EXAMINER L’AFFIRMATION DE RFK JR. SELON LAQUELLE : LE CDC « POSSEDE PLUS DE 20 BREVETS DE VACCINS »

0
325

Posté sur : 

Mardi 17 janvier 2017 à 10h45

Écrit par: 

Ginger Taylor, MS pour GreenMedinfo

Traduction pour Cogiito.com : Philippe A. Jandrok

https://www.greenmedinfo.com/blog/examining-rfk-jrs-claim-cdc-owns-over-20-vaccine-patentsAvertissement : Cet article n’est pas destiné à fournir un avis médical, un diagnostic ou un traitement. Les opinions exprimées ici ne reflètent pas nécessairement celles de GreenMedInfo ou de son personnel.

M. Kennedy est en territoire très sûr en signalant que le CDC (centre de contrôle des maladies) a plus de 20 brevets qui créent de vastes conflits d’intérêts non divulgués en matière de sécurité des vaccins.

La semaine dernière, le président Trump a invité Robert F. Kennedy Jr. pour discuter avec lui de la conduite à suivre au regard d’une commission sur la sécurité des vaccins. La couverture médiatique générale de la réunion était large et engagée. 

L’industrie des vaccins et ses corrompus des médias ne veulent pas que leur corruption soit révélée lors d’un forum officiel, et ils ont manifesté leur colère contre M. Trump et M. Kennedy. 

Kennedy et ses accusations de corruption liées à la sécurité des vaccins ont été largement évoqués la semaine dernière. Le bon point à ce sujet est le suivant :

– Robert Kennedy Jr. est dans la lutte contre le mercure vaccinal depuis si longtemps et qu’il a commencé à enregistrer les témoignages de mères d’enfants blessés par la vaccination il y a plus de dix ans, son engagement a remis en lumière la corruption des autorités mise au jour dès la prise de conscience que le programme de vaccination nuisait aux enfants. 

L’une des informations qui a fait son retour dans la discussion, est l’affirmation selon laquelle « le CDC est propriétaire de plus de 20 brevets de vaccins ».

– « Ma recherche sur la sécurité des vaccins et la corruption ont commencé peu de temps après que mon fils eut été blessé par un vaccin en 2003, et j’ai entendu cette revendication circuler depuis que j’ai commencé à faire du plaidoyer dans ce domaine, mais je n’ai jamais vu aucune preuve de cette affirmation. » 

En 2003, le journaliste de l’UPI, Mark Benjamin, a écrit un article approfondi sur les conflits d’intérêts dans la sécurité des vaccins intitulé « UPI enquête: le conflit des vaccins ». Nous remercions M. Benjamin d’avoir apporté les brevets et les COI détenus par les membres du Comité consultatif du CDC sur les pratiques d’immunisation, y compris le Dr Paul Offit, à l’attention du public et pour avoir documenté les premières années des revendications de plus en plus absurdes de Offit. Dans cet article, Offit affirme que détenir des brevets de vaccins, être financé par Merck et avoir acheté et distribué un livre sur le sujet aux médecins, son livre vantant les vertus des vaccins ne compromet pas son objectivité en tant que membre du comité qui détermine ce qui est ou non une bonne pratique vaccinale :

«Interrogés, les membres du comité ont déclaré à UPI que leurs conflits potentiels n’affectaient pas leur jugement :

  • « Je suis probablement le genre de personne dont vous parlez »,

a déclaré Paul Offit, responsable des maladies infectieuses à l’hôpital des enfants de Philadelphie, membre du comité jusqu’au mois dernier. 

Au même moment, il partageait un brevet pour un autre vaccin antirotavirus. Merck finance la recherche d’Offit depuis 13 ans.

  • « Je suis co-titulaire d’un brevet pour un vaccin (rotavirus). Si ce vaccin devenait un vaccin recommandé systématiquement, je gagnerais de l’argent avec cela », a déclaré Offit. « Lorsque je passe en revue les données de sécurité, suis-je biaisé ? Cette réponse est vraiment simple: absolument pas. »
     
  • « Y a-t-il une alliance impie entre les personnes qui font des recommandations sur les vaccins et les fabricants de vaccins? La réponse est non. »
     

Merck a acheté et remis aux médecins américains des exemplaires du livre d’Offit intitulé « Ce que tous les parents devraient savoir sur les vaccins ». Le livre a un prix de catalogue de 14,95 $.
 

  • « La division vaccins de Merck a le plaisir de vous présenter un exemplaire de la récente publication intitulée « Ce que tous les parents devraient savoir sur les vaccins » »,

indique une lettre du docteur Offit. 

  • « Les auteurs ont conçu ce livre pour répondre aux questions des parents sur les vaccins et pour dissiper les informations erronées sur les vaccins qui apparaissent parfois dans les médias publics. »
     

Offit a déclaré ne pas savoir combien d’exemplaires de son livre avaient été achetés. « Je n’ai aucun contrôle sur ça » dit-il. « 
 

Je vous encourage à lire l’article en entier. 
Cependant, les spécificités et le nombre de brevets de vaccins CDC ne sont pas examinés ici. 
Dans une interview accordée à EcoWatch , M. Kennedy Jr. a répété la plainte le mois dernier dans une interview :

  • «Le CDC est une filiale de l’industrie pharmaceutique. L’agence possède plus de 20 brevets de vaccins et achète et vend 4,1 milliards de dollars de vaccins par an. »

Cela fait assez longtemps que je sais que les déclarations sur les vaccins doivent être vérifiées et revérifiées. Et comme il s’agit d’une revendication très ancienne, que j’aimerais pouvoir énoncer (s’il est vrai), j’ai décidé de la revoir.

En tant que partenaire de défense des droits, Mark Blaxill, un autre parent de victime de l’autisme, expert en propriété intellectuelle, a été utilisé par des sociétés d’un milliard de dollars pour gérer leurs brevets. Blaxill est l’homme qui a découvert que HHS, par l’intermédiaire des NIH, détient des brevets sur tous les vaccins contre le VPH et reçoit un pourcentage des bénéfices pour chaque dose de Gardasil et de Cervarix administrée partout dans le monde. Il a publié la révélation stupéfiante dans un exposé détaillé en trois parties intitulé « Un permis de tuer? Partie 1: Comment un partenariat public-privé a façonné le gouvernement Le partenaire Gardasil de Merck . » 

Lorsque j’ai contacté Blaxill pour lui demander comment effectuer une recherche de brevet, il a eu la gentillesse de le faire pour moi. Il a trouvé 57 brevets américains délivrés par la CDC dans la liste des cessionnaires. On peut voir le résultats de recherche ici . 

Après un examen superficiel des brevets, j’ai trouvé qu’un ne semblait pas applicable à la vaccination, mais faisait simplement référence à un article sur la vaccination. Cela nous laisse avec 56 brevets du CDC à examiner. Voici ce que j’ai trouvé : 

Il existe des brevets du CDC applicables aux vaccins contre la grippe , le rotavirus , l’hépatite A , le VIH , le charbon , la rage , la dengue , le virus du Nil occidental , lestreptocoque du groupe A , la pneumococcie , la méningococcie , le VRS , lagastro – entérite ,Encéphalite japonaise , SRAS , fièvre de la vallée du Rift etChlamydophila pneumoniae .

 Il existe un brevet CDC intitulé « Vaccins à l’acide nucléique pour la prévention de l’infection à flavivirus », qui a des applications dans les vaccins contre le virus Zika, le virus du Nil occidental, la dengue, le virus de l’encéphalite à tiques, la fièvre jaune, le virus de Palm Creek et le virus de Parramatta River.

CDC possède également plusieurs brevets permettant d’administrer divers «vaccins» via des systèmes de distribution par aérosol de vaccins .
Il existe un brevet CDC sur un processus de contrôle de la qualité d’un vaccin consistant à « quantifier les protéines dans une préparation complexe de préparations vaccinales monovalentes, commerciales ou de recherche ».

Il existe un brevet CDC sur une méthode «permettant de produire un modèle pour évaluer les effets antirétroviraux des médicaments et des vaccins ». 

CDC détient un brevet pour les entreprises qui souhaitent tester le vaccin applicable à leur système respiratoire sur un système pulmonaire artificiel . 

Si un fabricant de vaccins craint que son vaccin ne contienne un rhinovirus humain , CDC dispose d’un brevet sur un procédé permettant de déterminer si une telle contamination existe. 

CDC a un brevet sur un test pour aider les fabricants de vaccins à trouver des anticorps spécifiques de l’antigène dans un échantillon biologique . 

CDC détient un brevet qui fournit aux fabricants de vaccins une méthode permettant de  » réduire la capacité de réplication d’un agent pathogène en désoptimisant les codons » En affirmant que » des agents pathogènes avec des codons désoptimisés peuvent être utilisés pour augmenter la stabilité phénotypique des vaccins atténués « .

L’agence détient également un brevet sur les adjuvants d’un vaccin utilisé chez les prématurés et les jeunes bébés.

Il existe un brevet CDC couvrant un vaccin contre une infection provoquée par un ver à bande trouvé dans le porc .

Ils ont même des brevets qui couvrent les vaccins contre les maladies animales, notamment le virus Canarypox, le virus Fowlpox, le virus Sealpox , la grippe canine et le cancer du singe . 

Cela ressemble-t-il à une agence de santé publique qui formule des recommandations «indépendantes» sur les vaccins ou à une entreprise privée avec un portefeuille impressionnant dans lequel on pourrait rechercher des opportunités d’investissement? 

La CDC est réputée être un organisme gouvernemental indépendant qui fait des recommandations sur les vaccins au public, uniquement dans l’intérêt public. Ils sont l’organisme chargé de la supervision de la sécurité des vaccins par l’intermédiaire de leur bureau de la sécurité de la vaccination . 


Voici comment le bureau décrit sa charge :

«Le Bureau de la sécurité de la vaccination du CDC joue un rôle essentiel dans la sécurité de la vaccination de notre pays.

Aux États-Unis, les politiques de vaccination rationnelles visant les enfants et les adultes dépendent d’une surveillance continue de la sécurité et de l’efficacité des vaccins. CDC utilise de nombreuses stratégies pour évaluer la sécurité des vaccins, identifier les problèmes de santé pouvant être liés aux vaccins et mener des études permettant de déterminer si un problème de santé est causé par un vaccin spécifique. Les CDC travaillent également avec d’autres agences du gouvernement fédéral et d’autres parties prenantes pour déterminer la réponse de santé publique appropriée aux problèmes d’innocuité des vaccins et pour communiquer les avantages et les risques des vaccins.Le Bureau de la sécurité de la vaccination rend régulièrement compte des résultats de la surveillance de la sécurité des vaccins et de toute préoccupation éventuelle au Comité consultatif des pratiques de vaccination (CDIP) des CDC. Ce groupe consultatif élabore le calendrier de vaccination recommandé pour les enfants et les adultes aux États-Unis. L’ACIP examine la sécurité et l’efficacité des vaccins avant de formuler des recommandations à l’égard du calendrier de vaccination ou de modifier les recommandations relatives à l’utilisation du vaccin.

Notez qu’ils déclarent avec fierté qu’ils rendent compte à l’ACIP – le même comité auprès duquel Paul Offit a servi de façon infâme, comme si ces rapports ajoutaient en quelque sorte une légitimité à leur travail en matière de sécurité des vaccins. Le même comité que le Congrès a mis en place une commission : CONFLITS D’INTÉRÊTS ET DÉVELOPPEMENT DE VACCINS – PRÉSERVER L’INTÉGRITÉ DU PROCESSUS

https://www.govinfo.gov/content/pkg/CHRG-106hhrg73042/html/CHRG-106hhrg73042.htm

 

 Nulle part sur le site Web du CDC, je ne peux trouver la divulgation selon laquelle l’agence est un partenaire à but lucratif avec les fabricants de vaccins pour lesquels elle est censée assurer la supervision de la sécurité.

M. Kennedy a tout à fait raison en signalant que le CDC a plus de 20 brevets qui créent de vastes conflits d’intérêts non divulgués en matière de sécurité des vaccins. Il sous-estime le problème de plus de la moitié. 

Ce bref aperçu des brevets en cours détenus par le CDC mérite un examen approfondi afin de déterminer avec précision les relations financières actuelles avec les fabricants de vaccins et l’impact actuel de ces sources de revenus sur la sécurité des vaccins. 

En outre, il faut examiner de près les relations financières entre le CDC et les fabricants de vaccins caril les courtise actuellement pour inclure l’exploitation potentielle de nouveaux brevets à des fins lucratives. Ce ne sont là que quelques pistes d’enquête, parmi des centaines, qu’il faut examiner et les raisons pour lesquelles la potentielle commission RFK sur la sécurité des vaccins doit être renforcée.

Rien d’étonnant à ce que l’industrie du vaccin (et ne nous leurrons pas, le CDC EST l’industrie du vaccin) et leurs médias se battent avec une telle fureur pour empêcher la formation de la #RFKcommission.

 Heureusement, que M. Kennedy a déjà dit qu’il lutterait contre cette corruption contre nos enfants jusqu’à son dernier souffle, et il semble que nous ayons un nouveau président qui se fiche de ce que Pharma et les grands médias lui lancent. Il existe plus de 20 années d’abus documenté et de corruption dans le programme de vaccins qui, s’ils sont correctement examinés, imposeraient à tout le moins des réformes permettant de réduire considérablement les bénéfices de l’industrie. 

L’activité des vaccins est actuellement une industrie qui rapporte plus de 30 milliards de dollars par an dans laquelle des organisations comme l’ Organisation mondiale de la santé ont appelé à une augmentation des investissements, prévoyant de devenir une industrie de 100 milliards de dollars par an d’ici 2025.

Il est donc évident que le CDC et ses partenaires commerciaux ont besoin que le public non seulement accepte les 69 doses de vaccins recommandés pour leurs enfants, mais qu’ils commencent à respecter les 100 doses supplémentaires de vaccins recommandées par le nouveau programme pour adultes et être prêt à injecter les 271 vaccins supplémentaires à leurs familles dans le pipeline de développement.

Cet essor des bénéfices ne peut pas se produire si la corruption dans le secteur et les dommages considérables et non évalués qu’elle a causés à la santé des enfants (et maintenant des adultes) sont enfin laissés à la vue de tous. 

L’industrie de 30 milliards de dollars par an deviendra une industrie inférieure à 10 milliards de dollars par an, avec un plafond sur ce qu’elle peut gagner. Parce qu’il y a une limite à la quantité de processus que le corps humain peut traiter.

Nous devons continuer à insister pour que l’administration Trump demande un examen complet de la sécurité des vaccins et une réforme, y compris le droit universel de renoncer à tous les vaccins sans aucune contrainte.

 Sans une maison blanche pour ignorer les abus de la CDC et interférer avec le public américain, l’industrie des vaccins corrompue pourrait se transformer en tigre en papier, et ses médias étaient simplement une foule impitoyable d’intimidateurs avec un mégaphone, diffusant « un son et une fureur qui ne veulent rien dire».
 

Pour une recherche factuelle sur les vaccinations, visitez le tableau de bord de recherche GreenMedInfo.com .Ginger Taylor, MS, est défenseur de HealthChoice.org  et directeur de la Maine Coalition for Vaccine Choice. 

Avertissement : Cet article n’est pas destiné à fournir un avis médical, un diagnostic ou un traitement. Les opinions exprimées ici ne reflètent pas nécessairement celles de GreenMedInfo ou de son personnel.

Laisser un commentaire