INTERDICTION POUR LES ENFANTS D’ALLER À L’ÉCOLE S’ILS NE SONT PAS VACCINÉS !

0
1088

Le gouvernement français qui a récemment annoncé à la presse par la voix de la ministre de la Santé qu’il envisageait d’interdire l’école aux enfants non vaccinés sans raison scientifique logique, est une volonté, mais également un acte de ségrégation obscène qui s’assimile junior, à une véritable forme de xénophobie qui n’a rien à voir avec Xéna la guerrière, mais qui vient de Xenos en grec, « étranger », et de « Phobos », fille d’Arès et d’Aphrodite, la peur, ce qui est hostile à ce qui est étranger et par conséquent, voilà une décision de sérieuse hostilité contre la différence pour un pays qui entend valoriser l’égalité et la moralité, les genres, les couleurs, les religions, les véganes, les gays, les transgenres, les touche pas à mon pote, les… La liste est trop longue pour être énumérée dans le centre de l’hypocrisie à la française ; donc cette ministre qui lutte contre les oppositions aux particularismes, devient elle-même ségrégationniste en mettant en place une forme d’apartheid médical et scolaire, à droite les obéissants et souffrants vaccinés, à gauche les parias non vaccinés privés d »enseignement obligatoires, les boucs émissaires, les pestiférés… pestiférés certes, mais en bien meilleure santé que les autres enfants.

Dans cette optique, Madame Buzyn aurait très bien pu imposer sans être soutenue par le cadre de la loi que l’école soit interdite aux enfants blonds aux yeux bleus, et sans apporter pour autant une justification soutenue par l’intelligence ni par la science.

Interdire l’école aux enfants non vaccinés est un acte de violence sans précédent au cœur de notre démocratie et de notre nation supposée incarner, la Liberté, l’Égalité et la Fraternité, les fondements de notre constitution et de notre nation ; mais le gouvernement LREM semble ne pas supporter les fondements de notre république pour des raisons plus économiques que de santé véritable ou de respect de notre constitution que certains prétendent qu’elle n’existerait plus à cause des manigances politiques du PS.

Pixabay.com

Cette attitude de notre gouvernement est d’ailleurs conforme à ses fourbes pratiques devenues habituelles, qui consistent à imposer aux médias ce qu’il souhaite que les Français entendent et exécutent, comme si sa parole était d’or.

La parole d’LREM serait-elle d’or de boue ?

J’entends ricaner au loin des millions de Français en lisant cette question, surtout après le scandale du sang contaminé, du médiator, du levothyrox, du VIOXX et même de Benalla, le mal nommé, de Notre-Dame et ce plomb volatilisé comme par enchantement, de Rouen, avec des fumées chimiques ultra-toxiques, une toiture en amiante transformée en millions de microparticules qui mettront 20 ans à faire effet… non, nul ne peut faire confiance à l’état en termes de vérité, l’État et ses suppôts, qui ne cessent de mentir pour ne pas avoir à assumer sa responsabilité, comme pour le nuage de Tchernobyl qui se serait arrêté à la frontière française, mais qui a touché le reste du monde.

Cette décision de Madame Buzyn imposée sans l’ombre d’une loi, donc, sans l’ombre d’un caractère obligatoire, est de la part de la ministre de la Santé, parfaitement ahurissante en matière de science de la santé d’une part, par contre cette décision qu’elle impose est au contraire, parfaitement rentable pour ses amis des laboratoires qui vont s’enrichir à milliards à travers la vente de leurs vaccins, mais en plus, cet ordre inTimé comme disait Platon, sert à évaluer la réaction du public pour le tester.

En clair, si le public obéi aux ordres de ce gouvernement, de cette ministre qui « rêve d’atomiseur », et d’atomiser la famille et l’enfance, « Madame rêve d’artifices sismiques et sensuels », on est loin des amours de l’homme pour l’homme, on est loin de la poésie de Baschung « de foudres et de guerres à faire et à refaire ».

Non ! Et c’est avec certitude que nous pouvons affirmer qu’il n’y a ici aucun amour pour l’humanité, « on est loin des amours de loin » très loin et au lieu de privilégier le ciel, ces gouvernants des matins ensanglantés préfèrent les douves, les sous-sols, les cata-combles qui flirtent avec la mort et les rats des gouts douteux, où reposeront nos enfants rendus malades par les amoureux des profits, missionnaires du trépas, soldats sans joie et sans honneurs qui abandonnent derrière eux, l’espoir et l’avenir de notre pays.

Le citoyen obéissant devient lui-même le dindon de la farce parce qu’il a cru à la simple volonté criminelle d’un gouvernement corrompu par la finance et les laboratoires pharmaceutiques.

Pixabay.com

L’idée d’interdire l’école aux enfants non vaccinés a été suscitée par de faux cauchemars hantés par un décès hypothétique, alors qu’il s’agit en fait des craintes pour la santé de l’industrie pharmaceutique dans la mesure où le danger est aussi réel que si les enfants non vaccinés sont autorisés à continuer à se mêler aux enfants vaccinés, les gens pourraient commencer à remarquer que les enfants non vaccinés sont généralement en meilleure santé, qu’ils ont un meilleur système immunitaire, qu’ils sont moins sujets à l’autisme et aux maladies chroniques.

Imaginez seulement 5 enfants non vaccinés sur 35 qui s’amusent comme des fous, qui comprennent sans difficulté leurs leçons, qui terminent avant les autres leurs exercices, les autres, allergiques aux arachides, au lactose, les phtisiques, les asthmatiques, les paraplégiques, les malades en hic ou en hoc ou en ad hoc comme notre cher capitaine des vents malodorants et son poisson de la vieille. Croyez-vous que notre ministre du corps expéditionnaire de la pharmacie souhaite autre chose que du coup je te lave du coup tu m’essuies ?

  • « Les jours de grèves, le sable s’ennuie,

On se prélasse dans les grandes surfaces

Là où se pressent les huiles et les bigorneaux.
J’écume, je m’enrhume
[1] »

Et moi, moi, il ne manquait plus que moi, et bien moi, j’enrage de connaitre la vérité, moi, j’enrage de savoir combien ces huiles visqueuses nous collent entre les doigts de fausses responsabilités qui leur incombent au bord de notre tombe.

Les ministres de la Santé sont bien conscients de leur responsabilité irresponsable, celle de préserver la santé financière de leurs bienfaiteurs pharmaceutiques et qui s’inquiètent de l’augmentation du nombre d’enfants non vaccinés n’ayant pas produit une augmentation proportionnelle des maladies sur leurs statistiques diaboliques.

Ah, les maladies ne sont plus imaginaires, elles sont désormais devenues inconnues au bataillon des troufions médecins, incapables d’accepter leur crime et encore moins capables de soigner le mal qu’ils ont fait, pas tous, mais nombre d’entre eux dans une totale ignorance de la réalité scientifique. Ces médecins délateurs, ou plutôt ces nouveaux collabos qui devraient davantage être chélateurs de l’empoisonnement dont ils sont les premiers responsables, car ils ont refusé de douter ne serait-ce qu’une seconde de leurs compétences aujourd’hui non avérées. En effet, ils tiennent une part de responsabilité dans l’accélération et le développement des maladies chez nos enfants en imposant des vaccinations dont ils savent en fait, peu de choses et du fait qu’ils refusent de s’interroger sur la validité de ces vaccins qui mettrait en péril leur business et leur conscience. Les citoyens ne font plus confiance en leur médecin aux États-Unis, car leurs profits comptent plus que la santé des enfants qu’ils sont supposés soigner. Ils jouent au clapotis de la connaissance et lorsqu’un parent ose s’enquérir de celle-ci, le trou fion médical hurle sur sa patiente que c’est une criminelle, une ignorante doublée d’une incapable qui met la vie des autres enfants en danger à cause justement de ses immondes questions. Mais lorsque l’ordure est responsable de l’invalidité d’un enfant à cause de son vaccin, la mère en larmes hurle son désespoir alors qu’il regarde hagard l’hystérique en lui prescrivant du magnésium et des antidépresseurs pour la calmer, tout en ayant le culot de lui dire :

  • Mais non Madame les vaccins que j’ai injectés à votre enfant sont surs ! Je n’y suis pour rien, votre enfant devait trainer ce facteur génétique héréditaire qui vient de vous ou de votre mari ou de votre mère ou de votre père, ou de la mère Denis, mais pas de moi, voyons. Cela fera 45 euros !

Dès lors on comprend bien pourquoi la ministre de la Santé refuse désormais la présence d’enfants non vaccinés dans les écoles, car cela menace d’annuler les années de travail acharné des laboratoires pour pourrir la vie de nos enfants en réintégrant dans celle-ci, les épidémies et les maladies graves qui avaient disparu. Ce gouvernement est le valet de Big Pharma qui censure nos émotions en affirmant :

  • « Mais Madame, enfin, qui a besoin d’un système immunitaire de toute façon ? » et « qui a piqué mon cartable, qui a mangé tous mes bombecs ?[2] »

Il s’est consacré comme ce sacré con qui gouverne un peuple de cigales qui chante quand il faut pleurer, et qui pleure quand il est l’heure de se réveiller.

Ce gouvernement qui part bien à l’heure en prenant le train des laboratoires en direction des camps de la mort programmée, dans un moratoire consacré et détestable, pour inculquer la terreur des maladies aux Français, comme la rougeole qui ne tuait déjà plus en 1963, qui avait pratiquement disparu, et la varicelle et la rubéole qui n’inquiétaient absolument personne auparavant.

Citoyen, ne vois-tu pas la fourberie dont tu es le dindon, la farce de Monsieur Scapin, il est prouvé scientifiquement que ces maladies ne sont pas mortelles, combien de fois faudra-t-il le répéter ? Mais le public n’écoute, pas il n’entend pas, il est hypnotisé par l’autorité du pouvoir, et de la presse, sa putain de Babylone qui profite de son ascendant pour rouler les papas et les mamans dans la farine avant de les mettre au four crématoire de leurs intentions criminelles. Fais-toi du souci pour ta santé et celles de tes enfants, méfie-toi des gouvernements, des sociétés pharmaceutiques et des cartels industriels et criminels du monde entier, car, le vrai danger est là !

Combien de fois ai-je parlé de l’arnaque de la rougeole, j’ai même écrit un livre sur le sujet, mais qui lit ce livre, pourquoi le fuir ?

PANDORA VI
uniquement disponible sur Amazon

Tout simplement parce que le citoyen a peur de la vérité, il a peur de réaliser combien il a été naïf de suivre les mensonges des ministres de la Santé depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, l’orgueil a une grande part dans le succès des politiques et de leur piège à illusion.

Il existe également la menace très réelle et inquiétante que si un enfant non vacciné contre la rougeole, attrape la rougeole pendant quelques jours, il n’en meurt pas, il se rétablit sans complications, comme c’était le cas avant l’introduction de la vaccination en 1963, de plus en plus de gens devraient penser que la rougeole n’a rien d’inquiétant, car elle n’est pas inquiétante pour nous – en tous les cas, elle est moins inquiétante que de se faire vacciner et de vacciner ses enfants avec des vaccins chargés de toxines nocives, de neurotoxines, d’ADN humain et animal, de glyphosate, destinés en fait à détruire le système immunitaire de sorte que la maladie fasse partie du quotidien sordide des parents et de leurs enfants, vous comprenez pourquoi les enfants non vaccinés se voient alors interdire l’école des enfants malades. 

Imaginez-vous prisonnier en haut de la tour de Minos sans avoir Dédale à vos côtés pour vous en échapper, prisonnier de vos propres idées, de votre propre endoctrinement, à croire que les enfants non vaccinés pourraient contaminer des enfants vaccinés justement protégés contre la maladie en question ?

L’aveu serait terrible, les vaccins ne fonctionnent pas puisque les non-vaccinés contaminent les vaccinés, c’est Madame Buzyn qui le dit en interdisant l’école à ces non-vaccinés, on voit le niveau scientifique pour faire de telles déclarations ou le niveau de complicité criminelle ou le niveau intellectuel des Français pour accepter une telle ineptie qui se transforme en injustice nationale et acceptée comme une vérité. C’est la foire à la saucisse, gonflée à la farce à l’ail OGM du mensonge, et au sang des petits enfants, c’est du pue de la gueule gouvernementale, pour endormir les naïfs.

Cette interdiction reflète les craintes du gouvernement lui-même, selon lesquelles, les enfants non vaccinés pourraient infecter les enfants vaccinés avec des maladies contre lesquelles les enfants vaccinés auraient été vaccinés, révélant ainsi que les vaccins ne sont pas tout à fait efficaces, en effet, ce ne sont pas les vaccins qui sont dangereux c’est leur magistrale bêtise qui est leur plus grande ennemie, car elle est abyssale.

Tous les porte-parole, porte-voix, cotonniers du roi, ont les mêmes mots à la bouche aux saveurs de souffre et d’autant plus ceux du ministère de la Santé en Grande-Bretagne par exemple, mais ils sont identiques partout, comme des clones de l’Eden, qui déclarent avec la suffisance de l’ignorance :

  • « La vaccination est absolument essentielle pour une société civilisée moderne, exempte d’influences séditieuses telles que l’immunité naturelle et une vitalité saine. Dans un monde idéal, les gens devraient avoir le droit de manger autant de nourriture souillée que nécessaire, de s’asseoir devant la télévision autant de fois qu’ils le souhaitent et d’assumer le moins de responsabilités possible pour leurs enfants, heureux de dépendre de l’industrie pharmaceutique, pour les maintenir en vie, mais en même temps trop épuisés pour causer des ennuis ou, espérons-le, procréer.[3] »

La diatribe du niais qui prend des cours du soir pour étoffer ce qui lui reste de pensée, l’abruti dans toute sa splendeur, alors non, aujourd’hui fini la politesse et la bienséance, c’est le cri du hibou ou celui du corbeau tous deux messagers de la mort à venir, la mort de nos enfants.

  • « Dans un monde idéal, les gens devraient avoir le droit de manger autant de nourriture souillée que nécessaire », dit un politique britannique comme il pourrait être français ou américain.
  • Pauvre carotte vérolée, dans un monde idéal, les gens devraient pouvoir manger de la nourriture bio à satiété et pas lécher les trottoirs de la ville de Paris, souillés d’excréments humains pour bouffer tes restes.
  • «  s’asseoir devant la télévision autant de fois qu’ils le souhaitent et d’assumer le moins de responsabilités possible pour leurs enfants »

Technocrate sans cervelle, ce sont les malades, les retraités, les enfants et certains paresseux qui passent leur temps devant la TV, pas les jeunes parents qui courent à droite à gauche pour éduquer et nourrir leurs enfants, mais comment peut-on être aussi peu intelligent pour affirmer de tels postulats ?

  • « Heureux de dépendre de l’industrie pharmaceutique, pour les maintenir en vie, mais en même temps trop épuisés pour causer des ennuis ou, espérons-le, procréer ! »

Ah, tu avoues malheureux, enfin que l’industrie pharmaceutique sert véritablement à diminuer les humains et cela ne te suffit pas, l’insulte me manque à cet instant, tellement estomaqué par tant de contrôle mental ; dépendre de l’industrie pharmaceutique qui a rendu malade la population, bravo, quelle confiance, croire en la vaccination qui stérilise nos jeunes filles et nos jeunes garçons qui finiront par éjaculer du sable, mais combien de temps encore devrons-nous payer à travers nos impôts de tels incapables qui nous empoisonnent et assassinent nos enfants ? Mais qu’est-ce qu’il fout à l’arrière des berlines ce technocrate, il s’astique le braquemart en rut en demandant au chauffeur un mouchoir en coton OGM pour éponger les trois goutes de liquide séminal qu’il est encore capable d’offrir à cette société de dégénérés.

Interdire aux enfants d’aller à l’école est un inconvénient, certes, car l’éducation moderne devrait jouer un rôle essentiel dans la préparation des enfants vers l’âge adulte, mais comme le niveau scolaire est en rapport avec la baisse du QI, sinistres conséquences des vaccinations intensives sur le cerveau de nos jeunes générations, l’état complice des laboratoires organise la nouvelle fabrique des crétins flamboyants qui hurlent devant un cône glacé et qui ne comprend plus rien aux « Noces de Cana » de Véronèse, et qui va même croire à la modification de l’histoire de ces « Inglorious bastards » de Tarantino. À ce rythme, ils finiront par nous voler notre système immunitaire et rendre illégale la possession d’un système immunitaire en bonne santé et sans permis, c’est l’avenir que nos gouvernements et les laboratoires pharmaceutiques nous réservent si nous les laissons faire.

Nous vivons une époque formi… diable !


[1] Paroles de « J’écume » par Alain Bashung

[2] Na, Zazie.

[3] https://www.thelibertybeacon.com/government-prepares-to-do-something-stupid-shock/

Laisser un commentaire