L’ail soutient la glycémie et aide le diabète de type 2

0
440

Mercola.com, e 30 septembre 2019, par le Dr. Joseph Mercola Fact Checked

Traduction pour cogiito.com : PAJ

https://articles.mercola.com/sites/articles/archive/2019/09/30/benefits-of-eating-raw-garlic.aspx?utm_source=dnl&utm_medium=email&utm_content=art2HL&utm_campaign=20190930Z1&et_cid=DM367399&et_rid=719137639

LE SUJET EN UN COUP D’ŒIL

  • Les composés organosulfurés présents dans l’ail semblent augmenter la disponibilité de l’insuline, ce qui réduit le métabolisme dans le foie lors du premier passage dans le système hépatique. Les études chez l’animal n’ont montré aucune modification du poids corporel ou des dépôts graisseux, mais une sensibilité accrue à l’insuline et un meilleur profil lipidique.
  • L’allicine, un composé puissant que l’on trouve dans l’ail, n’est techniquement produit que lorsque la gousse a été endommagée, telle que mastication, écrasée ou coupée en dés, dans le cadre du système de défense des plantes contre les insectes. L’allicine est inactivée par la chaleur et ne dure qu’une heure après sa production.
  • L’ail noir vieilli, développé à l’origine en Corée, a un profil de saveur plus faible et des taux plus élevés de composés organosulfurés, associés à une protection contre le stress oxydatif et le cancer, une réduction du cholestérol total dans le sérum et un effet positif sur la mémoire à court et à long terme.
  • Bien que certaines recherches aient eu des résultats positifs avec des suppléments, leur performance dépend de vos conditions digestives. L’ail cru peut être ajouté au jus cru, à la vinaigrette ou pris avec du miel biologique local préparé à la cuillère. Les données montrent que l’ail qui a germé pendant cinq jours a une activité antioxydante supérieure à celle de l’ail frais
Pixabay.com

Bien que l’origine exacte de l’ail (Allium sativum) ne soit pas connue, on pense qu’elle est originaire de l’Asie centrale, probablement de l’ouest de la Chine. 1 En tant que remède médical, il est utilisé depuis 2700 avant JC pour traiter de nombreuses affections, de la dépression aux rhumatismes en passant par la toux, etc., et son parcours a touché presque toutes les grandes civilisations.

Par exemple, les Égyptiens le donnaient à des esclaves pour leur donner force et endurance; Hippocrate l’utilisait pour soigner ses problèmes respiratoires et ses tumeurs; 2 Pline l’Ancien l’aimait pour les maladies des articulations et les convulsions[1] ; Les habitants de l’Est l’ont utilisé pour traiter la diarrhée – et ce n’est qu’une courte liste.

Dans la médecine traditionnelle, les anciens croyaient que l’ail pouvait éloigner toutes sortes de maux, y compris les vampires et les sorcières, ainsi que la peste noire. 3 D’autre part, comme la nourriture et la médecine, l’ail a été si précieux aux yeux qu’il a même été utilisé comme une forme de paiement pour rémunérer les travailleurs des édifices antiques. Et, lorsque la tombe du roi Toutankhamon fut ouverte, ils trouvèrent des gousses d’ail bien conservées datant de 1325 av. J.-C. 4

Pixabay.com

L’ail est issu de la famille des oignons et l’un des plus anciens arômes connus utilisés dans les aliments. Actuellement, la Chine est le plus grand producteur d’ail au monde, 90% de l’exploitation de l’ail des États-Unis sont cultivés en Californie. Scientifiquement, en plus des multiples autres avantages associés à l’ail, les chercheurs ont découvert que l’ail cru améliore la sensibilité de votre corps à l’insuline et pourrait contribuer à la gestion du diabète de type 2. 5

L’AIL PEUT AUGMENTER LA DISPONIBILITÉ D’INSULINE

Selon les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) 6, plus de 30 millions de personnes vivant aux États-Unis sont atteintes de diabète. C’est près de 10% de la population. Pour la plupart, le diabète de type 2 se[2] développe plus fréquemment chez les personnes de plus de 45 ans et présente souvent peu de symptômes.

Pixabay.com

Un moyen d’aider à contrôler les taux de sucre dans le sang consiste à conserver plus d’insuline dans la circulation sanguine afin que les cellules puissent l’utiliser. Cependant, 50% sont éliminés lors du premier passage dans le foie, ce qui réduit la quantité d’insuline à utiliser. Des recherches ont démontré que les composés présents dans l’ail empêchent ce métabolisme de l’insuline, en libérant ainsi davantage votre corps. 10

Les composés présents dans l’ail comprennent l’allicine, l’allylpropyl disulfide et le S-allyl cystéine sulfoxyde (alliine). Le dernier est un composé bioactif que 11 les chercheurs ont évalué pour son effet sur la glycémie. Dans une étude animale, les souris ont été traitées avec de l’eau potable avec et sans alliine pendant huit semaines. 

Alors que les animaux ne présentaient aucun changement de poids corporel, d’énergie ou de dépôts graisseux, ceux qui buvaient de l’eau infusée à base d’alliine avaient présenté une sensibilité[3] accrue à l’ insuline[4] et un meilleur profil lipidique. Les chercheurs pensent que cela peut également être attribué à la capacité des composés à moduler le microbiote intestinal. 12

LE BRUT, C’EST MIEUX

Les chercheurs ont constaté que les effets sur la glycémie sont beaucoup plus importants lorsque l’ail est administré à l’état cru plutôt que cuit. L’ail cru a eu un  » effet profond  » dans les études animales pour réduire les taux de glucose et de lipides, alors que l’ail cuit ne l’a pas fait13.

Pixabay.com

Dans une autre étude animale14, des chercheurs ont cherché à évaluer l’effet de l’ail cru sur la glycémie plasmatique, le syndrome métabolique et le stress oxydatif chez des animaux atteints de diabète de type 2. Au terme d’un essai de huit semaines, les chercheurs ont conclu que «  l’homogénat d’ail cru est efficace pour améliorer la sensibilité à l’insuline tout en atténuant le syndrome métabolique et le stress oxydant ».

Alors que les chercheurs ont constaté que l’utilisation de l’ail cru a un effet plus important sur le contrôle glycémique, d’autres études ont montré que les suppléments à base d’ail réduisent également l’hémoglobine glyquée (HbA1c) et les profils lipidiques sans complications.15 La première était une méta-analyse d’essais cliniques randomisés avec l’ail et des personnes atteintes du diabète de type 2.

Dans un autre cas, des chercheurs16 ont entrepris une étude à simple insu, contrôlée par placebo, d’une durée de 24 semaines, auprès de personnes dont la glycémie à jeun était supérieure à 126 mg/dl. ils ont divisé 210 personnes en sept groupes.

L’un a reçu le médicament hypoglycémiant oral metformine ; un autre a reçu un placebo ; et les cinq derniers ont reçu des comprimés d’ail à raison de 300, 600, 900, 1 200 et 1 500 mg par jour. Les résultats ont montré que l’ail était « plus efficace que le placebo et comparable à la metformine pour réduire la glycémie à jeun ». On a observé une réduction de la glycémie à jeun liée à la dose et à la durée du traitement et une amélioration de l’HbA1c17.

LE DIABÈTE EST UNE MALADIE MÉTABOLIQUE

Le syndrome métabolique se définit par un certain nombre d’affections qui surviennent en même temps pour augmenter le risque de diabète de type 2, de cardiopathie et d’accident vasculaire cérébral.18 Le fait d’en avoir un ne signifie pas que vous avez un risque accru de maladie, mais le fait qu’ils se développent ensemble augmente votre risque. Les conditions sont l’intolérance au glucose, l’hypertension artérielle, la dyslipidémie et l’obésité centrale19.

Pixabay.com

Bien que l’ajout d’ail puisse aider à améliorer le contrôle de la glycémie en affectant le métabolisme de l’insuline et l’action du microbiote intestinal, les aliments que vous consommez ont un effet encore plus important sur votre glycémie.20 Je recommande le jeûne intermittent et un régime cétogène pour contrôler votre glycémie et réduire votre risque de syndrome métabolique.

À l’heure actuelle, beaucoup reconnaissent le pouvoir d’un régime cétogène pour réduire à la fois la charge de glucose dans l’organisme et le besoin de médicaments. Bien qu’il y en ait encore qui recommandent des stratégies pour augmenter la glycémie en mangeant certains glucides21 et en ajoutant des haricots et des produits à grains entiers à votre liste d’épicerie22, je vous invite à lire mon article sur les lectines et leur rôle dans l’inflammation et les maladies chroniques avant de choisir de suivre un tel régime.

Une note : Bien que l’ail ait eu un impact significatif sur le contrôle de la glycémie et la disponibilité de l’insuline, il est important que vous l’ajoutiez lentement à votre régime, et sous la supervision de votre médecin. Votre glycémie devra être surveillée de près, tout comme les médicaments hypoglycémiants que vous prenez, afin d’éviter de dangereux événements d’hypoglycémie.

LE POUVOIR DE L’AIL : COMPOSÉS ORGANOSOUFRÉS

Les chercheurs ont constaté que la consommation fréquente d’ail a été associée à des bienfaits spécifiques pour la santé, notamment l’influence sur la toxicité et la cancérogénicité des toxines environnementales.23 Des études épidémiologiques ont révélé que les substances phytochimiques, notamment les sulfites d’organes présents dans l’ail et l’oignon, ont un effet anticancérogène dans des modèles expérimentaux.24

Pixabay.com

Ces composés organosoufrés constituent une sous-classe du soufre que l’on trouve dans l’environnement et sont des composants nécessaires des enzymes, des protéines et des vitamines.25 Le mécanisme exact que les composés organosoufrés utilisent pour protéger les cellules du cancer n’est pas clair.

On sait que les composés modulent l’activité à l’aide d’enzymes et inhibent la formation d’adduits d’ADN26, ou de segments d’ADN liés à des produits chimiques potentiellement cancérigènes27. Les composés organosoufrés ont également démontré une activité contre la prolifération cellulaire dans les tumeurs potentiellement médiée par l’apoptose28.

En plus des effets anticancérigènes, les composés soufrés communément trouvés dans l’ail ont des propriétés antioxydantes, anti-inflammatoires et antimicrobiennes.29 Dans une méta-analyse de 39 essais portant sur l’effet de l’ail sur les taux de cholestérol et de lipides, les chercheurs ont trouvé que l’ail est efficace pour réduire le cholestérol sérique total lorsque l’ail est utilisé pendant plus de deux mois.30

Une autre étude animale31 présentée à la conférence de 2019 sur la biologie expérimentale tenue en Floride a évalué l’effet des composés de l’ail sur la mémoire à court et à long terme, ainsi que sur les bactéries intestinales. Les chercheurs croient que leurs résultats suggèrent que l’administration quotidienne d’ail pourrait donner de meilleurs résultats chez les personnes âgées32.

NATURE, C’EST MEILLEUR

Les chercheurs ont constaté que les effets sur la glycémie sont beaucoup plus importants lorsque l’ail est administré sous forme brute plutôt que cuite. L’ail cru a eu un « effet profond » dans les études sur les animaux pour réduire les niveaux de glucose et de lipides, contrairement à l’ail bouilli. 13

Pixabay.com

Dans une autre étude animale, 14 chercheurs ont cherché à évaluer l’effet de l’ail cru sur le glucose plasmatique, le syndrome métabolique et le stress oxydatif chez des animaux atteints de diabète de type 2. À la fin d’un essai de huit semaines, les chercheurs ont conclu que « l’homogénat d’ail cru est efficace pour améliorer la sensibilité à l’insuline tout en atténuant le syndrome métabolique et le stress oxydatif [5]».

Les chercheurs ont constaté que l’utilisation de l’ail cru avait un effet plus marqué sur le contrôle du glucose, mais d’autres études ont révélé que les suppléments à l’ail démontreraient également une diminution du profil de l’hémoglobine glyquée (HbA1c) et des lipides sans complication. 15 La première était une méta-analyse d’essais contrôlés randomisés utilisant de l’ail et des diabétiques de type 2.

Dans une autre étude, 16 chercheurs ont entrepris une étude à simple insu, contrôlée par placebo, d’une durée de 24 semaines et portant sur des sujets dont la glycémie à jeun était supérieure à 126 mg / dl. Ils ont divisé 210 personnes en sept groupes.

L’un d’eux a reçu le médicament hypoglycémique par voie orale, la metformine [6]; un autre a reçu un placebo ; et les cinq derniers ont reçu des comprimés d’ail à des doses de 300, 600, 900, 1 200 et 1 500 mg par jour. Les résultats ont montré que l’ail était « plus efficace que le placebo et comparable à la metformine pour réduire la glycémie à jeun ». Il y avait une réduction dépendante de la dose et de la durée de la glycémie à jeun et une amélioration de l’HbA1c. 17

L’AIL NOIR EMBALLE AVEC PLUS D’AVANTAGES

L’un des composés organosulfurés puissants de l’ail est l’allicine, qui ne fait pas techniquement partie d’une gousse d’ail, mais qui est produite lorsque la plante est broyée ou hachée. L’allicine fait partie du système de défense des plantes contre les insectes et les champignons. Il est produit dans une réaction entre l’alliine et l’allicinase trouvée dans l’ail. 35

https://fr.wikipedia.org/wiki/Ail_noir

Cependant, des traitements tels que la cuisson, le vieillissement, la découpe en dés ou le broyage de l’ail provoquent une rupture de l’allicine. Pour bénéficier de ces avantages à des niveaux plus élevés, envisagez d’acheter de l’ail noir vieilli [7]. Ce produit a été développé à l’origine en Corée et est obtenu en transformant l’ail dans des environnements à humidité contrôlée, sans additifs ni conservateurs.

Bien que certains appellent le processus de fermentation, il n’implique pas de changements microbiens. Les gousses d’ail passent du blanc nacré que vous êtes habitué à voir à un aspect noir contenant une nouvelle gamme de composés et un goût que certains décrivent comme une saveur «douce et terreuse». 36

En plus d’avoir de meilleurs effets sur la santé, l’ail noir vieilli est également sans odeur et moins piquant que l’ail cru. Le produit contient plus de S-allyl cystéine (SAC), qui a démontré des propriétés préventives et protectrices contre le stress oxydant. 37

L’un des avantages de la SAC que l’on retrouve dans l’ail naturel est sa capacité d’absorption et sa biodisponibilité à 100%. Les chercheurs sont convaincus du rôle qu’elle joue dans les bienfaits globaux de l’ail pour la santé. 39 Cependant, bien que certains avantages puissent être plus efficaces que l’ail frais, les niveaux d’allicine dans l’ail noir vieilli sont faibles.

COMMENT FAIRE DE L’AIL UNE PARTIE DE VOTRE RÉGIME

Bien que certaines recherches aient eu des résultats positifs avec l’utilisation de suppléments d’ail, leurs performances sont variables car elles dépendent de vos conditions digestives. De nombreux suppléments sont gastro-résistants pour ne pas être détruits par l’acide gastrique. Pour cette raison, je pense qu’il est bien préférable d’obtenir vos composés organosulfurés à partir de vrais aliments plutôt que de compter sur un supplément.

Pixabay.com

Étant donné que l’allicine ne se forme pas avant que la gousse d’ail crue soit écrasée ou coupée en dés, vous pouvez également envisager d’utiliser de l’ail noir vieilli. Mais, que vous choisissiez d’utiliser du brut ou du noir, vous ne pouvez pas vous tromper avec de l’ail. Ajoutez de l’ail à votre vinaigrette, passez-le dans votre presse-agrumes ou mettez les gousses directement dans votre bœuf bio élevé au pâturage avant la cuisson pour ajouter une saveur riche et infusée au bœuf.

Une autre façon de savourer votre ail, c’est après qu’il ait germé. Bien que vous puissiez jeter des gousses d’ail dont les pousses sont vert vif, les chercheurs40  ont découvert que les extraits de gousses d’ail qui ont germé pendant cinq jours ont une activité antioxydante plus élevée que les bulbes frais.

Vous pouvez facilement cultiver l’ail à la maison, dans le jardin ou à la maison, à partir de gousses que vous achetez au magasin ou de graines. Vous disposez ainsi d’une grande quantité d’ail frais cultivé, sans pesticide, pour vos recettes.

Si vous voulez essayer de manger une gousse d’ail crue, vous voudrez la couper en dés avant de l’avaler car la prise d’une gousse entière n’active pas l’allicine. L’ail cru peut être ajouté au guacamole ou dans les sauces41  ou coupé en dés dans une cuillère à café de miel local avant de descendre dans l’éclosion.


[1] https://articles.mercola.com/sites/articles/archive/2014/11/10/low-carb-high-fat-ketogenic-diet.aspx

[2] https://articles.mercola.com/diabetes/type2-diabetes-causes.aspx

[3] https://articles.mercola.com/sites/articles/archive/2014/02/02/ketogenic-diet-health-benefits.aspx

[4] https://articles.mercola.com/sites/articles/archive/2014/02/02/ketogenic-diet-health-benefits.aspx

[5] https://articles.mercola.com/sites/articles/archive/2019/09/11/do-statins-prolong-life.aspx

[6]https://articles.mercola.com/sites/articles/archive/2016/03/30/vitamin-b12-deficiency-metformin.aspx

Laisser un commentaire