LA SYPHILIS, UNE MALADIE SUR LE RETOUR

0
633
Pixabay.com

Cogiito.com, le 29 septembre 2019, par : PAJ

La société moderne est parvenue grâce à ses progrès en matière d’hygiène et de conservation des aliments, avec l’assainissement, l’eau potable et courante, à éradiquer nombre de maladies épidémiques. Les pays occidentaux, hier riches et aujourd’hui en pleine récession économique ont véritablement réussi l’exploit d’éradiquer ces maladies, mais dans un monde capitaliste, un pays sans maladies ne peut faire vivre l’industrie, donc, ces maladies ont été graduellement réintroduites à travers les vaccins, afin de les entretenir et de prétendument les garantir éloignées du public, ce qui s’avère être un échec complet, comme mes lecteurs pourront le constater à la lecture de mes différents Pandora basés essentiellement sur des ouvrages scientifiques et des témoignages de médecins et de chercheurs.

Des maladies telles que la syphilis ont été physiquement éradiquées de nos pays, étrangement, la voilà qui fait un retour flamboyant à travers certaines pratiques sexuelles ainsi que par les flux migratoires, transportée par des personnes venant de régions géographiques pauvres où l’hygiène et la santé ne sont pas entretenues comme nous le faisons, faute de moyens, d’information et d’éducation.

Pixabay.com

Mais qu’est-ce que la syphilis ?

La syphilis est une (MST), soit une maladie sexuellement transmissible causée par la bactérie Treponema pallidum cousine de la borréliose ou maladie de Lyme, je publierais le mois prochain, un livre de recherches sur le sujet. La syphilis peut également passer, mais pas seulement, à travers la salive, les postillons ou par contact direct, bouche, langue, salive, parties génitales, anus… 1 cette infection se transmet d’une personne à une autre lors de relations sexuelles anales, vaginales ou orales2, par le contact d’une plaie d’une personne infectée. Les bactéries pénètrent dans le corps par le biais de légères coupures ou abrasions de la peau ou des muqueuses.3

Les centres de contrôle des maladies (CDC) déclarent :

  • « En 2017, 101 567 nouveaux cas de syphilis (tous stades confondus) ont été signalés, contre 39 782 nouveaux diagnostics d’infection par le VIH estimé en 2016 et 555 608 cas de blennorragie en 2017.[1],[2] Des cas de syphilis, 30 644 étaient primaires et secondaires.
  • La syphilis et ses stades les plus précoces et les plus transmissibles de la syphilis : En 2017, la majorité des cas de syphilis P & S concernaient des hommes homosexuels, ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes (HSH), et des bisexuels. En 2017, les HSH représentaient 79,6% de tous les cas de syphilis P & S chez les hommes dont le sexe du partenaire sexuel était connu et 57,9% de l’ensemble des cas de syphilis P & S dans leur ensemble. Cependant, au cours des dernières années, le taux de syphilis P & S a augmenté chez les HSH ainsi que chez les hommes et les femmes hétérosexuels[3]»

La syphilis peut également être transmise d’une femme enceinte à son enfant pendant la grossesse, ou pendant le travail et l’accouchement, entraînant une maladie appelée « syphilis congénitale ».[4] Les bactéries responsables de l’infection pénètrent dans le placenta, puis infectent le bébé qui peut, à termes en mourir. 5

La syphilis et l’histoire

Homme couvert de chancres (XVIe.s)

La syphilis touche les êtres humains depuis l’aube de l’humanité, la maladie est décrite par Hippocrate en Grèce classique sous sa forme vénérienne. On trouve également des traces chez les marins, dans un monastère entre le 13e et le 14e siècle, ainsi que dans un port anglais du nord-est de Kingston, en Grande-Bretagne. On la dit également « La maladie française », rapporté par les soldats français qui assiégeaient Naples en 1495, après l’invasion de Naples par Charles VIII, mais les Napolitains qualifièrent de leur côté la syphilis comme « Il gallicus de morbus » soit  « La maladie de la Gaule » sans mauvais jeu de mots, quoi que, un doute m’habite à cet endroit, puisque certains contaminés contaminants, étaient qualifiés de diable et l’on avait tendance à affirmer d’un de ces pestiférés que Satan l’habite.

vierge et homme couché couverts de chancres syphilitiques (XVIe s.)

En dehors de ce trait d’humour pour détendre l’atmosphère, les Français ont préféré la nommer « la maladie napolitaine » ou « maladie de Naples ». Qu’importe la paternité, force est de constater que le manque d’hygiène personnelle et la promiscuité, sont certainement les causes principales d’un tel mal qui lui confère le nom de « maladie sociale » ou maladie de « mauvaise fame (réputation) », de « mauvaise femme », ou de « mauvaise fréquentation » ou de « mauvaise réputation ». Les références à la maladie sont présentes dans l’histoire avec nombre de personnes réputées ayant succombé à elle, comme une amante détestable, mais adorée et irrésistible.

gonorrhée – Bing images
search.sympatico.msn.ca

Ainsi, la syphilis et la gonorrhée étaient un véritable  « mal social » et l’effort pour les combattre était un mouvement de probité et « d’hygiène familiale », or, je rappelle ici au lecteur que « Le mal social » était en fait, la prostitution ; et qui fréquentait les prostituées ramenait chez lui auprès de sa femme légitime et probe, un « mal social » qui les achèverait tous deux.

Portrait de Casanova vêtu d’une culotte et d’une redingote de velours outremer, d’un gilet de brocart doré et d’un jabot de dentelle et tenant un livre ouvert[note 1]. (Raphaël Mengs, vers 1760)

Le séducteur nymphomaniaque et érudit, Giacomo Casanova, a contracté trois fois la syphilis dans sa longue existence d’un Priape déchainé, il a été soigné au mercure, ce qui a occasionné une perte de ses cheveux et de ses dents. Il écrit dans ses mémoires rédigées en français, ce qui fait de lui l’un des plus grands auteurs de la littérature française :

  •  « Mon esprit et ma matière sont une même substance ».

L’homme est à la fois génial et monstrueux, et il couchera sans vraiment le savoir avec sa fille de 14 ans et lui fera un enfant. Rien n’arrête le monstre génial, pas même la morale.

pixabay.com
  • « Il attrape la vérole, se soigne… et recommence. Il a un point de vue sur le corps humain, la maladie, le fait que le corps est un instrument musical, une auto-observation, une ironie, une distance… » déclare l’écrivain Philippe Sollers, « Giacomo a ce qu’on pourrait appeler un corps-frontière, toujours très attentif à ses excrétions et à sa fragilité d’enveloppe. Il ne jouirait pas autant, d’ailleurs, s’il en allait autrement. Le jeu, le libertinage, l’écriture sont les appareils de cette porosité instable. »
Philippe Sollers (auteur de Femmes) – Babelio
www.babelio.com

L’histoire continue en supposant que les prostituées ont finalement infecté des soldats et des clients, mais qui de la poule ou de l’œuf ? 

Il y a tant d’histoire sur les origines des maladies vénériennes, mais le plus important est de savoir les reconnaitre et surtout, de les soigner. Chacun refuse l’attribution de la maladie dans l’histoire, c’est toujours l’autre, l’étranger qui en est la cause, par exemple, d’après une étude publiée dans le Journal of Medicine and Life, « des habitants d’Italie, d’Allemagne et du Royaume-Uni l’ont appelé le «mal français», alors que les Français l’ont appelé le «néopolite». De même, les Russes l’ont appelé «maladie polonaise », alors que les Polonais l’appelaient la « maladie allemande » ».

Et malgré la terminologie, cette maladie se répandit rapidement dans toute l’Europe, à travers les venelles crasseuses des grandes villes et ces pauvres femmes, qui pour survivre, offrirent leurs derniers printemps à des hommes sans hygiène qui se succédèrent dans la valse éjaculatoire de la mort, embrassant Éros et Thanatos au même instant ; les bordels à la mode et les putains sublimes, faisaient à leur tour, dans la chaleur des boudoirs, de très nombreuses victimes au cours des siècles, et toutes classes sociales confondues. En 1496, le mercure a été utilisé pour traiter efficacement la syphilis[5] , même si ce traitement s’est retourné contre les patients, puisqu’il a conduit à des cas mortels d’intoxication au mercure. [6]

  • « Au 16e siècle, Jean Fernelius, un enseignant parisien dont le travail et les intérêts étaient axés sur le traitement au mercure de la maladie, inventa le terme «lues venera» («ravageur vénérien») dans son traité consacré à l’affliction[7]. Le terme «syphilis» a donc été introduit par Girolamo Fracastoro, poète et personnalité médicale à Vérone. Son œuvre «Syphilis sive Morbus Gallicus» (1530) comprend trois livres et présente un personnage appelé Syphilus, berger conduisant les troupeaux du roi Alcihtous, personnage de la mythologie grecque. Dans le récit de Fracastoro, Syphilus, en colère contre Apollon pour avoir desséché les arbres et consommé les sources qui nourrissaient les troupeaux du berger, ne jura pas d’adorer Apollon, mais son roi. Apollon s’offusque et maudit les personnes atteintes d’une maladie hideuse appelée syphilis, du nom du berger. L’affliction s’étendit à l’ensemble de la population, y compris le roi Alcithous. La nymphe Ammerice a conseillé aux habitants d’offrir à Apollon de nouveaux sacrifices, dont Syphilus lui-même, ainsi que de sacrifier à Junon et à Tellus, [8][9]]. »[10]
pixabay.com

Il existe également ce que l’on appelle couramment l’hypothèse précolombienne[11]. Les partisans de cette hypothèse affirment que non seulement la syphilis était largement répandue dans le Vieux et le Nouveau Monde, mais aussi, les autres maladies tréponémiques. En Europe, la plupart de ces conditions étaient confondues avec la lèpre[12] . Selon cette hypothèse, la pinta est apparue dans la zone afro-asiatique dès l’an 15 000 av. J.-C., dotée d’un réservoir animal. Le pian est apparu à la suite des mutations de la pinta vers 10 000 av. J.-C. et s’est répandu dans le monde entier, à l’exception du continent américain qui a été isolé. La syphilis endémique est sortie de son refuge en sélectionnant plusieurs tréponèmes, conséquence des changements climatiques (apparition du climat aride) autour de 7 000 av. JC. Environ 3000 ans avant notre ère, la syphilis sexuellement transmissible est issue d’une syphilis endémique en Asie du Sud-Ouest, en raison des températures plus basses de l’ère postglaciaire et s’est étendue à l’Europe et au reste du monde. Initialement, elle se manifestait comme une maladie bénigne, éventuellement aggravée et à la virulence croissante, souffrant de plusieurs mutations à la fin du XVe siècle[13][14] . Donc, laissons parler l’histoire sans chercher à savoir qui est le premier responsable, car les causes remontent si loin, qu’il serait ridicule de s’en préoccuper et de chercher à accuser l’un ou l’autre. La Syphilis est une maladie nomade certainement aussi ancienne que l’humanité.

definerhetoric.web.fc2.com

Les statistiques de la Syphilis

Selon les Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC), 101 567 nouveaux diagnostics de syphilis ont été signalés aux États-Unis à tous les stades en 2017. Environ 30 644 cas ont été classés en syphilis primaire et secondaire, considérés comme les stades les plus précoces et les plus transmissibles de cette infection. [15] La majorité de ces cas concernaient des homosexuels et des bisexuels, ainsi que des hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes (HSH). Ils représentaient 57,9% des cas de syphilis primaire et secondaire.

Ces dernières années, le nombre de cas de syphilis primaire et secondaire enregistrés chez les HSH et chez les hommes et les femmes hétérosexuels a augmenté régulièrement.[16] En tant que tel, il est donc possible qu’il y ait davantage de cas et de déclaration dans les années à venir avec bouleversements migratoires.

Apprenez à combattre efficacement la syphilis

pixabay.com

La syphilis peut causer un malaise immense dans la vie personnelle de chacun, tant du point de social qu’intime, mais il existe des moyens de l’empêcher de rendre malade les personnes atteintes. Le premier barrage à la syphilis est l’information, et il est certain que la plupart du temps, nous préférons nous mettre la tête dans le sable en croyant que cela nous en protégera, plutôt que nous informer sur le sujet ce qui créera d’emblée un climat d’angoisse peu propice à l’harmonie, mais qui pourra en sauver un grand nombre. Tout d’abord, nous devons considérer la syphilis comme une pathologie, et la regarder avec détachement, mais avec attention, nous devons apprendre à reconnaitre ses symptômes habituels, les stades connus de l’infection, les mesures de prévention et les traitements les plus efficaces. 

Nous l’avons vu, La syphilis est une infection bactérienne généralement transmise par contact sexuel. La maladie commence par une plaie indolore – généralement sur les organes génitaux, le rectum ou la bouche. La syphilis se transmet de personne à personne par contact de la peau ou des muqueuses avec ces plaies.[17] Ce n’est pourtant pas une maladie à génération spontanée et les effets peuvent se faire ressentir longtemps après la primo contamination, en fait, la bactérie syphilis peut rester inactive (dormante) dans le corps pendant des décennies avant de devenir active.

La syphilis précoce peut être parfois guérie, avec une seule injection de pénicilline si elle est traitée immédiatement. En l’absence de traitement, la syphilis peut endommager gravement le cœur, le cerveau et d’autres organes, pour finalement mettre la vie du patient infecté en danger de mort. 

Les premiers symptômes peuvent apparaître 21 jours ou de 10 à 90 jours selon les cas, après l’infection. Certains indicateurs comme des petites plaies sans douleur de la syphilis sont appelés chancres, ce sont les premiers symptômes les plus courants de cette MST. Les chancres peuvent transmettre la syphilis à d’autres personnes et se développent généralement sur ou autour des organes génitaux externes, dans le vagin, autour de l’anus, dans le rectum ou dans ou autour de la bouche, ils peuvent également voyager sur les avant-bras, sous les aisselles, sur les jambes et dans le dos. Le CDC sur son site nous informe que :

  • « La syphilis se transmet de personne à personne par contact direct avec une plaie syphilitique appelée chancre. Les chancres peuvent se produire sur ou autour des organes génitaux externes, dans le vagin, autour de l’anus, dans le rectum, ou dans ou autour de la bouche. La transmission de la syphilis peut survenir lors de relations sexuelles vaginales, anales ou orales. De plus, les femmes enceintes atteintes de syphilis peuvent transmettre l’infection à leur enfant à naître. »[18]

Parmi les autres signes de syphilis que vous remarquerez peut-être : 6, 7

  • Gonflement des ganglions du cou, de l’aine ou des aisselles
  • Une éruption sur la paume des mains, la plante des pieds ou d’autres zones du corps
  • Perte occasionnelle de cheveux de façon inégale
  • Petites excroissances cutanées ressemblant à des verrues génitales
  • Taches blanches dans la bouche
  • Symptômes pseudo-grippaux

Il existe des cas où des personnes déjà infectées par la syphilis ne remarquent pas les plaies et se sentent bien, sans réaliser qu’elles ont été infectées.

Quels sont les signes et les symptômes chez les adultes ?

La syphilis a été appelée « le grand sournois », car ses symptômes peuvent ressembler à beaucoup d’autres maladies, exactement comme la maladie de Lyme. Cependant, la syphilis suit généralement une progression par étapes qui peut durer des semaines, des mois, voire, des années :

Étape primaire

L’apparition d’un seul chancre marque le premier stade des symptômes de la syphilis, mais il peut y avoir plusieurs plaies. Le chancre est généralement  ferme, rond et indolore. Il apparaît à l’endroit où la syphilis est entrée dans le corps. Ces chancres indolores peuvent se produire dans des endroits difficiles à repérer (par exemple, le vagin ou l’anus). Le chancre dure de 3 à 6 semaines et guérit, qu’une personne soit traitée ou non. Cependant, si la personne infectée ne reçoit pas de traitement adéquat, l’infection progresse au stade secondaire.

Étape secondaire

Les éruptions cutanées et/ou les lésions des membranes muqueuses (plaies dans la bouche, le vagin ou l’anus) marquent le deuxième stade des symptômes. Cette étape commence généralement par l’apparition d’une éruption cutanée sur une ou plusieurs zones du corps. Des éruptions cutanées associées à la syphilis secondaire peuvent apparaître lorsque le chancre primaire guérit ou plusieurs semaines après la guérison du chancre. L’éruption ne provoque généralement pas de démangeaisons. L’éruption cutanée caractéristique de la syphilis secondaire peut apparaître sous forme de taches rugueuses, rouges ou brun rougeâtre à la fois sur la paume des mains et le bas des pieds. Cependant, des éruptions cutanées d’aspect différent peuvent survenir sur d’autres parties du corps, ressemblant parfois à des éruptions cutanées causées par d’autres maladies. Parfois, les éruptions cutanées associées à la syphilis secondaire sont si faibles qu’elles ne sont pas remarquées. De grandes lésions surélevées, grises ou blanches, connues sous le nom de Condyloma lata, peuvent se développer à chaud, zones humides telles que la bouche, les aisselles ou la région de l’aine. Outre les éruptions cutanées, les symptômes de la syphilis secondaire peuvent inclure la fièvre, des ganglions lymphatiques enflés, des maux de gorge, une perte de cheveux par endroits, des maux de tête, une perte de poids, des douleurs musculaires et de la fatigue. Les symptômes de la syphilis secondaire disparaîtront avec ou sans traitement. Cependant, sans traitement, l’infection progressera jusqu’au stade latent et éventuellement tertiaire de la maladie.

Stade latent

Le stade latent (caché) de la syphilis est une période de temps où il n’y a aucun signe ou symptôme visible de la syphilis. Sans traitement, la personne infectée continuera d’avoir la syphilis dans son corps, même en l’absence de signes ou de symptômes. La syphilis précoce est une syphilis latente où l’infection s’est produite au cours des 12 derniers mois. La syphilis tardive est une syphilis latente où l’infection s’est produite il y a plus de 12 mois. La syphilis latente peut durer des années.

Étape tertiaire

La syphilis tertiaire est rare et se développe dans un sous-ensemble d’infections non traitées de la syphilis ; elle peut apparaître jusqu’à 10 à 30 ans après la première infection et peut être fatale. La syphilis tertiaire peut affecter plusieurs systèmes d’organes, notamment le cerveau, les nerfs, les yeux, le cœur, les vaisseaux sanguins, le foie, les os et les articulations. Les symptômes de la syphilis tertiaire varient en fonction du système organique affecté.

pixabay.com

Comment la syphilis est-elle transmise ?

Comme nous l’avons vu, la syphilis est transmise lors de relations sexuelles vaginales, anales ou orales par contact direct avec un chancre. Dans certains cas, la syphilis peut être contractée après le partage de sextoys, via une transfusion sanguine [19] ou suite à l’exposition à une lésion active pendant un baiser. Des lésions syphilitiques buccales invisibles pour le participant non contaminé. Cela signifie que n’importe qui peut propager la syphilis sans savoir qu’il est porteur et contaminé. En outre, la syphilis peut être transmise avant que les symptômes ne soient visibles ou après leur disparition. La syphilis est sournoise, car vous ou votre partenaire pouvez ne présenter aucun symptôme que vous voyez ou ressentez. La plupart du temps, les gens ne réalisent même pas qu’ils sont atteints de syphilis – c’est en partie la raison pour laquelle il s’agit d’une infection commune (et pourquoi il est si important de se faire tester).

Les signes de la syphilis peuvent être si doux que vous ne les remarquez même pas. Parfois, les gens confondent les symptômes de la syphilis avec d’autres choses, comme des boutons ou des éruptions cutanées. Les symptômes de la syphilis vont et viennent au fil du temps, mais cela ne signifie pas que l’infection s’en va. Le SEUL moyen de se débarrasser de la syphilis est de prendre des antibiotiques[20].

Qui peut attraper la syphilis ?

Pixabay.com

Les infections à la syphilis se produisent dans le monde entier et sont généralement plus courantes dans les zones urbaines. [21]Les jeunes adultes âgés de 20 à 35 ans constituent le groupe le plus à risque. [22] Certains des facteurs pouvant influencer le risque de syphilis d’une personne, comme l’a souligné la clinique Mayo, comprennent : [23]

  • Avoir des relations sexuelles non protégées
  • Avoir des relations sexuelles avec plusieurs partenaires
  • Avoir des relations sexuelles avec d’autres hommes (si le patient est un homme)
  • Être infecté par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH)

On peut diagnostiquer chez les bébés atteints de syphilis congénitale, une maladie qui peut entraîner des problèmes de santé potentiellement mortels. Cela se produit lorsqu’une femme enceinte transmet la syphilis à son enfant pendant la grossesse, l’accouchement ou l’accouchement. [24] On sait que le type de bactérie responsable de la syphilis congénitale affecte le nourrisson après son entrée dans le placenta de la mère. [25]

LES CONSEILS DU Centre de Contrôle des Maladies (CDC) POUR SOIGNER LA SYPHILIS[26] 

L’utilisation de la pénicilline G, est le médicament de choix pour traiter les personnes à tous les stades de la syphilis. La préparation utilisée (benzathine, procaïne aqueuse ou cristalline aqueuse), la posologie et la durée du traitement dépendent du stade et des manifestations cliniques de la maladie. Le traitement de la syphilis tardive et de la syphilis tertiaire nécessite une durée de traitement plus longue, car les organismes pourraient en théorie se diviser plus lentement (la validité de ce raisonnement n’a pas encore été évaluée). Une durée de traitement plus longue est nécessaire pour les personnes atteintes de syphilis latente de durée inconnue afin de garantir que celles qui n’ont pas contracté la syphilis au cours de l’année précédente reçoivent un traitement adéquat.

Le lecteur pourra consulter les détails du traitement en cliquant sur le lien 26.

En souhaitant que cette introduction à cette maladie qui revient en force dans notre hémisphère aura permis à ceux et à celles qui s’intéressent à leur santé, d’en apprendre un peu plus sur une MST qui n’est pas prête de disparaitre.

Nous vivons une époque formi…diable !


[1]  Centers for Disease Control and Prevention. HIV Surveillance Report, 2016Cdc-pdf; vol. 28.

[2]  Centres de contrôle et de prévention des maladies. Surveillance des maladies transmissibles sexuellement, 2017 . Atlanta, GA: ministère de la Santé et des Services sociaux; Septembre 2018.

[3] https://www.cdc.gov/std/syphilis/stdfact-syphilis-detailed.htm

[4]  https://www.cdc.gov/std/syphilis/stdfact-syphilis-detailed.htm#_ENREF_1

[5] https://www.plannedparenthood.org/learn/stds-hiv-safer-sex/syphilis/what-are-the-symptoms-of-syphilis

[6] https://www.nhs.uk/conditions/syphilis/symptoms/

[7] Forrai J, compilateur. Dans: Histoire de différentes thérapeutiques des maladies vénériennes avant la découverte de la pénicilline, de la syphilis – Reconnaissance, description et diagnostic. Dr. Neuza Satomi Sato; 2011. 

[8] Foa A, compilateur. Dans: Le nouveau et l’ancien: la propagation de la syphilis (1494-1530) Baltimore: Johns Hopkins University Press; 1990. pp. 26–45.

[9] Waugn MA. Rôle joué par l’Italie dans l’histoire de la syphilis. F. J Vener Dis. 1982; 58 : 92–95.

[10] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3956094/

[11] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3956094/

[12] De Melo FL, De Mello JCM et Fraga AM. La syphilis au carrefour de la phylogénétique et de la paléopathologie. PLoS Negl Trop Dis. 2010; 4 : 575. [ Article gratuit de PMC ] [ PubMed ] [ Google Scholar ]

[13] Forsea D, Popescu R, Popescu CM, compilateurs. Dans: Compendiu de si Dermatologie Venerologie / dermatologie et vénérologie Compendium. Ed. Tehnica; 1996. [ Google Scholar ]

[14] De Melo FL, De Mello JCM et Fraga AM. La syphilis au carrefour de la phylogénétique et de la paléopathologie. PLoS Negl Trop Dis. 2010; 4 : 575. [ Article gratuit de PMC ] [ PubMed ] [ Google Scholar ]

[15] https://www.cdc.gov/std/stats17/tables/1.htm

[16] https://www.cdc.gov/std/syphilis/stdfact-syphilis-detailed.htm

[17] https://www.mayoclinic.org/diseases-conditions/syphilis/symptoms-causes/syc-20351756

[18] https://www.cdc.gov/std/syphilis/stdfact-syphilis-detailed.htm

[19] https://sexwise.fpa.org.uk/sites/default/files/resource/2018-03/syphilis-information-and-advice.pdf

[20] https://www.plannedparenthood.org/learn/stds-hiv-safer-sex/syphilis/what-are-the-symptoms-of-syphilis

[21] https://medlineplus.gov/ency/article/000861.htm

[22] https://www.pennmedicine.org/for-patients-and-visitors/patient-information/conditions-treated-a-to-z/syphilis

[23] https://www.mayoclinic.org/diseases-conditions/syphilis/symptoms-causes/syc-20351756

[24] https://medlineplus.gov/ency/article/001344.htm

[25] https://www.hindawi.com/journals/cripe/2012/934634/

[26] https://www.cdc.gov/std/tg2015/syphilis.htm

Laisser un commentaire