La vaccination antipoliomyélitique cause toujours la poliomyélite après toutes ces années

0
367

l’équipe de défense de la santé des enfants©, le 24 septembre 2019

Traduction pour cogiito.com : PAJ

Brève introduction de cogiito.com :

  • L’intérêt d’un tel article réside essentiellement dans ses révélations, déclarant que depuis les années 1950 les vaccins contre la polio causent eux-mêmes les épidémies de polio, l’OMS et les laboratoires le reconnaissent enfin, et proposent un nouveau vaccin prétendument efficace et malgré cette efficacité présumée, annoncée, la polio se diffuse davantage sur toutes les zones où il est imposé.
  • Le problème qui se pose également est qu’une fois le sujet vacciné, la diffusion s’opère, et l’on est incapable de faire la différence entre une polio sauvage et une polio vaccinale.
  • Étrangement, Bill Gates est largement actionnaire et impliqué dans la diffusion de ce vaccin à travers sa fondation et l’OMS dans laquelle il a injecté 10 milliards de dollars il y 19 ans.
  • La vaccination est d’abord une affaire de gros sous avant d’être une affaire de santé.
  • Nous vivons une époque formi…Diable!
  • cogiito.com

Il est extrêmement rare que le secteur de la santé publique admette des problèmes de vaccination. Cependant, les circonstances obligent les fonctionnaires à pratiquer une telle reconnaissance. La débâcle actuelle qui fait surface dans les nouvelles

– et qui est en fait un récit de longue date,[1] est que les vaccins antipoliomyélitiques oraux sont des « souches virulentes[2] » de poliovirus.

L’augmentation [3]alarmante des cas de poliomyélite dérivés d’un vaccin présente un « dilemme »[4] ou une « énigme » pour les planificateurs de vaccins – car « l’outil même que vous utilisez pour éradiquer la [polio] est à l’origine du problème [5]. »

Le vaccin antipoliomyélitique oral (OPV – Oral Polio Virus) est utilisé dans le monde entier et constitue le « fer de lance [6]» des efforts mondiaux d’éradication de la poliomyélite en raison de son faible coût et de sa facilité d’administration.

Le VPO contient des poliovirus vivants, mais affaiblis qui correspondent aux poliovirus sauvages.

Les chercheurs du vaccin savent depuis longtemps que ces virus dérivés de l’OPV peuvent provoquer la poliomyélite, en particulier quand ils sont diffusés « en vrac dans l’environnement [7]. »

Dans des conditions sanitaires pauvres et d’hygiène suspecte, les virus vaccinaux peuvent facilement « trouver leur chemin dans les sources d’eau[8] et sur des mains ou des aliments contaminés », où ils peuvent ensuite lancer une chaîne de transmission qui se perpétue elle-même.

Les chercheurs admettent qu’un virus OPV « peut très rapidement reprendre des forces s’il commence à se répandre tout seul », en acquérant des « mutations qui le rendent indiscernable du virus de type sauvage ».

En d’autres termes, il n’y a pas de différence significative entre et les poliovirus dérivés de l’OPV « en termes de virulence[9] et de propagation du virus ».

L’ÉNIGME

Jusqu’à récemment, le VPO était trivalent et contenait trois sérotypes de vaccin correspondant aux trois types [10]de poliovirus sauvages (types 1, 2 et 3). Cependant, en 2015, les agences mondiales de santé publique ont déclaré l’éradication du poliovirus sauvage de type 2 et ont décidé en 2016 de superviser un « basculement [11]» étroitement coordonné dans 155 pays vers un vaccin oral bivalent ne comprenant que les types 1 et 3. La raison apparente de cette manœuvre globale consistait à éliminer le[12] virus de type 2 dérivé du vaccin ; si les virus de type 2 sauvages avaient disparu, « pensait-on, » il serait « contraire à l’éthique d’exposer les enfants aux risques posés par les virus vaccinaux », d’autant plus que le type 2 est responsable à [13]près de 90 % des poliovirus dérivés de vaccins en circulation depuis l’an 2000. Cependant, dans un scénario qui pourrait bien se tromper, la présence persistante du virus de type 2 dans le passé a provoqué un retournement spectaculaire du « commutateur », avec le vaccin, par des épidémies de poliomyélite causées dans de nombreux pays.

Dans une déclaration surprenante, un virologue du CDC a déclaré qu’en raison de l’utilisation du nouveau vaccin de type 2 uniquement antivirus, nous avons créé plus de nouvelles émergences du virus que nous n’en avons stoppé.

DES ÉCLOSIONS INCONTROLABLES

L’initiative mondiale pour l’éradication de la poliomyélite est une initiative conjointe de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), de l’UNICEF, des Centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC), de la Fondation Bill & Melinda Gates et du Rotary International.

Dans la modélisation informatique préalable au « basculement », les conseillers scientifiques de l’IMEP ont prédit que certaines épidémies dérivées du virus de la vaccination se produiraient inévitablement.

Cependant, ils ont affirmé avec confiance qu’ils seraient en mesure de « supprimer rapidement » de telles épidémies grâce à « quoi d’autre ? » Grâce à « l’utilisation judicieuse d’un nouveau vaccin vivant… efficace uniquement contre le type 2. ».

En Afrique du moins, le pari a échoué.

La fréquence à laquelle les épidémies dérivées du vaccin de type 2 se produisent a dépassé de loin les prévisions – et la précipitation à administrer le nouveau vaccin monovalent de type 2 semble exacerber le problème plutôt qu’en endiguer le problème. Dans un aveu étonnant, un virologue du CDC a déclaré qu’en raison de l’utilisation du nouveau vaccin de type 2 uniquement, 

 « Nous avons créé plus d’émergences du virus que nous n’en avons arrêté »[14], a fait remarquer un autre expert du vaccin.

« Si vous continuez à vous approvisionner avec le vaccin [monovalent] chaque fois que vous pensez avoir un problème, vous ne faites que réensemencer [davantage de chaînes de transmission] [15]».

Bien que l’OMS décrit la poliomyélite comme l’une des causes possibles de paralysie flasque aiguë (PFA), les laboratoires africains isolent le virus du vaccin de type 2 cas après cas.

Depuis septembre 2016, aucun poliovirus sauvage n’avait été signalé sur le continent africain, mais en juillet 2019, l’OMS avait prévenu qu’il existait un risque élevé [16]de propagation continue du virus de type 2 en Afrique. Les enquêteurs sur les épidémies documentent depuis mi-2017 (deux ans après le « basculement ») une augmentation de la présence de poliovirus de type 2 circulant provenant de vaccins, dans des échantillons humains et environnementaux[17], provoquant généralement des échantillons humains provenant d’enfants présentant une paralysie flasque aiguë[18] (AFP) ou de « contacts communautaires sains ». Bien que l’OMS décrit la polio comme une des causes possibles [19]de la PFA, les laboratoires africains ont isolé le virus de la vaccination de type 2 cas après cas.

À ce jour, des rapports de surveillance[20] ont signalé la présence du poliovirus de type 2 dérivé du vaccin en Angola, au Cameroun, en République centrafricaine, en République démocratique du Congo, en Éthiopie, au Ghana, au Kenya, au Mozambique, au Niger, au Nigéria et en Somalie. Au Nigeria, le type 2 s’est étendu du nord du pays à Lagos, la plus grande ville du Nigeria et la plus densément peuplée. Au Ghana, peu de temps après les enquêteurs ont découvert de type 2 virus de vaccins dans les eaux usées dans la capitale d’Accra, un enfant de 400 miles de distance[21] a été diagnostiqué avec le virus vaccinal étant de ce fait, le premier représentant paralysé ou « premier du Ghana [22]» a rapporter l’épidémie de poliovirus dérivée du vaccin de type 2.

Le 19 septembre, ABC News a annoncé une épidémie de polio[23] aux Philippines causée, comme l’ont confirmé l’OMS et l’UNICEF, par un « poliovirus de type 2 dérivé du vaccin ». L’épidémie a touché jusqu’ici seulement deux enfants et quelques échantillons d’eaux usées… deux décennies après que l’OMS a déclaré que les Philippines sont exemptes de poliomyélite. Déclarant la situation à la baisse grâce à l’acceptation par le public de la vaccination systématique – à la suite du déploiement d’un dangereux vaccin contre la dengue ayant tué jusqu’à 119 enfants[24] en 2016-2017 –

les deux agences mondiales de la santé ont sévèrement affirmé que le seul moyen de se remettre sur les rails contre la polio est de vacciner au moins 95 % [25] des enfants de moins de 5 ans.

Le gouvernement philippin se plie à la règle en lançant une campagne de vaccination agressive contre la polio qu’il nomme la « poliocampagne [26]» .

Dans d’autres pays, allant du Myanmar[27] à l’Indonésie en[28] passant par la Papouasie–Nouvelle-Guinée[29], des programmes de surveillance signalent également des cas de poliomyélite paralytique résultant d’un poliovirus de type 1 en circulation.

  • Pendant ce temps, la Fondation Gates fait tout son possible pour que le [nouveau vaccin oral] parvienne sur le terrain le plus tôt possible, en spéculant qu’il aura un risque moins élevé de transmission du virus vaccinal. Cependant, la Fondation note avec prudence que le seul moyen de savoir sera certainement d’utiliser le vaccin.

NOUVEAU ET AMÉLIORÉ = MÊME VIEUX

La présence de virus de type 2 « sur un territoire de plus en plus vaste » en Afrique et ailleurs est apparemment décourageante pour les enthousiastes de l’éradication de la polio, mais ne vous inquiétez pas, ils ont un autre atout en réserve : un autre nouveau vaccin amélioré! En fait, deux nouveaux vaccins antipoliomyélitiques[30] sont en préparation. L’un est un « nouveau » vaccin oral modifié génétiquement et soutenu par la Fondation Gates ; le second est un vaccin inactivé supposé être « suffisamment puissant pour mettre fin aux épidémies ». Comme l’a déclaré le principal chercheur sur la poliomyélite de l’OMS, « la course est lancée » pour déployer au moins un des deux vaccins dans le cadre du « protocole d’utilisation en cas d’urgence » de l’OMS dès la mi-2020, même avant l’autorisation d’[31] exercer. Idéalement, le nouveau fabricant de vaccin oral, Bio Farma, aura bientôt « la capacité de faire 35 millions de doses par mois . » Pendant ce temps, la Fondation Gates « pousse dure pour obtenir le vaccin [nouveau oral] sur le terrain le plus tôt possible, “En spéculant que le risque de transmission du virus vaccinal sera moindre – la Fondation note toutefois avec prudence que” le seul moyen de savoir avec certitude sera d’utiliser le vaccin ».

Que ce soit au Pakistan, en Afrique ou aux États-Unis, il est temps d’arrêter de mettre la santé publique sur le même pied que la vaccination et de reconnaître que les programmes de vaccination laissent souvent derrière eux des problèmes nouveaux et pires que ceux qu’ils étaient censés résoudre.

En fin de compte, la communauté mondiale de la santé publique s’est fixé pour objectif de mettre fin à toute utilisation du VPO et de passer à l’utilisation exclusive du vaccin antipoliomyélitique inactivé (VPI) administré par injection, en partant du principe que le VPI est incapable de provoquer la circulation des poliovirus dérivés du vaccin.

Cependant, comme l’a récemment décrit le Children’s Health Defence, à partir des années 1950, les États-Unis ont été témoins de graves cas de poliomyélite paralytique induits par les deux types de vaccin antipoliomyélitique – [32]injecté et oral. 

De même, un journaliste décrivant les problèmes avec le « commutateur » a observé que « même les enfants qui ont reçu le VPI… peuvent être infectés par le virus du vaccin et le transmettre »

[non souligné dans l’original]

.

Au Pakistan, où les poliovirus sauvages circulent encore, certains citoyens de communautés pauvres refusent le vaccin oral contre la polio, remettant en question une stratégie de santé publique à un tour qui ne fait jamais rien pour faire face aux menaces sanitaires plus pressantes telles que le manque d’eau courante, l’assainissement. 

Plutôt que de répondre à ces préoccupations raisonnables, le gouvernement a décidé d’emprisonner des parents peu coopératifs, tandis que ces derniers ont recours à « la dissimulation de leurs enfants ou l’utilisation de fausses empreintes pour faire croire qu’ils ont été vaccinés ». Que ce soit au Pakistan, en Afrique ou aux États-Unis, il est temps d’arrêter de mettre la santé publique sur le même pied que la vaccination et de reconnaître que les programmes de vaccination laissent souvent derrière eux des problèmes nouveaux et pires que ceux qu’ils étaient censés résoudre.


[1] https://childrenshealthdefense.org/news/government-corruption/what-polio-vaccine-injury-looks-like-decades-later/

[2] https://www.sciencemag.org/news/2019/07/surging-cases-have-dashed-all-hope-polio-might-be-eradicated-2019

[3] https://www.who.int/csr/don/archive/disease/poliomyelitis/en/

[4] https://www.statnews.com/2019/09/13/the-switch-polio-eradication-quandary/

[5] https://text.npr.org/s.php?sId=534403083

[6] https://text.npr.org/s.php?sId=534403083

[7] https://text.npr.org/s.php?sId=534403083

[8] https://text.npr.org/s.php?sId=534403083

[9] https://text.npr.org/s.php?sId=534403083

[10]https://www.cdc.gov/cpr/polioviruscontainment/diseaseandvirus.htm

[11]https://www.who.int/immunization/diseases/poliomyelitis/endgame_objective2/oral_polio_vaccine/en/

[12] https://www.statnews.com/2019/09/13/the-switch-polio-eradication-quandary/

[13] http://polioeradication.org/wp-content/uploads/2017/09/GPEI-cVDPV-factsheet_September-2017.pdf

[14] https://www.sciencemag.org/news/2019/07/surging-cases-have-dashed-all-hope-polio-might-be-eradicated-2019

[15] https://www.statnews.com/2019/09/13/the-switch-polio-eradication-quandary/

[16] https://www.who.int/csr/don/31-july-2019-polio-africa-region/en/

[17] https://www.who.int/csr/don/31-july-2019-polio-africa-region/en/

[18] https://childrenshealthdefense.org/news/the-non-polio-illness-that-looks-just-like-polio/

[19]http://www.searo.who.int/india/topics/poliomyelitis/acute_flaccid_paralysis_surveillance.pdf?ua=1

[20] https://www.who.int/csr/don/31-july-2019-polio-africa-region/en/

[21] https://www.statnews.com/2019/09/13/the-switch-polio-eradication-quandary/

[22] https://www.who.int/csr/don/06-september-2019-polio-ghana/en/

[23] https://abcnews.go.com/amp/Health/wireStory/philippines-declares-polio-outbreak-19-years-65713379

[24] https://www.aljazeera.com/news/2019/09/philippines-launches-polio-vaccine-campaign-outbreak-190920140746661.html

[25] https://abcnews.go.com/amp/Health/wireStory/philippines-declares-polio-outbreak-19-years-65713379

[26] https://www.aljazeera.com/news/2019/09/philippines-launches-polio-vaccine-campaign-outbreak-190920140746661.html

[27] https://www.who.int/csr/don/22-august-2019-polio-myanmar/en/

[28] https://www.who.int/csr/don/27-february-2019-polio-indonesia/en/

[29] https://www.who.int/csr/don/20-February-2019-polio-png/en/

[30] https://www.sciencemag.org/news/2019/07/surging-cases-have-dashed-all-hope-polio-might-be-eradicated-2019

[31] https://www.statnews.com/2019/09/13/the-switch-polio-eradication-quandary/

[32] https://childrenshealthdefense.org/news/government-corruption/what-polio-vaccine-injury-looks-like-decades-later/

Laisser un commentaire