Coronavirus : À Moscou et en Italie, on risque la prison ou une amende si l’on ne respecte pas la quarantaine

0
1908
Des étudiants de l’académie médicale d’État de Saint-Pétersbourg, placés en quarantaine par précaution contre le coronavirus, le 8 mars. Photo : Anton Vaganov / Reuters

Quelle différence entre un criminel et une personne atteinte du Coronavirus Covid-19 qui contaminerait par inadvertance une personne âgée ou vulnérable ? Aucune.

ITALIE

Alors que les Italiens sont appelés à se confiner chez eux pour endiguer l’épidémie, les peines encourues par ceux qui refuseraient de se soumettre à la quarantaine imposée ont de quoi dissuader.

Comme le rapporte CNews, d’après une information du quotidien italien Il Sole 24 Ore, les autorités italiennes ont prévenu que les personnes présentant des symptômes du coronavirus qui ne respectent par leur quarantaine pourraient alors être accusées de tentative de meurtre. De quoi leur faire encourir six mois à trois ans de prison.

Un « meurtre intentionnel » punissable de 21 ans de prison

Une sentence qui a de quoi dissuader ceux qui prendraient la menace sanitaire trop à la légère. La sanction prévue pour les personnes infectées qui contamineraient, malgré la quarantaine imposée, une personne âgée ou vulnérable, est encore plus lourde : jusqu’à 21 ans de prison. La peine répondant au chef d’accusation de « meurtre intentionnel ».

Les personnes ayant été en contact avec un malade et ne s’étant pas confinées pourraient encourir la même peine. Tout comme les patients testés positifs n’ayant pas informé les personnes qu’elles auraient pu infecter à leur tour. Il s’agit là des mêmes sanctions que celles prévues pour les personnes transmettant le VIH à des victimes ne se doutant de rien. Enfin, les Italiens se déplaçant dans les rues sans raison valable risquent trois mois de détention ou une amende pouvant aller jusqu’à 206 euros. 

La Piazza Duomo de Milan, quasiment déserte. Photo : Daniel Dal Zennaro / EPA

MOSCOU

À Moscou, mieux vaut ne pas pointer le bout du nez dehors si vous êtes en quarantaine. La ville a averti ses habitants que quiconque ne respectait pas les mesures de confinement prises pour faire face à la propagation du nouveau coronavirus risquait jusqu’à 5 ans de prison.

En plus des personnes placées en quarantaine médicalisée par les autorités, la mairie de Moscou a publié vendredi soir un décret imposant à tous les citoyens russes ou étrangers arrivant à Moscou de Chine, Corée du Sud, Iran, Italie, Allemagne, Espagne, France de s’auto-isoler à leur domicile pendant 14 jours. Dimanche, la ville a précisé sur son site internet que le non-respect de ces dispositions pouvaient aller d’une amende de 80.000 roubles (1.033 euros au taux actuel) « à une peine d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à cinq ans » si la violation des règles sanitaires a entraîné la mort d’une personne. Pour cela, la ville s’appuie sur un article existant du code pénal. La ville a également précisé que le respect des règles de quarantaine à domicile serait « contrôlé par vidéosurveillance ». En cas de violation, la personne serait placée en quarantaine surveillée.

100.000 caméras de surveillance

Sur son site, Moscou indique qu’à l’isolement à domicile, il est recommandé aux personnes vivant seules d’utiliser des services de livraison pour faire ses courses ou aller à la pharmacie, ou de faire appel à des connaissances. « En cas d’urgence (jeter les ordures, promener le chien), vous pouvez sortir dans la rue à un moment (de la journée) où il y a peu de monde, en portant toujours un masque médical », précise la ville.

À Moscou, ville de 12 millions d’habitants, la vidéo-surveillance est omniprésente. Elle est renforcée par une intelligence artificielle et un système de reconnaissance faciale dernier-cri. La ville dispose de plus de 100.000 caméras de surveillance, couvrant près de 95% des immeubles d’habitation. La Russie a confirmé en tout 17 contaminations. Pour empêcher la propagation du coronavirus, le pays a pris plusieurs mesures draconiennes, interdisant notamment l’accès à son territoire aux Chinois et fermant ses frontières communes. L’entrée sur le territoire a également été interdite aux Iraniens et de sévères restrictions ont été prises contre les Sud-Coréens, deux foyers aigus de la contamination.

Source : Valeurs Actuelles & Europe 1

Laisser un commentaire