La censure arrive : il est temps de se battre

0
327

PUBLIÉ PAR: VAXXTERADMIN LE 17/sepyembre 2019

Par Danielle Lasher, collaboratrice de Vaxxter

Traduction pour cogiito.com : PAJ

Quel que soit le camp dans lequel vous vous situez en matière de vaccins, de consentement éclairé et d’autres questions de réglementation sanitaire, vous savez probablement que la censure sévit dans les médias sociaux du monde entier. Son omniprésence ne connaît pas de limites.

Liberté de la presse en pause

Pourquoi ne pouvons-nous pas parler des risques documentés des vaccins ? 

Pourquoi ne pouvons-nous pas discuter des documents judiciaires publiés l’été dernier qui révèlent que le ministère de la Santé et des Services sociaux  n’a pas fait une seule étude sur la sécurité des vaccins au cours des 32 dernières années, alors que la loi de 1986 sur les lésions traumatiques l’exigeait? 

Pourquoi les journaux qui remettent en cause la sécurité des vaccins sont-ils bloqués chaque jour comme le mauvais redémarrage de Lance Simmens après Vaxxed  dans un article interrogeant la véritable ligne directrice du HuffigtonPost sous le contrôle de Big Pharma et la censure dont le rédacteur de plus de 180 articles sur ce média vit depuis qu’il a écrit sur le sujet interdit des vaccins ? 

Les journalistes ne rapportent plus les informations ; ils les fuient.

Sommes-nous vraiment libres ou sommes-nous redevables à ceux qui ont le plus d’argent ? Ne vous méprenez pas, je suis fan du capitalisme de notre économie. Mais je ne suis pas une partisane du tout pour le tout pour atteindre les sommets. 

Au lieu de défendre avec force les vaccins, Big Pharma a eu recours à la politique, à l’interdiction de la liberté d’expression et à celle du droit de choisir. 

Ceux qui s’interrogent sur la sécurité des vaccins ont été bâillonnés et n’ont aucune possibilité d’exprimer leurs préoccupations même scientifiques. Allez Pharma, mettez nos meilleurs et plus brillants représentants à la télévision pour faire face à vos allégations « cap ou pas cap » ?

Au lieu d’autoriser un débat, nous sommes brutalisés par les interdictions de Facebook, d’Instagram et même la censure de notre courrier électronique (merci d’avoir plié MailChimp et Kartra). 

Les forums Internet ont maintenant ce que l’on appelle des vérificateurs de faits qui pénalisent professionnellement les médecins, tels que le Dr Bob Sears. Les médecins californiens ont été privés du droit de défendre les intérêts de leurs patients grâce au SB714, adopté récemment, et à présent c’est au  SB276 , qui confère au gouvernement le pouvoir exclusif d’approuver ou de refuser les exemptions médicales relatives aux vaccins.

L’industrie pharmaceutique détient le monopole de la programmation télévisuelle grâce à l’argent de la publicité

La vérité dévoilée au grand public sur le vaccin, serait de la kryptonite destructrice pour Big Pharma. 

Ils ont verrouillé les messages que nous avons le droit d’entendre et l’Américain moyen reçoit  9 annonces de médicaments par jour [1]

Les principaux réseaux de télévision américains diffusent 80 de ces publicités par heure [2]. Ils ne permettront pas à nos panneaux  d’ affichage [3]de révéler la vérité sur les risques liés aux vaccins, même lorsqu’ils sont financés par des donateurs privés et des organisations.

Les personnalités de la télévision et les diffuseurs d’informations ont pris beaucoup d’assurance sous contrôle pour aborder le sujet des vaccins. 

Par exemple, lorsque Brian Kilmeade, coanimateur de «Fox & Friends» s’est élevé contre le vaccin antigrippal,[4] les médias libéraux se sont emparés de lui. 

Il semble que si vous n’êtes pas entièrement en faveur de Big Pharma, vous n’êtes pas autorisé à avoir une opinion. 

Nous ne fonctionnons plus en tant que  république constitutionnelle. Heureusement, de plus en plus d’Américains se réveillent chaque jour avec dégoût.

Fausses magies des médias

Ceux qui parlent des problèmes liés aux vaccins choisissent-ils d’être étiquetés, catégorisés, qualifiés d’ « anti-vaxx » et être classés dans la même catégorie que les partisans de la Terre Plate qui s’accrochent au concept de l’ effet Mandela [5]

Certainement pas, mais nous avons laissé le ridicule et les insultes avoir un tel impact sur nous. Il semble que nous ayons oublié l’une des valeurs les plus fondamentales et les plus importantes d’être Américain :

La liberté d’avoir une opinion et la liberté de l’exprimer.

Le problème n’est pas que votre voisin, votre famille, vos anciens camarades de classe ou vos collègues peuvent ne pas croire ou être d’accord avec votre point de vue. Le problème est que les géants de la technologie sont dans les poches de ceux qui ont le pouvoir de légiférer – la technologie nous enferme et les législateurs la valident. Mais il y a un problème encore plus important :

Beaucoup ont volontairement cédé leurs droits en permettant à nos législateurs très socialistes d’abandonner leurs programmes de censure.

Si vous essayez d’alerter votre fil d’actualité sur le fait que l’histoire ne se résume pas à une simple personne mentalement instable dont l’arme a mal fonctionné, mutilant et tuant des écoliers innocents, vous êtes entraîné dans l’équivalent d’une lapidation publique moderne en direct. Cela est particulièrement vrai si vous discutez des lois sur les armes à feu ou si vous attaquez des médicaments psychiatriques dont beaucoup sont convaincus qu’ils ne peuvent pas vivre sans.

Les médias ont passé des décennies à dire aux gens qu’ils étaient imparfaits et qu’ils souffraient d’une maladie qui, bien sûr, pouvait être améliorée avec un médicament pharmaceutique. En 2019, nous vivons à une époque où presque tout le monde est tellement consumé par son «défaut» qu’il est devenu sa propre identité. Par exemple, au lieu de dire :

  • «j’ai la fibromyalgie»

la personne dira :

  • «je suis un fibro».

La distinction peut être subtile, mais elle est puissante. Si les médicaments qu’ils prennent sont mis au défi, la personne y voit en quelque sorte une agression personnelle contre son caractère, au lieu de s’interroger sur la nécessité d’un médicament.

Internet tue les opinions divergentes

Avez-vous eu un post comme celui-ci pop-up dans votre flux?

  • « Si vous êtes en faveur de _____, supprimez-moi. »

La société est devenue polarisée. Soit votre pour… ou votre contre. 

Nous avons supprimé les nuances de couleurs et les insinuations de notre langue. Si quelqu’un n’est pas d’accord avec vous, vous êtes tout à coup une victime. À titre d’exemple, nous avons vu de nombreuses causes émerger revendiquant des droits pour les victimes. Un sondage réalisé par le Cato Institute a[6] révélé que près des trois quarts (71%) des Américains croient que le politiquement correct a fait plus pour faire taire les discussions importantes que notre société doit avoir. Seulement 28% pensent que le politiquement correct a aidé les gens à ne pas offenser les autres.

Pourquoi cherchons-nous à trouver un « terrain d’entente » à travers une liste de pronoms neutres[7] et de concevoir des toilettes publiques neutres [8]

mais nous ne pouvons pas convenir qu’il est inconstitutionnel d’obliger quelqu’un à se faire injecter un produit biologique contre son gré si la vaccination est contre leurs croyances ? 

Les fournisseurs de soins médicaux peuvent refuser d’avorter si la procédure va à l’encontre de leur système de croyances, mais pourquoi les gens ne peuvent-ils pas refuser les vaccins fabriqués à partir de cellules fœtales avortées si cela va à l’encontre de leurs convictions ?

Suivi sur le front intérieur

Mais il ne s’agit pas que des médias traditionnels, du câble et des réseaux sociaux qui font de leur mieux pour nous distraire. La censure frappe beaucoup plus près de chez nous. Elle frappe en fait chez nous !

Plus de 5 milliards de personnes ont un smartphone [9], ce qui signifie que presque toutes les personnes dans le monde disposent d’ un appareil capable d’écouter et de suivre leurs moindres mouvements. Plus de 100 millions d’appareils Alexa  ont été vendus et peuvent diffuser de la musique ou écouter toutes vos conversations [10]privées. Savoir de quoi on parle en privé permet à l’industrie de nous vendre et d’orienter nos discussions. Ils ont toujours une longueur d’avance. Les cookies informatiques et les fenêtres contextuelles continuent de nous envahir, mais ils ont largement dépassé ces inconvénients. Les Américains savent-ils combien ils sont surveillés, enregistrés et finalement, réduits au silence ? La plus grande question est, s’en soucient-ils réellement?

Une enquête du Pew Research Center a [11]révélé en 2018 que 72% du public pense qu’il est «probable» que les plateformes de médias sociaux censurent activement les opinions politiques qu’ils jugent répréhensibles et qu’il est «probable» que les plateformes de médias sociaux soient politiquement biaisées. Plus récemment, une étude réalisée par le groupe de recherche technologique Loup Ventures a [12]révélé que 51% des Américains estimaient qu’il fallait faire davantage pour protéger la liberté d’expression sur des plateformes Internet telles que Facebook et Twitter. Seulement 51% pensent que la censure est allée trop loin ?

Il y a quelques mois, je cherchais un article paru dans le New York Times en 1901 et intitulé The Factory Girls ‘Resistance : La lutte des employés de la American Tobacco Company contre la vaccination obligatoire . [13] C’est l’histoire de 350 travailleuses qui ont été vaccinées de force avec un vaccin antivariolique alors qu’elles étaient bloquées sur leur lieu de travail. Les forces de l’ordre se sont même présentées pour aider à mener à bien la procédure médicale.

Il a fallu un peu de temps pour trouver l’article archivé, car celui-ci était introuvable sur Google. Lorsque j’ai utilisé d’autres moteurs de recherche, tels que Dogpile et  Duck Duck Go,  l’article est apparu tout de suite.

Pourquoi n’avons-nous pas le droit de parler de cela ? 

Après tout, cela fait partie de  notre histoire. Nous ne pouvons pas avoir une conversation d’adulte à adulte à propos de toutes ces années au cours desquelles l’industrie a payé des médecins pour dé-diaboliser les cigarettes, affirmant qu’elles étaient « bonnes pour la gorge »[14] et « apaiser nos nerfs ». Ou, le fait de souligner les faiblesses du passé a-t-il trop éclairé les sales relations au sein du programme actuel de Big Pharma ?

Ils ont créé un scénario dans lequel nous ne sommes pas autorisés à refuser un produit de santé. Pouvez-vous penser à une autre industrie – des ampoules électriques aux automobiles – où un consommateur n’a pas le choix et est obligé d’acheter un produit ? 

Ce n’est pas du capitalisme ; c’est de la coercition et de la corruption. 

Même le mandat individuel de la Loi sur les soins abordables, communément appelé Obamacare, qui pénalisait les Américains pour ne pas souscrire une assurance maladie, a été jugé anticonstitutionnel[15] et a été retiré de la loi.

Pourquoi nous devons nous battre

Nous ne sommes pas des marionnettes contrôlées par BigTech et BigPharma. Nous sommes citoyens américains. Nous sommes des mères et des pères, des soeurs et des frères, des filles et des fils – et, plus important encore, nous sommes des électeurs. 

Les marionnettes polonaises de Norblin

Nous sommes des électeurs. 

Mais nous ne pouvons pas nous attendre à ce que «eux» passent outre. Nous devons être responsables et reconnaître que nous faisons partie du problème.

Nous nous sommes autorisés, ainsi que notre société, à glisser sur la pente huilée dans ce parfait gâchis. Nous avons arraché nos téléphones du mur et éliminé les répondeurs en échange d’une disponibilité 24h / 24 et 7j / 7 et d’une dépendance à un outil de poche pouvant provoquer  des tumeurs au cerveau   [16]et des troubles neurologiques.[17]  Nous avons privilégié la commodité et la rapidité avec laquelle nous utilisons des informations bien documentées. Nous avons privilégié les opinions sensationnalistes vendues comme «informations» par rapport à un journalisme primé et de grande qualité, tel que The MacNeil Lehrer Newshour. [18] Nous avons abandonné notre intérêt pour le vrai journalisme et l’avons échangé contre des opinions sur des blogs et sur Twitter.

Je dis cela en tant qu’écrivain qui a commencé avec le rêve naïf de devenir journaliste d’investigation pour le NYT. 

J’ai changé de spécialité et de carrière parce que je ne pouvais pas supporter ce que l’on m’imposait d’écrire pour être payé.

L’expérience américaine va-t-elle finir par faire partie de l’histoire mondiale à mesure que nous évoluerons dans une société fasciste, nourris de propagande et informés par ce qu’il faut penser ? 

La «police de la pensée» d’Orwell deviendra-t-elle une réalité dans notre pays, où les pensées d’une personne et ses croyances même tacites, deviendront un crime ? L’intelligence artificielle sera-t-elle largement utilisée pour analyser et contrôler les pensées humaines ? Plusieurs outils logiciels sont déjà en place et utilisés pour ce qu’on appelle la «police prédictive ».[19]

Les Américains doivent se rappeler ce que notre gouvernement est :

Nous, le peuple. Notre gouvernement est le peuple !

Chaque jour, je constate que la majorité silencieuse d’électeurs en colère grandit, à commencer par les révoltes, les veilles dans la rue et les manifestations luttant contre les lois en matière de vaccination obligatoire en Californie, à New York et dans le Maine. Les Américains se réveillent et commencent à repousser la tendance au socialisme ; nous voulons protéger et rétablir notre république constitutionnelle et notre précieux premier droit, le droit à la liberté d’expression.

Le temps presse. La censure des médias nous paralysera-t-elle ? Oui, si nous le permettons.

Je trouve du réconfort chez mes camarades activistes sachant que je ne suis pas seul. Nous luttons contre les mandats. Nous luttons contre la censure. Nous maintenons la communication à l’ancienne : appels téléphoniques, courriels et réunions en face à face. Tout autour de vous, il y a de bonnes personnes qui sont prêtes à renoncer à la commodité et à prendre le chemin difficile pour révéler la vérité, parce que c’est la bonne chose à faire.

La question est : serez-vous l’un d’entre eux ?

____________________________________________

Dani Lasher est un écrivain, entraîneur de maternité et défenseur de la santé qui vit juste à l’extérieur de Washington, DC. Passionnée par le consentement éclairé et les choix de naissance des femmes, elle est aussi légèrement obsédée par la vie en ville et la cuisine. Vous pouvez rejoindre Dani sur son site,  BumpMama.


[1] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3278148/

[2] https://www.npr.org/templates/story/story.php?storyId=113675737&t=1569216879686

[3] https://www.cbc.ca/news/canada/toronto/vaccine-choice-canada-billboards-anti-1.5035395

[4] https://vaxxter.com/brian-kilmeade-flu-shot/

[5] https://www.verywellmind.com/what-is-the-mandela-effect-4589394

[6] https://www.cato.org/survey-reports/state-free-speech-tolerance-america

[7] https://blog.hubspot.com/marketing/gender-neutral-pronouns

[8] https://www.glsen.org/blog/gender-neutral-bathrooms-are-radical-not-how-you-think

[9] https://www.pewresearch.org/global/2019/02/05/smartphone-ownership-is-growing-rapidly-around-the-world-but-not-always-equally/

[10] http://tappingacellphone.com/using-a-smartphone-as-a-listening-device/

[11] https://www.pewinternet.org/2018/06/28/public-attitudes-toward-technology-companies/

[12] http://nrb.org/news-room/press_center/jmp/social-media-censorship-expands-americans-concerned/

[13] https://www.nytimes.com/1901/04/12/archives/factory-girls-resistance-american-tobacco-companys-employes-fight.html?fbclid=IwAR2_hHMCnYrP2vqoyKlb5sQxziBVqT357HDAXM83KLzJypAp5GjvlWl2whA

[14] https://www.youtube.com/watch?v=gCMzjJjuxQI

[15] https://www.healthleadersmedia.com/strategy/judge-rules-acas-individual-mandate-unconstitutional-declaring-entire-law-invalid

[16] https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0090301909001451

[17] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3137841/

[18] https://newshourproductions.org/homepage/history/

[19] https://www.smithsonianmag.com/innovation/artificial-intelligence-is-now-used-predict-crime-is-it-biased-180968337/

Laisser un commentaire