COVID-19 : De l’incompétence au drame…

1
1833

Le coronavirus tue dix fois plus d’Américains par jour que le taux de mortalité quotidien moyen de la grippe saisonnière

Mercredi 1er avril 2020 par: Mike Adams

Traduction pour cogiito.com : PAJ


Image: Le coronavirus tue dix fois plus d'Américains par jour que le taux de mortalité quotidien moyen de la grippe saisonnière

Introduction par cogiito.com

Alors qu’en France, les autorités sanitaires ont absolument tout fait pour diffuser le virus à travers un laisser-aller frôlant la bêtise et l’incompétence abyssale de l’ancienne ministre de la santé, plus soucieuse de préserver les intérêts des laboratoires et ceux de son époux en conflit avec le professeur Raoult, plutôt que de se soucier de la santé publique, et la suite convenue et organisée par son successeur, le confrère, soit le nouveau varan de Comendonc, lui-même un pur produit de Big Pharma, qui refuse en période de crise sanitaire, un protocole de soin qui fonctionne et qui guérit, celui du Prof. Raoult de Marseille.

Son barbu de premier sinistre, a fait une déclaration solennelle à la presse nationale dans laquelle il affirme avec toute la force d’une autre incompétence, qu’il n’utilisera pas le traitement du professeur Raoult au nom du gouvernement. Qui est-il pour prendre une telle décision, est-il seulement médecin ? Le gouvernement décide à la place du médecin traitant ce qu’il doit faire ou pas, c’est le monde à l’envers. Ce gouvernement LREM a-t-il encore la moindre crédibilité auprès des citoyens français ? Ce gouvernement serait-il dans la plus grande débilité établie grâce son action quotidienne ?

Les experts du gouvernement, qui, nous devons l’admettre, sont plutôt banquiers et actionnaires que médecins, refusent même d’évoquer tous les protocoles de soins orthomoléculaires à base de vitamine C en injectable qui fonctionnent également très bien, comme nous l’avons vu en Chine et à Shanghai dernièrement.

Mais ce qui est bon pour le Chinois n’est pas bon pour le Français, plus subtile, plus distingué, plus porté vers la gastronomie et les belles lettres ; il est vrai que le chinois est un être petit avec de grandes oreilles, travailleur acharné, certes, mais sans réflexion, avec peu d’intelligence, le chinois est une fourmi travailleuse qui ne comprend rien par principe, et pourtant, les scientifiques chinois sont tellement plus en avance que les experts du gouvernement français en matière de santé.

Toutes les prédictions et les déclarations de cette arrogance du coq français les deux pattes ancrées dans le purin, sombrent dans les oubliettes de la suffisance dans une cave ombreuse habitée par de ras dégouts, tant ils sont nombreux à partager leurs puces et leurs tiques orthopédiques de boiteux souffreteux.

Mais, je m’égard du Nord, la puanteur du vin au cyanure de l’Élysée remonte au cerveau des antiquaires de la politique française, pilleurs de mémoires en forme de château de vers saillis par des parasites à l’âme noire.

Le président, ou le compte en banque ou les Soussous dans la popoche, se demande d’abord combien va-t-il gagner dans cette affaire du Corona avant de se soucier de la santé de ses concitoyens, car, son rôle, il le cache bien, est avant tout de s’enrichir en touchant des commissions, comme il le fit auprès de son maître Rothschild en vendant la France au plus offrant ?

Sa nation à lui, c’est l’argent et le boudin noir aux morilles dont raffole ses gosses. Boire, s’enfiler des rasades de sauce blanche à l’homme des reins, pénétrer le tréfonds de l’escargot de Boure Grogne, boire et manger et se délester d’un excédent de bourses, voilà sa vie au misérable dictateur que les banquiers les plus pervers du monde nous ont imposé comme président de la Ripoux Blique bananière.

  • « Y’a bon Banane hier », criait le boudin aux morilles dans l’enfilade à colonnes.
  • J’adore les profiteroles en paire de gosses,

s’écrit l’enfilé en s’agrippant aux poignées Louis XVI de son bureau, alors que son secrétaire, lui récite l’art d’un seau d’eau mis par le derrière, il est vrai que dans les nuits de cauchemar, les repères s’interpénètrent et l’avant devient l’arrière, pendant que derrière, on se fait lavant. Enfin, vous l’avez compris, il faut de tout pour faire l’immonde.

Nous sommes en pleine situation de déni de science, de déni de soin, de déni de démocratie. Macaron et son équipe de pieds Nikelés nous ont trahis dans la joie et la bonne humeur, dans la traitrise d’un gouvernement qui a toutes ses dents, mais qui n’a plus rien à envier aux eunuques du sérail.

  • Si l’on demande aujourd’hui à un citoyen s’il veut le protocole du Prof. Raoult, il te dira VOUI !
  • Si l’on demande aujourd’hui à un citoyen s’il veut le protocole orthomolécculaire de vitamine C en IV, il te dira peut-être VOUI aussi !
  • Si l’on demande aujourd’hui à un citoyen s’il veut le protocole du gouvernement Macron, Buzyn zinzin, Varan à la langue fourchue, il te dira, Vo… NON !

Parce que le citoyen n’est pas un idiot, il sait où se trouve la science lorsqu’il a un bon guide, et ce bon guide est le Prof Raoult, en termes de médecine allopathique qui fonctionne en matière de traitement contre le coronavirus.

Bien sûr, l’éminent virologue ne se soucie pas de la vitamine C, je le comprends, c’est un scientifique pur, il a un traitement qui a fait, qui fait ses preuves contre ce coronavirus, alors pourquoi se fatiguer à chercher autre chose dans le domaine allopathique ?

C’est non seulement une perte de temps pour les malades, mais, j’y pense, peut-être est-ce justement ce que cherche le gouvernement, perdre du temps, imposer un protocole qui ne fonctionne pas pour encourager une vaccination miracle qui ne fonctionnera pas davantage, mais qui rapportera des milliards aux laboratoires et le moyen de contrôler cette immonde populace qui commence sérieusement à s’éveiller sur le rôle que jouent réellement ces voyous, menteurs, tricheurs, bobardeurs, péteurs acharnés, mouches à merde, troufions, bourses molles, orifices obscurs et huileux, sacrificateurs des bons remèdes, pilleurs d’âme, exterminateurs, ordures politiques, Casanova de pacotille, gouffre à foutre Satan l’habite, et Jean Passe et des pires, qui nous gouvernent.

Pourtant dans cette opposition, je pressens le piège de l’infâme qui se prend pour un homme :

  • Allez les gars réveillez-vous, il va falloir tirer un coup, allez les gars réveillez vous on se faire Raoult, hou !
  • Mais comment, cher Soussous dans la popoche ? demande le premier sinistre.
  • Hé, hé hé, pauvres naïfs que vous êtes, on va finalement attendre qu’il y ait plein de malades, et puis toi, le barbu sinistre, tu iras devant la presse annoncer que tu autorises le traitement de Raoult, mais comme on a piqué l’hydroxichloroquine, on donnera une autre molécule, pire que la première et ça guérira, mais ça rendra dingue les malades qui finiront par se suicider. Finalement on aura obtenu exactement ce que l’on cherchait.
  • Ah Monsieur le président, Soussous dans la popoche, c’est un plan magistral.
  • Oh, tu sais je n’ai aucun mérite, c’est le laboratoire Servile qui me l’a soufflé au cul pendant que mon garde du corps à corps qui chausse du 45, me ramonait la cheminée! C’est, si je puis me faire mettre, un magnifique homme de main, et tu connais l’adage, jeu de mains, jeu de vilains…

Nous devons désormais admettre et malgré la panique généralisée, qu’il y a des gens à Wuhan qui souffrent de pneumonie en raison de la qualité de l’air horrible dans la ville et du développement de la 5G, nul ne peut le nier, déclare le journaliste américain Jon Rappoport.

science laboratory test tubes , lab equipment for research new medical

Il y a des gens à New York et ailleurs, qui ont une maladie grippale ordinaire. Il y a des personnes en Italie qui ont des antécédents de multiples problèmes de santé graves et à long terme — pneumonie, grippe, problèmes cardiaques, problèmes rénaux — aggravés par le traitement avec des médicaments toxiques. 

Il y a des gens dans les hôpitaux du monde entier qui, après avoir reçu un diagnostic de COVID, reçoivent de puissants antiviraux toxiques qui aggravent la situation sans l’améliorer. 

Chacun peut réaliser enfin que tous les médicaments ont des effets secondaires, comme la kabbale lancée contre l’hydroxychhloroquine classé par Madame Buzyn comme substance vénéneuse, alors qu’elle était utilisée depuis plus de 70 ans sans complication, est, me semble-t-il, un crime contre l’humanité avec préméditation en période de crise sanitaire.

Il y a des gens sous respirateurs qui reçoivent trop d’oxygène et trop de pression – et leurs poumons s’effondrent. Il y a des gens en parfaite santé qui sont positifs pour le virus parce que le test est imparfait…

Toutes ces personnes sont appelées « cas COVID ».

Le test de diagnostic du virus, comme je l’ai montré dans de nombreux articles, émet des verdicts faux positifs, et ces résultats sont dénués de sens, mais ils forment une image de l’augmentation du nombre de cas. Et les gens adhèrent à cette manipulation.

L’astuce magique de la scène est facile à voir, une fois que vous avez compris la tactique : vous prétendez avoir découvert un nouveau virus. Disons qu’il se propage et doit être contenu. Inventez une étiquette générique pour l’épidémie : COVID-19. Commencez à rassembler toutes sortes de gens avec toutes sortes de conditions différentes et dites que ce sont tout de nouveaux « cas ». Utilisez un test de diagnostic qui révélera automatiquement de nombreux verdicts de « infecté ». Et vous avez l’illusion d’une pandémie.

À ce stade, les gens se présenteront et diront :

  • MAIS QU’EST-CE QUE CELA ? 
  • QUE DIRE DE CELA ? 
  • QU’EN EST-IL DE TOUS LES GENS QUI MEUREN-NT SOUDAINEMENT DANS LA VILLE X? 

Ces interrogateurs essaient de s’en tenir à la seule maladie et à la seule cause. Mais réfléchissez bien. Si des gens meurent soudainement dans la City X car ils sont âgés c’est peut-être qu’ils ont une longue histoire de maladie grave

— alors vous devez voir ce qui se passe spécifiquement dans la City X…

ET NE PAS ASSUMER QUE C’EST LA MÊME CHOSE QUI SE PASSE À WUHAN OU SEATTLE OU NEW YORK OU BERLIN OU MILAN.

  • Est-ce qu’il se passe quelque chose d’étrange dans un hôpital de la City X ? 
  • Les médecins soignent-ils des personnes avec des antiviraux hautement toxiques ? 
  • Utilisent-ils mal les respirateurs et effondrent-ils les poumons de leurs patients ? 
  • Un produit chimique dangereux s’est-il récemment présenté dans l’environnement de la ville X ? 
  • Quelqu’un l’a-t-il mis là ? 
  • Qui sait ? 

Mais supposer que « ce doit être le virus » est injustifié. L’hypothèse n’est basée sur rien.

Regardons une vraie ville X. Elle s’appelle Wuhan. Que se passait-il là-bas ? Eh bien, pendant longtemps, la pollution de l’air a vraiment été horrible. C’était sans précédent. Un mélange de composés toxiques des époques précoce et moderne de l’industrialisation. En fait, l’été dernier, les résidents sont sortis dans la rue et ont manifesté en grand nombre contre la pollution. Vous ne manifestez pas en Chine à moins que vous ne soyez désespéré, car le gouvernement peut entrer chez vous, vous arrêter et vous faire disparaître.

Comment les chercheurs chinois ont-ils appelé le symptôme numéro un de la « nouvelle épidémie »? PNEUMONIE.

Avec la qualité de l’air dans cette ville, vous n’avez pas besoin d’un virus ou de tout autre germe pour attraper une pneumonie. Vous avez juste besoin de respirer. En plus de cela, des études estiment qu’environ 300 000 personnes meurent chaque année de pneumonie en Chine. Ce qui signifie qu’il y a des millions de cas de pneumonie. Mais soudain, non, la cause est un nouveau virus jamais vu auparavant. Qui se moque de qui ?

Il y a plus. Le gouvernement chinois décide qu’il ne va même pas se donner la peine de tester le nouveau virus. Au lieu de cela, ils vont faire des tomodensitogrammes des poumons des patients. S’ils voient des signes de pneumonie, ils vont étiqueter toutes ces personnes : « coronavirus ». Bientôt connu sous le nom de « COVID-19 ».

À ce stade, quelqu’un est sûr de répondre :

  • « Mais cette pollution de l’air ne se produit pas partout où des cas d’épidémie se manifestent. Par conséquent, la pollution de l’air ne pouvait pas être la cause de l’épidémie. »

Il ne voit toujours pas qu’il tombe amoureux de l’escroquerie et du tour de magie. Il suppose TOUJOURS que le COVID est une maladie avec une cause. Il est TOUJOURS hypnotisé par l’illusion imposée.

Ou vous pourriez obtenir ceci :

  • « Non, ce n’est pas le coronavirus, c’est vraiment la technologie 5G qui rend les gens malades et les tue. » 

Toujours tomber dans le tour de magie.

À certains endroits, la 5G pourrait nuire aux gens. En effet.

Et certaines de ces personnes pourraient être étiquetées comme COVID. Oui. Mais « le tout » n’est pas la 5G, car IL N’Y A PAS UNE SEULE CHOSE.

Il n’y a pas que « ça ».

  • « Mais cela a commencé en Chine et s’est propagé à travers le monde. »

Non. Les magiciens de scène du CDC et de l’Organisation mondiale de la santé veulent que vous le croyiez. Ils ont construit une image frauduleuse pour vous convaincre que c’est vrai. Il n’y a pas de « ça ».

« Mais JE VEUX un « ça ». JE DOIS AVOIR un « ça ». »

Oui. Je comprends. Cela s’appelle une dépendance. Vous devez vous guérir.[1]

Jon Rappoport

NaturalNews de son côté, est plus affirmatif sur les causes et la catastrophe en cours.

Vous vous souvenez il y a seulement deux semaines, quand une longue liste de journalistes conservateurs (et même certains médecins) ont publié des articles de « mauvais calcul » qui affirmaient que la grippe saisonnière avait un taux de mortalité dix fois plus élevé que le coronavirus ? 

Ils semblent tous étrangement déconnectés de la réalité alors que le nombre réel de morts de coronavirus continue de grimper, démystifiant leurs théories bizarres enracinées dans l’analphabétisme mathématique.

Avec la pandémie de coronavirus tuant maintenant plus de 1000 Américains par jour, elle a atteint un total de mortalité quotidien qui est dix fois plus élevé que les décès quotidiens de grippe régulière, en moyenne.

Voici un aperçu des vrais chiffres :

Selon le CDC, la grippe saisonnière a tué 34 157 personnes au cours de la saison de grippe 2018-2019. En moyenne sur une année civile, cela représente près de 94 personnes par jour.

Oui, il est vrai que ces décès sont regroupés pendant la saison de la grippe hivernale (environ six mois), mais nous y répondrons un peu.

Aujourd’hui, les décès de coronavirus aux États-Unis ont dépassé les 1 000 en une seule journée … et ils devraient atteindre plus de 2 200 par jour à la mi-avril, selon l’administration Trump .

Cela signifie que le coronavirus tue désormais dix fois plus d’Américains par jour que la grippe saisonnière en moyenne par jour.

Le graphique suivant, provenant de Worldometer.info, montre les totaux de décès quotidiens d’ hier . Aujourd’hui, c’est plus de 1000 :

https://www.naturalnews.com/wp-content/uploads/2020/04/coronavirus-daily-deaths-usa-2020-04-01.png

FAITES LE CALCUL :

La grippe saisonnière ne tue qu’environ 35 000 par saison de grippe, tandis que le coronavirus pourrait en tuer 240 000 dans les prochains mois, selon la Maison Blanche

La raison pour laquelle tant de  négationnistes pandémiques ont pu dire, jusqu’à présent, « la grippe a tué plus de gens » est parce que le coronavirus commençait à peine quand ils ont fait de telles déclarations.

Désormais, le coronavirus s’est propagé suffisamment pour infecter peut-être un million ou plus de personnes aux États-Unis, les décès quotidiens vont monter en flèche, tout comme nos modèles de projection pandémique l’avaient prédit il y a près d’un mois.

La Maison Blanche prévoit maintenant 100 000 à 240 000 décès en Amérique d’ici la fin de l’été. C’est sept fois plus de décès que la grippe saisonnière ne produit au cours d’une saison grippale entière.

Et ces décès de coronavirus sont rassemblés principalement en avril, mai et juin, juste trois mois civils. Et cela répond également à la question du « regroupement » de la grippe saisonnière, puisque la grippe saisonnière est loin de tuer 2 200 personnes par jour, même à son apogée… pourtant, c’est exactement ce que la Maison Blanche prévoit de se produire en Amérique dans seulement deux semaines, d’ici le 15 avril.

Et si les chiffres de la Maison Blanche sont presque corrects, le coronavirus tuera beaucoup plus d’Américains que la grippe saisonnière, et cela ne compte que la première vague du coronavirus qui n’a même pas encore infecté 5% de la population. Que se passera-t-il lorsque les verrouillages prendront fin et que les 95% restants commenceront à être exposés? De toute évidence, nous allons avoir une deuxième vague de décès par coronavirus à l’automne, et ces chiffres continueront de s’ajouter aux totaux observés entre aujourd’hui et juillet.

Maintenant, même le président Trump dit que ce n’est pas la grippe

En fait, le président Trump lui-même a changé radicalement son air au cours du dernier mois. Début mars, il était dans un état de déni, prétendant que le coronavirus n’était pas grave et ne se propagerait pas en Amérique. (Je l’ai prévenu du contraire, mais peu ont écouté…) Maintenant, il a fait un renversement complet en disant :

« Ce n’est PAS la grippe » et il préconise maintenant même des mesures de contrôle plus fortes et plus agressives pour arrêter la propagation de l’épidémie.

Mais le résultat très simple est le suivant: le coronavirus tue désormais dix fois plus de personnes par jour en Amérique que celles qui sont tuées chaque jour par la grippe régulière, en moyenne. Et cela efface les faux récits qui affirmaient que le coronavirus ne tuerait que 1 sur 1000 ou même 1 sur 10 000, comme l’ont prétendu certains éditeurs conservateurs qui tentaient de minimiser la gravité du virus.

En fait, toute cette pandémie m’a convaincu que beaucoup de conservateurs ne peuvent pas faire de maths . Pas même les mathématiques de cinquième année. C’est incroyable. Ils ne peuvent pas voir les chiffres jusqu’à ce que les cadavres débordent à un point tel que le Pentagone doit commander jusqu’à 100 000 sacs mortuaires et que les hôpitaux utilisent des chariots élévateurs pour charger les cadavres dans des camions-congélateurs pour le transport en vrac vers les morgues ou les crématoriums.

Rush Limbaugh pense toujours que le coronavirus est en grande partie un canular . C’est irréel. L’homme est délirant au point d’être un danger pour la société. Ses mauvaises informations et son déni de pandémie conduisent les gens au genre de complaisance qui fait en ce moment tuer des gens.

  • Je n’ai plus confiance en aucun éditeur de presse qui a qualifié cette pandémie de canular.

Ils ont perdu toute crédibilité. Certains sont toujours dans un état de déni alors même que les décès quotidiens dépassent les 1 000 rien qu’aux États-Unis. 

Pour certains de ces éditeurs et écrivains, ils ne croiront pas que c’est réel jusqu’à ce que quelqu’un proche d’eux se précipite et meure, et même alors, ils trouveront probablement une autre excuse pour essayer d’expliquer la mort comme autre chose.

Depuis 2016, j’ai vu des libéraux et des progressistes démontrer des niveaux insondables de pensée délirante en ce qui concerne le canular de collusion en Russie et les questions culturelles comme le transgenre et les avortements après la naissance.

Mais après avoir vu des éditeurs conservateurs tisser de fantastiques contes de fées pour essayer de prétendre que ce coronavirus n’était « que la grippe », je dois dire que de nombreux conservateurs sont tout aussi délirants que la gauche radicale .

Ce qui signifie qu’aucun être humain rationnel n’est plus en sécurité, car nous vivons tous dans une société tribale hautement polarisée dirigée par des fous qui sont complètement déconnectés de la réalité.

Et cela ne peut pas être bon pour la direction de tout cela.

Restez informé et restez en vie. Lisez Pandemic.news .


[1] https://blog.nomorefakenews.com/2020/04/01/covid-its-not-one-thing-its-not-one-disease/

1 COMMENTAIRE

Laisser un commentaire