LA DISPENSE MÉDICALE VACCINALE DISPARAIT AUX ÉTATS-UNIS!

0
322

Mercola.com, le 24 septembre 2019 L’ analyse par Barbara Loe Fisher 

Traduction pour cogiito.com

https://articles.mercola.com/sites/articles/archive/2019/09/24/medical-exemption-for-vaccines.aspx?utm_source=dnl&utm_medium=email&utm_content=art1HL&utm_campaign=20190924Z1&et_cid=DM353549&et_rid=714764414

HISTOIRE EN UN COUP D’ŒIL

  • Les Américains de tous les milieux décrivent le traumatisme d’être menacés, contraints et punis par des médecins violant l’éthique du consentement éclairé, qui ont abandonné le principe de précaution selon lequel « premièrement, ne pas nuire »
  • Aux États-Unis, 1 personne sur 3 évite de demander des soins médicaux car elle n’apprécie pas se sentir humiliée par les médecins et elle a peu confiance en la compétence de ses médecins.
  • 45% des adultes américains doutent de la sécurité des vaccins et 27% de ceux qui ont connaissance de secrets et d’actes répréhensibles de l’industrie pharmaceutique ou du gouvernement
  • L’abus de pouvoir autoritaire des médecins sur les patients et les parents d’enfants mineurs nuit à la confiance
  • Le lobby de la vaccination forcée exerce des pressions sur les législateurs des États pour qu’ils mandent des médecins privés en leur retirant leur droit légal d’accorder aux enfants une exemption médicale s’ils ne respectent pas les strictes contre-indications vaccinales approuvées par le Comité consultatif des pratiques de vaccination du CDC (ACIP). )

Témoignant avec leurs propres mots sur le document « Cry for Vaccine Freedom Wall»[1] du Centre national d’information sur les vaccins ( NVIC.org), et les souffrances des personnes maltraitées par les médecins appliquant des politiques de vaccination uniformément adaptées, sont enfin révélées.

Des Américains de tous horizons décrivent le traumatisme d’être menacé, sous la contrainte et puni par les médecins violant l’éthique du consentement éclairé

Des Américains de tous horizons décrivent le traumatisme d’être menacé, sous la contrainte et puni par les médecins violant l’éthique du consentement éclairé, 1 , 2 , 3 qui ont abandonné derrière eux, le principe de précaution « D’ abord, ne pas nuire » 4 , 5 et qui se comportent davantage comme des gardiens de prison que comme des soignants compatissants.

Lorsqu’on enseigne aux médecins et aux législateurs à considérer les personnes incapables de se faire vacciner sans être blessé par ces vaccins, comme non indispensables et à traiter les personnes qui défendent le droit au consentement éclairé comme des ennemis publics numéro 1,6, l’exercice de la médecine et de la législation en matière de santé publique s’est perdu et il est devenu une ordonnance contre les préjugés, une discrimination et un abus. Voici l’expérience d’une mère :

«Lorsque mon premier enfant est né, nous l’avons fait vacciner à temps. Après une visite de routine, il a réagi un vaccin, qu’il s’agisse du DTaP ou du ROR. Il a crié toute la nuit et ce n’était pas son cri tatillon typique. Il était différent. Plus d’un médecin a ignoré nos inquiétudes et n’a jamais signalé l’incident. Ils s’attendaient à ce que nous continuions à vacciner et on nous racontait à chaque visite des histoires d’horreur sur des enfants décédés d’avoir été vaccinés. Nous avons cessé de le vacciner à 15 mois, alors qu’il présentait des retards de développement. Il avait des tendances autistes et un retard de la parole. Il a dû suivre une orthophonie pendant cinq ans. Heureusement pas diagnostiqué autiste. Après que nous ayons cessé de le vacciner, les comportements se sont manifestés de moins en moins.

Lorsque ma fille est née, nous avons décidé de ne pas la vacciner en raison de la réaction de mon fils et de faire de la recherche sur les ingrédients du vaccin. Après sa naissance, l’infirmière nous a harcelés parce que nous ne voulions pas donner à notre fille âgée de plusieurs minutes le vaccin contre l’hépatite B.

Elle a fait une scène et mon mari a dû veiller sur notre bébé. On nous avait dit que si nous ne surveillions pas les enfants avec leurs vaccins dans l’année chez le pédiatre [le bureau], nous serions renvoyés du cabinet médical.

Après avoir été 10 ans patients dans ce cabinet, non seulement nous avons été harcelés, puis mis à la porte, mais les médecins n’ont pas pris la responsabilité d’avoir fait du mal à mon fils. À ce jour, aucun pédiatre n’acceptera nos enfants non vaccinés, mais en bonne santé. » 7

Les médecins abusent de leur pouvoir et de notre confiance

Est-ce que l’idée d’aller chez le médecin ou d’emmener votre enfant chez un pédiatre vous inquiète, voire, vous fait peur, parce que votre médecin refuse de vous écouter, vous fait passer pour une personne stupide et ne semble pas se préoccuper des besoins de santé individuels de votre enfant ?

Craignez-vous que votre médecin vous menace ou refuse les soins médicaux à votre enfant si vous refusez même l’une des dizaines de doses de vaccins que les responsables de la santé du gouvernement recommandent à votre médecin de donner à chaque patient ?

Vous n’êtes pas seul dans cette situation. La confiance est la clé d’une relation positive avec un médecin, surtout si vous êtes un parent qui fait tout ce qui est en son pouvoir pour garder l’enfant que vous aimez en bonne santé. Nous avons tous appris à faire confiance aux médecins pour le bien-être de notre corps physique et du corps de nos enfants.

Les médecins détiennent le plus de pouvoir dans la relation médecin-patient, mais ils ne devraient pas être autorisés à en abuser. 

Trouver un médecin éclairé et compatissant, qui vous traite avec respect dans le cadre d’une pratique personnalisée centrée sur le patient, est l’une des actions les plus puissantes et les plus salutaires que vous puissiez entreprendre. 8 , 9

Une personne sur trois aux États-Unis évite de solliciter des soins médicaux car elle n’aime pas ce que les médecins lui ont fait ressentir et a peu confiance en leurs compétences. 

Dans une étude publiée par les National Institutes of Health en 2015, des chercheurs ont découvert qu’une personne sur trois aux États-Unis évite de solliciter des soins médicaux car elle n’aime pas ce que les médecins lui ont fait ressentir et a peu confiance en leurs compétences. 10 , 11

La lutte contre les problèmes de santé chroniques et le mécontentement des conseils médicaux quant à la façon de guérir ou de rester en santé sont les principales raisons pour lesquelles entre 25% et 40% des Américains et des Européens adoptent des alternatives de santé holistiques comme les suppléments alimentaires, la méditation, le yoga , la guérison spirituelle, la chiropratique, les massages thérapie, l’acupuncture et l’homéopathie pour maintenir la santé. 12 , 13 , 14

Des sondages montrent les doutes du public sur les vaccins, les grandes entreprises pharmaceutiques et le gouvernement

Le fait que les médecins ne traitent pas les patients et les inquiétudes suscitées par les relations intimes des établissements médicaux avec l’industrie pharmaceutique 15 , 16 , 17 , 18 , 19 ont définitivement érodé la confiance de la population dans l’efficacité et la sécurité des médicaments et des vaccins. 20

Un sondage Harris de 2019 a révélé que 45% des adultes américains doutaient de la sécurité des vaccins et que 27% avaient connaissance de secrets et d’actes répréhensibles de l’industrie pharmaceutique ou du gouvernement. 21 , 22 , 23 , 24 , 25

Le facteur de confiance est encore plus compromis lorsque les gens découvrent que la Food and Drug Administration accélère l’accréditation des vaccins 26 , 27 , 28 , 29 et que les responsables de la santé publique surveillent électroniquement tous les vaccins que les citoyens prennent et ne prennent pas, 30 , 31 , 32. et les médecins sont subventionnés ou sanctionnés financièrement par les HMO et les agences gouvernementales 33 pour veiller à ce que chaque enfant reçoive dans les délais prévus chacune des 69 doses de 16 vaccins recommandés par les Centers for Disease Control. 34 , 35 , 36

Mais c’est l’abus de pouvoir autoritaire des médecins à l’égard des patients et des parents d’enfants mineurs qui nuit le plus à la confiance. Voici la description d’un parent à la confiance brisée :

« Mon pédiatre, à New York, m’a été vivement recommandé par un collègue. Au début, il semblait être un médecin compétent. Cependant, lorsque ma fille a approché les dates du calendrier de vaccination recommandé par le CDC et que j’ai commencé à poser des questions (Ohmon Dieu!) Sur l’innocuité et l’efficacité du vaccin, ce médecin est soudain devenu une brute.

Il a insisté sur le fait que les avantages des vaccins l’emportaient sur les risques et que ma fille risquait d’être hospitalisée ou pire si je refusais. Que je lui porte des articles de revues médicales avec comité de lecture, des questions ou des informations, le résultat final était que je devais vacciner.

Lors d’une rencontre, il a carrément menacé de me renvoyer de son cabinet si je ne respectais pas le calendrier du CDC.

Apparemment, le bonus qu’il devait recevoir pour s’assurer que ses patients respectaient pleinement le calendrier de vaccination complet était plus important que la relation qu’il avait construite avec moi [et] avec mon enfant. Il était plus important de vacciner que d’avoir un rôle quelconque dans le bien-être de mon enfant. J’ai quitté la pratique après avoir été menacé 37.

Pharma, le secteur de la santé est le plus grand lobby politique

Le secteur des soins de santé est le plus gros employeur aux États-Unis 38 et les médecins sont les professions les mieux rémunérées. 39 , 40 L’industrie pharmaceutique, qui dépend des partenaires commerciaux du secteur médical pour prescrire des médicaments et des vaccins, est le plus important groupe de pression influant sur le droit et l’élaboration des politiques par le gouvernement fédéral 41 et les assemblées législatives des États. 42 , 43

Au cours des deux dernières décennies, Big Pharma a dépensé plus de 4 milliards de dollars pour faire un traitement spécial à Capitol Hill et aux agences fédérales, soit près de deux fois plus que toute autre industrie. Si l’on inclut les pressions exercées par les hôpitaux, les maisons de repos, les professionnels de la santé et les HMO, plus de 8 milliards de dollars ont été investis dans la politique et la réglementation en matière de santé publique au Canada. 44

Le Congrès a facilité la tâche des organismes fédéraux à l’établissement de partenariats commerciaux lucratifs entre le secteur pharmaceutique et le gouvernement fédéral. 45 , 46 , 47

Des vaccins rentables en raison de mandats, du bouclier de responsabilité

Les vaccins [2], en particulier ceux prescrits par les gouvernements, comptent parmi les produits pharmaceutiques les plus rentables vendus par les sociétés multinationales sur un marché mondial du vaccin de 36 milliards de dollars qui, selon certains prévisionnistes, aura presque doublé de taille d’ici 2024. 48 , 49 , 50

Ce marché est particulièrement rentable aux États-Unis car les vaccins, qui sont autorisés et recommandés par le gouvernement fédéral, sont les seuls produits commerciaux pour lesquels les gouvernements des États exigent légalement que chaque parent les achète et font vacciner leurs enfants avec comme condition de fréquentation scolaire. 51

De plus, les fabricants de vaccins aux États-Unis appartiennent à la seule industrie qui vend ses produits vaccinaux dans le pays qui ne peuvent être poursuivis en justice, même lorsqu’il existe des preuves que la société aurait pu créer un produit moins susceptible de blesser ou de tuer des personnes. 52 , 53 

Les médecins et le personnel médical qui donnent aux enfants et aux femmes enceintes des vaccins recommandés par le gouvernement fédéral ne peuvent être poursuivis soit. 54

En l’absence de responsabilité, les médecins devraient au moins se sentir obligés par une obligation morale et avoir le droit légal de protéger les personnes vulnérables – en particulier les nourrissons et les enfants – contre des réactions vaccinales invalidantes et parfois mortelles.

Malheureusement, les législatures des États de Californie 55 et de New York 56 ont adopté des lois qui éliminent non seulement le droit des parents d’obtenir des exemptions vaccinale en rapport à leurs croyances personnelles permettant aux enfants d’aller à la garderie et à l’école, mais ils ont aussi cruellement supprimé le droit des médecins privés de faire preuve de jugement et de conscience professionnels en accordant aux enfants une exemption médicale face à la vaccination. 57 , 58 , 59

En 2019, Hawaii est devenu un autre État interdisant aux enfants d’aller à l’école avec des exemptions médicales qui ne sont pas strictement conformes aux contre-indications aux vaccins approuvées par le gouvernement fédéral. 60 , 61

Les médecins deviennent des agents de l’État chargés de l’application de la politique de vaccination

Si le puissant groupe de pression sur la vaccination forcée, dirigé par le secteur pharmaceutique, parvient à son but, toutes les exemptions relatives aux vaccins à conviction personnelle seront soustraites aux lois sur la santé publique. Les médecins employés par les services de santé des États auront le pouvoir de refuser une éducation scolaire aux enfants vulnérables au vaccin surtout si un médecin en pratique privée a accordé une exemption médicale à la vaccination pour une raison non approuvée par le gouvernement fédéral.

L’objectif est d’obliger tous les médecins à devenir des agents de l’État sans le pouvoir de déroger à la politique gouvernementale, même si leur mise en œuvre accroît le risque de blessure ou de décès pour un individu.

Cela signifie que si vous trouvez un médecin éclairé et compatissant, vous ne pourrez peut-être plus bénéficier d’une exemption médicale à la vaccination,[3] même si vous et votre médecin êtes d’accord sur le fait que des facteurs de risque génétiques, biologiques et environnementaux vous placent, vous ou votre enfant à un risque élevé d’avoir une réaction vaccinale [4]62

L’objectif est de faire du Comité consultatif des pratiques de vaccination des CDC – également connu sous le nom d’ACIP – un organe législatif de facto établissant la législation sur les vaccins aux États-Unis. 

Qu’est-ce qu’est l’ACIP ?

Comité consultatif sur les pratiques d’immunisation (ACIP) du CDC

Créé en 1964, l’ACIP est un comité consultatif fédéral composé de 15 médecins spécialistes en vaccinologie, maladies infectieuses et domaines connexes, nommés pour un mandat de quatre ans par le Secrétaire à la Santé chargé de formuler des recommandations en matière de vaccins approuvées par le CDC pour la FDA, des vaccins autorisés pour les enfants et les adultes. 63

Outre 15 membres votants, huit membres du bureau représentent des organismes du gouvernement fédéral tels que les instituts nationaux de la santé, la Food and Drug Administration américaine, le ministère des Anciens Combattants et le ministère de la Défense, ainsi que 26 représentants de liaison non votants du secteur pharmaceutique, biotechnologies et industries de l’assurance, associations de professionnels du secteur médical et de la santé publique, départements de la santé d’État et médecins universitaires employés par les grandes universités qui reçoivent souvent des sommes importantes de sociétés pharmaceutiques et des subventions de recherche du Département américain de la santé et des services sociaux. 64

Au cours des 55 dernières années, le Congrès et les assemblées législatives des États ont donné plus de pouvoir à ce comité consultatif fédéral pour influer sur la vie de tous les Américains. L’ACIP a voté en faveur de l’augmentation du nombre de vaccins recommandés par le gouvernement fédéral que les médecins donnent couramment aux nourrissons et aux enfants qi est passé de quelques doses de six vaccins en 1964 à des dizaines de doses de 16 vaccins aujourd’hui. 65

Lorsque l’ACIP formule une recommandation avec l’approbation du CDC, des associations de professionnels de la médecine telles que l’American Academy of Pediatrics (AAP) et l’American College of Obstetricians and Gynecologists (ACOG) 66 suivent avec obéissance et adoptent ces recommandations comme « norme de soins ». 67

Lorsque les recommandations de l’ACIP sont approuvées par d’autres instances gouvernementales influentes de promotion de la vaccination, telles que le Comité consultatif national des vaccins (NVAC) 68 , 69 et le Bureau du programme national de vaccination (NVPO), elles deviennent la « norme de soin » pour tous les cabinets de médecins, pharmacies, hôpitaux dans les maisons de retraite et autres centres médicaux du pays, un filet de vaccination très large a été lancé pour chaque enfant et chaque adulte en Amérique 70 , 71.

B. Pharma prenant les recommandations de l’ACIP à la banque

Le coût pour se conformer aux recommandations de l’ACIP et vacciner complètement un enfant a explosé, passant d’environ 30 dollars en 1983 72 , 73 à près de 3 000 dollars en 2019. 74 L’industrie pharmaceutique transmet littéralement les recommandations de l’ACIP à la banque.

En 1986, la loi nationale sur les traumatismes liés aux vaccins chez l’enfant a conféré aux fabricants de vaccins une protection partielle de la responsabilité du fait des vaccins recommandée par l’ACIP pour les enfants. 75 , 76

En 1994 , le Congrès a créé le programme Vaccines for Children maintenant, chaque année, il utilise 4 milliards de dollars de l’argent des contribuables pour acheter des vaccins recommandés par l’ ACIP des compagnies pharmaceutiques et leur fournir gratuitement aux enfants non assurés ou insuffisamment assurés 77 et, en 2010, le Congrès a adopté la Affordable Care Act, qui oblige toutes les compagnies d’assurance-maladie à fournir gratuitement aux patients les vaccins recommandés par ACIP. 78

Il est clair que chaque recommandation de vaccin « à usage universel » formulée par l’ACIP, telle que donner à tous les enfants un vaccin antigrippal annuel ou des doses multiples de vaccins onéreux comme la varicelle [5], le HPV[6] , le pneumocoque[7] et le méningocoque 79 , rapportent des milliards de dollars aux sociétés pharmaceutiques qui vendent des vaccins gratuits au gouvernement des États-Unis, en particulier lorsque les États ajoutent automatiquement les vaccins recommandés par l’ACIP aux mandats de garde d’enfants et de fréquentation scolaire.

Et maintenant que les assemblées législatives des États sont en train d’éliminer les exemptions relatives aux vaccins fondés sur des convictions personnelles et menottent les médecins pour qu’ils ne puissent pas accorder d’exemptions médicales, il n’y a pas de limite au profit des laboratoires qui se pressent de présenter de nombreux nouveaux vaccins pour accord par la FDA afin d’obtenir le sésame, un permis de diffusion. 80

 L’ACIP recommandera l’utilisation universelle, y compris les vaccins génétiquement modifiés pour le HIV, le RSV, les streptocoques A et B, l’herpès simplex, l’E-coli, la tuberculose et bien d’autres. 81 , 82

Les recommandations de l’ACIP sont le rêve d’un actionnaire de société pharmaceutique et sont devenues le pire cauchemar d’un parent.

Conflits d’intérêts dans les comités consultatifs sur les vaccins

Une enquête menée par le comité américain de la surveillance et du gouvernement avec un rapport publié en 2000 a révélé de graves conflits d’intérêts entre l’industrie pharmaceutique et les membres votants des deux plus importants comités consultatifs fédéraux sur les vaccins : l’ACIP, qui examine et vote la qualité des preuves scientifiques utilisées pour élaborer la politique nationale en matière de vaccins et le Comité consultatif de la FDA sur les vaccins et produits biologiques connexes, qui examine et approuve la qualité des preuves scientifiques utilisées pour autoriser les nouveaux vaccins. 83 , 84

Ces conclusions ont été confirmées de manière indépendante par des journalistes enquêtant sur des conflits d’intérêts entre l’industrie pharmaceutique et le gouvernement fédéral. 85 , 86

Aujourd’hui, le ministère de la Santé peut accorder une dérogation aux conflits d’intérêts aux membres nommés par le gouvernement des comités consultatifs sur les vaccins de l’ACIP et de la FDA afin qu’ils puissent voter sur la licence des vaccins et transformer la politique nationale en vaccins en loi de santé publique. . 87 , 88 , 89 , 90

Alors, quelle est la qualité des preuves scientifiques que l’ACIP du CDC utilise pour élaborer la politique nationale en matière de vaccins promue par le CDC, qui se transforme en droit de la santé publique dans votre État ?

Contre-indications presque inexistantes aux vaccins approuvés par l’ACIP

Commençons par les contre-indications au vaccin, qui sont des problèmes de santé, selon l’ACIP du CDC, les médecins sont les seules raisons pour lesquelles vous ou votre enfant ne pouvez absolument pas recevoir un vaccin.

En gros, conformément aux directives de l’ACIP, le CDC considère que presque aucun état de santé ni historique de réaction au vaccin ne constitue une contre-indication absolue à la vaccination, et c’est ce que votre médecin a également appris à croire. 91

L’ACIP du CDC indique aux médecins que seule une grossesse ou une immunodéficience grave est une contre-indication à l’acquisition de vaccins à virus vivants tels que le vaccin ROR et le virus varicelle-zona, mais que les vaccins inactivés ne sont pas une contre-indication absolue pour les femmes enceintes ou les personnes souffrant d’immunodéficience sévère. 92

C’est un fait très important car, souvent, les groupes de pression du secteur pharmaceutique et médical tentent de convaincre les législateurs que tous les vaccins recommandés par ACIP doivent être obligatoires pour les enfants afin de protéger les femmes enceintes et les immunodéprimés, 93 , 94 qui ne peuvent se faire vacciner à aucun moment, mais ce n’est clairement pas vrai.

Selon l’ACIP des CDC, il n’y a que deux types de réactions au vaccin qui constituent des contre-indications absolues à la revaccination .

  1. Réaction allergique anaphylactique mettant en jeu le pronostic vital et survenant dans les minutes qui suivent la vaccination.
  2. Développement d’une encéphalopathie, telle que crises épileptiques prolongées, coma et autres dysfonctions cérébrales, dans les sept jours suivant la réception d’un vaccin contenant la coqueluche – mais uniquement si le médecin estime que l’encéphalopathie n’est « pas imputable à une autre cause ».

Précautions concernant les vaccins ACIP du CDC : une courte liste

Le CDC publie une très courte liste de problèmes de santé qui, selon les médecins, ne constituent pas une contre-indication absolue, mais uniquement des «précautions», car ils « pourraient accroître le risque d’effet indésirable grave, causer une confusion dans le diagnostic ou compromettre la capacité du vaccin à produire une immunité. ” 96

Une seule précaution universelle approuvée par le CDC s’applique à tous les vaccins : si une personne a une « maladie aiguë modérée ou grave avec ou sans fièvre ». Mais ce n’est qu’une précaution, pas une contre-indication, et ce qui constitue une « maladie aiguë modérée ou grave » est ​​laissé à la discrétion du médecin.

Pour compliquer les choses, le CDC recommande que les patients hospitalisés soient vaccinés s’ils «  ne sont pas gravement malades », c’est peut-être pour cette raison que j’ai été soignée lorsque j’ai été hospitalisée pour une [8] chirurgie des calculs rénaux d’ urgence et sous sédation intense deux fois au milieu de la nuit par deux équipes différentes de médecins et d’infirmières à peu près au moment précis où j’avais eu mon dernier vaccin contre la grippe [9].

Et c’est peut-être pour cette raison que les mères négatives pour l’hépatite B dans les dernières phases de leur travail sont forcées de donner à leur nouveau-né une piqûre contre l’hépatite B immédiatement après la naissance 97, et pourquoi les personnes malades se trouvant dans une salle d’urgence sont harcelées.

Le message que le CDC envoie aux médecins est que 99% de la population américaine est candidate à la vaccination 100% du temps. Pour simplifier, de nombreux médecins, pharmaciens et autres fournisseurs de vaccins, qui ne peuvent être poursuivis en justice si un vaccin administré à une personne le blesse ou le tue, ignorent simplement les précautions, car le CDC minimise leur importance en décrivant de manière incohérente les précautions à prendre comme suit :

  • «Une personne pourrait avoir une réaction au vaccin plus sévère que celle attendue; cependant, le risque que cela se produise est inférieur au risque attendu avec une contre-indication. » 98

Vous pouvez répéter s’il vous plait ? 

Votre enfant, une fois en bonne santé, est-il tombé malade, puis a lentement régressé après une vaccination précédente et vous voulez éviter de donner plus de vaccins qui pourraient encore aggraver davantage la santé de votre enfant ? Désolé, aucune exemption de vaccin médical pour votre enfant.

Le programme ACIP des CDC permet aux médecins d’intimider facilement les mères

La courte liste de contre-indications et de précautions relatives aux vaccins proposée par le CDC est l’une des raisons pour lesquelles les médecins ont reçu le feu vert pour que les mères se battent émotionnellement pour protéger leurs enfants blessés par le vaccin, comme cette mère, qui a décrit son expérience traumatisante dans Cry for Vaccine Freedom Wall de NVIC. :

  • «Après le premier anniversaire de mon fils, le 16 novembre 2017, nous sommes passés à son bilan de santé de 12 mois. Bien que nous ne soyons pas pleinement informés [des] effets ou des dégâts causés par les vaccins, nous en savions assez pour savoir qu’il ne fallait pas vacciner tous les vaccins en même temps, ou plus de trois injections à la fois. Autant dire que notre fils a reçu trois coups de feu ce jour-là, dont le RRO et le DtaP.

Immédiatement après, mon fils s’est endormi après une heure de cris atroces. Ce jour-là était le dernier jour où mon fils a babillé / parlé (a dit maman, dada); a tenu son biberon ; a réagi ou a répondu à son nom ; mangé (nous faisions sa nourriture à la maison, ce qu’il aimait, en particulier ses légumes.

Mon fils a eu une fièvre de 40° pendant près de deux semaines, une éruption cutanée grave sur tout le corps, par la suite une infection à l’oreille. Nous avons contacté son pédiatre… Au cours de cette visite pour maladie, j’ai expliqué à notre médecin que nous pensions que notre fils avait eu une réaction indésirable aux vaccins et expliqué toutes les différences que nous avions remarquées immédiatement après les injections.

Elle a rapidement écarté mes inquiétudes et a répondu :  » C’est un petit gars parfait, il va manger un hamburger dans peu de temps. » J’ai répondu:  » Oui, mon fils est parfait mais il n’est plus le bébé que j’ai mis au monde – quelque chose ne va pas ici. » Je pleurais et me sentais terriblement vulnérable; cependant, encore une fois, cela tomba dans l’oreille d’un sourd.

La réponse du pédiatre fut : « Il est prêt pour un vaccin, allez-vous le vacciner ? » Je levai les yeux sur elle incrédule et lui répondis : «Sur mon cadavre ! C’est la dernière fois que mon fils a rendu visite à ce médecin, qui n’a pas non plus dispensé de soins préventifs à mon enfant et a négligé de signaler ou de consigner dans les registres cet effet indésirable (lésion provoquée par le vaccin) des vaccins reçus à son bureau. » 99

Ça s’empire.

L’ACIP ordonne aux médecins d’ignorer les signes de réactions au vaccin

Il y a une procédure distincte, liste beaucoup plus longue publié par le CDC intitulé « conditions mal perçues comme des contre – indications ou précautions à la vaccination. » 100 Cette liste dirige les médecins à ne pas tenir compte de nombreux signes et symptômes de réactions vaccinales graves, les maladies actuelles et les inflammations du cerveau et les troubles du système immunitaire qui, en l’absence de recherche scientifique méthodologiquement rationnelle, pourrait très bien augmenter les risques de réactions au vaccin chez les personnes vulnérables.

Si votre médecin est devenu l’un de ces opposants à la vaccination brandissant une seringue comme une épée en ignorant les précautions relatives à la vaccination et en observant strictement ce que les CDC décrivent comme des « contre-indications perçues de manière incorrecte », alors:

Si vous ou votre enfant contractez une infection respiratoire ou gastro-intestinale ou guérissez d’une fièvre ou prenez des antibiotiques 101 , 102 , 103 , 104 et que vous souhaitez tarder à vous faire vacciner : aucune exemption médicale ne vous est accordée.
Si votre bébé est né prématurément, ne pèse que 5 livres et vous souhaitez retarder la vaccination jusqu’à ce qu’il soit plus grand et plus fort: 105 , 106 , 107 , 108 Aucune exemption médicale pour votre bébé. 109
Si vous êtes une travailleuse de la santé enceinte et que vous ne voulez pas vous faire vacciner contre l’hépatite B ou la grippe parce que vous avez des antécédents personnels et familiaux d’auto-immunité: 110 
Aucune exemption médicale pour vous. 111 , 112 , 113
Si vous ou votre enfant avez souffert d’ une fièvre de plus de 40°, ou un état d’effondrement ou comme un choc, 114 ou une crise, 115 , 116 persistante inconsolables pendant plus de trois heures après avoir reçu un vaccin contre la coqueluche : 117 Aucun examen médical d’exemption pour vous.
Si vous ou votre enfant avez un trouble auto-immunitaire grave tel que le lupus ou la polyarthrite rhumatoïde: 118 , 119 , 120 , 121 , 122 
Aucune exemption médicale pour vous.
Si vous ou votre enfant avez une infection à VIH légère: 123 Aucune exemption médicale pour vous.
Si vous ou votre enfant souffrez d’un trouble neurologique tel que paralysie cérébrale, retard de développement ou crise d’épilepsie contrôlée par médicament: 124 , 125 , 126 , 127 , 128 , 129 , 130 , 131 
Aucune exemption médicale pour vous.

Selon l’ACIP du CDC, il est sans danger de vacciner 99% des personnes 100% du temps et que la plupart des problèmes de santé survenus après la vaccination ne sont « qu’une simple coïncidence », il n’est donc pas étonnant que moins de 1% des mauvais résultats de santé après la vaccination sont toujours signalés au système de déclaration des effets indésirables des vaccins (VAERS) du gouvernement. 132

En 2011, la Cour suprême des États-Unis a déclaré à la majorité que les vaccins homologués par la FDA et recommandés par le CDC étaient «inévitablement dangereux»

de sorte que les fabricants de vaccins étaient à l’abri de poursuites, même s’il était prouvé qu’un fabricant aurait pu rendre un vaccin moins susceptible de blesser et de tuer des personnes. 133

En vertu de la loi de 1986 sur les traumatismes liés aux vaccins chez les enfants, le gouvernement a versé plus de 4 milliards de dollars aux enfants et adultes victimes des vaccins recommandés par l’ACIP et prescrits par l’État. 134

Les sciences émergentes confirment que nous ne sommes pas tous identiques

La science émergente révèle que ce que les sociétés pharmaceutiques, les associations de médecins et les responsables de la santé ont enseigné aux médecins, aux législateurs et au grand public de croire qu’il est vrai que les risques et les échecs en matière de vaccination 135 n’est pas la vérité absolue. Nous ne sommes pas tous les mêmes et nous ne répondons pas tous de la même manière aux maladies infectieuses ou aux vaccins.

Nos réponses aux maladies infectieuses et le risque de complications peuvent varier en fonction de nos gènes, de notre environnement, de notre âge et de notre santé au moment de l’infection. 136 , 137 

C’est la raison pour laquelle les enfants souffrant de malnutrition, de déficience en vitamines vivant dans des milieux pauvres, par exemple, sont plus à risques de complications de la rougeole et d’ autres infections138 , 139 , 140

Notre risque de réaction au vaccin peut aller de zéro à 100%. Cela dépend des gènes avec lesquels nous sommes nés ; notre histoire épigénétique et notre ADN de microbiome ; les environnements dans lesquels nous vivons ; notre âge et notre santé au moment de la vaccination et le type et le nombre de vaccins que nous recevons. 141 , 142 , 143 , 144

Certains d’entre nous sont vaccinés et continuent d’être infectés et transmettent des infections comme la rougeole, la coqueluche et la grippe à d’autres personnes, parfois sans aucun symptôme. Voilà pour le vaccin acquis à l’immunité de troupeau. 145 , 146 , 147

Où se trouve la bonne science ?

Où est la bonne science pour prouver la validité scientifique que la législature des États doit codifier la liste extrêmement restreinte de contre-indications à la vaccination approuvées par l’ACIP et être utilisées pour priver les médecins consciencieux du droit légal d’accorder aux dispensateurs de soins médicaux une exemption du vaccin ?

Lorsque votre médecin vous ordonne, à vous ou à votre enfant, de se faire vacciner ou d’être expulsé dans la rue sans soins médicaux, ce médecin ne sait pas si les avantages de la vaccination vous seront favorables ou si vous deviendrez une statistique de la réaction vaccinale – et les CDC ne le savent pas non plus, pas plus que le Comité consultatif sur les pratiques en matière d’immunisation.

Votre médecin ne sait pas non plus si les vaccins administrés fonctionneront réellement ou si vous deviendrez le porteur silencieux d’une maladie que vous pourrez transmettre à d’autres personnes sans le savoir. 148 , 149

La disparition de l’exemption médicale à la vaccination est le symptôme d’un problème beaucoup plus vaste. Un récent sondage Gallup a confirmé que l’industrie pharmaceutique est désormais l’industrie la plus mal considérée en Amérique et que le gouvernement et l’industrie des soins de santé viennent en deuxième et troisième position. 150 Les gens en ont assez de se faire mentir et exploiter par des institutions auxquelles ils ont appris à faire confiance.

Il est temps que des médecins éclairés, compatissants et consciencieux se joignent à la population 151 , 152 et s’opposent à des politiques de taille unique en matière de vaccins, élaborées par des responsables de la santé gouvernementaux, qui ne sont pas formées à de bonnes connaissances scientifiques et qui sont transformées en loi d’état.

Nous, les peuples, avons le droit humain et devons avoir le droit légal d’exercer un consentement éclairé volontaire pour prendre des risques médicaux, peu importe ce que le médecin nous ordonne de faire à notre corps ou au corps de nos enfants.

La NVIC se tient aux côtés des dizaines de milliers d’Américains qui défendent le droit de consentement éclairé concernant les vaccins dans tous les États du pays. Nous nous sommes engagés à protéger la liberté de pensée, de parole, de conviction religieuse et de conscience, car ce sont des libertés civiles qui définissent qui nous sommes en tant que nation.

C’est votre santé, votre famille, votre choix, et notre mission continue :

Pas de vaccination forcée,

Pas en Amérique.

Aidez à soutenir la Semaine de sensibilisation à la vaccination

La neuvième semaine annuelle de sensibilisation aux vaccins, du 22 au 28 septembre 2019, contiendra des informations importantes sur la science des vaccins, les politiques et les lois, que vous pourrez partager avec votre famille et vos amis.

Avec les efforts agressifs des sociétés pharmaceutiques, des groupes de professionnels de la santé et du gouvernement pour restreindre ou éliminer toutes les exemptions de vaccins à conviction personnelle et sévèrement aux États-Unis, il est essentiel que vous agissiez maintenant pour protéger votre droit légal de choisir des vaccins volontaires et informés. .

Heureusement, le Centre national d’information sur les vaccins (NVIC), à but non lucratif, fournit au public des informations indépendantes et bien référencées sur les vaccins et des défenseurs de la sécurité des vaccins et de la protection du consentement éclairé dans le système de santé publique. Depuis 1982, cette organisation caritative éducative a pour mission de prévenir les blessures et les décès dus au vaccin par le biais de l’éducation publique et de protéger et défendre votre droit légal d’exercer son consentement volontaire et éclairé à la vaccination.

Ressources où vous pouvez en apprendre davantage

  • Portail de plaidoyer NVIC – Devenez un utilisateur enregistré de ce réseau de communication en ligne gratuit et unique qui vous connecte électroniquement directement avec vos propres législateurs et vous envoie des alertes d’action avec des points de discussion afin que vous puissiez être un défenseur efficace du choix du vaccin dans votre État. Vous pouvez l’utiliser pour informer vos législateurs des raisons pour lesquelles il est nécessaire de protéger les exemptions relatives aux vaccins et de votre droit légal de prendre des décisions volontaires en matière de vaccination pour vous et vos enfants.
  • Ask 8 Kiosk Information sur les vaccins – Téléchargez des brochures et des rapports sur la vaccination et sur la façon de reconnaître les symptômes de la réaction au vaccin, ainsi que des affiches et des badges Internet que vous pouvez partager avec votre famille et vos amis. Accédez au Guide de la réforme de la législation et de la politique en matière de vaccins, illustré et entièrement référencé, pour informer votre législateur lorsque vous défendez le droit à un consentement éclairé concernant les vaccins.
  • Loi de l’État et exigences en matière de vaccins – Vous pouvez facilement obtenir ici les politiques et lois en vigueur en matière de vaccination dans votre État.
  • Rapports sur les réactions vaccinales et le harcèlement – Recherchez et lisez les descriptions des rapports sur les réactions vaccinales au système fédéral de déclaration des événements indésirables liés aux vaccins (VAERS). Sur le site Web de la NVIC, lisez ou rapportez publiquement une réaction au vaccin ou décrivez une expérience d’intimidation et sanctionnée pour avoir tenté d’exercer un consentement éclairé à la vaccination, pour vous-même ou votre enfant.
  • Guide des vaccins antigrippaux et antigrippaux – Ce mini guide des vaccins antigrippaux et antigrippaux est un bref résumé des faits sur les vaccins antigrippaux et antigrippaux.

Aidons le NVIC à obtenir le financement qu’ils méritent

Cet organisme éducatif caritatif œuvre depuis 1982 pour prévenir les blessures et les décès dus à la vaccination par l’éducation du public, informer et conseiller les personnes qui ont signalé une réaction vaccinale, et plaider en faveur du droit légal de choisir des vaccins en connaissance de cause et de manière volontaire.

Au cours de cette semaine, je ferai correspondre vos dons à NVIC jusqu’à concurrence de 100 000 dollars pour cette cause cruciale. S’il vous plaît, envisagez de faire un don à la NVIC pour l’aider à soutenir sa mission de sauvetage et rejoindre le mouvement de la liberté de choix en matière de vaccins aujourd’hui.

References: 1. Hall DE, Prochazka AV, Fink AS. Informed consent for clinical treatment. CMAJ 2012; 184(5): 533-548. 2. U.S. Library of Medicine. Informed Consent – Adults. Medline Plus Nov. 20, 2017. 3. Cohen J, Ezer T. Human Rights in Patient Care: A Theoretical and Practical Framework. Health and Human Rights Journal 2013; 15(2). 4. Science & Environmental Health Network. The Wingspread Consensus Statement on the Precautionary Principle. Jan. 26, 1998. 5. Pless B. Expanding the precautionary principle. Inj Prev 2003; 9: 1-2. 6. Fisher BL. Freedom to Dissent and the New Blacklist in America. NVIC Newsletter July 1, 2019. 7. National Vaccine Information Center. Cry for Vaccine Freedom Wall. May 28, 2019. 8. Benin AL, Wisler-Scher DJ et al. Qualitative Analysis of Mothers’ DecisionMaking About Vaccines for Infants: The Importance of Trust. Pediatrics 2006; 117(5). 9. Bailey E. Broken Trust: Doctor Abuse of Patients. Health Central Feb. 18, 2014. 10. Taber JM, Leyva B, Persoskie A. Why do People Avoid Medical Care? A Qualitative Study Using National Data. J Gen Intern Med 2015; 30(3): 290-297. 11. Minemyer P. Medical errors officially the third leading cause of death in the U.S., study finds. Fierce Healthcare May 3, 2016. 12. DHHS. Trends in the Use of Complementary Health Approaches Among Adults, United States, 2002-2012. National Health Statistics Reports Feb. 10, 2015. 13. Falci L, Shi Z, Greenlee H. Multiple Chronic Conditions and Use of Complementary and Alternative Medicine Among US Adults: Results From the 2012 National Health Interview Survey. Prev Chronic Dis 2016;13. 14. Kemppainen LM, Kemppainen TT et al. Use of complementary and alternative medicine in Europe: Health-related and sociodemographic determinants. Scan J Pub Health 2018; 46: 448-455. 15. Bekelman JE, Li Y, Gross GP. Scope and Impact of Financial Conflicts of Interest in Biomedical Research: A Systematic Review. JAMA 2003; 289(4): 454-465. 16. Campbell EG, Gruen RL, Mountford J et al. A National Survey of PhysicianIndustry Relationships. N Eng J Med 2007; 356: 1742-1750. 17. Angell M. Big Pharma, Bad Medicine. Boston Review May 1, 2010. 18. Pew Charitable Trusts. What Is Your Doctor Getting Paid? Sept. 29, 2014. 19. Parpia R. Big Pharma Pays University for Most Medical Research Today. The Vaccine Reaction Apr. 15, 2018. 20. Larsen HJJ, de Figueiredo A, Xiahong Z et al. The State of Vaccine Confidence 2016: Global Insights Through a 67-Country Survey. EBioMedicine 2016; 12: 295-301. 21. American Osteopathic Association. 45 percent of American adults doubt vaccine safety, according to survey: Americans cite online articles, past secrets/wrongdoing by pharmaceutical industry, and information from medical experts as top sources. June 24, 2019. 22. Lupkin S. One-Third of New Drugs Had Safety Problems After FDA Approval. NPR May 9, 2019. 23. Allen M, Pierce O. Medical Errors Are No. 3 Cause of US Deaths, Researchers Say. NPR May 3, 2016. 24. Sarwar U, Nicolaou M. Fraud and deceit in medical research. J Res Med Sci 2012; 17(11): 1077-1081. 25. Attkisson S. CDC Scientist: “We scheduled meeting to destroy vaccine-autism documents. Mar. 23, 2016. 26. Fisher BL. FDA Prepares to Fast Track New Vaccines for Pregnant Women. Public Comment at FDA Vaccines & Related Biological Products Advisory Committee Meeting Nov. 13, 2015. 27. Chary KV. Expedited drug review process: Fast, but flawed. J Pharmacol Pharmacother 2016; 7(2): 52-61. 28. Naci H, Smalley KR, Kesselheim AS. Characterization of Preapproval and Post Approval Studies for Drugs Granted Accelerated Approval by the US Food and Drug Administration. JAMA 2017; 318(7): 626-636. 29. The Vaccine Reaction. Drug Companies Pay FDA and NIH to Fast Track and Market Vaccines. Sept. 28, 2018. 30. Fisher BL. Statement Opposing Forced Inclusion of Americans in Electronic Immunization Registries on behalf of National Vaccine Information Center. National Vaccine Advisory Committee Immunization Registries Workgroup on Privacy and Confidentiality. May 14, 1998. 31. Martin DW, Lowery NE et al. Immunization Information Systems: A Decade of Progress in Law and Policy. J Pubiic Health Manag Pract 2015; 21(3): 296-303. 32. CDC. 2018-2020 Immunization Information System (IIS) Strategic Plan. June 7, 2019. 33. Sullivan K, Soumerai S. Pay for performance: a dangerous health policy fad that won’t die. STAT Jan. 30, 2018. 34. Wellness and Equality. How Much Do Pediatricians Really Make from Vaccines? June 20, 2016. 35. Parpia R. Doctors incentivized by CDC to Increase Vaccine Coverage. The Vaccine Reaction Aug. 11, 2016. 36. U.S. Centers for Disease Control and Prevention (CDC). Recommended Child and Adolescent Immunization Schedule for Ages 18 or Younger, United States, 2019. Feb. 5, 2019. 37. National Vaccine Information Center. Cry for Vaccine Freedom Wall. July 14, 2019. 38. Thompson D. Health Care Just Became the US’s Largest Employer. The Atlantic Jan. 9, 2018. 39. U.S. Department of Labor Bureau of Labor Statistics. Highest Paying Occupations: 20 occupations with the highest median annual pay. Apr. 12, 2019. 40. Kurt D. Top 10 Post Grad Degrees that Lead to High Pay. Investopedia May 9, 2019. 41. Center for Responsive Politics. Agency Profile, 2018: Annual Number of Clients Lobbying Dept. of Health and Human Services. 42. Ismail A. Deep Pockets Contribute to Success: Industry Spends millions on state campaign donations. Center for Public Integrity Apr. 9, 2006. 43. Stickler L. Opoid Firms Kept Donating to state AGs While Negotiating Settlements. NBC News Sept. 10, 2019. 44. Center for Responsive Politics. Top Industries Lobbying Government (1998- 2019): Pharmaceutical/Health Products; Hospitals/Nursing Homes; Health Professionals; Health Services/HMOs. July 24, 2019. 45. Office of Infectious Diseases and HIV/AIDS Policy. U.S. National Vaccine Plan: Goal #1 – Develop New and Improved Vaccines. National Vaccine Program Office (NVPO) June 24, 2016. 46. Fisher BL. WHO, Pharma, Gates & Government: Who’s Calling the Shots? NVIC Newsletter Jan. 27, 2019. 47. Storeng KT, deBengy Puyvalee A. Civil society participation in global public private partnerships for health. Health Policy and Planning 2018; 33(8): 928-936. 48. Ward A. Vaccines are among big pharma’s best selling products. Financial Times Apr. 24, 2016. 49. Vivoxa Market Analytics. Global Vaccines Market/Market Size, Growth, Analysis and Forecast 2019-2024. March 2019. 50. Market and Markets. Vaccines Market worth $66.45 billion by 2027, at a CAGR of 6.7%. 51. National Vaccine Information Center. State Law and Vaccine Requirements. 2019. 52. Fisher BL, Williams K, Wrangham TK. Response of the National Vaccine Information Center (NVIC) to the Government Accountability Office (GAO) Inquiry about implementation of the federal vaccine injury compensation program (VICP) created by the National Childhood Vaccine Injury Act of 1986. July 11, 2014. 53. NVIC. National Vaccine Information Center Cites “Betrayal” of Consumers by U.S. Supreme Court Giving Total Liability Shield to Big Pharma. BusinessWire Feb. 23, 2011. 54. NVIC. National Vaccine Information Center Calls 21st Century Cures Act “A Wolf in Sheep’s Clothing” and Urges Presidential Veto to Protect Public Health. Business Wire Dec. 8, 2016. 55. Richardson D. The Fallout from SB277: What Happens Next? NVIC Newsletter Aug. 5, 2015. 56. National Vaccine Information Center. New York Bill Removing Religious Exemptions Turned Into Law on One Day with No Public Hearings. The Vaccine Reaction June 14, 2019. 57. Thompson D. California governor signs vaccine bills he demanded. Associated Press/Fox News (Sacramento) Sept. 9, 2019. 58. Gomez M. Hundreds of parents protest California exemption bill SB276, some arrested. ABC10 (Sacramento) Sept. 9, 2019. 59. Robinson D. New York issues emergency rules targeting abuse of medical exemptions for student vaccines. Lohud Aug. 18, 2019. 60. Hawaii Health Department. List of Required Vaccinations in Hawaii July 1, 2020. 61. Else J. New rules for vaccines. The Garden Island Sept. 10, 2019. 62. Institute of Medicine Committee to Review Adverse Effects of Vaccines. Evaluation of Biologic Mechanisms of Adverse Effects: Increased Susceptibility Chapter 3: Page 82. Adverse Effects of Vaccines: Evidence and Causality. Washington, DC: The National Academies Press 2012. 63. CDC. Advisory Committee on Immunization Practices (ACIP). 64. Parpia R. Big Pharma Pays University for Most Medical Research Today. The Vaccine Reaction Apr. 15, 2018. 65. Smith JC. The structure, role and procedures of the U.S. Advisory Committee on Immunization Practices (ACIP). Vaccine 2010; 28(1): A680A75. 66. American College of Obstetricians and Gynecologists. Influenza Vaccination During Pregnancy. ACOG Committee Opinion (No. 732) April 2018. 67. Agency for Healthcare Resources and Quality (AHRQ). Clinical Guidance and Recommendations. July 2018. 68. National Vaccine Advisory Committee. Recommendations from the National Vaccine Advisory Committee: Standards for Adult Immunization Practice. Public Health Rep 2014; 129(2): 15-123. 69. National Vaccine Advisory Committee. Strengthening the Effectiveness of National, State and Local Efforts to Improve HPV Vaccination Coverage in the United States: Recommendations of the National Vaccine Advisory.Committee. Public Health Rep 2016; 133(5): 545-550. 70. DHHS. The Standards for Pediatric Immunization Practice. Office of Infectious Diseases and HIV/AIDS Policy Mar. 21, 2016. 71. CDC. Standards for Adult Immunization Practice. May 2, 2016. 72. CDC. Recommended schedule for active immunization of normal infants and children. 1983. 73. Iglehart JK. Compensating Children with Vaccine Related Injuries. Health Policy Rep 1987; 316(26): 1283-1288. 74. CDC. Pediatric/Vaccines for Children Vaccine Price List. Sept. 1, 2019. 75. National Vaccine Information Center. National Childhood Vaccine Injury Act of 1986 and Vaccine Injury Compensation Program (VICP). 76. National Vaccine Information Center. NVIC Position Statement on the National Childhood Vaccine Injury Act of 1986. May 2018. 77. Schwartz JL, Mahmoud A. A Half-Century of Prevention – The Advisory Committee on Immunization Practices. N Eng J Med 2014; 371: 1953-1956. 78. Centers for Medicare and Medicaid Services. The Affordable Care Act’s New Rules on Preventive Care. July 14, 2010. 79. Success Story. Most Expensive Vaccines. 2018. 80. NVIC. National Vaccine Information Center Calls 21st Century Cures Act “A Wolf in Sheep’s Clothing” and Urges Presidential Veto to Protect Public Health. Business Wire Dec. 8, 2016. 81. World Health Organization. WHO Product Development for Vaccines Advisory Committee (PDVAC) meeting. June 26-27, 2018. 82. BiotechNow. New PhRMA Report: Nearly 300 vaccines currently in Development. 2013. 83. U.S. House of Representatives. Conflicts of Interest in Vaccine Policy Making. Committee on Government Reform Majority Staff Report June 15, 2000. 84. Hess G. Congress hits FDA, CDC on vaccine conflicts of interest. ICIS Aug. 23, 2000. 85. Williams V. Investigative Report on Vaccine Licensing and Policymaking for Wyeth’s Prevnar7 and RotaShield vaccines. WFAA-TV (Dallas) Feb. 21-22, 2001. 86. Benjamin M. The Vaccine Conflict. UPI July 21, 2003. 87. Bionity. Advisory Committee on Immunization Practices. 88. CDC. Conflict of Interests when Participating as a Member. Pg. 14. Advisory Committee on Immunization Practices Policies and Procedures December 2018. 89. FDA.Guidance for the Public, FDA Advisory Committee and FDA Staff: Public Availability of Advisory Committee Members’ Financial Interest Information and Waivers. March 2014. 90. Belisle-Pipon JC, Ringuette L, Cloutier AI et al. Conflicts of Interest and the (in)dependence of experts advising government on immunization policies. Vaccine 2018; 36(49): 7439-7444. 91. CDC. Vaccine Recommendations and Guidelines of the ACIP: Contraindications and Precautions. Aug. 20, 2019. 92. CDC. Vaccine Recommendations and Guidelines of the ACIP: Contraindications and Precautions. General Principles and Table. 4-1: Contraindications and precautions to commonly used vaccines. Aug. 20, 2019. 93. Nass M. Immunocompromised children: what are the infectious risks from the unvaccinated? Alliance for Human Research Protection (AHRP). May 16, 2015. 94. Washington A. Quit Using Immunocompromised People to Push Your Agenda. The Vaccine Reaction May 21, 2017. 95. CDC. Vaccine Recommendations and Guidelines of the ACIP: Contraindications and Precautions. Aug. 20, 2019. 96. Ibid. 97. Off the Grid News. Doctor Threatens: Vaccinate Newborn or Lose Custody. Apr. 15, 2014. 98. CDC. Vaccine Recommendations and Guidelines of the ACIP: Contraindications and Precautions. Aug. 20, 2019. 99. National Vaccine Information Center. Cry for Vaccine Freedom Wall. Aug. 27, 2019. 100. CDC. Vaccine Recommendations and Guidelines of the ACIP. Table 4-2. Conditions incorrectly perceived as contraindications or precautions to vaccination (i.e., vaccines may be given under these conditions. Aug. 10, 2019. 101. Eng RHK, Smith SM et al. Effect of antibiotics on endotoxin release from gramnegative bacteria. Diagnostic Microbiol Infect Dis 1993; 16(3): 185-189. 102. Irving M. New study suggests antibiotics may can weaken the immune system. New Atlas Dec. 3, 2017 103. Nield D. Antibiotics found to cause immune system damage and reduce brain cell growth. Science Alert May 20, 2016. 104. Cavaillon JM. Exotoxins and endotoxins: Inducers of inflammatory cytokines. Toxicon 2018; 149: 45-53. 105. Lee J, Robinson JL, Spady DW. Frequency of apnea, bradycardia and desaturations following first diphtheria-tetanus-pertussis-inactivated polioHaemophilus influenzae type B immunization in hospitalized pre-term infants. BMC Pediatr 2006; 6:20. 106. Klein NP, Massolo ML et al. Risk factors for developing apnea after immunization in the neonatal intensive care unit. Pediatrics 2008; 121(3): 463- 468. 107. Melnus C, Schmalisch G et al. Adverse cardiorespiratory events following primary vaccination of very lo birth weight infants. J Pediatr (Rio J) 2012; 88(2): 137-142. 108. Gottlob S, Gille C, Poets CF. Randomized Controlled Trial on the Effects of Morning versus Evening Vaccination on Episodes of Hypoxemia and Bradycardia in Very Preterm Infants. Neonatology 2019; 1-6. 109. CDC. Vaccine Recommendations and Guidelines of the ACIP. Special Situations: Vaccination of Preterm Infants. July 12, 2017. 110. Soriano A, Nesher G, Shoenfeld Y. Predicting post-vaccination autoimmunity: Who might be at risk? Pharmacological Research 2015; 92: 18-22. 111. CDC. General Recommendations on Immunization. In: Epidemiology and Prevention of Vaccine-Preventable Diseases. Harnborksky J, Kroger A, Wolfe S, eds. 13th ed. Washington, DC. Public Health Foundation 2015 112. CDC. Recommended Vaccines for Healthcare Workers. May 2, 2016. 113. CDC. Maternal Vaccines: Part of a Healthy Pregnancy. Aug. 5, 2016. 114. DuVernoy TS, Braun MM, the VAERS Study Group. Hypotonic-Hyporesponsive Episodes Reported to the Vaccine Adverse Event Reporting System (VAERS), 1996-1998. Pediatrics 2000; 106(4). 115. Wolf SM, Forsythe A. Epilepsy and mental retardation following febrile seizures in childhood. Acta Pediatr Scand 1989; 78(2): 291-295. 116. Duffy J, Weintraub E et al. Febrile seizure risk after vaccination in children 6 to 23 months. Pediatrics 2016; 138(1). 117. David S, Vermeer-deBondt PE, van der Maas NA. Reactogenicity of infant whole cell pertussis combination vaccine compared with acellular pertussis vaccines with or without simultaneous pneumococcal vaccine in the Netherlands. Vaccine 2008; 28(46). 118. Molina V, Shoenfeld Y. Infection, vaccines and other environmental triggers of autoimmunity. Autoimmunity 2005; 38(3): 235-245. 119. Zafir Y, Agmon-Levin N, Paz Z et al. Autoimmunity following Hepatitis B vaccine as part of the spectrum of ‘Autoimmune (Auto-inflammatory) Syndrome induced by Adjuvants’ (ASIA): analysis of 93 cases. Lupus 2012; 21(2). 120. Gatto M, Agmon-Levin N, Soriano A et al. Human papillomavirus vaccine and systemic lupus erythematosus. Clin Rheumatol 2013; 32(9): 1301-1307. 121. McGarvey PB, Suzek BE, Baraniuk JN et al. In ilico analysis of autoimmune diseases and genetic relationship to vaccination against infectious diseases. BMC Immunol 2014; 15: 61. 122. Valdal M, Poddighe D et al. Vaccination and autoimmune diseases: is preventioin of adverse health effects on the horizon? EPMA Journal 2017; 8: 295-311. 123. CDC. Vaccine Recommendations and Guidelines of the ACIP: Contraindications and Precautions. Aug. 20, 2019. 124. Weibel RE, Caserta V et al. Acute Encephalopathy followed by permanent brain injury or death associated with further attenuated measles vaccines: a review of claims submitted to the National Vaccine Injury Compensation Program. Pediatrics 1998; 101(3 Pt1): 383-387. 125. MacDonald BK, Johnson AL et al. Febrile convulsions in 220 children – neurological sequelae at 12 years follow-up. Eur Neurol 1999; 41(4): 179-186. 126. Gibney SM, Drexhage HA. Evidence for a Dysregulated Immune System in the Etiology of Psychiatric Disorders. J Neuroimmune Pharmacol 2013; 8(4): 900- 920. 127. Karussis D, Petrou P. The spectrum of post-vaccination inflammatory CNS demyelinating syndromes. Autoimmunity Reviews 2014; 13(3): 215-224. 128. Verlaet AAJ, Noriega DB, Hermans N et al. Nutrition, Immunological mechanisms and dietary immunomodulation in ADHD. European Child & Adolescent Psychiatry 2014; 23(7): 519-529. 129. Singh B. Vaccine Ingredient Toxicity – Unraveling the Intiation of Oxidative Damage to Myelin and Role of Mast Cells, Microglia and Schwan Cells in Neurogenic Inflammation and Inhibition of Remyelination. Research Gate Feb. 10, 2017. 130. HRSA. Encephalopathy, Encephalitis, Acute Dissemination Encephalomyelitis. Vaccine Injury Compensation Program Vaccine Injury Table. Mar. 21, 2017. 131. Matsubara Y, Osaka H et al. Long-term outcomes in motor and cognitive impairment with acute encephalopathy. Brain Dev 2018; 40(9): 801-812. 132. Harvard Pilgrim Health Care, Inc. Electronic System for Public Health Vaccine Adverse Event Reporting System. AHRQ 2011. 133. NVIC. National Vaccine Information Center Cites “Betrayal” of Consumers by the U.S. Supreme Court Giving Total Liability Shield to Big Pharma. BusinessWire Feb. 23, 2011. 134. Health Resources Services Administration. Vaccine Injury Compensation Data. Sept. 1, 2019. 135. National Vaccine Information Center. Vaccination: Know the Risks and Failures. 2019. 136. Hill AVS. Genetics and Genomics of Infectious Disease Susceptibility. British Medical Bulletin 1999; 55(2): 401-413. 137. Casanova JL, Abel L. The Genetic Theory of Infectious Diseases: A Brief History and Selected Illustrations. Annu Rev Genomics Hum Genet 2013; 14: 215-243. 138. Rice Al, Sacco L, Hyder A, Black RE. Malnutrition as an underlying cause of childhood deaths associated with infectious diseases in developing countries. Bulletin of the World Health Organization 2000; 78: 1207-1221. 139. Guerrant RL, Oria RB, Moore SR et al. Malnutrition as an enteric infectious disease with long term effects on childhood development. Nutr Rev 2008; 66(9): 487-505. 140. Hussey GP, Klein M. A Randomized Controlled Trial of Vitamin A in Children with Severe Measles. N Engl J Med 1990; 323: 160-164. 141. Institute of Medicine Committee to Review Adverse Effects of Vaccines. Adverse Effects of Vaccines: Evidence and Causality: Evaluating Biological Mechanisms of Adverse Events: Increased Susceptibility. Washington, DC: The National Academies Press 2012. 142. Poland GA, Oysyannikova IG, Jacobson RM. Personalized vaccines: the emerging field of vaccinomics. Expert Opin Biol Ther 2010; 8(11): 1659-1667. 143. Lemaire D, Barbosa T, Rihet P. Coping with genetic diversity: the contribution of pathogen and human genomics to modern vaccinology. Polymorphisms Affect Gene Responses. Braz J Med Biol Res 2012; 45(5): 376-385. 144. Agrawal S. Vaccinating Children with Neurological, Metabolic and Neuromuscular Issues: A Call for Research. Complex Child E-Magazine June 2009. 145. Fisher BL. The Science and Politics of Eradicating Measles. NVIC Newsletter May 25, 2019. 146. Fisher BL. The Pertussis Vaccine Blame Game. NVIC Newsletter Sept. 12, 2018. 147. Galanti M, Birger R, Ud-Dean M et al. Rates of asymptomatic respiratory virus infection across age groups. Epidemiol Infect 2019; 147. 148. Leung KY, Trapman P, Britton T. Who is the infector? Epidemic models with symptomatic and asymptomatic cases. Mathematical Biosciences 2018; 301: 190-198. 149. Birger R, Morita H, Comito D et al. Asymptomatic Shedding of Respiratory Virus among an Ambulatory Population across Seasons. mSphere 2018; 3(4). 150. McCarthy J. Big Pharma Sinks to the Bottom of U.S. Industry Rankings. Gallup September 3, 2019 151. Anderson M. Young adults more likely to say vaccinating kids should be a parental choice. Pew Research Center Feb. 2, 2015. 152. Pellegrini C. Trust: The keystone of the physician-patient relationship. Bulletin of the Journal of the American College of Surgeons Jan. 1. 2017.


[1] https://www.nvic.org/Forms/Cry-For-Vaccine-Freedom-Wall.aspx

[2] https://vaccines.mercola.com/

[3] https://articles.mercola.com/sites/articles/archive/2015/06/05/medical-vaccine-exemption.aspx

[4] https://healthypets.mercola.com/sites/healthypets/archive/2015/06/10/vaccine-adverse-reaction.aspx

[5] https://articles.mercola.com/chickenpox.aspx

[6] https://articles.mercola.com/hpv.aspx

[7] https://articles.mercola.com/meningitis/types.aspx

[8] https://articles.mercola.com/kidney-stones.aspx

[9] https://articles.mercola.com/sites/articles/archive/2016/10/11/flu-vaccination.aspx

CLAUSE DE NON-RESPONSABILITÉ

Les informations et les opinions contenues et partagées sur ce site, dans ces articles passés-présents-à venir sont uniquement à des fins d’information, y compris, sans toutefois s’y limiter, LES TEXTES, GRAPHIQUES, IMAGES ET AUTRES ÉLÉMENTS NE SONT PAS DESTINÉS À SERVIR DE CONSEILS OU D’ORDONNANCE MÉDICALE. RIEN DE CE QUI EST MENTIONNÉ DANS CE SITE NE VISE A REMPLACER UN AVIS MEDICAL, UN DIAGNOSTIC OU UN TRAITEMENT PAR UN PROFESSIONNEL DE SANTÉ.

Philippe A. Jandrok rédacteur en chef du site cogiito.com

Laisser un commentaire