorganiques contenus dans les vaccins génèrent-ils un accident mortel entraînant des lésions cérébrales, en particulier dans le lobe frontal ?

Pourrait-on enfin prouver que les vaccins sont une arme qui provoquerait à la fois la mauvaise santé et un mauvais comportement?

La prochaine étape consiste à tester tous les vaccins approuvés utilisés aux États-Unis. En attendant que cela soit possible, un moratoire complet sur toutes les vaccinations devrait être ordonné afin de sauver la génération d’enfants suivante et celle d’aujourd’hui.


[1] https://medcraveonline.com/IJVV/

[2] https://medcraveonline.com/IJVV/IJVV-04-00072.pdf

[3] https://waojournal.biomedcentral.com/articles/10.1186/s40413-015-0060-5

[4] https://books.google.co.uk/books?id=lWX7CAAAQBAJ&printsec=frontcover&redir_esc=y#v=onepage&q&f=false

[5] https://globaljournals.org/GJMR_Volume13/5-College-Students-on.pdf

[6] http://www.nsvrc.org/sites/default/files/publications_nsvrc_factsheet_media-packet_statistics-about-sexual-violence_0.pdf

Laisser un commentaire