La vitamine D dans la prévention du COVID-19

3
3230
Image parJill Wellington de Pixabay
Comme les lecteurs pourront le constater cet article a été littéralement censuré par Facebook sous de faux prétextes, prouvant le technofascisme anti-science de cette plateforme de réseau social qui censure une communication de l’Académie Nationale de Médecine Française publiée le 22 Mai 2020.

L’HISTOIRE EN BREF

  • l’Académie Nationale de Médecine Française souligne l’importance de la vitamine D contre le COVID-19 et recommande à chacun de prendre des suppléments de vitamine D. Pour les patients atteints par le COVID-19 de plus de 60 ans, il est recommandé un test de vitamine D, et en cas de carence, une dose de 50 000 à 100 000 UI
  • Bien que les tests de vitamine D ne soient pas en urgence pour les moins de 60 ans, l’Agence française recommande à toute personne de moins de 60 ans qui reçoit un test COVID-19 positif de commencer à prendre 800 UI à 1000 UI de vitamine D par jour de toute façon
  • La vitamine D module (peut réguler positivement et négativement au besoin) la fonction de votre système immunitaire en stimulant les cellules dentritiques (qui détectent la présence d’antigènes tels que les virus ou les bactéries) et les macrophages (responsables du déclenchement des réponses immunitaires et de la destruction des agents pathogènes)
  • La vitamine D régule et supprime également la réponse inflammatoire des cytokines. Ceci est particulièrement important en cas de COVID-19, car l’inflammation incontrôlée (tempête de cytokines) est la principale cause de décès
  • L’Écosse et le Royaume-Uni commencent également à prendre la vitamine D plus au sérieux. L’équipe de soutien immunitaire de British Frontline fournit aux travailleurs du National Health Service du Royaume-Uni des vitamines liposomales C, vitamine D et zinc gratuites pour renforcer et réguler leur fonction immunitaire

Comme l’a souligné le Dr John Campbell 1, professeur à la retraite pour une école d’infirmières dans la vidéo ci-dessus, la vitamine D est « une molécule immunologique importante » qui joue probablement un rôle dans la pandémie de COVID-19.

Dans son commentaire vidéo, Campbell passe en revue un certain nombre d’articles récents soulignant l’importance de la vitamine D, à commencer par un communiqué de presse 2 de l’Académie Nationale de Médecine Française du 22 mai 2020.

Le communiqué de presse souligne correctement que la vitamine D est une prohormone, ce qui signifie qu’elle agit comme une hormone endocrine. 

En tant que tel, il a une large influence sur la santé. Il existe des récepteurs de la vitamine D dans tout votre corps, dans tous les tissus et organes. Le Dr Campbell passe en revue certains des principes de base de la synthèse de la vitamine D dans le corps.

En résumé, la vitamine D est synthétisée dans le derme de votre peau en réponse à la lumière ultraviolette du soleil. De là, elle est transportée vers votre foie et vos reins, où elle est convertie en hormone active qui est ensuite diffusée dans tout votre corps. Les personnes souffrants de problèmes hépatiques ou rénaux peuvent avoir une capacité réduite à synthétiser la vitamine D, comme l’a noté l’Académie Nationale de Médecine Française, la vitamine D : 3

  • Module (ce qui signifie qu’il peut réguler à la hausse et à la baisse selon les besoins) la fonction de votre système immunitaire en stimulant les cellules dendritiques (qui détectent la présence d’antigènes tels que les virus ou les bactéries) et les macrophages (responsables du déclenchement des réponses immunitaires et de la destruction des agents pathogènes)
  • Régule et supprime la réponse inflammatoire des cytokines. 4 La capacité de réguler à la baisse la réponse inflammatoire est particulièrement importante pour le COVID-19, car l’inflammation incontrôlée (tempête de cytokines) est la principale cause de décès.

La vitamine D

Un excellent complément à toute thérapie

L’autorité médicale française souligne qu’il existe « une corrélation significative entre les faibles taux sériques de vitamine D et la mortalité due au COVID-19 » –

à laquelle on pourrait s’attendre compte tenu de son influence modulatrice et régulatrice sur la fonction immunitaire – et cela « en atténuant la tempête inflammatoire et ses conséquences ,

la « vitamine D » pourrait être considérée comme un complément à toute forme de thérapie. « 

Des recherches montrent que la corrélation inverse entre la vitamine D et l’infection du COVID-19 et la mortalité (plus votre taux de vitamine D est faible plus votre risque d’infection et de décès est élevée) dans les pays européens a une valeur de confiance de 95,4%, ce qui signifie qu’il n’y a qu’une chance de 4,6% que cette corrélation soit due au hasard seul.

Le communiqué de presse se termine en recommandant à la population française de prendre des suppléments de vitamine D, car il s’agit d’une « mesure simple et peu coûteuse ». 

Les autorités françaises recommandent également :

« un test rapide de dépistage de la vitamine D sérique chez les personnes de plus de 60 ans atteintes de COVID-19 ».

La vitamine D peut réduire le risque d’infection en abaissant le taux de réplication du virus et en réduisant les cytokines pro-inflammatoires qui endommagent les poumons, entraînant une pneumonie. 

La vitamine D aide également à augmenter les concentrations de cytokines anti-inflammatoires qui peuvent aider à protéger les poumons.

Comme l’a noté le Dr Campbell, c’est « une idée remarquablement bonne ». 

Chez ceux qui s’avèrent déficients en vitamine D, l’Académie nationale de médecine Française recommande une dose initiale de 50 000 UI à 100 000 UI.

Et, bien que les tests de vitamine D ne soient pas urgents pour les moins de 60 ans, elle recommande que toute personne de moins de 60 ans qui fait un test positif au COVID-19 commence à prendre 800 UI à 1000 UI de vitamine D par jour par principe.

Des études prospectives sur la vitamine D pour le COVID-19 sont en cours

Les recommandations françaises contrastent fortement avec celles des États-Unis, où les autorités sanitaires et les médias contrôlés par Big Pharma tentent toujours d’effrayer les gens sur la supplémentation en vitamine D. Cela pourrait être dû au fait qu’une population en meilleure santé est moins susceptible de se faire vacciner avec un vaccin accéléré.

Il convient de noter que, que pour l’Académie nationale de médecine Française, il n’existe pas d’essais contrôlés randomisés portant sur la supplémentation en vitamine D et le COVID-19, or ce n’est pas vrai. 

De nombreux essais de ce type sont actuellement en cours. Ils ne sont tout simplement pas encore terminés et publiés, mais vous pouvez les trouver (et vous pouvez peut-être vous y inscrire) en recherchant ClinicalTrials.gov5

Au Royaume – Uni, il y a l’étude – Uni Covidence, 6 un effort pour Enregistrer la façon dont les effets en carence de vitamine D prolongent le risque d’attraper le Covid-19. 

Si vous vivez au Royaume-Uni, vous pouvez vous inscrire à l’étude Covidence UK ici . Selon Adrian Martineau, professeur d’infection respiratoire et d’immunité à l’Université Queen Mary de Londres, qui dirige l’étude Covidence: 7

« La vitamine D pourrait presque être considérée comme un médicament de synthèse pour aider le corps à gérer les infections respiratoires virales. Elle augmente la capacité des cellules à tuer et à résister aux virus et atténue simultanément l’inflammation nocive, qui est l’un des gros problèmes du Covid. « 

Les travailleurs de la santé britanniques reçoivent gratuitement de la vitamine D

Outre les Français, l’Écosse et le Royaume-Uni commencent également à prendre l’optimisation de la vitamine D plus au sérieux. Par exemple, la British Frontline Immune Support Team fournit aux travailleurs du UK National Health Service des packs gratuits de vitamine C, de vitamine D et de zinc liposomaux pour renforcer et réguler leur fonction immunitaire. 8 

Comme l’a noté l’équipe de soutien immunitaire de Frontline, la vitamine D 9

« … Joue un rôle essentiel dans votre système de défense immunitaire, à la fois en réduisant les jours de maladie pseudo-grippale si votre taux sanguin est suffisant, et en aidant votre système immunitaire à réagir en cas d’attaque virale. Il accélère la guérison d’une pneumonie.

Deux adultes sur cinq ont un niveau de vitamine D inférieur à 25 nmol / l, en particulier à la fin des mois d’hiver comme février et mars, qui est susceptible de presque doubler leur risque de grippe. Un niveau de vitamine D supérieur à 100 nmol / l correspond au plus petit nombre de jours pseudo-grippaux. La morale de l’histoire est d’élever votre niveau le plus rapidement possible. « 

Le NHS britannique évalue également les preuves afin de déterminer si la vitamine D doit être prescrite aux patients hospitalisés COVID-19 et en tant que prévention aux groupes à haut risque. 10

Le gouvernement écossais recommande un supplément quotidien de vitamine D

Depuis le 3 juin 2020, les directives COVID-19 du gouvernement écossais incluent la prise d’un supplément quotidien de vitamine D. Tel que rapporté par le Scotland Herald: 11

« Les directives officielles du gouvernement écossais publiées le 3 juin indiquent que tout le monde, y compris les enfants, » devrait envisager de prendre un supplément quotidien contenant 10 microgrammes de vitamine D. « 

Cependant, il est «spécifiquement recommandé» à toutes les femmes enceintes et allaitantes; les nourrissons et les enfants de moins de cinq ans; les personnes appartenant à des groupes ethniques minoritaires à la peau foncée comme celles d’origine africaine, afro-caribéenne et sud-asiatique, qui ont besoin de plus d’exposition au soleil pour produire autant de vitamine D; et les gens qui sont confinés à l’intérieur. « 

Rôle de soutien des données de la vitamine D dans COVID-19

Plusieurs études ont noté la relation inverse entre un faible taux de vitamine D et un risque plus élevé de résultats positifs pour le test COVID-19 12, la gravité de l’infection 13 , 14 et la mortalité. 15 Ces études sont des études de corrélation et ne confirment pas le lien de causalité, mais des études qui seront en mesure de prouver le lien de causalité sont actuellement en cours.

Des exemples de ces études de corrélation incluent l’Étude TILDA irlandaise sur le vieillissement, 16 , 17 qui suggère que la carence en vitamine D pourrait avoir de graves implications en rapport avec le COVID-19. Les chercheurs recommandent aux adultes de plus de 50 ans de prendre un supplément de vitamine D toute l’année s’ils ne sont pas suffisamment exposés au soleil pour optimiser leur niveau.

Un autre article irlandais, 18 «Vitamine D et inflammation : implications potentielles pour la gravité du COVID-19», a conclu qu’il existe «une forte hypothèse biologique plausible et des données épidémiologiques en évolution soutenant un rôle pour la vitamine D dans le traitement du COVID-19».

Certains de ces mécanismes biologiques ont déjà été résumés ci-dessus. Les autres mécanismes d’action qui peuvent influer sur votre risque de contracter le COVID-19 sont les suivants:

Le SRAS-CoV-2 est un virus enveloppé, ce qui signifie qu’il est plus difficile pour votre système immunitaire de l’identifier et de le détruire. Cependant, des niveaux plus élevés de vitamine D sont inversement associés à une infection par de nombreux autres virus enveloppés, notamment la dengue, l’hépatite, l’herpès, le VIH, le rotavirus, le virus respiratoire syncytial et la grippe. 19 , 20 Nous devrons attendre et voir si la même chose vaut pour SARS-CoV-2, mais il y a de fortes chances que ce soit le cas.
La vitamine D renforce les jonctions cellulaires, ce qui rend plus difficile l’entrée des virus par les yeux, les oreilles, les poumons et les muqueuses. À son tour, cela rend l’infection moins susceptible de migrer dans vos poumons. 21
La vitamine D peut réduire le risque d’infection en abaissant la vitesse à laquelle le virus se réplique et peut réduire les cytokines pro-inflammatoires qui endommagent les poumons, entraînant une pneumonie. Il aide également à augmenter les concentrations de cytokines anti-inflammatoires qui peuvent aider à protéger les poumons. Pour ces raisons, les chercheurs suggèrent que les personnes à risque de COVID-19 devraient prendre: 22« … 10 000 UI / j de vitamine D3 pendant quelques semaines pour augmenter rapidement les concentrations de 25 (OH) D, puis 5 000 UI / j. L’objectif devrait être d’augmenter les concentrations de 25 (OH) D au-dessus de 40 à 60 ng / mL ( 100-150 nmol / L). « 
La vitamine D est un élément important dans la prévention et le traitement de la grippe 23 et des infections des voies respiratoires supérieures. 24 Bien que la vitamine D ne semble pas avoir d’effet direct sur le virus lui-même, elle renforce la fonction immunitaire, permettant ainsi à l’organisme hôte de lutter plus efficacement contre le virus. 25Comme détaillé dans « La vitamine D prévient les infections », la recherche montre que la supplémentation en vitamine D à haute dose réduit de 40% le risque de maladies respiratoires et d’infections pulmonaires chez les personnes âgées. Comme l’a noté un auteur de cette étude,

«la vitamine D peut améliorer la capacité du système immunitaire à lutter contre les infections car elle renforce la première ligne de défense du système immunitaire».

Comme mentionné précédemment, la vitamine D supprime également les processus inflammatoires et inhibe la production excessive de cytokines pro-inflammatoires qui provoquent une tempête de cytokines. 26 Dans l’ensemble, cela pourrait rendre la vitamine D très utile contre le COVID-19, car si une fonction immunitaire robuste est nécessaire pour que votre corps combatte le virus, un système immunitaire suractivé est également responsable de la tempête de cytokines que nous voyons dans l’infection à COVID-19 qui peut entraîner la mort.
La vitamine D régule à la hausse la production de cathelicidine humaine, LL-37, qui a des activités antimicrobiennes et anti-endotoxines. 27
Il a été démontré que la supplémentation en vitamine D protège contre les infections respiratoires aiguës. 28  la supplémentation quotidienne ou hebdomadaire (par opposition aux doses peu fréquentes) de vitamine D a eu le plus grand effet protecteur chez ceux qui avaient les taux de vitamine D les plus faibles. 29Dans une étude, 30 personnes souffrant d’une grave carence en vitamine D qui ont pris un supplément quotidien ou hebdomadaire ont réduit de moitié leur risque d’infection respiratoire, alors que l’administration aiguë plus élevéé de vitamine D n’a eu aucun impact significatif sur le risque d’infection.
L’analyse des données 31 par GrassrootsHealth montre que les personnes ayant un niveau de vitamine D d’au moins 40 ng / ml ont réduit leur risque de rhume de 15% et de grippe de 41%, par rapport à celles avec un niveau inférieur à 20 ng / ml.

Papiers spécifiques au COVID-19

Outre les articles irlandais cités ci-dessus, plusieurs autres sont parvenus aux mêmes conclusions ou à des conclusions similaires. 

Des exemples supplémentaires incluent :

Le document de synthèse sur la vitamine D 32 

«Preuve qu’une supplémentation en vitamine D pourrait réduire le risque de grippe et d’infections et de décès par COVID-19»,

publié dans la revue Nutrients, 2 avril 2020, qui stipule que :

« Pour réduire le risque d’infection, il est recommandé que les personnes à risque de grippe et / ou de COVID-19 envisagent de prendre 10 000 UI / j de vitamine D3 pendant quelques semaines pour augmenter rapidement les concentrations de 25 (OH) D, puis 5 000 UI / d. L’objectif devrait être d’augmenter les concentrations de 25 (OH) D au-dessus de 40–60 ng / mL (100–150 nmol / L). Pour le traitement des personnes infectées par COVID-19, des doses plus élevées de vitamine D 3 pourraient être utiles. « 
Une revue GrassrootsHealth 33 d’une étude observationnelle portant sur 212 patients COVID-19 en Asie du Sud-Est a identifié une corrélation entre les niveaux de vitamine D et la gravité de la maladie. Les personnes atteintes de la maladie la plus bénigne avaient les niveaux de vitamine D les plus élevés et vice versa.Dans le groupe d’étude initial de 212 patients (voir le tableau 1 ci-dessous), 55 avaient des niveaux normaux de vitamine D, qui était définie comme supérieure à 30 ng / ml; 80 avaient des niveaux insuffisants de 21 à 29 ng / ml et 77 avaient des niveaux déficients de moins de 20 ng / ml.Selon les recherches effectuées par GrassrootsHealth, 40 ng / ml est le bord inférieur de l’optimum, avec 60 ng / ml à 80 ng / ml étant idéal pour la santé et la prévention des maladies. Malgré cela, l’avantage d’avoir un niveau de vitamine D supérieur à 30 ng / mL était clair.gravité de la vitamine d covid-19
Dans une étude 34 qui a examiné les données de 780 patients atteints de COVID-19 en Indonésie, ceux dont le taux de vitamine D se situait entre 20 ng / ml et 30 ng / ml avaient un risque de décès sept fois plus élevé que ceux dont le niveau était supérieur à 30 ng / ml . Un niveau inférieur à 20 ng / mL était associé à un risque de décès 12 fois plus élevé.
La recherche 35 , 36 publiée sur le serveur de préimpression MedRxiv le 10 juin 2020, rapporte qu’une combinaison de vitamine D3, B12 et de magnésium a inhibé la progression du COVID-19 chez les patients de plus de 50 ans, entraînant « une réduction significative de la proportion de patients avec une détérioration clinique nécessitant un soutien en oxygène et / ou un soutien en soins intensifs. « 
« Le rôle de la vitamine D dans la prévention des infections et de la mortalité par coronavirus 2019 » 37 – qui a examiné les niveaux moyens de vitamine D et le nombre de cas de COVID-19 et les taux de mortalité dans 20 pays européens – a trouvé des niveaux de vitamine D inférieurs corrélés avec augmentation du nombre de cas et de la mortalité. Les auteurs ont conclu : « Nous pensons que nous pouvons conseiller une supplémentation en vitamine D pour se protéger contre l’infection par le SRAS-CoV2.« 
Des chercheurs de la Northwestern University rapportent avoir trouvé une relation inverse entre la vitamine D et le CRP, un marqueur de l’inflammation. Ceux avec un CRP plus élevé avaient une vitamine D plus faible et vice versa. Selon les auteurs: 38

«Les données COVID-19 au niveau des patients montrent un résultat notable de 3,4… pour une CRP élevée chez les patients COVID-19 sévères.Étant donné que la CRP est un marqueur de substitution pour la tempête de cytokines et est associée à une carence en vitamine D, sur la base de données rétrospectives et de preuves indirectes, nous voyons un rôle possible de la vitamine D dans la réduction des complications attribuables à l’inflammation non réglementée et à la tempête de cytokines. Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour tenir compte d’autres facteurs grâce à la mesure directe des niveaux de vitamine D chez les patients COVID-19. « 
«Le rôle possible de la vitamine D dans la suppression de la tempête de cytokines et de la mortalité associée chez les patients COVID-19», 39 , 40 publié sur le portail préimprimé medRxiv le 18 mai 2020, rapporte avoir trouvé une forte corrélation entre une carence sévère en vitamine D et des taux de mortalité plus élevés chez les patients pays à travers le monde. Les chercheurs attribuent cela à un lien entre un faible taux de vitamine D et un risque élevé de tempêtes de cytokines. L’analyse suggère que des niveaux plus élevés de vitamine D dans la population générale pourraient réduire de moitié la mortalité en réduisant les complications. 41

Il est maintenant temps d’optimiser votre vitamine D

Les experts en santé préviennent que nous allons probablement voir une deuxième vague de COVID-19 cet automne, alors que les températures chutent. Cela signifie que le moment est venu d’optimiser votre vitamine D.

Les données des études D * Action de GrassrootsHealth suggèrent que le niveau optimal pour la santé et la prévention des maladies se situe entre 60 ng / ml et 80 ng / ml, tandis que le seuil de suffisance semble être d’environ 40 ng / ml. En Europe, les mesures que vous recherchez sont respectivement de 150 à 200 nmol / L et 100 nmol / L.

J’ai récemment publié un rapport complet sur la vitamine D dans lequel je détaille les mécanismes d’action de la vitamine D et comment garantir des niveaux optimaux. Je recommande de télécharger et de partager ce rapport avec tous ceux que vous connaissez.

Un bref résumé des étapes clés est le suivant :

1.Tout d’ abord, mesurer votre niveau de vitamine D – L’ un des plus faciles et la plupart des moyens rentables de mesurer votre niveau de vitamine D est de participer au teste de GrassrootsHealth projet de nutrition personnalisée, qui comprend un kit de test de vitamine D .

Une fois que vous connaissez votre taux sanguin, vous pouvez évaluer la dose nécessaire pour maintenir ou améliorer votre niveau. Si vous ne pouvez pas obtenir suffisamment de vitamine D du soleil (vous pouvez utiliser l’application DMinder 42 pour voir la quantité de vitamine D que votre corps peut produire en fonction de votre emplacement et d’autres facteurs individuels), alors vous aurez besoin d’un supplément oral.

Comme indiqué précédemment dans « Magnésium et K2 Optimisez votre supplémentation en vitamine D », il est fortement recommandé de prendre du magnésium et du K2 en même temps que de la vitamine D par voie orale. magnésium et vitamine K2! 43

En pratique, cela signifie que si vous prenez les trois suppléments en combinaison, vous avez besoin de beaucoup moins de vitamine D par voie orale pour atteindre un niveau de vitamine D sain.

2.Évaluez votre dose individuelle de vitamine D – Pour ce faire, vous pouvez utiliser le tableau ci-dessous ou utiliser le calculateur de vitamine D * de GrassrootsHealth . 

Pour convertir ng / mL en mesure européenne (nmol / L), multipliez simplement la mesure ng / mL par 2,5. Pour calculer la quantité de vitamine D que vous pourriez recevoir d’une exposition régulière au soleil en plus de votre apport supplémentaire, utilisez l’application DMinder. 44

Vitamine D - Niveau sérique

3.Réessayez dans trois à six mois – Enfin, vous devrez réévaluer votre niveau de vitamine D dans trois à six mois, pour évaluer comment votre exposition au soleil et / ou votre dose de supplément fonctionne pour vous.

L’importance de tester vos niveaux de vitamine D

Un nombre croissant de preuves montre que la vitamine D joue un rôle crucial dans la prévention des maladies et le maintien d’une santé optimale. Il y a environ 30 000 gènes dans votre corps, et la vitamine D affecte près de 3 000 d’entre eux, ainsi que des récepteurs de vitamine D situés dans tout votre corps.

Pour une analyse plus détaillée et complète du lien entre la vitamine D et le COVID-19, veuillez consulter le rapport que j’ai créé qui pourrait être utilisé pour s’adresser à tout professionnel de la santé qui serait en désaccord avec cette recommandation. Vous y trouverez également une version abrégée du document qui permettra de mieux informer ceux que vous souhaitez convaincre de l’importance d’optimiser votre taux de vitamine D.

La vitamine D aide à protéger contre le cancer et d’autres maladies

Selon une étude à grande échelle, avoir des niveaux optimaux de vitamine D peut réduire votre risque de cancer et peut aider à prévenir au moins 16 types de cancer différents, y compris les cancers du pancréas, du poumon, des ovaires, de la prostate et de la peau.

La vitamine D provenant de l’exposition au soleil diminue également radicalement votre risque de maladies auto-immunes telles que la sclérose en plaques (SEP) et le diabète de type 1. L’exposition au soleil aide également à prévenir l’ostéoporose, qui est une préoccupation importante pour les femmes en particulier.

Le magnésium est nécessaire pour activer la vitamine D

Étant donné que plus de la moitié de la population ne reçoit pas suffisamment de magnésium et que beaucoup plus sont probablement déficients, une supplémentation en magnésium est recommandée lors de la prise de suppléments de vitamine D. En effet, le magnésium aide à activer la vitamine D, car les enzymes qui métabolisent la vitamine D dans le foie et les reins ont besoin de magnésium.

Ce que GrassrootsHealth a observé en testant et en analysant les apports nutritionnels de plus de 15000 patients, c’est qu’environ la moitié de ceux qui prenaient des suppléments de vitamine D étaient incapables de normaliser leurs niveaux de vitamine D jusqu’à ce qu’ils commencent à prendre du magnésium supplémentaire.

Ils ont également constaté que ceux qui ne prennent pas de supplément de magnésium ont besoin, en moyenne, de 146% plus de vitamine D par jour pour atteindre un taux sanguin sain de 40 ng / ml (100 nmol / L), par rapport à ceux qui en prennent au moins 400 mg. de magnésium avec leur supplément de vitamine D.

Les acides gras oméga-3 sont essentiels à votre bien-être

Pendant ce temps, des recherches récentes suggèrent que des doses élevées (4 grammes) des acides gras oméga-3 EPA et DHA peuvent aider à améliorer la guérison après une crise cardiaque. D’autres avantages des acides gras oméga-3 comprennent la prévention du lupus et de la maladie de Parkinson, une diminution de l’anxiété, des os plus sains et plus solides, ainsi que la lutte contre les graisses dans le corps.

Cependant, vous ne pouvez pas dire en regardant dans un miroir si vous êtes déficient en vitamine D, en magnésium ou en oméga-3. La seule véritable façon de savoir si vous manquez de ces nutriments est de vous faire tester.

Quelle quantité de vitamine D devriez-vous prendre

Si vous connaissez votre niveau de vitamine D, vous pouvez utiliser la calculatrice ci-dessous pour trouver la meilleure dose à prendre.

Si vous ne pouvez pas ou ne voulez pas passer un test de vitamine D, ils ont constaté que la dose moyenne pour atteindre un niveau de vitamine D sain de 40 ng / ml est d’environ 8 000 unités par jour. Si vous avez un poids insuffisant, vous voudrez réduire cette dose à 6-7 000 unités par jour car les personnes plus lourdes ont tendance à avoir besoin de plus de vitamine D.

Comment tester vos niveaux

Je suis vraiment heureux que GrassrootsHealth Nutrient Research Institute ait élargi ses projets de recherche pour inclure une gamme de tests différents, voyant comment une carence peut affecter inutilement la santé de tant de personnes. Tout comme son projet d’action Vitamine D * , le projet Focus Magnésium * PLUS nous permettra à tous d’agir sur la science connue avec un consensus d’experts sans attendre la léthargie institutionnelle.

Le projet d’action sur la vitamine D * a vraiment démontré la valeur que la mesure peut avoir sur la santé publique, et il ne fait aucun doute dans mon esprit que le projet Magnesium * PLUS Focus aura le même impact. Comme dans les projets précédents, une fois l’étude d’une communauté terminée, toutes ces informations peuvent être utilisées pour faire des recommandations de santé publique qui profiteront à tous.

Kit de vitamine D

Vous avez la possibilité de participer à une variété de tests différents, notamment:

  • Vitamine D
  • Vitamine D et oméga 3
  • Vitamine D, oméga 3 et magnésium
  • Éléments de vitamine D, magnésium et oméga 3 PLUS. N’oubliez pas qu’en participant à ce projet de recherche public, non seulement vous identifiez vos propres niveaux, mais vous vous autorisez à prendre des décisions concernant votre alimentation et vos suppléments pour améliorer votre santé.Vos données (qui sont anonymes) aideront également les chercheurs de GrassrootsHealth à déterminer les niveaux idéaux pour la prévention de diverses maladies et le type de relation dose-réponse existant dans la population générale.

Avec les données de ce projet, les individus seront en mesure de voir ce qui fonctionne pour eux, et les chercheurs seront en mesure de démontrer à quel point les coûts des soins de santé peuvent être réduits simplement en amenant les gens dans une fourchette optimale.

Sources

3 Commentaires

  1. Ce lien, avec la signature Cogiito.com passe sur Tweeter et sur Facebook mais le lien correspondant à l’article du Docteur Mercola tout seul ne passe pas car « potentiellement dangereux » ! Cette blague !

Laisser un commentaire