Courrier des lecteurs : Les autorités sévissent contre les médecins en Guadeloupe

4
1963
Image by Clara CALDERINI from Pixabay

Ces témoignages nous sont envoyés par des personnes, nous le supposons, qui vivent sur place, nous n’avons aucun moyen de vérifier leur authenticité, mais nous avons décidé de leur venir en aide et de leur faire confiance, car très peu d’informations circulent sur les DOM concernant le drame que vivent ces populations françaises dans les Iles.

Philippe A. Jandrok

rédacteur en chef de cogiito.com

Bonjour Monsieur Jandrok, bonjour Louloute,

Les convocations commencent à pleuvoir en Guadeloupe.La semaine dernière docteur FLOCH de Saint François déjà convoqué par le conseil de l’ordre…

Belle semaine à vous deux.

Cordialement J. R

LETTRE DU DR YVES VAIRAC À LA DIRECTRICE DE L’ARS GUADELOUPE

Pointe-Noire, le 2 octobre 2021

Yves Vairac
Médecine Générale
97116 Pointe-Noire
Guadeloupe

À :

Madame la directrice de l’Agence Régionale de Santé de Guadeloupe

Madame, 

J’accuse réception de votre lettre du 22/09/21 relative à l’obligation vaccinale.

À ce jour, 

Je n’ai pas reçu de vaccination anti-Covid 19 pour l’unique raison que ces vaccins bénéficient d’une autorisation conditionnelle.

Je me ferai vacciner sitôt que ces vaccins auront une AMM définitive.

Depuis 43 ans, j’ai constamment conseillé, prescrit, réalisé, des vaccinations au cabinet ou au dispensaire.

Depuis 43 ans, je contrôle les carnets de vaccination de mes patients. Moi-même suis à jour de mes vaccinations.

C’est-à-dire que nulle administration ne me convaincra de l’intérêt des vaccins car c’est une chose acquise pour moi, du moins telle était ma conviction jusqu’à ce brouhaha autour des vaccins anti-Covid, où la confusion se dispute à des intérêts financiers apparents.

Faire miennes les nouvelles connaissances scientifiques, supposent un consensus, autrement, la question reste ouverte jusqu’à ce que la science y apporte une réponse.

C’est cette rationalité qui m’a toujours guidé dans ma pratique.

À ce jour, il n’y a pas de consensus scientifique sur les effets secondaires à moyen et long terme des vaccins que préconisent les autorités sanitaires. La preuve en est que ces vaccins bénéficient d’une autorisation conditionnelle pour qu’ils soient sur le marché.

Après avoir renseigné mes patients à leur demande sur les avantages annoncés qu’ils peuvent attendre de ces vaccins, je leur dit qu’ils ont la totale liberté de se faire ou pas vacciner. Je ne suis pas en mesure de les convaincre à se faire vacciner, ne sachant pas les effets à moyen et long terme.

Plus de 3 milliards d’individus auraient été dit-on vaccinés à ce jour, pourtant l’autorisation conditionnelle demeure, ce qui signifie que toute incertitude au sujet de ces vaccins n’est pas encore levée.

Puisque ces vaccins n’ont pas encore d’AMM définitive, c’est logiquement que je considère que l’on se trouve dans une phase expérimentale. Comment pourrait-il en être autrement, puisque la technique utilisée pour fabriquer ces vaccins est nouvelle.

Participer à une expérimentation exige de celui qui y participe, qu’il donne son entier consentement.

Vous exigez de moi en qualité de soignant, que je sois vacciné, donc que je participe à la dite expérimentation, non sur la base de mon consentement, mais sous votre injonction.

À défaut, vous m’indiquer que je ne serai plus en mesure de poursuivre la profession que j’exerce depuis 43 ans.

Sitôt que les vaccins obtiendront leur AMM définitive, j’accepterai de me faire vacciner.

Ce n’est pas le cas actuellement. Dans ces conditions, je suis à regret pour mes patients de ne plus les recevoir en consultation ou les voir à domicile.

J’aurais pu être plus bref en limitant mes propos à la phrase ci-dessus, sachant que nulle argumentation ne saurait vous faire entendre raison, puisque vous entendez faire appliquer la loi.

Dans le domaine qui nous intéresse ici ; la science et la politique, je choisis la science.

Veuillez agréer madame, mes sincères salutations.

Docteur Yves Vairac

4 Commentaires

  1. Il y a de l’abus. Pour la Guadeloupe je ne sais pas, mais à Tahiti, en polynésie française, une loi est passée ou va passer pour obliger toute la population à se faire vacciner. Tout le monde sauf les membres du gouvernement. C’est bizarre quand même que ces personnes ne soient pas concernées par cette obligation. Ce qui prouve bien que la piquouse est réservée que pour le peuple et que cela n’est pas un problème sanitaire. Car je pense que s’il y avait une épidémie de choléra ou la peste noire les élus se jetteraient sur la piquouse, ils prendraient ce risque.

    Edouard Fritch le président du gouvernement de la polynésie française a dit que les mesures imposées aux tahitiens (interdiction de se réunir à plusieurs personnes sous peine d’amende pour les enterrements et les mariages) seraient assouplies après qu’ Edouard Fricht et un membre du gouvernement
    aient violé ouvertement ces mesures. Tout cela n’est pas sérieux.

  2. Bonjour. Je tiens à témoigner sur votre média indépendant (un concept si rare hélas en 2021) de l’exactitude absolue de vos sources. Bien malgré moi je me trouve mèlé à ce drame local autant que national et planétaire. Exerçant la médecine générale à Saint François depuis 45 ans, j’ai dû prendre une retraite quasi forcée le 1° juillet 2020, afin de continuer de respecter le code de déontologie sur lequel j’ai prêté serment en 1976 à Paris (“je jure de porter à mes patients les meilleurs soins possibles en mon âme et conscience”).
    Ceci n’étant plus possible depuis que Mme Buzin puis Mr Veran, relayés avec zèle par la directrice locale de l’ARS et le préfet, ont décidé arbitrairement et brutalement de m’interdire de respecter ce devoir de tout médecin par une succession d’abus de pouvoir jamais vus depuis le Régime collabo de Vichy.
    Mon désarroi fut à son comble quand je dus constater que malgré les preuves scientifiques et les trop rares lanceurs d’alerte de l’époque, la totalité de mes confrères participant à un groupe de pairs sur les communes de Saint François, Le Moule, Sainte Anne et Le Gosier restèrent sourds à mes mises en garde, asphyxiés par la propagande d’état qui faisait déjà rage, et me taxèrent de “complotisme” selon la formule qui depuis a fait florès sous la pression politico-médiatique que l’on sait.
    Seul, mon respecté confrère et ami le Dr Floch a courageusement résisté et prescrit à ses patients et avec un succès total les traitements “interdits”, qui lui ont valu cette convocation à l’ordre suite à des dénonciations par des confrères et des pharmaciens aussi stupides que lâches et collabos (2021 sent bien mauvais et l’Ordre créé sous Pétain reste fidèle à son héritage…).
    Voilà la véritable situation aux Antilles, “le calme règne à Valparaiso”, et la loi s’applique sans intelligence, comme en métropole.
    Seule note rassurante, la comparution du Dr Floch ne s’est pas traduite par une interdiction d’exercer, bien soutenu par une très belle foule de manifestants et de syndicats, les guadeloupéens perdant chaque jour un peu plus d’illusions et de confiance en ce gouvernement illégitime et criminel, auquel il sera bientôt demandé des comptes, et pas qu’aux Antilles.
    Merci pour le remarquable travail de vérité que vous poursuivez, “kimbé red, pa moli !”

  3. POUR ARRÊTER LA SOI DISANT PLAND’ÉMIIE IL FAUT METTRE EN TÔLE LES COUPABLES
    QUAND VOTRE MAISON EST ENVAHIE DE CANCRELATS QUE FAIT ON
    ? ON LES ELIMINE AU KARCHER!

Laisser un commentaire