LA PRESSE EST MUSELÉE PAR L’INDUSTRIE

0
325

Comme chacun sait, la presse joue un rôle extrêmement important dans notre société, qui devient essentiellement celle du paraître. Elle est partout, à la TV, dans les kiosques, sur les ondes, elles nous immonde, pardon, elle nous inonde d’informations parfois utiles, parfois inutiles, parfois nécessaires, mais souvent pour faire de la promotion à la politique, l’industrie du spectacle, de la pharmacie…

Pixabay.com

La presse nous informe sur les événements de la vie sociale et révèle des problèmes quotidiens dont nous n’avions peut-être pas été conscients auparavant, du moins en théorie. Malheureusement, bien que la presse libre du passé, car, nous ne pouvons désormais n’en parler qu’au passé, la presse du passé a effectivement joué le rôle de gardien et d’informateur indépendant durant quelques décennies, mais celle que nous avons aujourd’hui est loin d’être libre et impartiale, et le souvenir lointain d’une presse indépendante capable de traiter l’affaire du Watergate est à jamais oublié, plus jamais nous ne retrouverons un tel courage dans la presse, aujourd’hui tout est convenu en jouant la comédie des risques et de l’épuisement, la presse n’est plus au contrôle, elle est l’outil de ceux qui contrôlent. Elle s’est transformée comme un véritable outil de propagande politique et économique.

En fait, il est difficile d’être informé par une presse dont le rôle principal est devenu celui de désinformer le citoyen avec un aplomb phénoménal comme nous y assistons au quotidien, avec la crise des Gilets jaunes, les mises en scène du président de la République ou la monstrueuse catastrophe sanitaire de Rouen. On ne se pose plus la question de savoir si les journalistes font encore leur métier, la plus grande majorité d’entre eux seraient des eunuques au sérail pour une grande majorité d’entre eux, soumis à leur vizir ou à leur calife qui pilote l’Élysée et toutes les rédactions de presse française. Comment croire le contraire avec un président qui veut des procureurs à sa botte et s’ils ne le sont pas, il les renvoie ou les mute, alors pour des journalistes, le lecteur peut imaginer qu’un journaliste n’est pas un magistrat. Il me semble que même la presse qui sort du lot, et c’est un sentiment intime, une opinion que je partage, est soumise à ses ordres, car, elle ne vit que de subventions de l’État. Si la presse déroge, un redressement fiscal, un chantage aux subventions, une mise au chômage de la rédaction sont autant de bonnes raisons pour obéir aux maîtres des marionnettes en oubliant que le rôle d’un journaliste est justement la liberté de jugement indépendant de toute forme de pouvoir, et ceux qui se battent pour cette déontologie, eh bien, n’ont pas d’emploi ou meurent en mission à l’étranger pour devenir le martyre d’une profession, et le prétexte de tant de larmes de crocodile par ceux qui ne partent jamais et qui se déclarent les amis que les défunts ne connaissent pas. Comme nous le verrons dans la seconde partie de cet article, à travers une excellente réflexion du Dr Mercola sur la presse scientifique. Une grande majorité de journalistes sont tout simplement incultes ou trop spécialisés dans un domaine pour comprendre un problème global, manquant de connaissances générales, de styles et de réflexion, cependant, ces animateurs du PAF, façonnent le regard que nous devons porter sur la société. Hier encore, la presse avait des titres de noblesse et de grands écrivains faisaient vibrer la langue de Molière avec courage, aujourd’hui, nous devons les compter sur une main, peut-être deux, c’est une peau de chagrin.

Pixabay.com

Alors qu’il y a encore 40 ans, la presse avait le devoir d’informer, aujourd’hui en France, la presse sur les Gilets Jaunes, n’a cessé de ridiculiser le mouvement, de manipuler l’information en transformant la réalité, de filtrer les images, au point que c’est le citoyen qui doit faire son travail à sa place. Souvenez-vous de ce journaliste d’une chaine câblée habituée à mentir sur la réalité, qui affirmait que les Gilets Jaunes s’étaient transformés en ouvriers du BTP et avaient en quelques heures retiré les pavés des champs Élysées sur des centaines de mètres pour les jeter sur la police, or, il s’agissait en fait, des travaux du Tram de la Ville de Paris. Le niveau intellectuel du journaliste en question en disait long sur sa capacité à analyser la situation objectivement, or les réseaux sociaux ont constaté la fraude à la bêtise, et sans ce flagrant délit de sottise, l’information serait restée telle qu’elle, une référence après tout.

Le discours journalistique, illustrant des images manipulées, devient de facto, une preuve journalistique supposée être vraie, alors que ces supposées preuves révèlent d’une tendance profonde du contrôle mental dans de nombreux domaines. Cette pratique semble être particulièrement répandue en science, en médecine et en politique, qui correspond au projet américain de la NASA, appelé Blue Beam. Ces techniques de contrôles des populations qui sont les étapes pour imposer un Nouvel Ordre Mondial, une dictature sociale, morale et politique, elles ont été développées depuis le nazisme. En effet, les nazis étaient passés maîtres dans l’art de la manipulation des masses et ils ont initié véritablement le contrôle des médias pour manipuler les peuples. Nous l’avons vu se mettre en pratique au Rwanda grâce à la radio qui était la première arme de guerre utilisée contre les innocents Tutsi les Hutu ce qui a eu pour conséquence, 6 millions de morts atroces dont la presse parle assez peu. Il s’agit d’un génocide qui n’intéresse personne, qui n’est pas rentable, qui n’est pas porteur du point de vue de la communication et du contrôle de la volonté des hommes.

Pixabay.com

Pour la mise en place du projet Blue Beam, il faut organiser un contrôle de l’information, une destruction de toutes les religions pour en imposer une nouvelle, pratiquer une mixité agressive des peuples pour éradiquer les anciennes références culturelles qui sont structurelles, mener également une destruction du cerveau à travers les pollutions atmosphériques, les chemtrails, les métaux lourds, l’arsenic, les pesticides, l’agriculture et la vaccination, une destruction de la pensée pour invalider les jeunes générations et les rendre dépendantes de la médecine allopathique et du transhumanisme, car, un homme amélioré ne peut plus être croyant des anciennes religions… on retrouve les mêmes théories au cœur même du parti socialiste français et la franc-maçonnerie concernant la destruction de la religion catholique, son acharnement « à bouffer du curé », à détruire les lieux de cultes, à révéler les scandales pédophiles et satanistes des élites religieuses, mais pas celles du monde politique, qui sont autrement plus importante afin de briser tout sentiment de croyance et en poussant les citoyens à penser :

  • Des hommes de dieu qui violent nos enfants ?
Pixabay.com

Or, ce ne sont pas des hommes de dieux qui les violentent, mais des hommes de Satan qui se font passer pour serviteurs de Dieu et qui n’ont strictement rien à voir avec la foi, car nous retrouvons la même perversion religieuse, autant chez les musulmans que chez les juifs. Les scandales ne cessent d’éclater dans le monde entier, et ils n’ont strictement rien à voir avec la religion, mais simplement avec de mauvais hommes agissants pour le compte de l’ange déchu. C’est ainsi qu’ils organisent la falsification de l’information pour faire en sorte que leur doctrine religieuse reste fausse et dirigée par des monstres, c’est pourquoi il serait plus intelligent de la quitter pour en épouser une autre, plus pure, plus vraie, alors qu’en fait, c’est une religion miroir, sous une autre forme et une tentation perverse. Cette attitude nous indique que la religion est le contrôle de l’âme des citoyens par un pouvoir occulte, seule la foi prévaut sur la religion, car elle est pure et inhérente à chaque individu. Mieux vaut avoir la foi en Dieu, que d’être croyant, ce sont deux choses différentes. Jésus avant de chasser les marchands du temple à coups de ceinture de corde, leur dit :

  • Vous croyez en la religion de vos pères, je crois en la religion de mon père.
Pixabay.com

Or, croire en la religion de « vos pères » c’est croire en vos parents, mais est-ce croire en Dieu ? Non, je ne le crois pas, et Jésus se montrait déjà grand dialecticien face à une malhonnêteté intellectuelle probante, de la part de ces manipulateurs marchant du Temple, qui croyaient davantage en la richesse qu’en la parole divine ; d’ailleurs, ce sont les mêmes marchands qui sont parvenus à faire condamner Jésus par vengeance, en prouvant qu’ils agissaient comme des hommes avec les lois des hommes en méprisant toutes les lois divines.

Pourquoi parler du Christ dans ce débat, tout simplement parce que le projet Blue Beam est d’empêcher son retour, le retour du messie, c’est pourquoi les autorités du monde entier pratiquent le massacre des Innocents en les vaccinant de force pour les détruire, comme ils ont pratiqué ce massacre il y a 2 000 ans. Nous ne vivons pas dans un monde où la logique est maitresse, nous vivons dans un monde où les satanistes imposent leur logique qui n’est pas la logique pour justifier leurs crimes sur l’humanité restante. L’humanité restante ? Il y a en fait peu d’êtres humains sur cette planète, nous sommes une race en voie d’extinction, mais il y a nombre de démons et d’hybrides qui s’imposent pour prendre notre place en commençant par nos dirigeants.

Pixabay.com

 La suite du plan Blue Beam est de créer des catastrophes naturelles avec l’ancien projet HAARP, qui s’est perfectionné depuis, en les faisant passer pour des punitions divines ou des accidents de la nature, comme les tsunamis, alors qu’il n’en est rien. Ensuite il faut enrichir ces évènements contrôlés en créant un climat de terreur auprès des populations, par des accidents industriels, sorte d’attentats sous couvert d’accidents, pour générer la peur et faire de nombreuses victimes, car la peur est mauvaise conseillère et pousse les personnes en panique à accepter n’importe quoi et à croire n’importe qui, agissant sous l’effet d’un état de sidération. Les victimes de Rouen ne ressentiront pas les effets dévastateurs de ces empoisonnements tout de suite, ils se feront sentir dans 20 ans, d’ici là les responsables ne seront plus responsables de rien, ni en politique ni dans l’industrie, c’est là que se joue la fourberie, les seules victimes seront uniquement citoyennes, et il en va de même avec les vaccins.

Pixabay.com

Un autre de leur plan est de faire croire à l’humanité à une attaque extraterrestre comme le fit Orson Wells à la radio en 1938 en simulant une attaque des martiens aux États-Unis, qui montra les comportements les plus irrationnels de la part de la population en pleine guerre froide. Que le lecteur ne s’amuse pas de cette réalité vécue, car, si un nouvel Orson Wells s’amusait comme le feront les gouvernements bientôt à reconduire ce scénario, les mêmes qui ricanent de l’épisode de 1938 seront pris par la même frayeur face à cette invasion globale. Il suffit de jeter un regard curieux sur ce qui se passe après les derniers ouragans dévastateurs des caraïbes, plongeant les populations civiles dans le plus grand dénouement, les citoyens pour partie d’entre eux, au lieu de s’entre-aider, se volent la nourriture et l’eau potable et vont même jusqu’à se tuer. En 1938, toutes les peurs des communistes furent reportées sur les martiens imaginaires qui pour eux étaient bel et bien présents et disposés à envahir la planète Terre. Tous les films hollywoodiens des années 1950 « Le jour où la terre s’arrêta », « Planète interdite », « La guerre des Mondes », « flight to Mars », « La chose d’un autre monde », « le choc des mondes », « L’homme de la planète X », « Les envahisseurs de la planète rouge »… pour arriver en 1997 avec « Indépendance Day 1 & 2 », « Alien », Prédator », « Starship Troopers » « Avatar » « The Avengers, End Game »…, les élites nous ont préparés au pire depuis plus de 70 ans avec le cinéma.

Pixabay.com

La préparation mentale est lente et longue, ils savent très bien ce qu’ils font et pourquoi ils le font. Dès lors rien ne prouve que les apparitions sporadiques de vaisseaux spatiaux dans le ciel, filmés avec des vidéos amateurs ne sont pas la préparation de ce grand plan. Ils ont aujourd’hui la technologie, la 3D est désormais un jeu d’enfant, ils sont capables de projeter des images des satellites de communication et d’amplifier leur signal grâce aux Chemtrails qui leur donneront de la substance. M. Macron a déclaré dernièrement à Genève que « la crise peut conduire à une guerre[1] » lors de la conférence sur l’OIT, une guerre, mais contre qui ? Soyons sérieux, l’état de l’armée française est désastreux, tant du point de vue humain que matériel, notre pays n’est pas capable de mener une guerre contre un ennemi plus puissant et mieux préparé, alors une guerre contre qui ? Il a également reconnu « une erreur fondamentale » dans sa gestion des Gilets Jaunes, mais il continue à s’acharner à mentir, en offrant de fausses excuses auxquelles il ne croit pas lui-même.

Baphomet
Pixabay.com

Nous sommes face à l’antéchrist, le maitre des artifices et de fausses vérités proclamées, car malgré ses excuses, les violences contre le peuple, non seulement continuent, mais aucune des revendications des Gilets jaunes n’a été retenue depuis près d’un an de manifestations. M. Macron c’est Pinocchio en costard.

D’ailleurs il fait honneur à son métier pour rêver de guerre, les guerres sont faites par des banquiers qui vivent sur la mort de nos enfants et comme les socialistes insistent autant pour que les femmes soient les égales de l’homme, eh bien, elles iront à la guerre comme les autres, rien n’est fait au hasard, et ces associations LGBTQ ne servent pas les intérêts des gays, mais des agendas politiques. Ces mouvements sociaux se fichent de la liberté d’être, des uns ou des autres, ils favorisent essentiellement l’ectogénèse (terme inventé par JBS Haldane en 1924) qu’il avait prévue pour 2074, et qui a sans nul doute influencé Aldous Huxley pour son « Meilleur des mondes ». Le développement des matrices artificielles[2], ou la nouvelle ère des naissances sans mère arrive à grands pas. C’est le retour à l’eugénisme Spartiate, seulement les plus purs pour sauver Sparte.

  • « … Une revue complète publiée il y a trois ans par l’Académie des sciences de New York met en évidence une série de réalisations de divers groupes de recherche utilisant des environnements utérus ex vivo (hors du corps) pour soutenir les fœtus de mammifères au début de la grossesse[3] »
https://geneticliteracyproject.org/2015/06/12/artificial-wombs-the-coming-era-of-motherless-births/?fbclid=IwAR0v06p8wPhDD7fT1JeyyLu0bSYZSKHVqUdsrLEeFNKo4oKGBOJJSpaT0O8

La naissance des fœtus en couveuses amniotique n’est certainement pas faite pour permettre aux gays d’avoir des enfants, c’est juste le prétexte et la fourberie pour motiver ce lobby et devenir une force politique influente, mais comme dans toutes les manipulations, les imbéciles utiles seront exécutés une fois que les lois seront votées et que les manipulateurs n’auront plus besoin d’eux ; c’est arrivé aux SA de Ernst Röhm, lui-même assassiné le 2 juillet 1934 sous les ordres d’Adolf Hitler. Ce contrôle de l’humanité par les naissances, car les hommes seront devenus complètement stériles à cause de la vaccination des pesticides qui transforment l’humanité en transgenre comme je l’ai publié dans un chapitre de Pandora III, suite à une étude universitaire menée à Berkley en Californie (USA) par le professeur Tyrone Hayes sur un pesticide, l’Atrazine © de Syngenta, qui modifie le sexe original du fœtus en son opposé lorsque la mère est exposée à ce polluant :

  • « J’étais un jeune professeur adjoint et j’étudiais déjà les effets des hormones et les effets des produits chimiques qui interfèrent avec les hormones sur le développement des amphibiens ; et j’ai été approché par Syngenta, le producteur de l’atrazine®, qui m’a chargé d’étudier les effets du pesticide sur les grenouilles. Après avoir découvert son interférence avec le développement biologique qui transforme un mâle en femelle dans les œufs en formation, l’entreprise a essayé de m’empêcher de publier et de discuter de cette découverte avec d’autres scientifiques en dehors de leurs cadresEh bien, initialement, nous avons constaté que le larynx des mâles exposés ne s’est pas développé correctement ; c’était une indication que la testostérone d’hormone masculine n’était pas produite aux niveaux appropriés. Finalement, nous avons constaté que ces mâles étaient non seulement démasculinisés, ou chimiquement châtrés, mais ils commençaient aussi à développer des ovaires et des œufs. Enfin, nous avons découvert que ces mâles ne se développaient pas normalement et ne se sont pas multipliés correctement, et que certains des mâles se sont en réalité complètement transformés en femelles. Donc, nous avions des mâles génétiques, qui pondaient des œufs et se reproduisaient comme des femelles. Et à présent nous commençons à montrer que certains de ces mâles montrent en réalité, je pense que nous appellerions cela, un comportement homosexuel. Ils préfèrent en réalité, s’accoupler avec d’autres mâles…[4] »
  • Professeur Tyrone Hayes
Pixabay.com

 Comme chacun peut le constater, rien n’est vraiment caché de sorte que l’on ne s’étonne plus de rien, c’est à l’image de notre président mythomane qui s’excuse par principe et qui s’acharne dans le mensonge et les mauvaises actions, les démons fonctionnent tous sur le même schéma.

 Ainsi, tout est fait en amont pour justifier la modification de l’humanité, afin de contrôler les enfants à naitre et les modifier génétiquement au bon gré de cette autorité, nous sommes à l’aube d’une nouvelle humanité OGM, et rappelons-nous que les OGM sont toxiques pour le vivant tel que nous le connaissons, alors cette humanité serait-elle toxique, elle aussi… pour l’humanité ?

Pixabay.com

Dans un de mes Pandora, je parlais également de ces bébés OGM qui avaient 3 ADN, papa+maman+X, toutes les lois bioéthiques refusaient jusqu’à présent d’autoriser ces modifications génétiques, demain, rien ne pourra les arrêter, comme nous l’avons vu avec le président de l’Assemblé, Monsieur Richard Ferrand qui fait passer un amendement bioéthique alors que la majorité des députés était contre, et que seuls 50 étaient présents, quelle farce de représentation du peuple, ils sont certainement tous complices, car leur plan est inéluctable. Sous prétexte de renforcement de l’humanité à la dérive, et pour cause, elle est tellement détruite par les vaccinations, les pesticides, la malbouffe, les légumes pollués…, qu’il faudra bien trouver une solution face à un ennemi extra-terrestre supérieur et, évidemment, à abattre.

Nous vivons une époque formi… diable !

Pour cogiito.com : PAJ

 LES PIONS DE L’INDUSTRIE

https://articles.mercola.com/sites/articles/archive/2019/10/02/how-media-watchdogs-became-industry-lapdogs.aspx?utm_source=dnl&utm_medium=email&utm_content=art1HL&utm_campaign=20191002Z1&et_cid=DM358546&et_rid=720475474

Mercola.com, le 2 octobre 2019, par le Dr Mercola

Traduction pour cogiito.com : PAJ

L’un des moyens par lesquels l’industrie et même le gouvernement façonnent et manipulent la presse consiste à créer une forme d’embargo sur la presse, et notamment à ce que l’on appelle « l’embargo de proximité ». Une autre solution consiste à créer des groupes de discussion, et plusieurs dizaines de groupes de formation se font passer pour des organisations d’information indépendantes sur internet, alors qu’elles sont pilotées par ceux qui nous contrôlent en nous faisant croire à une fausse démocratie.

Pixabay.com

Les industries ont compris que les groupes de travail à travers la presse et l’internet leur permettaient de manipuler les citoyens avec une facilité déconcertante, elles testent elles réactions des citoyens puis les dirigent et les contrôlent pour entrainer les participants à finir par souscrire comme une vérité biblique aux idées qu’elles imposent. Ces groupes fonctionnent comme n’importe quelle secte en fait. Pratiquement toutes les grandes industries emploient ces groupes de travail pour donner l’apparence d’une réflexion indépendante et de rapports sur les affaires de l’industrie, alors qu’en réalité, ils ne font que développer des relations publiques. Ces groupes de discussion bon enfant qui finissent toujours, à un moment ou à un autre par dégénérer, car les participants sont le plus souvent gonflés d’Ego et sont tous persuadés d’avoir raison, des modérateurs sont essentiellement présent pour ridiculiser les sceptiques et flatter les convaincus, en fait ils font partie intégrante d’une machine de propagande de l’industrie.

COMMENT LES RECONNAITRE ?

Au Moyen-Âge on reconnaissait les juifs à la Rouelle jaune qu’ils avaient brodée sur leur cape, pendant la guerre ce fut l’étoile jaune, mais qu’est-ce qui nous permet de reconnaitre ces groupes pilotés par les industriels ?

Le Dr Mercola a rédigé un article sur le sujet il déclare :

En 2013, le Center for Food Safety avait également publié un rapport intitulé « Meilleures relations publiques que l’argent puisse rapporter : Guide des groupes de premier plan de l’industrie alimentaire » 1, qui montre comment les industries agroalimentaires et agricoles se cachent derrière des organisations qui semble parfaitement honnêtes visant à tromper le public, les décideurs et les médias.

Pixabay.com

Le rapport met en évidence des tactiques spécifiques utilisées par les groupes de premier plan de l’industrie pour tromper ou façonner l’opinion publique, telles que : 2

  • Astroturfing (création de fausses campagnes de base)
  • « Shooting the messenger » – ridiculiser, marginaliser et discréditer les critiques
  • Payer pour la science qui soutient le récit de l’industrie
  • Alarmisme[7]

Conseil américain sur la science et la santé

Le Conseil américain pour la science et la santé (ACSH) est un groupe de premier plan orienté vers Monsanto et d’autres multinationales du secteur de la biotechnologie. Un article de 2013 de Mother Jones 3 révélait qui finance actuellement ce groupe scientifique pro-industrie.

Pixabay.com

Ils défendent tout, de la fracturation aux pesticides, en passant par l’ingrédient plastique toxique, le bisphénol-A (BPA) et les aliments génétiquement modifiés — tout cela au nom de la répression « de la peur injustifiée par ceux qui ne comprennent pas la science ».

L’ACSH prétend être un organisme indépendant de recherche et de défense composé de « scientifiques concernés » voués à la démystification de la « malbouffe ». 

Mais une fois que vous comprenez qui ce groupe sert vraiment, il devient facile de comprendre pourquoi la base scientifique des recommandations du CCSS peut être au mieux discutable. Tel que rapporté par Mother Jones : 4

  • « Les documents financiers internes (…) montrent que le CCSS dépend fortement des financements d’entreprises qui ont un intérêt financier dans les débats scientifiques qu’il vise à façonner. »

Un joueur de premier plan a été Hank Campbell, 5 président de la CCSS à partir de 2015 jusqu’en 2018. 6 il a également fondé, acheté ou était par ailleurs lié à une chaîne de sites Web et des organisations axées sur les rapports de la science, y compris ION Publications LLC, Science 2.0, Science du Codex et ScienceBlogs.com.

Dans un article publié le 17 novembre 2018 sur Twitter 7, Charles Seife, professeur à la NYU, a illustré le réseau de blogs scientifiques de Campbell dans « Cartographie d’une pieuvre, les amoureux de Monsanto » 8, illustrant les liens complexes entre ACSH et les différents blogs et expliquant comment les produits et les objectifs de Big Biotech, tels que rapportés par US Right to Know (USRTK) en décembre 2018 : 9

  • « Selon des documents 10 publiés suite à des litiges, Monsanto a payé le Conseil américain sur la science et la santé en 2015 pour défendre le glyphosate et aider à discréditer les 11 scientifiques du groupe de recherche sur le cancer de l’Organisation mondiale de la Santé pour leur rapport soulevant les préoccupations du cancer concernant l’herbicide.
  • Les documents indiquent que les dirigeants de Monsanto étaient réticents à l’idée de travailler avec l’ACSH, mais ils l’ont fait quand même, car “nous n’avons pas beaucoup de partisans et nous ne pouvons pas nous permettre de perdre le peu que nous avons”, a écrit Daniel Goldstein, responsable scientifique principal de Monsanto dans un e-mail à des collègues. »

Seife est assez précis dans sa description du réseau scientifique de Campbell en tant que pieuvre. C’est un labyrinthe de liens plutôt déroutant. Ici, je vais en résumer un seul. 

Pixabay.com

ScienceBlogs a été fondé en 2006 par Seed Media Group, dont le conseil d’administration comprend à présent le désormais infâme Jeffrey Epstein, 12, récemment décédé en prison dans l’attente d’un procès pour trafic sexuel.

En 2010, la journaliste Gaia Vince a publié un article 13 dans The Guardian décrivant la décision de ScienceBlogs de publier un blog sur la nutrition rédigée par des scientifiques sous contrat avec PepsiCo et ses relations avec Seed Magazine, une publication de Seed Media Group. (Rappel : ScienceBlogs appartenant à Seed Media).

Vince raconte comment le magazine a abandonné l’une de ses histoires pour la simple raison qu’ils étaient « en pleine négociation publicitaire avec Dow » et que son article s’est avéré critique à l’égard de la société.

  • « Il semble que je devais passer mes articles dans le département des annonces. En plus d’une décennie, je n’avais jamais rencontré un tel mépris pour l’indépendance éditoriale », a écrit Vince. 14

Après avoir croupi et avoir été fermé vers la fin de 2017, ScienceBlogs a été repris par le président de l’ACSH, Campbell, en 2018. 15

INSTITUT INTERNATIONAL DES SCIENCES DE LA VIE, SCIENCE MEDIA CENTER

L’International Life Sciences Institute 16 (ILSI) et le Science Media Center [8](SMC) sont deux autres groupes de premier plan qui méritent d’être mentionnés. ILSI est une organisation à but non lucratif créée en 1978 par Alex Malaspina, ancien vice-président senior de Coca-Cola Co. et responsable des affaires réglementaires.

Pixabay.com

En juin 2019, une étude des documents internes de l’ILSI 17 a révélé comment l’organisation exerçait une influence mondiale pour promouvoir un programme axé sur son secteur. L’étude, publiée dans la revue Globalisation and Health 18), a révélé que certains des hauts responsables de l’ILSI avaient été invités à siéger à des panels internationaux pour débattre des conséquences néfastes du tabac, des produits chimiques et des aliments sucrés [9]sur les individus.

Ils ont utilisé leur position pour faire pression pour une réglementation plus douce sur les produits pour lesquels des tonnes de preuves scientifiques prouvent l’impact sur la santé. L’auteur principal Sarah Steele a déclaré au Guardian : 19

  • « Nos résultats ajoutent à la preuve que cette organisation à but non lucratif est utilisée depuis des années par ses entreprises pour contrer les politiques de santé publique. ILSI devrait être considéré comme un groupe industriel – un organisme privé – et réglementé en tant que tel, et non comme un organisme agissant pour le bien, le plus grand bien des personnes. »

Quelques mois plus tard, le 16 septembre 2019, le New York Times 20 décrivait l’ILSI comme « le groupe le plus puissant de l’industrie alimentaire dont vous n’avez jamais entendu parler », citant des preuves tirées de l’étude sur la mondialisation et la santé montrant que l’ILSI agissait comme un bras de pression pour ses membres, bailleurs de fonds — sociétés agroalimentaires telles que Coca-Cola (propriété Monsanto), BASF, Bayer, DuPont, Syngenta, McDonalds et bien d’autres. 21

Dans cet article, le journaliste Andrew Jacobs décrit comment ILSI a manipulé et miné les politiques en matière d’alimentation et de santé en Inde. De même, la SMC basée au Royaume-Uni est une « agence de presse » à but non lucratif qui reçoit des fonds de diverses entreprises agroalimentaires et chimiques et de leurs groupes de commerce, ainsi que de groupes de médias, d’agences gouvernementales et de diverses universités et fondations. Tel que rapporté par l’USRTK : 22

  • « Le SMC a été créé au Royaume-Uni en 2002 » après la frénésie médiatique à propos du ROR, des cultures GM et de la recherche animale « pour aider les médias à mieux représenter la science traditionnelle, selon la fiche technique du SMC. Selon le rapport fondateur du groupe en 2002, SMC a été créé pour adresser:

une “crise de confiance” croissante dans les conceptions de la société sur la science

un effondrement du respect de l’autorité et de l’expertise

une société aversion pour le risque et une couverture médiatique alarmiste et

les “stratégies médiatiques apparemment supérieures” utilisées par des ONG environnementales telles que Greenpeace et les Amis de la Terre

… Le modèle SMC a eu une influence déterminante sur la couverture médiatique de la science. Une analyse des médias 23 des journaux britanniques de 2011 et 2012 a révélé qu’une majorité de journalistes ayant utilisé les services SMC ne recherchaient pas de perspectives supplémentaires pour leurs reportages.

Le groupe exerce également une influence politique. En 2007, SMC a mis fin à une proposition d’interdiction des embryons hybrides humains / animaux avec sa campagne médiatique visant à faire passer la couverture des préoccupations éthiques aux avantages des embryons en tant qu’outil de recherche… »

LES AGENCES GOUVERNEMENTALES MANIPULENT AUSSI LES MÉDIAS

Chose inquiétante, les industries à but lucratif ne sont pas les seules à manipuler les médias et le discours public. Une enquête menée par Scientific American 24 et publiée en octobre 2016 a révélé que certaines de nos agences gouvernementales, notamment la Food and Drug Administration des États-Unis, avaient les mêmes problèmes. Selon Scientific American : 25

  • « C’était une bonne affaire – et les rédacteurs en chef de la National Public Radio se sont jetés sur l’affaire. L’accord était le suivant : NPR, avec un groupe restreint de médias, serait informé de la prochaine annonce de la US Food and Drug Administration a jour avant quelqu’un d’autre.

Mais en échange du scoop, NPR devrait abandonner son indépendance en matière de rapport. La FDA déciderait qui le journaliste de NPR peut et ne peut pas interroger.

“Mes rédacteurs ne sont pas à l’aise avec la condition selon laquelle nous ne pouvons pas obtenir de réaction”, a déclaré le journaliste de NPR, Rob Stein, aux responsables gouvernementaux proposant le contrat. Stein a demandé un peu de marge de manœuvre pour faire des reportages indépendants, mais a été rejeté à plat. Prenez le marché ou laissez-le. »

En fin de compte, NPR a accepté l’accord et Stein a rejoint les journalistes d’une douzaine d’autres médias pour obtenir le scoop. « Chaque journaliste présent avait accepté de ne poser aucune question à des sources non approuvées par le gouvernement avant le feu vert », écrit Scientific American.

LA PRESSE LIBRE EST-ELLE VRAIMENT LIBRE ?

Les efforts visant à contrôler les reporters et à limiter leur capacité à parler à d’autres sources ou à aborder le sujet sous n’importe quel angle sont jugés profondément problématiques et totalement inappropriés. Un problème important est que ces contrats sont secrets. Le public ne sait donc pas que les journalistes chargés des reportages ont renoncé à leur droit de traiter le sujet de manière objective et/ou approfondie.

Pixabay.com

Pourtant, ce type de manipulation des médias devient de plus en plus populaire et, comme le note Scientific American, « c’est un outil de plus en plus important utilisé par les agences scientifiques et gouvernementales pour contrôler le comportement de la presse scientifique ».

En effet, si vous lisez beaucoup d’articles scientifiques, vous trouverez que la plupart des sons ressemblent à des copies les uns les autres. Ils ont les mêmes arguments de discussion et avancent les mêmes arguments, quel que soit le responsable des rapports. L’article poursuit : 26

« Les documents obtenus par Scientific American par le biais de demandes en vertu de la Freedom of Information Act décrivent à présent une image troublante de la tactique utilisée pour contrôler la presse scientifique.

Par exemple, la FDA assure au public son engagement en faveur de la transparence, mais les documents montrent que, en privé, elle refuse l’accès à de nombreux journalistes… et les trompe même avec de demi-vérités pour les handicaper dans leur quête d’un article.

Dans le même temps, la FDA cultive une coterie de journalistes qu’elle maintient en phase avec les menaces. Et l’agence a pris l’habitude d’exiger un contrôle total sur les journalistes qui peuvent et ne peuvent pas parler avant que la nouvelle ne soit annoncée, sourds aux protestations d’associations de journalistes et d’éthiciens des médias et en violation de ses propres politiques écrites.

En utilisant des embargos fermés et d’autres méthodes, la FDA, à l’instar d’autres sources d’informations scientifiques, prend le contrôle de journalistes censés surveiller ces institutions. Les chiens de garde sont transformés en lapdogs. »

LES CHIENS DE GARDE TRANSFORMÉS EN CHIENS DE POCHE

Comme expliqué dans l’article présenté, la tactique de l’embargo remonte aux années 1920. Au début, les journalistes n’étaient plus sous pression, leur permettant d’enquêter sur une histoire sans craindre de perdre le « scoop » au profit d’un autre journaliste.

Les embargos de liberté d’expression fonctionnent essentiellement de la manière suivante :

  • les journalistes reçoivent une copie préliminaire des dernières informations avec les liens de contact des scientifiques, sachant bien que leur histoire ne peut pas être diffusée avant l’expiration de l’embargo. De cette façon, tous les journalistes publieront le même article le même jour.

Cependant, les institutions scientifiques ont vite compris que ce système pouvait être utilisé à leur avantage. Les embargos leur permettent non seulement de contrôler le moment de la couverture de presse, mais également de contrôler le contenu, en partie en concluant des accords limitant les contacts avec lesquels les journalistes sont autorisés, et en sélectionnant en partie les journalistes sélectionnés qui participent à l’embargo. Au fil du temps, ce système a conduit les journalistes à renoncer de plus en plus à leur indépendance.

La stratégie désormais connue sous le nom d ’  « embargo noyauté » est la même que celle d’un embargo de presse régulier, à la condition supplémentaire que les journalistes soient également d’accord pour limiter leur enquête aux personnes spécifiées par la source. Dans l’affaire ci-dessus de la FDA, il était « expressément interdit aux journalistes de demander des commentaires extérieurs », écrit Scientific American.

Comme l’ont noté les critiques, cela transforme les journalistes en un peu plus que des sténographes. L’embargo restreint de la FDA a suscité une vague de critiques et de critiques de la part d’associations de journalistes, poussant l’agence à revenir en arrière, déclarant qu’elle établirait de nouvelles règles de base pour les embargos sur les nouvelles. Scientific American déclare :

  • « Initialement publiée en ligne en juin 2011, la nouvelle politique de la FDA en matière de médias a officiellement tué l’embargo de près : “Un journaliste peut partager des informations sous embargo fournies par la FDA à des non-journalistes ou à des tiers afin d’obtenir des citations ou des avis avant une levée de l’embargo, à condition que le journaliste obtienne l’accord de la tierce partie pour maintenir l’embargo”.

La diligence raisonnable serait toujours autorisée, du moins à la FDA. Les journalistes de la santé et des sciences ont poussé un soupir de soulagement… En réalité, il n’y avait pas de malentendu. L’embargo de proximité a été intégré à la stratégie médiatique de l’agence. C’était là pour rester – politique ou pas de politique. »

LES EMBARGOS FERMES PEUVENT ÊTRE PLUS COURANTS QU’ON NE LE PENSE

Comme mentionné, à moins qu’un journaliste enfreigne les règles et divulgue la réalité de l’embargo, il est pratiquement impossible de savoir quand il est en jeu, dans la mesure où l’accord est secret. Il est également très difficile de déterminer si les journalistes invités à recevoir l’histoire ont été choisis en raison de leur position connue ou supposée sur le sujet traité.

Les journalistes qui ont été critiques dans le passé ont peu de chances d’être invités et ne peuvent donc accéder aux données ni aux sources, ce qui rend très difficile, voire impossible, l’élaboration d’un rapport.

Briser l’embargo serré, même une fois, est également un moyen infaillible d’être laissé de côté. Le résultat final est toujours un rapport unilatéral où tout le monde dit la même chose et cite les mêmes sources.

Pixabay.com

Malheureusement, rien n’indique que les journalistes tentent de reprendre le contrôle pour développer une presse libre. Comme mentionné dans l’article, dans le cas d’un embargo imposé restreint, tout ce qu’ils ont à faire est de laisser l’embargo expirer, puis de contacter après coup des sources extérieures pour une perspective plus nuancée. Cela signifie que leur rapport sera retardé, mais il pourrait offrir une image plus objective.

Le message à retenir ici est qu’il y a lieu de s’interroger sur les « faits » présentés dans les actualités. Une histoire manifestement unilatérale pourrait indiquer un embargo secret en coulisse, par exemple, même s’il était difficile de le prouver. Malheureusement, dans un cas comme celui-là, si vous croyez qu’en faisant des recoupements avec d’autres sources médiatiques vous obtiendrez un autre son de cloche, vous vous trompez, car les articles traitant d’un même sujet sont tous susceptibles de rapporter exactement les mêmes informations à partir de la même gamme de sources approuvées.

Le seul remède que je puisse voir est de chercher des sources présentant un côté opposé à l’argument publié. Cela faisait partie du travail du journaliste jadis, mais cela incombe au lecteur désormais.

Sources : https://articles.mercola.com/sites/articles/archive/2019/10/02/how-media-watchdogs-became-industry-lapdogs.aspx?utm_source=dnl&utm_medium=email&utm_content=art1HL&utm_campaign=20191002Z1&et_cid=DM358546&et_rid=720475474


[1] https://www.lemonde.fr/politique/article/2019/06/12/la-crise-peut-conduire-a-la-guerre-avertit-emmanuel-macron-a-geneve_5474952_823448.html?fbclid=IwAR2gM4NOSZ_5IDdaitRGOBjeWJ4kldQ5Y6tGTOklnYSGaPPo6hfSEOlVwxM

[2] https://nyaspubs.onlinelibrary.wiley.com/doi/abs/10.1111/j.1749-6632.2011.05999.x

[3] https://geneticliteracyproject.org/2015/06/12/artificial-wombs-the-coming-era-of-motherless-births/?fbclid=IwAR0v06p8wPhDD7fT1JeyyLu0bSYZSKHVqUdsrLEeFNKo4oKGBOJJSpaT0O8

[4]Pandora III, dispo. Sur Amazon, https://www.democracynow.org/2014/2/21/silencing_the_scientist_tyrone_hayes_on

[5]https://articles.mercola.com/sites/articles/archive/2013/05/29/codex-front-groups.aspx

[6]https://articles.mercola.com/sites/articles/archive/2012/06/14/organizations-on-anti-gmo-labeling.aspx

[7]https://articles.mercola.com/sites/articles/archive/2019/10/02/how-media-watchdogs-became-industry-lapdogs.aspx?utm_source=dnl&utm_medium=email&utm_content=art1HL&utm_campaign=20191002Z1&et_cid=DM358546&et_rid=720475474

[8]https://articles.mercola.com/sites/articles/archive/2013/09/18/unicef-attacks-health-advocates.aspx

[9] https://articles.mercola.com/sugar-side-effects.aspx

Laisser un commentaire